NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK est "Auteur auto édité"
vous pouvez la contacter
par mail : nadezhdagazmuricherniak@gmail.com

MADAME Y, L’HYENE-CRAPULE DE COLMAR / NOUVELLE

20 février, 2020 (19:19) | Non classé

4ème DE COUVERTURE  MADAME Y L’HYENE DE COLMAR

 

MADAME Y, L’HYÈNE – CRAPULE DE COLMAR

 

 

En 2008, Nadezhda et sa Maman arrivent s’installer à Colmar fuyant Paris, où sa Maman venait de subir une grave maltraitance hospitalière.
En 2011 elle se lie d’amitié avec un femme mère de famille qui s’incruste chez elles profitant de leur isolement et solitude et, en parfaite manipulatrice, met en place un programme pour les extorquer de l’argent qu’aucune des deux ne possédait, mais lors de ses visites assidues, elle s’est intériorisé qu’un jugement qu’elles avaient entamé contre l’Etat chilien, pour spoliation des œuvres d’art de leur mari et père devait bientôt aboutir. Leur avocat leur promettait des sommes d’argent conséquentes en qualité de Provision. L’Hyène prend connaissance et s’active à mettre en exécution son plan sinistre pour dépouiller le couple mère-fille.
L’amitié récente depuis seulement quelques mois, se transforma vite en cas judiciaire quand le Directeur de leur Banque demande des explications à Nadezhda sur l’usage qu’elle fait de son découvert autorisé et sur l’identité de la destinataire des chèques des sommes conséquentes qu’elle verse tous les mois sans aucune raison, ce sont des sommes très conséquentes qu’elle ne possède point, n’ayant comme seul revenu que le seul RSA et, ne disposant elle-même de quoi survivre.
C’est uniquement grâce à lui, que l’escroquerie prend fin, c’est le directeur de la banque qui demande à Nadezhda de prendre les mesures qui s’imposent, lui prévenir que dorénavant le directeur ne lui autoriserait plus de découvert. L‘autorisation de découvert est arrêtée et le lien d’amitié entre l’Hyène de Colmar et Nadezhda s’interrompt ipso facto.
Le directeur stoppe avec fermeté le permis de découvert qui permettait à Nadezhda de donner à L’Hyène Colmar une d’aide altruiste en « chèques-cadeaux »
Mécontente de se voir découverte par le directeur de la banque et, de lors, dépourvue des moyens de poursuivre son plan d’escroquerie, elle ne s’arrête nullement et met à exécution un nouveau plan pour détruire Nadezhda qui survivait depuis l’année 2000 du seul RSA. Elle dénonce Nadezhda au Prud’hommes, en l’accusant de Patronne abusive et de lui devoir des sommes exorbitantes d’argent au motif d’être l’aide-soignante de sa mère, sans lui avoir signé un contrat de travail, l’accuse d’être une « patronne abusive » et, se présente comme une victime de « travail dissimulé ». L’Hyène de Colmar réclame des sommes exorbitantes pour manque de contrat de travail, licenciement abusif, congés payés et, travail dissimulé.
Nadezhda crie la vérité le jour de l’audience, elle se défend avec preuves en l’espèce, à savoir, ses relevés de banque et le recapitulatif de 11 années de RSA payés par CAF, aux fins de lui permettre d’être la seule aide-soignante de sa mère.
Ces preuves qui font foi de la vérité, laissent stupéfaits les membres du Conseil de Prud’hommes.
La décision prud’hommale fut accablante, ils ne trouvèrent aucun lien de subordination permettant de justifier aucune des accusations de l’Hyène de Colmar, et établirent qu’entre elles il n’y avait qu’un lien amical.
L’Hyène fut déboutée, par le Conseil de Prud’hommes lui imputant tous les frais de justice. Nadezhda gagne le Procès, mais deux années plus tard, l’Hyène refait surface, elle revient à la charge et en 2013, l’Hyène fait appel devant la Cour d’Appel de Colmar, qui profitant de l’absence de Nadezhda déjà de retour sur Paris avec sa mère, juste avant son assassinat, ignorait tout de ce nouveau procès qui écrasait le décision prud’hommale, et qui réouvra la persécution pécuniaire.
Un jour, Nadezhda trouve dans sa boite aux lettres une enveloppe des huissiers qui mandatés par l’Hyène de Colmar, la harcèlent avec l’intention de lui faire payer des sommes exorbitantes avec le seul objectif de récupérer les sommes faussement et injustement validées par la décision en appel.
Cette nouvelle fait une récit détaillé et chronologique de l’œuvre diabolique d’une habitante de Colmar qui se fait passer pour une mère de famille respectable, mariée et divorcée plusieurs fois, selon ses dires, pour obtenir plusieurs pensions alimentaires, s’introduit sournoise et en parfaite conspiratrice repère des vieux isolés pour essayer d’obtenir des gains à leur mort, se faisant indispensable et sympathique pour être invitée chez les uns et les autres, travaille au noir en faisant de ramassage scolaire, cache son argent en deux banques allemandes et profite des avantage de toutes les aides sociales de la France et, comme abat-jour, inscrivit ses enfants de plusieurs maris dans une école catholique.
Le portrait parfait d’un anti-héros romanesque nous est ici raconté par le narrateur en troisième personne, le même auteur de la nouvelle, où nous suivons pas à pas les méfaits diaboliques d’une citoyenne allemande qui a pris la ville de Colmar comme siège de son action criminelle. Douée des toutes les caractéristiques spécifiques d’une mythomane et manipulatrice
Elle serait sans doute un singulier objet d’étude pour un expert psychiatre et criminologue.

79Pp.

ISBN: 9782916591352

 

Write a comment

You need to login to post comments!