NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK est "Auteur auto édité"
vous pouvez la contacter
par mail : nadezhdagazmuricherniak@gmail.com

Y A-T-IL QUELQUE CHOSE DE PIRE QUE LA HAINE? IL SUFFIT D’AVOIR AIME…

3 avril, 2019 (18:44) | Non classé

GAZA

Y A-T-IL QUELQUE CHOSE DE PIRE QUE LA HAINE ?

 

  IL SUFFIT D’AVOIR AIMÉ…

À GAZA

I
Il suffit d’avoir aimé pour savoir c’est qu’est la peur
Il suffit d’avoir vécu pour connaître
La saveur de la haine.

II
Il suffit d’avoir aimé, de toutes sortes d’amour
Pour être en alerte à la perte de l’être aimé.

III
Il suffit d’avoir aimé si fort,
De manière irrévocable
Et, de toutes sortes d’amour
Pour savoir que l’aube peut se briser
Par le froid qui laisse la visite
Inattendue et maladroite
Par la griffe acérée de Celle
Qui ne sort que la nuit.

IV
Y a-t-il quelque chose de plus abjecte
Que la haine qui vous est déversée ?

V
Il suffit d’avoir aimé de toutes sortes d’amour
Pour connaître le bruit
Inimitable de l’acier qui explose
Et, qui nous fait fermer les portes
À double tour.

VI
Y a-t-il quelque chose de plus effroyable
Que d’entendre l’air déchiré
Par les stridents combats insensés
Qui laissent les nuages assombris ?

VII
Y a-t-il, quelque chose de pire que la haine !?
Dites-le-moi !

VIII
Y a-t-il quelque chose de pire que la peur ?
Qui rôde, noircie
D’une avide et sanglante famine
Famine meurtrière
Famine fangeuse et sordide
C’est simple
Pour comprendre…
Il suffit d’avoir aimé.

IX
Il y a quelque chose de pire que le fiel
Qui sort de l’acier ?
Le fiel qui fait inonder de terreur
Le regard de celui qui
Ne se tient pas encore sur ses pieds ?

X
Y a-t-il quelque chose de plus sordide
Que d’avoir un corps sin destin
Que d’avoir des mains menottées
Que d’avoir les cris étouffés dans la gorge
Et d’être attaché à des chaines invisibles
Aux pieds nus
Qui ne veulent
Pas faire du bruit pour courir ?

XI

Il suffit d’avoir aimé la Terre
Il suffit d’avoir planté des arbres
Ces arbres qui chaque année nous voyions
Combien orgueilleux ils s’élançaient
Très haut en cherchant le ciel.

XII

Je vous dis mes frères qu’il suffit d’avoir aimé
De toutes sortes d’amour
Pour connaître le fiel de la haine
Pour savoir quelle est la couleur
Des regards chargés de combats anciens
Et prêts à déchirer à nouveau.
Prêts à séparer votre terre de part en part.

XIII

Ce sont les cris qui s’annoncent
Parce qu’avec les cris ils sont toujours
Prêts à vous faire exploser.

XIV

Y suffit d’avoir aimé
Pour être en alerte
Aux cris des commanditaires
Des coups dont personne
Ne peut esquiver.

XV

Y a-t-il quelque chose de pire que la haine ?
Il suffit d’avoir aimé de toutes nos forces
Il suffit d’avoir épuisé tous les mots
Il suffit d’avoir écrit mil paroles
Il suffit d’avoir pleuré jusqu’à l’épuisement
À ne plus pouvoir ouvrir les yeux
Et, d’avoir eu le corps exsangue
Pour connaître la saveur amère
De la peur.
XVI
Il y-a-t-il quelque chose de pire
Que d’avoir un corps sin destin ?

XVII

Y a-t-il quelque chose de pire
Que d’avoir les bras lacérés
Les jambes brisées
Les mains menottées
Les yeux secs et la gorge serrée ?

XVIII

Mais, vos voix traversent les frontières
Vos pleurs s’écoutent quand ils brisent les airs
Tels que des puissants avions
Qui déchirent le Ciel !

XIX

S’il n’y a rien de pire que la peur
S’il n’y a rien de pire que le fiel des aciers
Qui brisent votre terre de part en part
Il y aura mes frères,
Des cris
Des voix
Des corps qui se réveillent à la vie !
Des mains qui se défont dès leurs menottes
Des pieds nus qui libérés, courent
Des voix qui se font entendre
Et, vous le savez car moi, je le sais
Qu’il y aura quelque chose de plus fort que la haine
Mais, ne le dites pas…
Oh ! Mais si ! Dites-le,
Mais dites-le à mi-voix
C’est la Paix
La Paix de ceux qui dépossédés
Savent aimer.

SALAM

Nadezhda Gazmuri-Cherniak
Paris le 3 avril 2019

Write a comment

You need to login to post comments!