NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK est "Auteur auto édité"
vous pouvez la contacter
par mail : nadezhdagazmuricherniak@gmail.com

RACISME ET ABUS DE POUVOIR SUR LINQUEDIN

6 janvier, 2019 (16:51) | Dénonciation politique

 

RACISME ET ABUS DE POUVOIR

SUR LINKEDIN

Aux Modérateurs de Linkedin,
Chers Lecteurs et amis virtuels,

Il y a six jours j’ai été obligée d’écrire rapidement non un article mais un POST pour dénoncer publiquement deux membres de Linkedin, dont j’ai dû subir de leur part des attaques haineux de l’une, madame Carolle Haufbauer, et raciste de l’autre, monsieur Paris BERNARD. Qui se déclare policier.

Mon post s’intitule VICTIME DE RACISME SUR LINKEDIN.
Le dernier que je viens de poster, il y a une heure: RACISME ET ABUS DE POUVOIR SUR LINKEDIN.
Ils méritent cet article parce qu’il paraît que les modérateurs ne m’ont pas lue.

PREAMBULE

Un éclaircissement s’impose avant de développer mon sujet, ce site « professionnel » est le seul au monde, à ma connaissance, qui a été crée avec une telle nouveauté pour aider les professionnels que nous sommes, à trouver un poste, une nouvelle opportunité de travail et, parallèlement à faire fructifier des échanges entre personnes qui peuvent s’entraider à réussir au mieux leurs projets de vie professionnelle.
Il va de soi que les modérateurs ne peuvent assumer le rôle d’inspecteurs pour surveiller des professionnels que l’on suppose intègres, et respectueux.
Il est de la responsabilité de chacun de nous de veiller à que ce site PROFESIONNEL maintienne et fasse perdurer sa vocation première : nous aider dans notre quête de réussite professionnelle.
Je suis inscrite sur LINKEDIN pour une seule raison, faire connaître mon travail d’écrivain et d’artiste peintre, et échanger avec les professionnels du site à partir de leurs publications et commentaires, je ne m’épargne aucune lecture attentive des professionnels qui enrichissent le site de leurs publications personnelles liées à leur travail ou d’autres qui nous font partager leurs choix et trouvailles des idées et des pensées des grands qu’ils affectionnent.

DEUX VICES À DÉNONCER ET À PROSCRIRE :

LE MANQUE DE RESPECT ET LA TRANSPARENCE.

Regardons d’abord la Transparence.

Milan Kundera dans un de ses essais, il définit ce vice magnifiquement, il le nomme :

 

« LES ARRACHERURS DE RIDEAUX »

C’est depuis plus d’un siècle qu’en matière d’études littéraires on a proscrit la biographie de l’auteur comme matériel indispensable à l’exégèse de l’œuvre.
C’est pourquoi, ma vie intime ne sera jamais révélée et que je m’oppose formellement à diffuser mes photos ou de filmer des questions importantes soit par Facebook ou Youtube, car mon travail artistique n’a aucune nécessité de que ma personne soit vue par tout le monde.
la peinture est silence et elle est là pour être analysée. Ma personne réelle n’a pas lieu.
Dans mes travaux d’écrivain, dans tous mes écrits pareillement, je suis celle qui écrit, et il n’y a rien de mieux pour savoir qui je suis que de me lire, vous y trouverez mes affections et mes condamnations sociétales, mes amours et mes haines, mes souhaits, et mes pensées.
Pour ce qui est de la fiction, mes poèmes et mes récits lyriques, là c’est autre chose, car je pratique la littérature à la manière où le propose dans ses thèses Dorrit Cohn, ou Giorgio Manganelli, la littérature est la fiction par antonomase, c’est à dire l’espace licite où le mensonge absolu a droit de cité !
La transparence est un des vices les plus condamnables, car elle cherche anéantissement forcé de la pudeur, la transparence assermentée par le pays, s’introduit comme une voleuse dans l’intimité des personnes et de leurs foyers, pour obtenir leur soumission, les commander à l’esclavage et sortir profit de l cet état acquis de manière dictatoriale, et néanmoins légale !
Je ne les ai jamais autorisé à prendre place chez nous, avant, du vivant de Maman, ni chez moi, seule à présent.
C’est pourquoi il m’a valu en réponse à titre de châtiment, la torture et l’assassinat de Maman, ils se sont vengés sur elle pour me punir dans ma manière rétrograde de vivre, à l’ancienne, en préservant ma totale intimité pour mes affaires personnelles.

AVERTISSEMENT

Si j’ai publié deux photos de Maman et de moi-même, sur Linkedin et sur mon Blog Littéraire, photos qui nous montrent ensemble juste avant le crime fin 2013, c’est uniquement parce que sa torture et assassinat est une question non seulement privée, mais qui est devenu d’utilité publique.
La maltraitance aux personnes âgées, l’utilisation de nos vieux à des fins politiques sont l’affaire de vous tous.
Les vieux depuis la loi APA votée en l’année 2000 réduit les personnes dépendantes à matériel humain bon à résorber le chômage.
Je ne vais pas développer ce sujet dans cet article, ceci ne sert qu’à évoquer le sujet de la « Transparence » celui qui défend son intimité et celle de ses proches sera puni.
Je viens de finir un Script qui ne parle que de cela.
Une tragédie personnelle, où comme dans toutes les tragédies, l’on va du particulier pour aller vers l’universel.
Au temps utile, il sera publié sur ce site et sur mon Blog littéraire.

LE MANQUE DE RESPECT.

Cette époque est le monde de l’immédiateté, d’un manque de respect d’autrui installé dans toutes les relations humaines et vu par toute la société comme naturel, il est entré dans les mœurs sociétales, et personne ne le sanctionne, ce qui est la raison de son déferlement.

Du manque de respect, découlent toutes les autres formes de transgression de l’humain, abus de pouvoir, domination, mensonges, calomnies, insultes.
Et de cette transgression quotidienne et assermentée dans la France d’aujourd’hui, nous sommes en danger de nous voir mutilés.
J’ai été victime par ricochet de la torture et de l’assassinat que 4 faux médecins donnèrent à Maman fin 2013.
Torture et mort insoutenables données en catimini, car les étapes qui précédèrent la torture et l’assassinat, je l’ai vécu ici à Paris, ces étapes naquirent précisément du manque de respect, la frontière qui devait nous protéger Maman et moi-même, fut franchie par ceux qui ont acquis un petit pouvoir sur les autres, « les médecins », ils ont eu le passeport pour franchir la dernière frontière qui protège chaque individu dans son intégrité d’Homme ou de Femme libre.

C’est ainsi que dans toutes les formes de contact, s’est installé comme un mode d’échange « NORMAL » les mots désobligeants, les phrases virulentes à connotation raciste, les attaques personnelles si l’on est en désaccord avec les idées d’autrui, et personne ne se décide à mettre un digue à ce vice qui nous a rabaissé dans notre condition et intégrité de femmes et d’hommes dignes.

Où se trouve la grandiose idée malrucienne qui répondait à la question toujours mystérieuse sur la véritable mission de l’Art ?

Malraux a dit ceci :
« Donner conscience aux hommes de la grandeur qu’ils possèdent et qu’ils ignorent. »

Je vous exige de réfléchir à cette phrase.
S’ils ont cru bon de changer la société et de la reformer en faisant table rase de ces valeurs, en jetant la France dans une uniformité par le bas, effaçant et méprisant les valeurs que la France avait embrassées pour les faire siennes et les investir d’un rayonnement culturel qui était connu de par le monde, qui attirait des naïves comme moi je l’étais, et pour lesquelles j’ai tout quitté pour venir chercher ici, volontairement, un refuge d’art et de culture, vous pouvez imaginer mon désarroi quand je subis le mépris depuis l’année 1980 date où je suis arrivée à Paris, et c’est depuis que dans les domaines qi sont le miens, le professionnel de pédagogue qui devait me donner l’indépendance d’un gagne pain sur et d’une retraite confortable, et artistique, gagnant la reconnaissance d’appartenir à la lignée de l’École de Paris, le noyau de la peinture française !, je me suis vue de jour en jour plus rabaissée, plus méprisée, de plus en plus mise dans la marge implacable du mépris, par l’œuvre sadique des mafias installées avec pompe dans l’éducation, la santé et la justice.

Si au plus haut de la hiérarchie, la transgression et l’abus de pouvoir sont la forme de relation habituelle dans ces trois domaines, ce manque de respect et de « courtoisie » est la forme de vie journalière que nous menons au sein de cette société française ou nous sommes agressées au quotidien.

LE RESPECT.

Pour un vrai espagnol, la CORTESIA est une forme intrinsèque à la personne, dite : de bien.
La transgression de cette vertu qualifie l’individu comme un homme ou une femme  « MAL NACIDO » qui est comparable à ce manque de « savoir faire et de savoir vivre » français, c’est à dire le pire des qualificatifs que l’on puisse donner pour faire le portrait de quelqu’un sans manières, sans délicatesse, en manque d’éducation, bref, un individu, homme ou femme qui est un danger sociétale et à proscrire de toute relation humaine.
Le Bannissement sociétal le plus absolu.
Mai, non, je fais erreur, celui qui manque de « cortesia », celui à qui lui fait défaut le « savoir faire et de savoir vivre » dans la France d’aujourd’hui n’est pas banni.
Je donne ici une qualification d’ordre sociologique idéaliste !
Il devrait recevoir LE BANNISSEMENT !
Il est le meilleur et les pires des châtiments.
Cela vous surprend ?
C’est aussi naturel que regrettable.

Or, au lieu de rester comme une sorte de bannissement sociétale, de nos jours, le manque de respect est glorifié, alimenté, félicité, et tous s’y prêtent volontiers, jugeant cet acte de bravoure insolente et déplacée comme une forme de courage !
Mais non, chers Lecteurs et Amis virtuels, il va falloir que cela change.
Et c’est vous qui devez par votre comportement, les responsables de ce changement.
Hier, une amie virtuelle, espagnole, s’est vue victime d’insultes d’une personne de Linkedin, je lui ai conseillée de faire la dénonciation publique tel que moi-même je l’avais faite.
Mais elle a une autre façon d’agir, et l’a dénoncé en « mode privé » sur la rubrique clientèle de Linkedin.
Cela pour moi, n’a pas la valeur d’utilité publique ni contribue à éradiquer le mal pour installer des nouvelles règles sociales.
Je n’ai jamais exigé qu’on me suive dans mes combats, ni dans ma manière d’être et moins encore que l’on dise amen à tout ce que je dis ou écris.
Le libre arbitre est l’essence de notre existence en société, mais j’ai choisi la profession de pédagogue, cela impose une grande responsabilité que les professeurs de lycées français ignorent, car ils n’ont jamais eu des cours de formation pédagogique faits par de grands maîtres, je les ai eus.
Ma profession a contribué à façonner mon esprit, mon comportement en société, c’est pourquoi, ma personnalité les a été intolérable aux mafias de ces trois ministères, l’éducation, la santé, et la justice, ou les mafias, ne sont pas au pouvoir pour exercer le bien au profit de toute la société, mais pour satisfaire leurs ambitions personnelles et laisser libre cours à leurs frustrations sadiques en annihilant trous ceux qui s’érigent libres et indépendants, ils sont la CIBLE à abattre, parce que dangereuse de sa seule présence.
Le professeur est celui qui où mise à part sa tâche première, celle qui réside en donner un savoir, il est investi d’une mission d’éclaireur, il doit donner des leçons à la société, pas l’inverse.
Un Professeur de philosophie, nous étions en première année de faculté nous a formé en philosophie nous a dit ceci dans amphithéâtre :
« Vous êtes la crème de la crème de la société, c’est à vous d’intervenir, vous avez une mission à accomplir »
Des leçons qui vont vers le Bien, le Vrai, le Beau et le Juste, c’est cela un bon professeur de littérature, car la littérature c’est tout, c’est la vie qui entre dans son domaine et qui la nourrit. C’est cela un bon professeur de lycée et non un pauvre fonctionnaire, « bête de somme » comme le dit Adorno, qui brûle sa vie en repentant comme une cassette les mêmes cours du début de sa carrière jusqu’à la fin de sa triste et banale existence. Et, il ne faut pas oublier, ils sont tous les heureux détenteurs des Capes ou d’agrégation!
L’amitié ne doit en aucun cas exiger aucune forme de soumission ni d’obéissance.
Moi, je laisse la liberté totale.
Seuls nos parents ont des droits sur nous, car ils nous ont donné la vie et nous ont aimé, éduqué et façonné à leur manière. Je n’accorde ce droit à personne d’autre.
Pour finir cette didascalie nécessaire, je reviens au cas Linkedin, si l’on veut finir avec ces attaques personnelles de manque de respect, il faut les dénoncer PUBLIQUEMENT, il n’y a pas de diffamation puisque c’est en légitime défense que vous agissez en vue de rétablir l’équilibre de ce qui est JUSTE.
ET, QU’EST- CE QUE CELA VEUT DIRE, JUSTE ?

Si vous êtes insulté, soit pour ce que vous êtes, dans votre identité, quand c’est votre personne qui est visée dans son essence, ou bien si vous êtes insulté pour ce que vous écrivez, vous devez donner le nom de l’offenseur publiquement. Vous ne serez pas coupable de « diffamation »
Les écrits de l’offenseur vous devez les eanscrire à l’identique, afin qu’ils soient crédibles devant le Juge.
Vous devez garder une copie.
Et, sur un site, il restent les traces à l’identique dans les données du serveur, en cas de plainte ils seront obligés à les donner, su contraire, en cas d’effacement des preuves, ou de les occulter, il y aura un délit supplémentaire, entrave à la procédure en cours.
La diffamation est un délit quand vous faussez un acte non commis, quand vous mentez, quand vous vous posez en victime et que personne ne vous a attaqué !
Dans mon cas particulier, il y a juste 6 jours, je me suis vue attaquée par cette personne que je n’avais ni dans mes contacts ni liée à ceux de mes correspondants habituels.

Madame Carolle Haufbauer m’a jeté une série d’insanités où le pire fut de me dire que mes écrits sont NAUSEABONDS !

Alors j’ai demandé au Modérateurs de Linkedin et au lecteurs de faire une révision de l’historique des mes articles, Posts et « commentaires »
Osez me dire qu’un seul d’entre-eux, contient un mot désobligeant vis-à-vis d’autrui ou que j’ai manqué de respect dans la rédaction de mes propos.
Sachant que ma conduite est sans tache, que mon comportement est d’un respect sans faille, je m’octroie le droit JURIDIQUE de les dénoncer publiquement
Nous sommes tous libres de révéler nos idées dans les respect mutuel, personne sur ce site ne doit subir des attaques racistes, ou des agressions pour le simple fait que nos interventions ne sont pas de l’agrément d’autrui.
Les divergences se combattent avec l’exposé de nos idées, ni dans notre vie en société, ni sur un site PROFESSIONNEL nous ne sommes pas autorisés à ces délits, ni à les subir !
Nous ne sommes pas non plus autorisés d’intervenir de manière superficielle, devant les interventions des membres de Linkedin, nous leurs devons une lecture attentive de leurs publications or, si un commentaire ne nous semble pas juste, exposons le, mais en donnant nos arguments, ce site n’est pas le lieu de discussion d’adolescents immatures, qui commencent à tâtonnements leurs premiers pas dans la vie, si vous êtes des professionnels dignes de ce nom démontrez-le!

LE MEMBRE DE LIKEDIN PARIS BERNARD QUI SE DIT APPARTENIR A LA POLICE

C’est ce qui se passe avec ce membre de Linkedin qui se dit appartenir à la POLICE et dont son nom PARIS BERNARD doit être sans aucun doute un pseudonyme.
Mais, en cas éventuel de plainte Linkedin est en possession dans ces données de l’identité des tous ses participants, il sera bien obligé de se dévoiler. Voilà le seul voile dont je suis contre !
Je ne vais pas réécrire un épisode qui me donne la nausée, étant donné que mes lecteurs, ceux qui me suivent fidèlement sur mon Blog, ne sont pas inscrits sur Linkedin, je vais reproduire ci dessous les deux Posts que j’ai publié déjà sur Linkedin.
Je ne veux pas abuser de votre patience pour me lire à nouveau, mais, d’une part j’ai ajouté quelques phrases, que l’espace du Post, me limite par le nombre de caractères, et d’autre part, je me dois de les inscrire ici même pour mes lecteurs qui me suivent de par le monde et qui ne sont pas sur Linkedin.
Je vous redis mes plus vifs remerciements pour votre lecture et votre fidélité.
Vous êtes tous dans mes pensées, je vous garde dans mon cœur, que ferait un écrivain sans ses lecteurs ?

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

www.nadezhdagazmuri-cherniak.com

POST PUBLIÉ SUR LINKEDIN

 

VICTIME DE RACISME SUR LINKEDIN

 

Aux Modérateurs de Linkedin,
Chers Lecteurs et amis virtuels,
Voici mon deuxième avertissement qui dénonce publiquement encore deux nouveaux affronts qui m’ont été adressés, hier une personne qui s’appelle Carole Haufbauer, m’a écrit en utilisant des phrases hautement désobligeantes classifiant mes écrits de « NAUSÉABONDS » (!)

Il y a une heure, un Homme de la police nommé PARIS BERNARD, m’insulte et me demande, je le cite :
« de rester au chaud avec mes poèmes et de ne pas faire CH…, les GAULOIS TRANQUILLES avec mes écrits. »

Je lui ai donc proposé dès la rentrée de nous rendre au Tribunal pour éclaircir ses insultes racistes devant le Juge.
Je ne suis pas gauloise d’origine ?
Française d’adoption ?, alors je dois laisser les GAULOIS TRANQUILLES ?!

Il n’a pas employé ce mot, mais un mot qui lui ressemble, un mot ordurier qu’emploie la pègre !
Il m’a insultée en disant de
« ne pas faire CH… les gaulois. »

Je ne vais plus supporter aucune attaque sur Linkedin, parce que mes commentaires qui partagent amplement d’autres participants ne sont pas de l’agrément de certains.
Cet homme de la police a une conduite d’une bassesse inqualifiable vis-à-vis de la dame que je suis et cela ne restera pas impuni.

RACISME ET ABUS DE POUVOIR SUR LINKEDIN

II PARTIE.

Le 5 janvier 2019

Aux Modérateurs de Linkedin,
Chers Lecteurs et amis virtuels,
Je suis ici pour faire connaître mon travail d’écrivain et d’artiste peintre, je constate qu’ici l’on parle de tout sauf de notre travail. Il passe inaperçu.
Mon Post précédent dénonçait publiquement un spécimen de la police qui m’a insulté avec des propos orduriers et racistes, faisant noter que je fais CH… les gaulois », (!) avec mes écrits, parce que je ne suis pas d’origine gauloise »

Faudrait-il lui lui dire ce qu’il ignore ?

Je dois lui dire que mon premier nom de famille qui vient de mon père, GAZMURI, est d’origine basque espagnole,,donc, d’origine celte
Et, quelle est l’origine des gaulois ?!
Hier, précisément, il persiste sur Linkedin cette fois ci à pleurnicher et à écrire des propos haineux, au motif des affronts que reçoit la POLICE d’où il se réclame et fait appel à prendre des mesures contre les auteurs !
Ceci est le travail de la JUSTICE, ce travail de justicier cne lui revient en aucun cas !

1. S’il appartient à la POLICE il se doit de respecter le droit de réserve.
Les lecteurs l’applaudissent en dépit de connaître mon Post publié il y a 6 jours et ci dessus, reproduit.
2. Son nom Paris BERNARD doit être un faux nom pour Linkedin, mais en cas de plainte…
3. La Police française est en train de s’adjuger le droit de faire le tri parmi le citoyens, en vertu de leurs origines, comme ils le firent sous la botte d’Hitler pendant l’Occupation ?
4. Je penser qu’avec cet spécimen nous avons touché le fond de l’ignominie.

Il va falloir que les Modérateurs me lisent et mes lecteurs aussi.
Pour ma part, j’agis avec la loi en dépit de mafieux, et je ne tolérerai plus jamais devenir la CIBLE de quelconque a le caprice de m’attaquer avec sadisme et préméditation.
C’est à vous d’exiger que ce site professionnel garde la vertu d’être un espace à vocation essentiellement professionnelle, qui nous permet d’échanges sur nos productions de travail, culturels et humains pour le bien et l’enrichissement commun.
Refusons de manière ferme et intransigeante que des membres indignes de ce site,  persistent à nous déranger avec des interventions contraires à la bienséance.

Notre condition humaine exige que le respect soit une condition sine qua non que l’on nous doit en tout lieu et à tout moment.
Refusons toute violation à notre intégrité et liberté personnelles.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

Write a comment

You need to login to post comments!