NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK est "Auteur auto édité"
vous pouvez la contacter
par mail : nadezhdagazmuricherniak@gmail.com

THEMIS A ETE SEQUESTREE

17 octobre, 2018 (15:48) | Non classé

THÉMIS A ÉTÉ SEQUESTRÉE

Des mafieux enlevèrent la bande de ses yeux et arrachèrent de ses mains le glaive et la balance…

 

«[…] Kafka, quand il dénonce l’écroulement, les impostures,, les mensonges, des institutions,, ne donne pas libre cours à une espèce de joyeuse et confortable anomie, mais à quelque chose de plus terrifiant, sur quoi, faute de mieux,, je mets provisoirement l’étiquette de « loi archaïque de nécessité ».

François OST

In, Revue de philosophie et de sciences humaines
Entretien avec François OST
23/06/2004

Chers Lecteurs,

Ceux qui se sont battus une fois dans leur vie devant un Tribunal français ou se battent pour se faire justice savent de par leur lutte infructueuse qu’il n’existe aucune Justice et que des mafieux sont assis aux commandes on leur a octroyé la liberté de siéger sur des postes clés, ils y siègent du haut de leur incompétence, inamovibles et, nous les victimes, nous avons compris que nous sommes appelés à répondre autrement, loin du champ judiciaire, car les mafieux l’ont pris d’assaut, et Thémis a été séquestrée.

Si vous êtes jeune et heureux, ne me lisez pas, cliquez et allez lire ce que disent les gens qui trouvent leur monde « merveilleux » et qui vous écrivent des articles pleins d’espoir, des posts remplis des petites fleurs, ceux qui vivent confortablement et ceux qui devant les difficultés d’autrui tournent le regard, n’ont rien à gagner en poursuivant la lecture de mon article.

Cette écriture critique que je pratique en parallèle à l’écriture littéraire et poétique, c’est à dire à l’écriture de fiction qui n’est que du « mensonge littéraire », la littérature par antonomase, n’est que l’opposée à celle-ci, la critique. Je l’exerce pour servir d’avertissement, pour placer la vérité où l’on a semé les mensonges, et surtout pour bannir avec ma parole caustique ceux qui se consacrent à semer les troubles, nuire l’innocence d’autrui, atteindre les plus démunis et vulnérables, briser des vies et leur honneur de par leurs calomnies et, encore bannir sans répit ceux qui dès leur folie d’autoritarisme et d’arrogance arrivent à la transgression ultime : le crime.
Avant d’entrer en matière, voyons ensemble ce qui se passe dans la société française en matière de Droit…
Penser exige un grand effort, se disposer à aider autrui ou travailler gratuitement pour une cause, n’est possible que par l’intention gratuite née d’une grâce naturelle et spontanée, sentir de l’empathie devant les questions « graves et difficiles qui souffre son prochain, s’il est accablé d’injustices, demande un don de soi introuvable et rare.
Trouver quiconque veuille s’investir et se sensibiliser face aux enjeux sociétaux en matière de Droit reste inopérant.
On trouvera ici et la des individus qui témoignent à titre individuel soit par les réseaux sociaux, soit par la communication d’un face à face où ils se laissent emporter par la confidence…mais, ces témoignages sur l’In-justice française, restent comme des prouesses intellectuelles que les plus doués ne pratiquent que comme l’exercice intellectuel qui les mettra de l’avant et alimentera leur ego insatiable de publicité.

Écrire n’est leur est pas difficile, par l’écriture ils se auto gratifient de jour en jour d’une publicité croissante, la notoriété, gonfle leur ego devant la société, ils sont sur d’être lus, mais testez-les, allez leur demander d’intervenir en votre faveur soit par un conseil, une écoute, une action commune en vue de changer la société qu’ils critiquent tant, soyez certain que ces illustres défenseurs de la Justice et de la société française désertent le champ ipso facto, ne sont pas disponibles pour agir pour de vrai.
Ces illustres défenseur du Droit sur les feuilles publiées sur l’air virtuel, ne répondront qu’aux demandes qui pourraient leur servir d’avantage en faveur de leur propre profit et en vue d’une plus grande publicité, et l’action sur le terrain pour le bien commun, n’est pas dans leur programme.

L’écriture critique sans un but positif qui mène à l’action restera comme un simple exercice intellectuel.
La seule chose qui compte et la décision d’agir pour éradiquer les vices qu’on dénonce.
Depuis combien d’années les plus grands intellectuels en matière de droit dénoncent, écrivent et se plaignent ?
Quand ont-ils agi et convaincu la société que les citoyens possèdent naturellement le droit de se défendre ?
Signalez-moi, je vous prie, un seul personnage du Droit médiatique qui ait été prêt par le passé ou en ce moment critique, à extirper du champ judiciaire les mafias assermentées et, nous savons que c’est à eux, personnages publics bénéficiant de tous les droits et pouvoirs, les professionnels du droit sur qui repose et incombe la responsabilité d’agir en urgence pour rétablir un Justice saine, équitable et impartiale pour tous les français.
Tant que ce but n’est pas cherché avec passion, énergie par le moyen d’un discours convaincant vers une action commune, leurs diatribes juridico-littéraires ne servent à rien.
Finalement, la lecture de ces dénonciations acerbes sur le « dysfonctionnement » judiciaire nous servent uniquement pour prendre conscience que si l’In-justice se porte bien en France elle ne va pas changer par ces publications et qu’elles ne sont que de la littérature publicitaire sans aucune motivation sérieuse.
Quand on est arrivé à se faire un nom, quand on a eu une si longue expérience au sein même de l’action judiciaire par un long exercice professionnel en matière de droit, discipline qui a comme essence la défense de la vérité et des victimes, on ne peut pas pardonner l’indolence et le retrait, il est absurde et un contre-sens de se consacrer à parler, à écrire, sans proposer des mesures d’action, sans mettre sa personne disponible pour le changement sociétal.
Rester en retrait n’est qu’une trahison professionnelle, éthique et humaine.
Le vedettariat du Droit est aussi répugnant que toute autre prostitution professionnelle ; nous avons deux professions qui se prêtent en permanence à la violation de son essence : la médecine et le droit, elles ont toutes les deux leur serment qui détermine leur action et leur exigent un investissement absolu pour le bien d’autrui. C’est ainsi que les choses sont faites depuis de siècles, et c’est ainsi que je le conçois et le défends.

Aucune sorte d’idéalisme ne m’inspire, par des temps troubles et noirs, l’on qualifie de l’idéalisme le fait de vouloir rétablir l’équilibre et la vérité, deux questions simples qui ne sont pas de l’héroïsme, mais une simple démonstration de l’humain qui est en nous, il faut restituer la part d’Homme qui est en sommeil au sein de chaque individu anesthésié par l’avalanche de informations uniformisantes et pessimistes.

Personne n’est disposée à s’investir et, pour l’heure, arriver à trouver un ou deux individus qui veuillent s’engager dans les troupes de la défense de la Justice en vue de mener une nouvelle bataille en faveur de la Vérité, est une quête perdue d’avance ; le déséquilibre sociétal n’a jamais été aussi insondable, vice qui se reproduit à l’infini , où celui qui ne dispose point d’argent restera dans le caniveau sans pouvoir se défendre, l’aide juridictionnelle n’est que du pipeau, l’on sait aussi que paradoxalement, même avec des ressources suffisantes, il est fort probable que la force des mafias, soient plus fortes que l’éminent avocat qui plaidera dans le désert pour son client, car plus souvent que vous ne pourrez l’imaginer, le citoyen aux ressources confortables qui paie sans difficultés en ouvrant confortablement son chéquier pour payer les honoraires d’un éminent avocat, si la force mafieuse s’est mise en pied de guerre pour le nuire, l’avocat éminent, et son argent ne lui seront d’aucun appui pour se défendre et se faire Justice.
Deux remarques me semblent nécessaires :
Les exemples dans le monde politique démontrent que les injustices qui subissent leurs chefs, peuvent se crier haut et fort, ils ont une place acquise pour se plaindre et des appuis pour se défendre, leurs protestations et critiques seront crédibles, d’autre part, les faits divers prolifiques en toute sorte de transgressions, ont fini par habituer la société à l’expression de l’infâme et de l’horreur.

On a commencé par le terrorisme, ensuite par une contribution certaine vers la dégénération sociétal en matière de mœurs, coutumes, en arrivant à détruire la paix sociale, les bienfaits d’une entente humaine au sein de la cité, au point de transformer la vie de tous le jours dans une lutte quotidienne aux effets les plus néfastes et dangereux.
Cette action préméditée par les mafias est arrivée jusqu’à effectuer un acte d’immunisation et d’anesthésie collective, toutes les personnes, la société toute entière crie défaite avant même de tenter de lutter pour se faire justice devant les tribunaux en bonne due forme, la société s’est habituée à la mort et aux injustices.
Voici ce qui me parait urgent de dénoncer en vue de trouver ensemble la manière de nous défendre.
Les mafias qui agissent à grande échelle, elles se sont spécialisées en crimes collectifs et individuels.
Elles agissent différemment selon la qualité de leur Cible, le lieu d’action, selon leur spécialisation et leur champ de compétences.
Les mafias se différencient qualitativement selon la Cible qu’elles ont choisi pour lui injecter leur venin.
Elles ne sont jamais les mêmes, devant les Cibles haut placées que devant le pauvre citoyen ordinaire comme vous et moi-même, vous le savez très bien, si par le passé vous avez du vous battre devant les injustices ou si à présent vous tentez de vous défendre devant un quelconque tribunal.
Ah !, la justice en France vue des pays étrangers reste comme l’exemple éternel et vivant des pages glorieuses de l’histoire du pays racontées par des historiens qui la transforment à des fins politiques, la vérité sur l’In-Justice en France seule la connaît et peut en parler celui ou celle qui a du un jour entamer un procès devant un Tribunal et s’est vu trompé et son dossier malmené de fond en comble sans obtenir réparation.

Je n’appartient pas à la race de faibles, le combat pour la vérité et la Justice je l’ai appris de mon plus jeune âge chez moi, et je n’ai jamais signé de contrats avec des loges ou des partis politiques, je suis libre et me suis battue en solitaire pour le Vrai, le Bien et le Juste.
Mais sur ce point, je vous parlerai dans la deuxième partie de cet article.

Parce que demain c’est l’anniversaire de l’assassinat de Maman que
le Docteur Traitre-Tant avait prémédité avec des circonstances aggravantes,
avec 3 autres confrères décidèrent d’abattre ma mère en la torturant, c’est fut un assassinat  abjecte.
Le 18 octobre 2013.
Le docteur TRAÎTRE-TANT et ses 3 autres confrères me prirent pour la CIBLE et en acte de punition, ils refusèrent les soins à ma mère avec des « circonstances aggravantes » sur personne sans défense et vulnérable, pour la torturer et la tuer dans des conditions barbares et indignes de ce pays.

Chut ! C’est interdit d’en parler !
D’aucuns me disent, certainement avec une bonne intention, parce qu’ils connaissent leur France… qu’il ne faut pas que je dépose une plainte pénale !
Ils se défendront et les assassins seront crédibles puisqu’ils sont des « professionnels », certes, ils ont falsifié de manière grossière leurs deux rapports hospitaliers, mais, ne savent-ils pas que j’ai des preuves accablantes, et je m’en servirai ?
Alors On me dit que mes preuves, les Juges s’en moquent éperdument !
En France, peu importe la torture et la mort d’une vieille personne.
Ils accorderont toujours raison aux mafieux, même s’ils ont tort.
Il se peut que ça soit vrai. Alors que faire ? Je leur demande…
Alors on me répond qu’aucun Juge d’Instruction ne s’investira pour établir Justice pour la torture et assassinat de Maman.
« Ils vous détruiront, vous allez perdre sept ou six ans de votre vie inutilement  tournez la page » me disent d’aucuns… Ont-ils raison ?
Les médecins mafieux ont commis un crime parce qu’ils se savaient protégés par l’In-Justice française, du contraire le crime ne se serait jamais commis sur le corps souffrant de Maman.
Le conseil du désordre est la preuve la plus convaincante de l’état mafieux et corrompu de l’In-Justice française.
Je l’ai vécu dès 2013 à 2017.
J’ai connu la mafia de l’intérieur.
J’ai connu la transgression judiciaire, les avocats les plus incompétents et minables que l’on puisse imaginer, les miens avec l’Aide Juridictionnelle et, les leurs très bien payés de par leurs assurances!
J’ai connu des rapports mal rédigés, au contenu calomnieux et mensonger, l’un d’entre-eux aussi dépourvu d’arguments juridico-médical que les 3 autres confrères, dépourvue qu’elle était d’arguments solides, s’est adonnée à la rédaction d’un mélodrame de théâtre de bas-fonds, l’opposé d’une rédaction juridique…c’était
L’avocate du docteur TRAÎTRE-TANT
Je ne suis pas encore une intellectuelle du droit ni nécessite d’aucune sorte de publicité.
Je ne suis qu’une moderne Antigone qui défend la vérité et défend la souffrance de sa Maman.
L’objectif de la loi, dans tout crime impuni est de dénoncer le délit et de punir les assassins.
Il y a des peines et des amendes pour chaque délit.
Les gains matériels ne m’intéressent point.
Le PRETIUM DOLORIS est le seul qui compte.
Mais, pour la Maman torturée et assassinée le Pretium doloris reste vain.
Dans le cas d’assassinat de ma mère, une seule question doit s’obtenir :
Le châtiment de ces 4 assassins, leur condamnation publique et surtout leur bannissement.
Renseignement juridique de la plus haute importance !
Devant la Cour Européenne des droits de l’homme des victimes comme moi, ont gagné des procédures contre des médecins assassins.
Et, ont défendu leur mère aussi âgée que la mienne.

Mais, pour y parvenir, il faut avoir épuisé les recours devant les Tribunaux français.
Pour un crime il y a une prescription de 20 années.
En revanche, il n’y a pas de délais spécifique prévu par la loi, en cas d’infraction commise sur une personne vulnérable (maladie, âge)[…]
Alors, Chers Lecteurs, ma réponse est là, il faut distinguer entre vitesse et précipitation.
Le Droit exige de la tempérance or, en dépit de ma passion pour la Justice et la Vérité, je sais très bien ce qu’est l’exercice de la patience.
Ces 4 assassins-bandits devront attendre.
Quand en 2013 je porté plainte contre les 4 assassins de Maman j’ai perdu , et je fus condamnée pour « Accusation Abusive » ! Comment aurais-je pu prétendre justice devant une petite chambre collégiale qui n’existe que pour défendre leurs pairs mafieux ? Le jugement en première instance et le deuxième en appel sont dignes d’une narration à la Dostoïevski et d’un film de Zviaguintzev !
Mémorable peinture dantesque.
En avril 2017 le conseil du désordre m’a condamnée à leur payer des Amendes.
Je paie ces Amendes devant le Trésor Public, au Service des Amendes, par échelonnement, depuis janvier 2018 car je vis au seuil de pauvreté avec une retraite de misère,et je continuerai à verser au Trésor Public les Amendes jusqu’à 2023 !
Ils sont surs qu’ils m’ont amoindrie, car pour eux l’argent est un Veau d’Or devant lequel ils passent leur vie à genoux. Il est si pieux !
Ils pensent que je suis partie bredouille !
Ils auront un jour de mes nouvelles.
La torture le crime contre ma mère ne restera pas impuni.

Tout le monde parle de l’In-Justice française, leur bravoure orale et écrite m’indiffère, elle reste vaine sur leurs feuilles virtuelles et les plate-formes médiatiques.
L’In-Justice…
Je vous demande publiquement ceci : êtes vous prêts à vous investir pour l’assainir et déloger les mafias du champ judiciaire?

A demain, Chers Lecteurs.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak
Paris, le 17 octobre 2018

Write a comment

You need to login to post comments!