NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK est "Auteur auto édité"
vous pouvez la contacter
par mail : nadezhdagazmuricherniak@gmail.com

12 mai, 2018 (10:20) | Non classé

OÙ EST TU THÉMIS ?

Chers Lecteurs,

C’est avec une clairvoyance mentale hors série et doués d’une intelligence sans pareil que l’École de Francfort dans les années vingt s’établit comme une École philosophique qui instaure une nouveauté, le système traditionnel  est remplacé par une nouvelle perspective et forme d’analyse pour faire l’étude de la société. Quelle fut sa nouveauté ?
Au début, son axe principal était l’analyse sociologique, la naissance de la sociologie faisait sa rayonnante apparition. Elle nous offrait une perspective nouvelle pour l’analyse philosophique, nous obligeant à réfléchir sérieusement sur ce qui se passe dans la société, il s’agissait d’un appel  d’une gravité extrême, elle nous interpellait à ne jamais mépriser les faits qui se passent dans l’agora, tout fait divers est digne d’être pris comme matière d’analyse.
La mots sont un élément fort révélateur. Ce matin on va les analyser.
Quand il y a crime impuni le désarroi et l’indignation s’amplifient, l’irrespect aux morts devient insondable, les morts sont tués une deuxième fois, surgit au sein de la société un trouble existentiel grave, le sacré qui vit dans la racine de l’humain est profané. La transgression s’installe.
Il y a des pays modernes qui font croire a la présence d’une justice.
J’ai découvert un journal trouvable seulement par Internet qui s’appelle Top Alerte. Il est regrettable qu’il ne soit pas édité en format papier. Presque personne le connaît. Voulez -vous savoir dans quel état se trouve la justice en France ? Lisez-le. Il vous dira long sur ce que nous sommes obligés de subir.
Quand la justice est dirigée par des mafieux, quand les verdicts sont donnés à huis-clos sans laisser la défense des victimes se faire entendre, une prostituée et ses exploiteurs bien placés prennent la place de Thémis. Où est notre déesse ? Où est Notre grandiose Thémis ?
La souffrance des victimes, et des morts sera noyée dans des comportements qui sont hors champ juridique.
La justice est aveugle. C’est là qui réside sa grandeur.
Elle pèse uniquement les faits dans sa balance universelle. Il n’y a rien de plus émouvant que le droit quand il est pratiqué par des hommes d’honneur. Savoir mettre en jeux des éléments de poids dans un procès exige une intelligence supérieure, une extrême capacité pour faire des fines analyses, un pouvoir de prévoyance et vision des choses illimitées, une capacité d’anticipation, en fin de compte, être un bon avocat est une tache très difficile, elle a deux exigences, du talent et un savoir faire exceptionnels, la profession d’avocat n’est pas une profession banale, même si les avocats font légion. Mais ces vertus, talent et savoir faire sont des vertus rarissimes. Et j’en sait quelque chose !
Rendre justice est un acte transcendantal.
En France, Thémis a reçu l’ordre de s’habiller dans des habits opaques, elle a été métamorphosée, nous ne la reconnaissons plus, ses décisions nous surprennent parce que troubles, ses mains tremblent en soutenant sa balance, elle a été interdite de brandir son glaive contre les assassins au lieu de s’ériger exemplaire après le verdict.
En France il n’y aura presque jamais de verdict. Il sont noyés dans une uniformité lexicale, les mots ont perdu leur sens.
Où est Thémis ?
Elle nous manque, nous la cherchons désespérément. Elle a fuit la France.
Ce matin, j’allume le poste de télévision, je m’y attendais.
On parle ce matin d’apaisement.
Le crime exige t-il « un apaisement ? »
Le crime n’a qu’une seule exigence:le châtiment.
Et, de surcroît, on excuse des mots indignes. Je revis mon propre procès.
L’avocat ose dire:
« Elle est comme ça »
« Elle parle comme ça »
La France a su imposer et depuis des décennies la banalisation des mots en leur ôtant leur force et leur la grandeur. Ils n’auront aucune force persuasive lors d’un procès.
Tiens ! Quelle trouvaille, il a du bien penser au moyen de tout excuser. Il a du penser toute la nuit.
Sachez qu’il ne nous convainc pas. Mais, il est un fait incontestable qu’il va convaincre la galerie.
Si un jour des mesures s’imposeront, « pour améliorer le système » comme ils disent, elles seront de courte durée, parce que changer les comportements sociétaux demandent des longues années, mais pour que changement il y ait, il faudrait que l’idiosyncrasie du pays change, et cela est impossible, il s’agit d’un élément inchangeable, il est génétique. La France ne changera jamais. Nous ne rêvons plus. Ne pas s’autoriser le rêve n’a aucun rapport avec le pessimisme, il s’agit de bon sens, de clairvoyance, et d’équilibre.
L’écrivain Sábato dit dans un de ses essais, que le pessimiste n’est qu’un optimiste qui se déçoit.
Nous sommes tous optimistes, jusqu’au moment où une réalité ou une tragédie vient nous anéantir.
Je l’avais déjà écrit, juste quand on nous informe par les médias de ce fait criminel abominable.
Mais la société s’abstiendra toujours de parler clair et précis, on a inventé des formules, pour l’heure on dit d’un assassin : « un accusé présumé…» présumé innocent ou coupable?
Jamais plus qu’à présent « les circonstances atténuantes » effacent « les circonstances aggravantes ».
La faute de nature criminelle sera toujours déviée et l’inculpation zéro sera soutenue par les mafias.
Les mots peuvent tuer. Les mots sont révélateurs de l’essence d’un individu.
On l’appellera PERSONNE quand l’être est digne et quand il appartient à la génération humaine, jamais quand l’individu est par sa parole et par ses actes un représentant de la barbarie.
Je les appelle sans conteste « spécimens » ou « individus » quand l’humain est dégradé par des conduites ignobles, quand leurs actes ôtent la vie et génèrent de la souffrance.

Oui, les mots de l’avocat qui défend « sa cliente » méritent toute notre attention :
« Elle parle comme ça »
« Elle est comme ça »
Être et parler.
Il est tombé de lui-même dans son piège. Il veut défendre, mais il nous donne publiquement tous les éléments pour une inculpation sans appel. Être et parler, deux vertus d’un homme ou d’une femme qu’il faut étudier et approfondir son analyse, deux exigences existentielles absentes dans tous les champs de la société. Défaillances de jugement qui se sont aggravées avec ce monde virtuel et robotisé. La France ne prend jamais en considération l’Être et la Parole quand il y a embauche, quand il s’agit de statuer sur une « candidature » les entretiens préparés et imposés par « les coachs » dirigent vers la déroute la plus abyssale, un curriculum-vitae isolé ne dira jamais sur la fiabilité intrinsèque d’une personne.
Deux éléments clés qui disent long sur l’essence d’une personne.
L’espagnol est une langue merveilleusement claire, sans ambiguïté.
Nous disons d’une personne de qualité incontestable qu’elle est :

Es una persona bien nacida.

Oui, avoir une bonne naissance dit tout, une personne digne agira conforme à sa bonne nature en toute circonstance, même submergée dans des situations défavorables et les plus extrêmes.
Aucune excuse.

Thémis, je t’implore, nous te cherchons désespérément, ne nous abandonne pas !

Où est tu ?

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

Write a comment

You need to login to post comments!