NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK est "Auteur auto édité"
vous pouvez la contacter
par mail : nadezhdagazmuricherniak@gmail.com

PSYCHOTERAPIE OU POLITIQUE?

26 novembre, 2018 (07:32) | Dénonciation politique

PSYCHOTÉRAPIE OU POLITIQUE ?

 

« Je me souviens d’antiques doctrines, et des voix patientes qui me désapprenaient l’amour de moi-même ; enfin, je me dis : c’est certainement là l’enfer »

Giorgio MANGANELLI

L’ENFER
p.9

Chers Lecteurs,

Vous n’ignorez pas que les traitements de psychanalyse et de psychothérapie peuvent durer des années… avec des résultats improbables.
L’amour que j’avais pour la France, était celui d’une amoureuse entêtée dans sa maladie d’amour où la moindre réflexion et mise en garde d’aucuns, tous ceux qui essayaient infructueusement de refréner mon débordement d’idéaliste et naïve, je la refusais d’un jugement lapidaire.
Et pourtant, ils n’avaient à mon égard, qu’une volonté protectrice envers celle qui fraîchement arrivée à Paris de l’autre bout du monde, enveloppée encore dans le nuage d’enchantement parisien, risquait la chute de la fin d’un rêve.
Ils ne se trompèrent point, hélas !
Leurs appels à la raison, me semblaient mal venus, et mes réactions farouches en défense de mon pays d’adoption, fleurissaient en tendre souvenance, tous ces échos incessants qui venaient à mon assaut débordants des références littéraires et picturales apprises de mon plus jeune âge. Elles me firent atterrir à Paris en 1980, chargée par Maman d’une mission artistique.
A ma connaissance, jamais auparavant une si folle et atypique traversée d’immigration ne s’est inspirée et mise en œuvre, avec une telle fugue, par une étrangère.
Ô! combien des fatigues et insomnies j’endurais en cherchant une vie parisienne indépendante, où les écho lointains de la rue d’Odessa et de la Grande chaumière, viendraient ressusciter le parfum familier d’essence de térébenthine.
J’ai pu respirer et vivre les dernières touches visibles d’une époque apprise par cœur dès mon adolescence de par une culture livresque. Si loin de Paris, je préparais déjà la future immigrée que j’allais devenir, celle qui dans un continent lointain se nourrissait dans un foyer où au quotidien, par procuration paternelle, je faisais miens les paradoxes les plus invraisemblables, où défilaient les merveilles d’une époque d’élitisme cosmopolite, remplie des théories du cubisme, elle m’étaient offertes de l’enseignement oral de mon maître, qui avait vécu les affres de la misère des années trente à Paris, l’époque de la crise entre les deux guerres.
Avec le volonté de me dépouiller d’un vécu par procuration, et voulant vivre Paris enfin par moi-même, je refusais naturellement, tout appel à la prudence.
Je ne pouvais pas encore prévoir les changements sinistres qu’un pays en mutation allait me réserver.
Mon idéalisme et mon amour de Paris, de la France, se dissipèrent au fur et à mesure que je m’imprégnais de la vérité, en travaillant, en étudiant, en recevant les premières gifles ministérielles et sorbonnardes, et malgré les facilités d’une insertion immédiate, je parlais le français, et de m’avoir fondue dans un parfait anonymat et sans contrainte dans le vertige citadin, en toute allégresse, je sautais les étapes que le pays d’adoption impose aux venus d’ailleurs.
J’ignorais que la vérité somnolait, qu’elle restait aux aguets, et que l’omerta était une pratique sociétal courante ; les avertissements ne me furent dévoilés que par des oxymores, mes protecteurs artistiques étaient eux mêmes extrêmement prudent, cultivés, diplomates, réserves, et …respectueux, en somme la vieille France !
Je restais conquise, mais afin de réussir dans mon chemin, je décidai de rester à l’écart de ces exquises subtilités.

Pourquoi ce préambule d’un Paris qui n’existe plus ?
Pourquoi vous faire partager un minime morceaux de temps qui décrit mon arrivée en France en 1980 ?
Parce que la métamorphose qui a subi mon pays d’adoption en l’espace de presque quarante années, me laisse dévastée.
Parce que tandis que les sociologues, journalistes et analystes politiques se préoccupent uniquement de la vision qui donne la France à l’étranger par le vandalisme d’une poignée de la pègre qui inonda les champs -Élysées, ils ignorent, (volontairement  la dégradation morale, éthique,culturelle, éducationnelle, juridique, artistique qu’on a programmé avec une intentionnalité meurtrière et sauvage, a perpétré une mafia des faussaires et frustrés arrivistes qui se sont emparés du pays pour faire profit de ses richesses au dépends de tous les citoyens. Il s’agit d’une mise à sac et d’une expropriation frauduleuse de la nation.
Je ne me préoccupe pas outre mesure des dégâts matériels, la dégradation sera réparée fort bien en trois jours, ce qui m’obsède est les effets dévastateurs de cette usurpation volontaire des valeurs spirituels, morales, éthiques et culturelles de la vieille France déjà saccagée et anéantie, cette violation de l’identité du pays ; cet outrage barbare à l’essence de l’humain, le laissant périr dans la famine la plus abjecte, c’est l’œuvre de l’avidité perfide des parvenus installés confortablement au sommet du gouvernement, des institutions, élus démocratiquement ?
Leur faute grave à l’encontre de tous les citoyens en souffrance, sur la nation sans défense, est sans conteste, un acte de maltraitance avec des circonstances aggravantes, à la manière d’un tsunami, ils ont englouti tout à son passage.
Les nouvelles se succèdent à toute allure.
Prise d’un insomnie rare, presque quarante années après avoir atterri dans mon pays d’adoption, j’apprends que Monsieur François Asselineau, devant les journalistes a demandé de déposer entre les mains d’un député, monsieur Mélenchon, une lettre qui devrait déclencher la procédure pour exiger la destitution du président banquier et psychiatre.

Il va nous proposer, mardi, ce qu’un de ses ministres a déjà annoncé clairement dans les médias, devant notre demande de PAIN, il appliquera volontiers les méthodes de la psychiatrie :

Écoute
Compréhension
Propositions
Pédagogie !

Alors, Chers Lecteurs,

Êtes vous prêts à vous allonger sur le divan mardi prochain ?
Il proposera une écoute attentive.
Appliquera lors de l’entretien une vaste compréhension, il a lu, me semble-t-il, La naissance de la clinique de Foucault !
Le regard du médecin ! La nouveauté qui ouvre le départ de la médecine moderne !
Il s’est transformé en Psy !

La fin du monde – la fin du mois ?
La fin du monde est pour nous le 15 du mois, la date fatidique où quand j’ouvre la porte du frigo, et je ne peux pas me convaincre qu’il est vide.
Et quand la douleur de la faim nous assaille, pour plus que l’on ouvre la petite porte du garde manger, tel que par temps de guerre, on a du mal à croire qu’il n’y a RIEN.
Mais, les factures sont payées, les créanciers ont déjà fait les prélèvements aussitôt arrivée la retraite le 10 du mois.
Aucune facture n’est en souffrance.
Nous ne sommes pas des assistés, nous savons gérer nos revenus !
Mais, c’est nous qui restons pris au piège par un garde manger VIDE, et un FRIGO vide.
Cette situation humiliante est insoutenable.
Il n’y a qu’une seule porte de sortie :
Elle a déjà été mise en marche.
Une autre pétition est en ligne pour que chaque citoyen la signe.

Je vous implore de la signer !

Pour la première fois dans ma vie de prof. Je dois apprendre une nouveauté, et après un long parcours de souffrance dans mon pays d’adoption.
je ne suis pas venue chercher ici  la faim
Le Psy banquier nous dit que la faim s’apaise avec les méthodes de la psychiatrie!
La pédagogie sert à calmer la faim, payer les taxes, les factures et à nous chauffer en hiver, sans allumer le radiateur.

Bon, j’ai échoué dans ma pétition de bénévolat pour collecter de l’argent et le distribuer chez les nécessiteux…

Pour ce qui est de la pétition pour destituer le banquier psy, je suis rassurée, on s’en charge !
Je garde l’espoir.
Mais une fois nettoyé la Cité…

Il prendra du temps pour cicatriser de telles blessures.

Nadezhda Gazmuri-Chernaik

 

Write a comment

You need to login to post comments!