NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK est "Auteur auto édité"
vous pouvez la contacter
par mail : nadezhdagazmuricherniak@gmail.com

APORIE ET PERFIDIE

5 février, 2020 (22:43) | Non classé

 

APORIE ET PERFIDIE

 

 

 

« À mes parents qui m’ont donné l’essentiel »

 

 

 

Chers Lecteurs,

Je vis dans un pays extraordinaire, la France, qui est mon « pays d’adoption » la France veut que sur son sol se réalise l’impossible : une vie citoyenne comme si nous vivions au Paradis. Premier problème philosophique, car pour commencer à pratiquer notre dialectique, il faudrait que la France croie au Paradis, et cela est exclu, la France est LAÏQUE !
Mon cher pays d’adoption je l’ai connu dès mon berceau, je l’ai connu comme si j’y étais née, adolescente, je l’ai vécu « par procuration » rêvant de venir un jour faire le même itinéraire de mon père, pour le vivre à ma manière, car en théorie, il m’avait déjà légué Les Invariants Plastiques d’André Lhote que j’ai reçu en héritage, je suis depuis artiste peintre.
Car mon père, est venu ici en 1928, pour se former comme peintre dans l’atelier d’André Lhote ; il avait vingt-huit ans, il avait reçu dans l’atelier de Lhote, je reproduis ses mots : « la révélation de la peinture moderne »
Le Paris d’entre les deux-guerres était moins peuplé, certes, c’était un de ses principaux charmes, il n’y avait presque pas de voitures, mon père m’avait toujours dit « Paris n’est pas pour supporter de voitures » et l’immigration tant détestée, était à l’époque, une immigration d’art, cosmopolite, la plupart d’entre eux russes, l’immigration économique ou produit de la colonisation, Paris ne les connaissait point. Il faut admettre que ces deux variantes d’« invasion étrangère » sont des produits politiques proprement français. La France avait déjà en vigueur ses « valeurs Républicaines : Liberté, Égalité, Fraternité et la loi de 1905 de séparation entre l’Eglise et l’Etat était aussi en vigueur. La Laïcité régnait en toute sa splendeur, indubitablement.
Jusqu’ici les éléments dont je souhaite vous parler sont très clairs. C’était celui-ci le terrain où le jeune Hernan Gazmuri est venu s’installer, et c’était « L’air du temps parisien » où il a du vivre. Nonobstant, les vices humains dont aujourd’hui le pays déborde, étaient les mêmes, la page rouge des journaux, déployant crimes et vices ont formé toujours partie des mœurs des pays et le côté sombre des sociétés de par le monde. Les motivations criminelles sont invariables ; cette époque disent -ils à introduit une nouvelle le « terrorisme islamique-politique » et changent aussi les auteurs, mais ne vous trompez pas…le pays de la culture la plus raffinée, n’a pas été épargnée, empoissonnements et crimes des Médicis sont connus et notre France, le premier et féroce pays « coupeur des têtes », pour rappel historique je vous ai donné deux pôles où vous placer pour avoir un bonne perspective des motivations criminelles à caractère politique.
Le « terrorisme » est contrôlé par les « forces de l’ordre » et les excellents moyens dont disposent les Services secrets, ils restent pour l’heure incontrôlables uniquement les cas isolés qui se manifestent comme variantes, selon d’aucuns de ce même « terrorisme islamique -terroriste ».
Ce type de terreur et de crime est mondial.
Ce n’est pas un pauvre article, ni les copieuses publications et déclarations de politiques qui vont stopper ce fléau, ni même pas la loi, ce n’est pas l’objet de cet article, mais son but est de proposer des changements nécessaires de mœurs et d’adopter une manière simple de conduite qui protègerait le peuple, il s’agit des mesures de prévention que si elles s’appliquent, au sein d’un vaste programme, le succès serait assuré.
Je ne veux pas citer le nom de la jeune femme en question, je devrais me faire violence, elle se fait déjà une publicité débordante et elle est très bien défendue par des mots douceâtres qui se font entendre par ses défenseurs attitrés. Nous sommes pris au piège par elle et la France ne parle que de cette affaire. Son comportement hors norme, asocial, est son manque absolu de savoir-faire et savoir vivre, sont source et noyau de cette affaire
Pourquoi j’ai intitulé cet article d’aporie et perfidie ?
Parce que deux parties antagonistes se confronteront à l’infini et ne trouveront point d’accord, c’est ça une aporie en philosophie. Les uns diront que notre République laïque permet de blasphémer et de dire tout ce qui nous passe par la tête, à l’exception d’insultes destinés à des personnes précises, les autres argumentent en réplique qu’il faut tout de même « un peu de retenue ! » et dans le cas ci-dessus cité, la balance de Thémis s’incline d’un seul et unique coté, pour défendre la jeune femme en question, avec des arguments qui ne sont en rien des arguments juridiques.
Le délit nommé « diffamation » ce qu’on appelle calomnies et diffamation, sont tous deux de délits inscrits sur le Code Pénal, en ayant des variantes pour injures, calomnies diffamations, pour ne nommer qu’une seule, étant donné que « calomnie » ne forme pas partie du vocabulaire du Code pénal. Il est employé à sa place, le terme de « dénonciation calomnieuse » et, ils sont vastes les variantes sanctionnées comme des délits, où l’on doit parler d’injures, diffamation et dénonciation calomnieuse. À présent on y a inclus les calomnies dites par mail ou blog.
Pour ne citer qu’un cas inscrit dans les Articles R—25-8, 625-81 du Code Pénal, inclut les atteintes à l’honneur d’une personne et, sont fortement sanctionnés celles qui ont un caractère sexuel, racial d’appartenance religieuse et aussi le handicap.
Trouble résultat où le paradoxe est manifeste, liberté de blasphémer contre une religion, mais interdiction de la loi de s’en prendre aux convictions religieuses en particulier. Les délits pour diffamation, Articles 625-8, 625-21 du Code pénal, où les variantes se modifient et s’entrecroisent selon si elles sont proférées en privé ou en public, allant de 38€ d’amende pour le privé et 12.000€ à 45.000€ si ces injures sont faites en public, la durée de l’emprisonnement est de cinq ans.
Ce cadre juridique sommaire est à la portée de quiconque voudrait s’informer, ce n’est qu’une grille d’information pour savoir quel champ d’action nous attend en cas de nécessité de former un dossier de défense ou d’attaque, à vous de voir !
LA NOUVELLE JEUNESSE EN MANQUE DE SAVOIR FAIRE ET SAVOIR VIVRE
Pour être épargnés de conflits, je me demande qu’elle nécessité éprouvent ces jeunes femmes d’exposer leurs tendances sexuelles dans la place publique ?
Je le redis, cessez de la nommer « enfant » ou « jeune-fille » vous savez qu’un enfant n’expose pas sa sexualité, car elle n’est pas encore présente, car il n’est pas pubère, et hors de question de la nommer « jeune-fille » ou pire « fillette » termes aussi déplacés. Elle est une jeune femme de 16 ans et arrêtez cette confusion délibérée. C’est cela la perfidie.
La place publique est notre foyer commun, nous le partageons avec tous nos concitoyens, mais la France a voulu effacer les règles de bonne conduite, ce qu’on appelle « savoir vivre » la principale règle de bonne éducation est celle qui parle de liberté, ma liberté prend fin quand je dérange mon voisin.
La place publique, lieu de partage citoyen, n’est pas mon « chez-moi », or ma liberté est réduite, non pour me contraindre, mais pour octroyer à tous la même liberté, si cette liberté est démesurée pour une seule personne, celle de son voisin sera inéluctablement usurpée !
Le lieu public e s’est amplifié depuis la création des réseaux sociaux, un nouveau lieu virtuel de rencontre et partage se fait par des mots.
Les mêmes règles qui se partagent au sein de la Cité, doivent régir pour nos échanges virtuels, il est insupportable de lire une cascade des mots grossiers, de langage ordurier, non seulement la France et son Éducation Nationale a exécuté son plan d’ignorance nationale, et de désapprentissage collectif, mais plus grave encore, elle a imposé un laxisme et un je m’en foutisme des mœurs et de langage, qui s’est fait une règle de mauvaise conduite ostentatoire, pour imposer leur identité de « jeunes libres », cette nouvelle manière de vivre fut imposée par la jeunesse et ce tsunami d’ordures est venu à l’encontre de la cité.
À présent les politiques et les « adultes » le reçoivent en pleine figure comme un boomerang se plaignent et pleurnichent de ne savoir comment s’y prendre pour contenir les débordements d’une jeuneuse qu’ils n’éduquent point et que les parents ont délaissé, ils restent seuls à la dérive, car ces parents ne sont pas eux-mêmes des exemples vertueux, donc il est impossible qu’ils transmettent ce qu’ils ignorent et qui leur fait grave défaut.
Ces jeunes sont en manque de COURTOISIE, car leurs parents méconnaissent les rudiments de la vie en société. Et, sachez que ce ne sont pas les immigrés au comportement « moyenâgeux » qui manquent de respect ! J’ai exercé en ZEP toute ma vie professionnelle de professeur d’espagnol dans des lycées où presque tous mes élèves étaient musulmans, la plupart d’entre eux des parents illettrés et de surcroit la plupart du temps chômeurs, or je n’ai jamais été insultée et ils savaient que je n’étais pas de leur religion, comme bonne nombre de mes collègues. Le respect qu’ils ont pour les personnes âgées est un acquis de leur « éducation moyenâgeuse » qui se pratique en famille, cette didascalie était bien nécessaire à titre d’information.

APORIE ET PERFIDIE.

APORIE.

Attitude à proscrire, cessez de vous situer dans cette unique position, vous n’arriverez jamais à un consensus, ce n’est pas un changement dans la loi ni un bataillon de gendarmes ou un garde de corps personnel, et permanent devant les portes de toutes les jeunes femmes qui se feront le plaisir de vivre en transgression arrogante de valeurs, qui mettra en terme au conflit.
Il est insensé de vouloir sortir nue dans la rue et exiger de ne pas etre violée !
Il est insensé d’exiger être récompensée si vous insultez de mots obscènes ce que pour votre voisin est intouchable.
A une exception française mais cela est une autre histoire…
Ou se promener dans la jungle et penser que vous serez épargnée d’être dévorée par les animaux sauvages.
Mais, vous me direz, la France n’est pas la jungle ! Nous avons nos lois !
Les français sont tous des citoyens civilisés, et les brutes ? Ce sont les étrangers !
Il faut qu’au sein de la cité nous nous respections tous en dépit des la folie des femmes qui transgressent !
Ces valeurs qui formaient jadis le Patrimoine spirituel de la France, la République les a effacées, à savoir le fait religieux qui n’est plus considéré comme sacré et intouchable, et ensuite, il faut que les pensées moyenâgeuses comprennent qu’il est venu se greffer un énorme acquis au sein de la loi, la punition confirmée dans les textes de loi à toute atteinte à la pluralité d’identités sexuelles acquises comme étant légalement toutes permises.
Le peuple français dit qu’il est bon de transgresser, car c’est ainsi que l’on fête au jour le jour les acquis de la Révolution française !
Mais, l’aporie surgit quand il se présente comme une exigence le fait juridique qui établisse la conciliation de ces deux contraires extrêmes ; les textes de loi sont clairs, mais l’application s’efface devant des cas individuels, Thémis est constamment trahie quand c’est elle qui doit aveuglement s’imposer parce que notre déesse a toujours raison !
Il y aura toujours APORIE, car pour d’autres ces valeurs que vous avez transformé en VICES : aimer le religieux, sont leur socle ontologique et, le religieux, ils ne le transgressent jamais.
Vous ne trouvez pas de solution ?
Je le vois, car vous ne céderez jamais, il va de votre identité française, bannir le sacré et le religieux publiquement, au jour le jour, à coups de mots obscènes.
Vous arriverez à une solution heureuse de ce que vous nommez « le vivre ensemble » que vous avez muté et violé, quand vous serez les êtres compréhensifs, car vous dites avoir la descendance d’une culture millénaire qui s’oppose à celle des immigrés, « moyenâgeuse. »
Quand votre supériorité d’esprit cèdera, quand vous inventerez, quand vous arriverez à innover harmonieusement les contraires et que vous donnerez nonobstant un mot d’ordre catégorique, imposant une règle de conduite impartiale pour tous les citoyens, et, qu’une digue protectrice viendra enfin au secours des toutes les sensibilités confondues, l solution sera trouvée.
Et la PERFIDIE politique des grandes personnalités devrait prendre fin pour nous épargner de tomber tous dans les abysses de cette nouvelle France douloureuse et appauvrie que vous vous complaisez et acharnez dans la médiocrité de détruire et que vous vous obstinez à donner en cet état de délabrement pitoyable, comme unique héritage aux nouvelles générations.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

 

 

Write a comment

You need to login to post comments!