NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK est "Auteur auto édité"
vous pouvez la contacter
par mail : nadezhdagazmuricherniak@gmail.com

GAZA ENTRE GENOCIDE ET SOUILLURE

19 mars, 2019 (10:56) | Non classé

GAZA

ENTRE GÉNOCIDE ET SOUILLURE

ET QUELQUES DIDASCALIES FUNÉRAIRES OCCIDENTALES

 

« Et mon père m’a dit un jour
Celui qui n’a pas de patrie, n’a pas de sépulture…
Et il m’a interdit de voyager »

Mahmoud DARWICH

La terre nous est étroite et autres poèmes

 

Chers Lecteurs,

Un réveil avant l’aube dans un impromptus des nouvelles accablantes, tout un éventail de catastrophes qui méritent l’analyse critique quotidienne.
Nous sommes effondrés par le massacre de la mosquée de la Nouvelle Zélande et nous sommes secoués par une série de nouvelles qui sont tombées pendant la nuit dans ma boite mail, n’espérons pas les connaître par les médias français !
L’une d’entre elles donne le titre a cet article, les deux autres, nous allons les évoquer avec une touche d’ironie, vous savez ce qui a dit le philosophe Vladimir Jankélévitch à propos de l’ironie : « l’ironie est la défense des faibles » et je me range moi-même dans cette catégorie.
Les massacres sont nés avec l’humanité et ne finiront qu’à l’heure de la fin de temps, ne rêvez pas de retrouver la paix absolue et pérenne, seulement un certain équilibre momentané plus ou moins long, avec des signatures des décrets de paix, plus ou moins rassurants grâce à la dissuasion, contentons-nous d’une petite trêve.
Le monde Occidental se réclame démocratique et laïque.
Le plus grave que peut souffrir un peuple est de voir dépossédé de leur terre.
Il y a de nouvelles qui peuvent être analysées et critiquées par quiconque ne possède qu’une vision de l’histoire superficielle et des connaissances philosophiques primaires, mais qu’au seul analyse de la raison, dont toute personne bien constituée possède, lui sembleront paradoxales et touchant l’incongruité, voir une aporie.
Voici la première nouvelle de ce matin, que je reçois en résumé et qui mérite comme simple introduction un bref récit à la troisième personne, à vous de juger, si vous ne l’avez pas déjà lu dans des réseaux sociaux.
Erdogan vient de « recadrer » le fils du président du « peuple élu »dans un communiqué, le menaçant de le mettre à sa place s’il persistait dans ses déclamations ostentatoires contre la Turquie en s’affirmant sur des faits historiques, au passage il faut connaître les méthodes de farce que ce type utilise dans son discours, avec la logistique verbale prête, car les élections approchent, il se munit des nouveaux moyens explosifs, en cherchant des alliés chez les catholiques orthodoxes à l’aide sournoisement recherchée des rappels historiques dignes de Wikipédia pour les dates et des mensonges assemblés avec sa mauvaise foi qui le caractérise pour les attaques politiques. À la fin de son affolant discours on découvre que ce qu’il voudrait rendre virtuellement à l’Orthodoxie Istanbul auparavant nommée Constantinople.
Ô combien ils lui seront reconnaissants ! Virtuellement naturellement !
Non sans lui rappeler le problème grec, kurde, arménien…
Tout ceci on le sait déjà, mais ce qui exige notre attention est la fin de son récit de guerre qui se termine par un auto éloge de lui-même et de son pays où le monde entier sait que grâce à eux, c’est un pays où coule le sang au lieu du lait et du miel bibliques !
Il ose se vanter de représenter lui-même un modèle de pays de démocratique, laïque qui respecte et où règnent en paix toutes les religions et droits de l’homme !
Les historiens de bonne foi, les Professeurs, ils vont sourire et tourner la page. Ils ont l’habitude de ces fantoches. Les gens de bien sont occupés des choses sérieuses, le problème est que de tant entendre les vociférations du « peuple élu » l’on n’entend plus rien ou très faiblement comme l’on écoute la pluie qui tombe sur la mer.
La gravité est qu’en dépit des informations que l’on trouve sur des sites spécialisés, les gens prennent l’habitude de la guerre, de la mort, et les souffrances des palestiniens se banalisent dans la multitude quotidienne des morts, blessés, handicapés, tués à bout portant et les expériences pharmacologiques infligés aux prisonniers comme les cobayes des nazis.
Moi, je suis incapable d’assumer cette habitude, je suis incapable de m’habiller d’une carapace et faire comme si…Je garde ma tempérance, mais face aux mensonges faits à l’histoire et face aux souillures infligées au sacré, au religieux, au sublime, je réagis ipso facto, je ne tolère point la violation du sacré quel qu’il soit, où qu’il se produise je le dénonce.
Mais, me direz-vous. Entre « mort d’homme » et une souillure au religieux, il n’y a pas de comparaison !
En êtes-vous sûrs ?
Je ne suis ni historienne, ni psychiatre, je ne peux prendre la distance « professionnelle » requise, que ces deux catégories de la formation et de l’expérience octroient aux professionnels, faites d’aisance pour aborder ces sujets avec du recul et de la tempérance.
Moi en revanche, je suis artiste et je suis prise au piège.
Je prends pour mon étude ces sujets de guerre et de mort, de torture et des exactions, avec un investissement absolu, empathique et sans pouvoir éluder le pathos.
En question de sentiments, d’art et de religion, les deux derniers profondément liés, je réagis avec pathos, comment pourrait-il être autrement ?
Ne m’exigez pas l’impossible.
Le sens du sacré et le respect de morts sont banalisés et sont à maintes reprises détruits de sa racine dans l’Occident, dernièrement nous avons pris connaissance des souillures abominables à l’aide d’excréments infligées aux autels des églises. Mais « ils disent » que sont de « déséquilibrés », des « jeunes sans identité » et les médias cessent d’en parler, et tout le monde se tait, et que dire des responsables religieux, ils ont peur, leurs fidèles sont de moins en moins nombreux, ils fuient le sacré. Le religieux doit être oublié et noyé dans la laïcité. Enfin, le sacré on l’oublie, on le fuit, on le quitte à bon escient.
Dans l’espace où le règne la République laïque qui a fait de la laïcité une nouvelle religion, les esprits ne sont pas perturbés ni pour les souillures des leurs églises ni pour les décrets funéraires qui mettent péril le repos éternel qui méritent leurs morts.
Je doute fort que ce manque d’inquiétude vis-à-vis de décrets funéraires de la France soit dû a que les français soient tous des fortunés, nous n’aurions pas les manifestations qui exigent un changement de la misère en une vie normale pour cesser de vivre en permanence dans une lutte permanente pour la survie.
Si les français peuvent dormir en paix, sans être perturbés pour la destinée que les gouvernements réservent à leurs morts c’est parce qu’ils sont tous imprégnés d’athéisme.
La destiné de leurs morts, s’ils n’ont pas pour payer la prolongation de la location de la concession, sera inéluctablement l’ouverture des tombes et le délogement des cercueils si le contrat de bail est terminé, et qu’ils n’ont plus d’argent pour payer les sommes exorbitantes exigées.
C’est l’athéisme qui ôte le sacré aux morts, ils le transforment en un « simple déchet », bon à incinérer, prêt à être jeté à la fosse commune, aspergés d’acide pour accélérer la disparition des dépouilles le plus vite possible.
La Grèce orthodoxe, vient de déclarer publiquement que par « manque de place » dans leurs cimetières, la loi exige que les délais des concessions funéraires prennent fin au bout de trois ans au lieu de cinq.
Les prêtes orthodoxes grecs se disent consternés, rappellent le canon oriental des lois orthodoxes, mais, leurs voix ne sont ni audibles ni n’explosent d’un ton pressant et passionné comme celui d’Antigone face à Créon.
La médecine légale a apporté sa contribution utilitaire aux gouvernements pour qu’ils écrivent leurs décrets funéraires, tels que ceux de la France, vous devez savoir que c’est seulement au bout de cinq ans que le corps du défunt a disparu dans sa totalité et qu’il ne reste que le squelette.
C’est bien pour cette riche information, que la France ne permet sous aucun prétexte qu’une expertise judiciaire ordonnée par un Juge, l’ouverture des cercueils avant 5 ans et une journée.
Je suis experte en lois funéraires et vous savez bien pourquoi. Pas besoin de faire mon cursus en Licence de droit ! J’ai été forcée de vivre l’horreur, l’assassinat contre Maman et ensuite, la France m’a obligé à faire une étude de recherche approfondie sur ses lois funéraires, ses décrets, et surtout des prix imposés. Un assassinat français n’est pas un acte banal, il ne s’agit pas « de mort naturelle » à supposer que la mort le soit ! la mort est un scandale, alors quand elle est provoquée par des griffes assassines, nous touchons l’enfer vivant et les assassins nous emmènent de force vers l’horreur.
Grâce à cette France je récolte une vie parisienne d’artiste du plus haut niveau artistique et intellectuel !
Ici, en France, l’on nage dans les sommets de l’immonde.
C’est aussi un état de guerre invisible.
C’est parce que nous ne devons plus dialoguer ensemble sur ces questions ontologiques que l’Etat les a profanées, en les attachant et en les noyant dans des lois mercantiles, liant la mort et nos défunts au langage du profit et le plus abominable, justifié et prenant appui sur le juridique.
Nous ne pouvons plus communiquer, les gens comme moi, qui sont du coté du sacré, nous sommes mis à l’écart, et ballonnées pourque ne s’entende aucune voix protestataire, la France coupe la tête des Antigones, avant même qu’elles n’osent monter au sommet de l’Agora pour crier justice, ici en France Thémis fut délogée et interdite de toute intervention, pour que les tombes soient ouvertes et les morts déloges en toute liberté, sans trêve d’hiver, sans aucune attente ni contemplation.
C’est ça la France Chers Lecteurs.
Si demain un citoyen français ne possède pas de l’argent pour prolonger la « location »de la concession d’une mère, père, fils ou parent, il sera appelé à l’ordre par le cimetière qui obéit à sa fois à la Mairie qui elle ne fait qu’obéir aux Décrets de loi qui émanent des Décrets territoriaux, des lois de cadastre !
En l’absence d’argent pour payer le prolongement de la « location » de la concession, la tombe de leur mère, père, fils ou parent, sera ouverte et sa dépouille sera jetée dans une boite, pour laisser la place de la concession à quelqu’un qui a des euros pour l’acheter.
Si vous ne voulez pas souffrir, il vous sera utile d’être laïque, athée et servile.
C’est le Trésor Public qui, le comble de l’horreur, il exige que les 8000€ soient payés en une seule fois par chèque banque et sans aucune possibilité de payer en plusieurs fois, ni « à la source », comme l’on paie les impôts ! Non, le gouvernement veut le bail en une seule fois.
C’est le prix à payer en France pour la paix relative de nos morts.
Il n’est pas simple l’achat de l’éternité pour nos morts…

Les français laïques sans argent, accepteront lèvres closes, le regard fuyant, toutes les commandes outrageuses contre les dépouilles de leurs morts qui sortent implacables de « la hiérarchie administrative. »
Les français savent respecter « la hiérarchie administrative ». C’est leur religion.
Les ordres de la Mairie de Paris seront parfaitement accomplis et respectés. Les dépouilles des morts seront délogées. Et le lendemain tout sera oublié.

Car en France si vous n’avez pas d’argent pour payer 8000€ pour une concession « perpétuelle » soyez certains que la laïcité gagnera.
C’est la LOI, vous devez vous soumettre aux lois de la République !
« Si cela ne vous convient pas, quittez la France ! Je les entends me crier !
Ces professionnels distingués, français de souche qui n’aiment pas les « étrangers » et moins encore « les naturalisés ! » qui crient aux lois du sacré.
Mais, je ne connaissais pas ces décrets funéraires !
Je ne savais pas que le pays des droits de l’homme se moquait précisément des droits des morts !
Oui, « si cela ne vous plaît pas quittez la France !
Où ?
Vers un Paradis.
Oui c’est le Paradis un pays qui respecte ces morts.
Oui, c’est un Paradis un pays qui ne fait pas de commerce avec les sépultures.
Et, finalement c’est un Paradis un gouvernement qui dans la pratique et non seulement dans ses lois, octroie la liberté de pratiquer notre religion avec toutes les exigences qui s’imposent, le respect funéraire propre à chaque religion entre dans cette règle qu’en France n’est pas respectée. Et, ailleurs non plus, les obligations funéraires ne sont jamais respectées, il ne s’agit pas de « prêter « une concession pour quelques années, permettre le responsable religieux faire la prière qui lui correspond, cela n’est qu’un permis de célébration rituelle !
Je parle de la liberté et le droit que nous avons, nous personnes attachées au sacrée et croyantes, d’exiger que ce morceau de terre ne soit pas ouvert et notre mort délogé ignominieusement !
Ce respect des morts, l’Occident le viole avec une suprématie juridique.
Que la France et l’Occident octroie dans sa loi le libre culte et le respect des religions ? Ceci n’est qu’une fausse interprétation de la loi.
Les religions orientales interdisent l’incinération et les ouvertures des tombes, et aucun pays oriental, ne permet que les tombes soient ouvertes et les morts délogés.
La loi, permet la profanation des tombes par le moyen d’un décret « assermenté »
Quelle crainte pourraient-ils avoir, ces dégénérés criminels qui profanent les tombes si la République n’enseigne ni ne respecte elle-même dans ses lois le respect des morts ?
J’ai déjà écrit deux articles, l’un en 2017, date où les collaborateurs des médecins assassins de Maman violèrent sa tombe, c’est fut le même jour de l’anniversaire de sa mise en terre.
L’autre article très récent d’il y a trois mois, je réclamais aux autorités leurs méthodes funéraires abjectes, mon article s’intitule « Laissez en paix nos morts ». Je dénonçais les prix insupportables des pompés funèbres et tout particulièrement des prix exorbitants des concessions funéraires, que l’Etat français nous exige.
Il y a juste un moi, la Cour des Comptes a publié un rapport d’avertissement à l’Etat précisément sur le même sujet que j’avais longuement développé dans mon article !
Alors, je m’adresse à ces individus hommes et femmes qui occupent leurs vies à la pratique de la haine : ne me dites pas, comme vous me le dites ici tous les jours chaque fois que j’écris un article critique « quittez la France »
« Si ça ne vous plaît pas, allez ailleurs »
Vous ne dites jamais : Nous allons essayer de revoir nos lois et de les adapter, de les corriger
Nous allons essayer d’étudier la question,
Non, vous attaquez, vous vociférez exactement comme les dirigeants actuels du « peuple élu »
Mettre dehors les personnes qui pensent différemment à vous, qui ont des sentiments et des croyances et d’attaches différentes aux vôtres.
La haine et la modulation multiple de son expression est votre seule compétence.
Je la connais. Épargnez-vous vos commentaires, ici je parle de choses sérieuses qui incombent toute personne qui a des valeurs et pour qui la vie et la mort sont sacrées et je m’adresse et j’écris pour celles et ceux pour qui la violation du sacré est aussi important que le sens de l’honneur.
Enfin, passons à notre nouvelle d’intérêt collectif.
Où étions-nous avant cette didascalie utile et nécessaire ?
Ah, le « recadrement » du Président Erdogan au dirigeants du « peuple élu ! »
Et, je vous invite à réfléchir à l’aide d’une vidéo que je ne peux pas insérer ici, elle fut diffusée ce matin, elle montre un jeune soldat israélien qi entre dans une mosquée pour la souiller volontairement en marchant sur les tapis de prière, où les fidèles appuient leur front cinq fois par jour.
Ce soldat israélien marchait lentement, en regardant l’effet qu’il produisait, on lui demandait en hébreu de quitter le lieu, ils ne s’est pas arrêté et il n’est pas sorti qu’une fois que ses bottes finirent de souiller les tapis de toute la mosquée ! il a répandu sa souillure d’un air arrogant, en silence.
Je ne me suis arrêtée que dans son regard.
J’ai observé sa démarche, en avançant très lentement à l’air provocateur et cynique…Chaussé de ses bottes de militaire.
Il ne pouvait pas dissimuler qu’il savait qu’il était en train de commettre un crime.
Mais il avançait, d’un regard qui m’a donné la nausée.
Et, chers Lecteurs, je vous assure que j’ai vu exactement ce même regard chez monstre assassin de Maman qui devant ses douleurs, juste devant son lit où elle agonisait, il s’approche, il me regarde, et rit aux éclats en me disant ceci :
« Ha, ha, ha, ! elle n’est pas toute fraiche votre mère…Ha ? …Ha, ha, ha ! »
Cette vidéo doit être gardée dans le répertoire de l’abomination, elle doit former partie des archives où sont classés les actes de guerre commis par Israël contre les palestiniens.
Voici un cas abominable qui nous exige analyser ces spécimens du « peuple élu » comme des cas « psychiatriques » non pour les excuser non ! Comprenez-moi bien, mais comme des mutations génétiques de l’humain qui se sont transformés en monstres.
Les monstres sont de cas biologiques parfaitement répertoriés par la médecine.
Ils sont incurables, ce sont des déviations de la nature qui vire vers la monstruosité.
Nous arrivons à la fin.
Parce que Gaza est en souffrance.
Parce qu’il n’y a plus rien à dire face à un monstre.
Il faut le fuir.
Il ne nous reste que prier.
Et…Nettoyer ainsi les souillures.
Amin.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

Write a comment

You need to login to post comments!