CARMEN FLORENCE GAZMURI-CHERNIAK

Escritos literarios – críticos, anuncios de nuevas publicaciones, libros editados. Artista-Pintora. Telas al óleo, gouaches y dibujos

Skip to: Content | Sidebar | Footer

Puede ponerse en contacto con Carmen Gazmuri-Cherniak a través
del formulario de contacto en el sitio.

CONTRE LE FÉMINISME

10 Febrero, 2024 (09:44) | Non classé

 

CONTRE LE FÉMINISME

Chers Lecteurs,

Voyez-vous ce qui se passe ? Je suis très contente que les faits de société actuels me donnent raison, je n’ai jamais été « féministe » parce que je suis avec THEMIS, et je suis uniquement attachée à la justice, quand elle existe au sein de la cité, nous femmes, nous n’avons pas besoin de nous délivrer à des accusations publiques ou privées, car nous avons su depuis notre enfance ce que le droit et nos droits veulent dire en privé et en public.

Nous avons été éduquées pour savoir nous préserver sous la protection féroce de nos parents.

Les dernières déclarations accusatrices, d’une comédienne, et inculpant les criminels, et des nombreuses années après les faits criminels dont elle a été l’objet, mettent en évidence que dans ce milieu très spécial se déroulent sous couvert, les pires des crimes, parce que endroit secret où toute sorte d’abus sont commis en catimini.

C’est elle-même qui dit que face à la situation abusive dont elle était tombée « il aurait fallu un bataillon d’adultes ».

Certes, c’est là qui réside le crime. Mais, attention, le père ou la mère aurait suffi ! Pas besoin d’un bataillon !

Ne vous laissez pas entraîner dans des fausses citations qui ne sont pas juridiques.

Ce problème d’abus contre des mineurs est essentiellement juridique.

Il fait état de violation de la responsabilité parentale vis-à-vis de l’enfant.

Où était sa mère ? Où était son père ?

Si il y a absence parentale de surveillance à un enfant ou à un adolescent, la faute incombe aux parents, et il faut appliquer la justice et punir sévèrement, même à titre rétroactif.

Est-ce coupable le loup ou les parents qui abandonnent leurs enfants ?

J’incrimine sévèrement la faute aux mères absentes, toutes sorties de la révolution de mais 68 qui enfantèrent pire que des animaux et qui laissèrent leur progéniture dans la nature sans la moindre protection livrée à elle-même sans expérience pour savoir se défendre, sans aucun conseil parental pour mettre une digue aux éventuels attaques extérieurs, c’est pourquoi elles resterent livrées à elles-mêmes au milieu de la jungle citadine.

L’Article 375 du Code Civil

Un enfant est en danger dès lors que sa santé , sa sécurité où samoralité sont en danger, ou si les conditions de son éducation ou de son développement physique, fectif, intellectuel et sociael sont gravement compromises.

L’article 371-2 du Code civil de l’autorité parentale indique un ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l’intérêt de l’enfant jusqu’à que celui-ci ne devienne majeur et qu’il soit capable de faire face à ses propres besoins , il va de même pour l’Article 371-1 du Code Civil.

Où il est question de sa sécurité morale, éducation intellectuelle, professionnelle et civique.

Il est sans conteste que les parents de cette comédienne étaient absents et qu’ils manquèrent à tous leurs devoirs.

Quelles sont les sanctions en cas de non-respect ?

Un an d’emprisonnement et 15 000€ d’amende.

Ceci dit, je dois vous faire part de quelque chose de capitale en relation à ces faits dits « de société » bien appropriés à ma critique sociale.

Maintenant que je suis déjà entrée officiellement dans la vieillesse, le 25 dernier j’eus mes 70 ans !!, donc, par ces événements, je fais mon bilan existentiel, je peux être en paix, je n’ai jamais fait du mal à personne, je n’ai jamais permis que quiconque ne m’en fasse, jamais un monsieur n’a osé me manquer le respect, car j’ai mis une barrière étanche à tout possible abus, dès que j’avais l’intuition du danger et j’eus des parents merveilleux que j’ai honorés et que je vénérerai par-delà la vie et la mort.

Mon père était mon garde de corps ma vie durant, jusqu’à sa mort. Je l’ai perdu a mes vingt-cinq ans.

Et, humaniste qu’il était, il m’a enseigné dès mon plus jeune âge à être indépendante, à travailler et à savoir devenir autogestionnaire.

Voyez-vous en quoi consiste mon mépris du féminisme ?

Un conseil :

Faites le mea-culpa.

Et arrêtez de vous moquer et de salir de vos imprécations les parents autoritaires, soient-ils immigrés ou français de souche et que vous qualifiez de réactionnaires et d’arriérés !

Leur progéniture ne porte pas plainte et elle n’est pas de proie facile pour les prédateurs.

Je crois avoir dit l’essentiel contre le féminisme.

Carmen Florence Gazmuri Cherniak

Write a comment

You need to login to post comments!