NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK est "Auteur auto édité"
vous pouvez la contacter
par mail : nadezhdagazmuricherniak@gmail.com

REVOLUTION?

22 novembre, 2018 (16:02) | Dénonciation politique

RÉVOLUTION ?

SOMMES NOUS   LA CLASSE MOYENNE BASSE ?!

 

NOUS DEVONS DÉPOSER UNE SEULE DEMANDE :

AUGMENTATION DES SALAIRES

DES PENSIONS VIELLESSE

ET DE HANDICAP

 

Chers Lecteurs,

Chers » Gilets Jaunes » ,

Ce matin j’écoute une journaliste, d’une chaîne d’information continue qui nous a classés dans une caste bien précise : « classe moyenne basse »
Je l’entends les dent serrés et l’indignation m’inonde.
A-t-elle fait l’école de journalisme et Sciences Po ?
Indubitablement.
Selon son analyse, nous, les français appauvris, sans le sou, nous sommes la caste des misérables d’en bas… Nous appartenons à la classe la plus basse de la société. (!)
Nous sommes un groupe « Hétéroclite »
qui pose des difficultés pour nous définir.
Auparavant, on n’avait jamais vu une chose pareille !
Leurs revendications ne sont pas claires…

C’est sur cette unique question que j’ai parlé hier, c’est la seule critique que je peux donner par écrit, mais c’est une critique qui est criée en forme d’appel pour définir ensemble, en bloque étanche et d’une seule voix, la seule motivation qui nous pousse à exiger un changement, c’est un problème qu’auparavant ne se posait point, et pour certain d’entre-nous, il était de mauvais goût de l’évoquer, quel est le problème que j’évoque ici ? : L’ARGENT.
A présent l’argent, il est devenu notre seule motif de préoccupation, notre leitmotiv est l’argent, nos souffrances se dérivent de ce manque, il est, il doit être notre seule revendication, je vous prie de ne pas vous disperses, notre demande doit être claire, enlevons le masque, parlons clair, notre demande est une seule :

NOUS AVONS BESOIN D’UNE AUGMENTATION CONSIDERABLE
DE SALAIRES
DES RETRAITES

DES ALLOCATIONS VILLESSE ET DE HANDICAP 
LE SEUIL DE PAUVRETE DOIT SORTIR DE LA SOMME FIGÉE DE 830€

J’entends des députés, morts de peur, qui face aux médias se sont résolus à répondre aux Gilets Jaunes ceci :

« Nous sommes à votre écoute »

« Nous avons des permanences pour « dialoguer »

Avez vous besoin d’écoute ?
Moi absolument pas !
Avez vous besoin du divan du psychiatre pour aller lui pleurnicher vos manques d’argent, et à chaque séance lui étaler vos dettes, le manque d’argent tous les 10 du mois, l’interdit que vous subissez pour aller faire vos courses ?
Avez vous besoin de dialectique ?
Des compréhension ?
Moi, je n’ai pas besoin d’écoute, ni de Psy, ni de dialectique, moi, j’ai besoin que ma retrait soit augmentée
Que ma pension soit revalorisée !
Nous n’avons aucunement de rester des assistés !

Chers Lecteurs,
Chers Gilets Jaunes,
Il n’y a pas des revendications différentes hétéroclites !
Il n’y a qu’une seule revendication : L’AUGMENTATION DE SALAIRES, RETRAITES ET PENSIONS.
Enlevez le masque !
QUE RÉPONDENT LES DÉPUTÉS ?
Que les entreprises n’augmenteront pas un seul euro car cela porterait atteinte à l’économie de la France !
Alors, que pensez vous faire ?
Vous dissoudre comme la manif de l’été dernier qui est rentrée à la maison  et les revendications syndicales étouffées ?
Une honte nationale !
Osez parler clair, si vous n’osez pas clarifier votre demande, votre mouvement sera écrasé par la force brute, elle se manifeste par une parole rustre qui sans ménagement agira à notre encontre pour opérer l’avilissement.
Notre revendication est le manque de revenus mensuels pour subvenir à nos besoins, les chefs de foyer on besoin de savoir que de l’effort dépensé dans leur travail journalier, sortira un salaire qui nourrira toute la famille.
Nous ne devons plus rester dans le déshonneur.
Il vous faut prendre conscience de cet unique enjeu sociétal, il est essentiellement économique, et il n’y a qu’une seule manière d’en remédier : L’ARGENT qui doit entrer dans nos comptes.

Ne vous laissez pas mutiler par les discours des députés, on ne paie pas nos créanciers avec des discours apaisants.
On ne s’en sortira pas avec des paroles en mode d’anxiolytiques.
Nous n’en avons pas besoin de tranquillisants de députés « à notre écoute » c’est grotesque !

Tandis que députés et journalistes se consacrent à faire des bilans, et des offres médico-psychologiques pour taire la révolution, nous devons rester immobiles, sourds et aveugles ?

Le cirque a fermé ses portes, les séances de pantomimes a pris fin.
Les délais d’attente ont pris fin.
Passons aux choses sérieuses, faire de « manif bon enfant » croyez vous que c’est sérieux ?
Il faut dire que l’heure et grave et tragique.
Les frigos sont vides, les factures sont en attente, les vieux renouvellent au jour le jour leurs problèmes de santé et les handicapés malades sont à bout de souffle.
Je n’ai pas envie de rire, je ne suis pas prête à participer à des manif bon enfant.
Les revendications de la faim doivent prendre le ton qui correspond.
Le manque de délicatesse des députés donne le portrait de leur condition sociale.
Nous devons répondre que nous ne sommes pas « la classe moyenne la plus basse ! »
C’est scandaleux !
C’est nous qui devons les placer dans la catégorie la plus basse de la société, ces élus sont des parvenus, des arrivistes qui se moquent de la souffrance d’autrui.
Sachez que la véritable noblesse ne se moque jamais des gens pauvres ou de petite condition, cela ne leur ressemble pas.
Ces députés sont le pire de la société.
Ils sont, et ils appartiennent à la classe la plus basse de la société française : les parvenus qui ont monté socialement et financièrement grâce à la politique !
N’acceptons pas dans nos files ni partis politiques ni syndicats.
Nous sommes la voix pure et claire qui porte la souffrance vive de la misère de la France.
Nous sommes les méprisés de la France toute entière qui savons dire NON ! A cette « société su mépris »
Nous sommes ceux que au bout de souffle et épuisés des affres de la misère, faisons irruption au cœur de la Cité !

A très bientôt.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

Write a comment

You need to login to post comments!