CARMEN FLORENCE GAZMURI-CHERNIAK

Escritos literarios – críticos, anuncios de nuevas publicaciones, libros editados. Artista-Pintora. Telas al óleo, gouaches y dibujos

Skip to: Content | Sidebar | Footer

Puede ponerse en contacto con Carmen Gazmuri-Cherniak a través
del formulario de contacto en el sitio.

DÉONTOLOGIE – LCI – NARCISSISME JOURNALISTIQUE

19 Febrero, 2024 (09:25) | Non classé

 

 

DÉONTOLOGIE

LE NARCISSISME JOURNALISTIQUE

Manque de courtoisie et manque de savoir faire et de savoir-vivre :  LCI

Chers Lecteurs,

Souvenance de jeunesse… Maman et moi-même, nous attendions toute la semaine pour allumer la télé et nous délecter avec l’émission Apostrophes, depuis notre salon, nous pouvions être présentes dans un de ces salons littéraires de jadis. C’était un pur régal !

Depuis sa disparition nous restâmes orphelins sans pouvoir assister à un de plus sérieux des programmes culturels de télévision ; il faut souligner que c’est grâce à Bernard Pivot que le caractère et la tonalité du programme avait toujours un très haut degré de respect et d’intérêt certain, par son érudition et sa manière si personnelle de présenter ces figures de la littérature, mais aussi par sa pratique innée de la déontologie nécessaire dans un journalisme littéraire où tout sujet entrait en jeu, parce que la littérature est et sera ad vitam æternam un « tout ».

Ce retrait du présentateur est nécessaire pour qu’il laisse toute la place aux intervenants, pour que dans leur espace de liberté nous puissions appréhender leurs propos. Jusqu’à présent personne n’a la hauteur intellectuelle ni la personnalité qui puisse être comparée à Pivot, nous n’avons rien, absolument rien, c’est le vide culturel le plus absolu. Ce vide est d’autant plus grave depuis la disparition de Philippe Sollers, qui chaque fois qu’il participât nous étions sûrs d’avoir une rencontre littéraire des plus somptueuses avec les mots et la critique la plus acerbe et drôle. Dans une seule phrase, c’était une rencontre littéraire purement française, des diatribes libres, riches, pertinentes.

A présent, seule, j’attends toute la semaine pour en faisant abstraction du présentateur, qui fait échouer le dialogue, j’attends le duel entre Luc FERRY et D. Cohn-Bendit qui chaque dimanche soir nous présentent une confrontation sur des sujets politiques.

Moi non plus, je ne nommerai point le présentateur, les Français le connaissent, mes chers lecteurs étrangers pourront chercher su Wikipédia, ils se réjouiront de lire sa biographie, et je vous conseille de voir l’historique de la chaîne qui lui accorde tous ses droits pour violer les principes de la déontologie journalistique.

Je me demande si dimanche prochaine je vais poursuivre mon assistance au programme ou si je vais choisir le silence et proférerai plutôt écouter un concert…De musique classique évidement !

Une parenthèse à ce propos, quels imbéciles qui parlent de l’omission d’un nom se référant au Président Vladimir PUTIN qui ne nomme jamais ses adversaires, mais c’est un principe tout à fait nécessaire !

En littérature, rappelez-vous, une héroïne de Racine ne nomme pas son être aimé, et dit « c’est toi qui l’a nommé », ces raisons de l’omission du nom sont des plus fortes dans l’action romanesque, quand cette omission se déplace vers le champ politique ou la critique sociale qui le rejoint, elle possède un caractère d’indifférenciation ou d’invisibilité absolument nécessaires !

Je n’attaque pas cet individu à titre personnel, comment le pourrais-je ?

Il m’indiffère comme personne, j’ai déjà lu le principal, à juger par l’importance déplacée que mon pays d’adoption lui a accordé avec la Légion d’honneur qui reçoit indistinctement aussi les footballeurs, cela n’a dès nous jours aucune importance. Je me dis qu’il doit posséder des griffes d’ordre politique assez fortes et puissantes pour se permettre d’agir avec un manque de déontologie flagrante, et un manque de savoir faire et de savoir-vivre insupportables.

Hier, la participation de Luc FERRY a été en solitaire, interrogé par cet individu, qui ne le laissait point s’exprimer en lui coupant la parole à chaque phrase, cela était à tel point insupportable que Luc Ferry a dû lui dire de le laisser finir ses phrases, ensuite pour couronner l’émission ce journaliste s’est permis d’outrager la figure qu’est Luc Ferry arrivant même a une véritable agression verbale, et avec une nonchalance de plus désobligeantes ; moi, j’attendais que Luc Ferry se lève et que lui laisse seul finir son programme. C’est ce que moi, anarchiste, aurais fait ipso facto face à un type de cette nature.

J’étais ahurie et révoltée.

Ce type, devrait être mis à la porte du journalisme à des coups de pieds, pour qu’il ne viole plus jamais les droits des figures les plus hautes qui y sont invitées et qu’il ne revienne plus nous infliger une telle épreuve ; aux yeux du monde, la France reste au niveau le plus bas de la pratique la plus élémentaire de sa déontologie journalistique, qui se doit de respecter tout journaliste face aux citoyens, à plus forte raison s’agissant d’une chaîne publique, LCI (LCU) qui appartient à tous les Français grâce aux impôts qu’ils lui versent.

Le gouvernement devrait lui donner une émission pour qu’il se pose lui-même toutes les questions pour qu’il satisfasse ainsi sa maladie narcissique, parce que ce type est un narcisse des médias, mais ce n’est pas sa faute, mais de cette MAZAMORRA politique française et aussi américaine, comme l’a bien dit Luc Ferry, dans sa tendance langagière, nous devinons que ses attaches à l’américanisme est une question sans conteste. Nous le savons, nous qui sommes nés dans un pays latino américain, ce que ce monstre qui est les E.E.U.U., en est capable de faire, pays colonialiste, usurpateur et des pratiques politiques des plus basses, nous ne sommes pas dupes, mais la France devient un pays du tiers monde, où la pensée est censurée si elle ne se plie pas aux ordres du papa État, et si cette pensée ne se laisse pas uniformiser et corseter par l’État, la pensée critique, Oh ! Elle est la grande absente en France, parole critique que dès qu’elle naît ça ou là, elle est censurée, cette abolition débute à l’école publique et laïque, afin de former les soldats républicains qui sont devenus tous les Français ! Bien obéissants dans le néant culturel et politique le plus mortifère et inhumain de cette France MAZAMORRA.

Tandis que là-bas, ils se détachent des influences étrangères néfastes en dépit de leur pauvreté.

« Cet autre monde ne fera qu’entrer dans la lumière quand nous en sortirons »

Michel de MONTAIGNE

Essais 1595

Carmen Florence Gazmuri Cherniak

 

Write a comment

You need to login to post comments!