NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK est "Auteur auto édité"
vous pouvez la contacter
par mail : nadezhdagazmuricherniak@gmail.com

LES TRICOTEUSES DE LA PRESSE ET DE L’INTERNET

31 mai, 2018 (08:53) | Dénonciation politique, Non classé

LES TRICOTEUSES DE LA PRESSE

ET DE L’INTERNET

A -T-ON ENLEVÉ LA BANDE DES YEUX DE NOTRE DÉESSE THÉMIS ?

 

Chers Lecteurs,

La devise de l’École de Francfort est plus que jamais d’actualité : tout fait divers mérite qu’il soit analysé d’une perspective philosophique.
Pour l’heure, la philosophie n’est plus, elle s’est travestie en journalisme ou en une sociologie de pacotille pratiquée par des essayistes à l’allure de sociologues mondains, elle se fait au café de la gare, via Internet, par la presse et dans la télévision, et les mensonges des journalistes se propagent comme un tsunami qui dévore et détruit tout sur son passage avec la seule intention de salir l’honneur des gens de bien.
Que dire de cette nouvelle mise en scène par les médias, la place publique qu’offrait jadis le spectacle de la guillotine devant les tricoteuses assoiffées de sang et de vengeance, se multiplient à présent formant une marée humaine devant les ordinateurs.
Les « messes rouges » se célèbrent maintenant par l’Internet et par la presse immonde.
Pour l’heure, les crimes les plus sordides se racontent en détail par la presse à scandale.
Pourquoi vivons nous cette horreur ?
Est-ce un fait nouveau qui désigne la couleur de cette nouvelle « modernité » ?
Absolument pas.
La partie sombre et immonde de la « nature humaine » a été toujours présente.
Nous sommes des personnes de bien, nous croyons à l’amour et à l’amitié, nous vivons tout au long de notre vie à la recherche d’un chemin de perfection et en cherchant inlassablement l’absolu dans tous les instants de notre vie, mais cet idéalisme ne nous a jamais aveuglés, cette amour de perfection dans l’art et la vie, inséparables tous les deux, recto-verso de notre vie, n’a jamais obscurcit notre capacité d’analyse, notre état de vigilance et notre invincible condamnation du Mal, devant des actes ignobles commis contre notre personne ou contre celle d’autrui.
Non, nous ne sommes pas Don Quichotte, mais nous avouons que nos origines et notre éducation de famille laissèrent l’empreinte et l’héritage de sa figure qui a servi de modèle, exacerbé les tendances de notre nature déjà bien imbibée dès la naissance d’une recherche assoiffée de vérité.

Quand l’élite s’abaisse, quand les personnes de bien se laissent influencer par la bassesse du monde et déclinent leurs principes, la populace exulte !

Ce fait incontestable de notre société nous offre la tonalité d’une bassesse spirituelle mondiale, il est le vecteur principal du nivellement par le bas est le commun dénominateur de notre époque, mondialiste, uniforme et médiocre.
J’entends ce matin les dénonciations de l’avocate de la famille de la petite assassinée.
Je peux prendre la mesure de l’horreur qui vit la famille, une seule chose me réconforte, le discours de cette jeune avocate qui parle sans ambiguïté pour dénoncer le dévoilement dans la presse immonde, la lettre de l’assassin.
Ma conviction est que l’espace juridique en France est rempli des vices contre lesquels nous sommes désemparés.
Quand j’ai posé la question aux 4 avocats incompétents qui malmenèrent mon jugement devant le conseil du Désordre pour dénoncer la torture et le crime prémédité que commirent les 4 médecins assassins de Maman.
Je les ai posé cette question face à face :

« Est-ce que vous connaissez le JOURNAL TOP ALERTE ? »

Ils se mettaient en garde et d’un regard fuyant me disaient sèchement :
« Non, je n’en connais pas »
Qu’un avocat ose dire qu’il ne connaît pas le Journal Top Alerte, dépasse les limites de l’absurde !
Je me disais : c’est très symptomatique et très mauvais signe.
Encore un autre avocat malfaisant.
Vous devez savoir qu’il est déjà trop éprouvant de se trouver marquée à vie par la torture barbare et le crime de notre Maman, la mienne fut torturée et assassinée par son médecin traitant ensuite par ses trois autres confrères et amis.
Il vient se rajouter le fait ignoble de ne trouver comme avocats que des faux professionnels, ceux qui au lieu de devenir nos alliés dans la défense de la victime, se mettent à contribuer post mortem au crime et aux mensonges de la partie adverse.
Mais cette prostitution avérée de la profession d’avocat est réservée aux citoyens comme moi, qui déposent le dossier de l’assassinat d’une Maman devant le Bureau d’Aide Juridictionnelle.
Il n’y aura pas un autre cas comme le mien, et cela devra se savoir de par le monde.
Je vous le jure Monsieur le Juge.
Pour l’heure, seuls les assassinats par terrorisme ou à bout portant sont jugés comme il se doit, vite et sans ambiguïté.
A-t-on enlevé la bande qui cache le regard de notre déesse Thémis ?
Les autres crimes abjectes, comme celui commis contre Maman, dans ce Paris merveilleux ! nous sommes condamnés pour « accusation abusive » et payons des Amendes aux assassins !

Et, de surcroît, parallèlement à l’injustice assermentée…
Ô paradoxe !!!
La justice, cet État de droit, nous fera patienter une dizaine d’années.

Quand on peut ouvrir un chéquier, la déontologie manquante pour les pauvres rayonne pour les gens « solvables » qui ouvrent leurs chéquiers.
Combien de fois j’ai été obligé d’entendre leurs grossières phrases pour excuser leur manque de travail et de sérieux :

« Je vous signale que l’État ne me paie pas, l’Aide Juridictionnelle ne nous est versée qu’une fois le procès fini et jugé »

Alors, face à ces phrases ignobles de l’ avocat, je n’ai pu dire que ceci :

Allez présenter vos griefs devant le Garde des Sceaux ou le Ministre de la Justice, ou bien n’acceptez plus l’Aide Juridictionnelle.

Je n’ai jamais dit « ne travaillez plus avec l’Aide Juridictionnelle », car ils n’on jamais travaillé pour moi, ils ne se sont jamais investi dans la défense du martyre souffert par Maman, ils n’ont jamais pris la mesure du supplice ni de cet assassinat inducible que lui imposèrent ces 4 médecins assassins, ils n’ont fait que usurper mon travail, ils n’ont fait que « calquer » mon travail monumental rédigé en solitaire, et ils ne faisaient que tamponner mon rapport de 300Pp. pour se vanter de me « représenter » avec une défaillance professionnelle criante!

Devant un crime à punir, abstenez vous de demander l’Aide Juridictionnelle, vous ne trouverez que de l’incompétence et à la fin, les alliés les plus dangereux de ses confrères, les avocats des assassins.
Défendez vous seul, il y aura toujours un autre moyen, à défaut de pouvoir envoyer ipso facto les assassins au cachot, luttez pour la vérité en solitaire, le droit n’est pas équitable et uniforme pour tous les citoyens, c’est un mensonge fait loi dans le papier.
Un grandiose mensonge qui est en vigueur dans l’éducation, les universités, le droit et la médecine.
Voulez vous réussir dans votre vie et obtenir un cursus d’excellence?
Voulez vous être bien soigné, bien défendu devant l’injustice ?
Détrompez vous, rien de qualité ne vous sera offert gratuitement.
Ces actes qui ouvrent l’assurance de la réussite sont payants ici et de par le monde.
Mais, il y a parfois des heureuses exceptions.
Je rectifie mon erreur quand je faisais une condamnation qui allait vers une généralité absolue, j’accorde l’existence des exceptions que je ne connaissais point quand je dénonçais l’absence d’avocats compétents, mon expérience désastreuse qui ne m’a fait que rencontrer des avocats dépourvus de déontologie n’est pas une généralité.
On ne peut pas à partir d’une maléfique expérience individuelle en matière de droit français, la faire un vice généralisé.

Je constate que mon expérience des avocats dépourvus de déontologie n’est pas une généralité.

L’humanité sans défense sera sauve et obtiendra gain de cause dans sa quête pour la punition des assassins tant qu’il y aura des défenseurs de la vérité qui condamneront publiquement les attentats à la vérité et qui défendront avec conviction professionnelle et une déontologie sans faille l’honneur des personnes, de leurs « clients » en exigeant toujours le bien, le vrai et le beau, comme l’a fait cette avocate qui défend avec acharnement l’honneur de ses clients avec un seul but, le châtiment des assassin.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

Write a comment

You need to login to post comments!