NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK est "Auteur auto édité"
vous pouvez la contacter
par mail : nadezhdagazmuricherniak@gmail.com

NOUS, FRANCAIS INCARCERES DANS LA MISERE, PLAIDONS ENSEMBLE POUR MALTRAITANCE COLLECTIVE!

19 novembre, 2018 (14:38) | Dénonciation politique

NOUS, LES FRANÇAIS INCARCÉRÉS

DANS LA MISÈRE  PLAIDONS   ENSEMBLE

POUR MALTRAITANCE COLLECTIVE !

Chers Lecteurs,

Je dois délaisser mon travail littéraire pour vous parler par écrit très brièvement dans cet article sur cette situation insoutenable que devons subir une partie de la société française : la misère.
Il ne s’agit pas de pauvreté, mais bien d’une misère crue qui s’enfonce, asphyxie, mord cruellement et laisse des traces de souffrance au jour le jour.
Combien sommes-nous repartis sur toute la France ?
Combien sommes-nous, qui sans le sou, devons subir les affres des privations permanentes où l’on ne voit pas la fin ?
Quand je suis arrivée en France, dans les années 80, je commençai à travailler tout de suite.
Je suis arrivée par mes propres moyens, je n’ai pas choisi la France comme pays d’adoption pour devenir une assistée, dans mon projet au lieu de consolider ma situation, je me suis appauvrie. j’étais déjà prof, et j’entretenais seule mon foyer, j’étais seule avec une Maman âgée entièrement à ma charge depuis 1979.
Vous savez que les salaires d’un professeur non titularisé est précaire tout comme son statut, j’eus toujours un salaire extrêmement bas qui ne nous a jamais permis de prendre de vacances en presque quarante années ! et ne nous a pas donné la liberté de réaliser des dépenses extraordinaires, les fins du mois étaient serrées et je devais faire très attention.
Depuis quelques années la donne a brutalement changée.
Il ne s’agit pas de faire attention aux fins de mois, non, aussitôt arrivé le salaire ou la retraite, l’argent est entièrement dépensé en paiement du loyer et les factures inéluctables.
D’une retraite misérable au seuil de pauvreté de 830€, il ne reste parfois que 150€ mensuels… Parfois moins, cela dépendra des dépenses obligatoires de chacun au quotidien, est-ce imaginable qu’un être humain soit obligé de vivre pour le restant de sa vie avec une somme qui ne peut nullement assurer la survie d’un mois entier.
Que fait-on avec une somme si infime ?
Rien d’autre qu’honorer nos créanciers !
Vous tous, vous savez pertinemment qu’avec une somme si minime, que les gouvernements appellent « au seuil de pauvreté », nous sommes incarcérés, ligotés, ballonnés et soumis au silence.
« Le seuil de pauvreté » inférieur au SMIC, qui est déjà une honte nationale, nous est imposé par l’État qui reste indifférent devant la souffrance humaine. Leurs discours et explications sont humiliantes et honteuses, parce que mensongères.
Il nous est impossible de voir la sortie du tunnel, il nous est ordonné de rester sous silence dans une prison à ciel ouvert et…sans espoir, jusqu’à la fin de nos vies.
Nous sommes destinés à rester dans les ténèbres de la misère, privés de vie et de justice.
L’encerclement est absolu quand on manque de l’essentiel.
Combien ont-ils délibéré pour se mettre d’accord sur la somme exacte établie chaque année comme l’indice de notre fameux « seuil de pauvreté » !
Ce sont les bureaucrates de la UE qui établissent tous les ans la somme figée du « seuil de pauvreté » !
Elle a été bien calculée cette somme indigne, selon leurs critères, leur turpitude, leur bassesse d’esprit, leur ignominie à notre encontre est nauséabonde.
Les mesures économiques sont destinées à créer à l’infini une masse docile d’esclaves modernes, nous sommes en esclavage et ligotés par des attaches invisibles et séjournons en France dans une prison à vie.
Quelle serait la solution ?
Le Président de la république est le chef de foyer d’un pays. Son pays. Notre pays.
Or, si un chef de foyer n’assure pas la subsistance aux membres de sa famille, il commet un délit pour la non assistance à personne en danger.

LE CODE DE L’ANIMAL

Je vous rappelle que il existe un Code de loi pour la défense des animaux, il est tout récent. Nos animaux si maltraités, ils ont été reconnus, enfin !
Comme des êtres « sensibles » qui méritent du respect et une vie digne.
Celui qui maltraite un animal commet un délit pénal .
Si un maître n’alimente pas son animal, si une maître prive de confort, d’un habitat digne à son animal, il commet de la maltraitance, il commet un délit paisible de prison et d’amendes.
Pourquoi nous, des êtres humains, je suppose tels qu’un animal, nous sommes aussi des êtres sensibles et dignes de respect, serions nous interdits d’accuser de MALTRAITANCE le gouvernement ?
Ils nous oblige à vivre privés de nourriture, et de vie confortable dans un habitat digne.
Combien sommes nous dans cette horrible situation ?
La contestation sociétal actuelle répond à mes questions !
Nous devons exiger une punition conforme aux délits que le gouvernement nous fait subir !
Notre situation est grave, nous n’arrivons même pas à nous nourrir pendant le mois.
Ils nous exige des sacrifices, des économies écologiques dans le chauffage !?
Je ne chauffe pas ma minuscule chambre HLM pendant l’hiver, immeuble sans chauffage central, dépourvu de toute isolation, alors son petit chèque de solidarité ne paie pas 1200€, le montant nécessaire pour m’acquitter de la « facture de régularisation hivernale » de l’EDF !!!!
Une mascarade grandiose et mensongère !
Combien sommes nous obligés à nous priver de chauffage pendant les longs mois d’hiver ?
Le Chef d’État, tout comme un chef de famille, il a l’obligation d’assurer la vie confortable de tous les citoyens, de toute la nation, de tout son peuple.
Les chefs d’État ont été irresponsables, superficiels, méprisants, calculateurs et leurs mesures économiques sont allées au détriment de la vie équilibrée que nous menions de jadis, de nous tous qui nous sommes lentement appauvris.
Les irresponsables politiques sont arrivés à créer une société en souffrance qui vit dans la honte et l’indignité de la misère.
La solution économique n’est pas de notre ressort, la responsabilité revient au Président de la république.
Demandons en bloque un changement sociétal radical en vue de changer notre situation de survie en vie confortable, nous devons exiger la sortie de la dépendance vers indépendance existentielle et financière, nous devons rompre les chaînes de l’assujettissement et aller pleinement vers la liberté, il faut éradiquer les laquais du gouvernement qui ne sont que des parasites qui vivent très confortablement grâce à l’entretient de la misère d’autrui, les services sociaux sont remplis de « protocoles » stupides qui sont incapables d’attribuer dignement un infime colis alimentaire !, ils ne font qu’entretenir la dépendance et renouveler la honte sans améliorer en rien la vie des pauvres qui sont forcés d’entretenir le cercle vicieux de la mendicité.
Chers Lecteurs, sans conscience profonde de ce qu’est un être humain, sans vous approprier consciemment de la valeur de vos vies individuelles, sans vous approprier des lois qui existent pour défendre votre vie, vous n’éveillerez jamais la force nécessaire chez vos concitoyens, frères de souffrance, pour exiger de toute urgence un changement immédiat de nos moyens de subsistance.
Ce sont ceux qui dirigent les ressources de notre foyer, la France ceux qui doivent nous écouter.
Il nous faut rappeler haut et fort la pratique d’une vertu qu’ils ne veulent pas connaître, elle s’appelle RESPONSABILITÉ.
Ils tiennent entre leurs griffes notre destin.
Révoltons nous ensemble contre la destinée de misère qu’ils ont programmée pour nous confiner à vie dans l’indignité.
Si nous sommes des personnes d’honneur, il est de notre responsabilité de l’exiger.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak.

 

 

 

Write a comment

You need to login to post comments!