Vous pouvez contacter Nadezhda Gazmuri-Cherniak
par le formulaire contact du site.

LE PARADOXE POLITIQUE : LES NOUVEAUX ORPHELINS DE LA RÉPUBLIQUE LAÏQUE

19 février, 2021 (14:50) | Non classé

   LE PARADOXE POLITIQUE

 

LES NOUVEAUX ORPHELINS DE LA RÉPUBLIQUE LAÏQUE

 

                       LE FÁMINISME

 

       ET L’EDUCATION DES ENFANTS

SANCTIONS-PÉNALITÉS- ECHEC SOCIÉTAL

 

Chers Lecteurs,

On les entend çà et là les irresponsables politiques qui s’écrient sur les incivilités des jeunes et de l’impossibilité de réduire leurs attaques débordants de dangers dans les villes, ils les expliquent en attribuant la cause à que les mères ont déserté le foyer car elles sont obligées de travailler, elles sont toutes au travail et doivent subir les dégâts de se trouver seules pour élever leurs enfants, elles se sont donné le luxe d’avoir n’ont seulement un enfant, mais plusieurs, ils sont issus de « familles monoparentales », femmes célibataires,  la déclinaison de ces nouvelles spécificités sociales de nouvelles formes de maternité peuvent se décliner à l’infini ; les nouvelles lois ne font que renforcer cette folie sociétale.

Une seule chose est certaine et à, la vue de tous : elles sont toutes incapables d’exercer deux métiers à la fois, gagner leur pain à l’extérieur et élever leurs enfants à l’intérieur.

Quiconque analyse cette situation sociale affolante, sans besoin d’avoir fait des hautes études de sciences sociales, comprend que le pouvoir féministe ne possède point le pouvoir d’omniscient d’etre actives dans deux endroits à la fois : au travail et à la maison.

Celles qui possèdent de revenus confortables n’ont aucun problème pour exercer leur féminisme, et leur rôle des mères est délégué ; vous devez le savoir, elles cessent d’être mères dès qu’elles accouchent, leur « fonction » s’arrête dès qu’elles sortent de la maternité.

Elles sont « féministes » elles s’épanouissent à l’extérieur.  Elles ne vont pas s’effacer devant les « hommes », elles doivent exercer leur profession et démontrer qu’elles sont aussi capables que les hommes pour exercer leur rôle professionnel à l’extérieur ; nécessairement seront d’autres femmes qui devront assumer le rôle de mères que ces féministes délèguent à d’autres.

Pour moi, c’est le monde à l’envers.

Ces « féministes » sont en mesure de payer les nourrices et des femmes-aidants, comme si les enfants des « femmes féministes » étaient des orphelins !!!!

Ce sont  d’autres femmes celles qui assument le rôle de la mère,  elles resteront au foyer de leurs patronnes pour bien éduquer et surveiller leurs enfants, les autres qui féministes, mais sans ressources et que revendiquent leur droit comme les riches de travailler à l’extérieur et au même temps d’être mères, devront se confronter à cette catastrophe sociétale  de voir que leurs enfants sont incontrôlables et qu’ils deviennent des bandits en puissance, mais les « irresponsables politiques » les défendront toujours ;  critiquer ces femmes, comme moi je le fais toujours, parce qu’elles se croient des super femmes capables de tout faire, je les oblige à observer leur société, elles ne trompent personne, seul les doués de mauvaise foi politique pourront les excuser.

Le féminisme n’a plus raison d’être quand il y a une justice sociale.

Vous ne finirez pas avec la délinquance juvénile tant que le dénivèlement social sera pratiqué de la sorte.

Pour l’heure, argumenter que c’est la mère qui doit rester auprès de sa progéniture pour l’élever, l’éduquer et tenir son foyer de manière ferme, surtout quand elle est pauvre, sera critiqué comme une pensée moyenâgeuse qui veut que les femmes rentrent au foyer.

Si c’est cela le « séparatisme » du « féminisme ?» Eh bien ! je l’applaudis.

La preuve de l’échec sociétale n’est dû qu’à ce phénomène féministe qui a éloigné les mères du foyer.

Les mères ont déserté le foyer et les hommes n’existent que comme des reproducteurs, nous sommes dans une société animale et décomposée ; tous vos discours pour défendre  le féminisme sont risibles, tous vos projets de sanctions aux fins d’essayer d’éradiquer la criminalité, la violence citadine des zones de non droit  n’auront aucun effet ; car c’est seule la mère au foyer pendant l’enfance et le père présent dans l’éducation des enfants, les seuls qui seront  capables de former des êtres dignes, respectueux et indépendants.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

Write a comment

You need to login to post comments!