CARMEN FLORENCE GAZMURI-CHERNIAK

Escritos literarios – críticos, anuncios de nuevas publicaciones, libros editados. Artista-Pintora. Telas al óleo, gouaches y dibujos

Skip to: Content | Sidebar | Footer

Puede ponerse en contacto con Carmen Gazmuri-Cherniak a través
del formulario de contacto en el sitio.

DES MORTS FRANCAIS ANONYMES

10 Enero, 2024 (14:16) | Non classé

DES MORTS FRANÇAIS

ANONYMES

Les SDF un crime d’État



Chers Lecteurs,

Hier soir, j’appris par mon réseau social Mastodon, d’une mort tragique et « anonyme », ce qui aggrave son décès, une femme de soixante années est morte de froid dans la rue, parce que SDF.

Ce matin, j’ai pensé trouver une avalanche de « commentaires » et des avis des participants qui s’étaient peut-être mobilisés pendant la nuit, tel que par le passé l’avait fait l’Abbé Pierre, mais encore une fois mes espérances étaient visées trop haut, silence absolu, personne ne s’en soucie.

Alors je viens d’écrire sur espace extrêmement réduit qui nous accorde ce site.

C’est pourquoi, j’interviens ici dans mon site que j’ai décidé de réserver uniquement pour mes affaires littéraires et picturales, j’en ai beaucoup. Je les ai rappelés à l’ordre.

Tous ceux qui se sont rendus dès très tôt le matin à leurs affaires, n’ont pas réservé même pas une minute à réfléchir sur cette pauvre créature morte de froid dans la rue, j’imagine le sentiment d’abandon, de solitude et de désarroi intérieur qu’elle ait pu éprouver sans toit, sans où se réchauffer par cette nuit atrocement froide, sans aliment et le pire sans personne à qui prier un peu de réconfort, elle a été jetée à la rue comme un animal.

La tragédie absolue que de se voir dépossédée et de constater que la froideur climatique, s’amplifiait par la terrible froideur de l’indifférence des français.

Celui qui est confortablement entouré de biens matériels qui leur donnent le la stabilité et de la sécurité, sont persuadés que les pauvres le sont et le restent uniquement par leur faute, et ils se mettent eux-mêmes comme exemples de réussite ! Si chez eux il y a de l’abondance c’est sûrement parce qu’ils sont doués, travailleurs persévérants et tenaces, ils ont conquis la société ils ont leur place assurée, nonobstant ; la petitesse de leurs cerveaux, et l’étroitesse de leur soi disant « intelligence », ne leur permet pas d’envisager que depuis des décennies, il faut de nouveaux outils pour cerner comme il faut et sans équivoque les maladies de notre société.

Les pauvres sont pauvres de leur faute et il ne vaut pas la peine de s’en soucier pour eux.

À cette imbécillité ambiante qui pratique aussi bien les plus insignifiants de citoyens comme les grandes autorités d’État, surtout elles qui sont les uniques responsables de l’appauvrissement sociétal, s’excusent de leur indifférence et de leur immobilisme en nous disant que les pauvres, il y en a tellement que l’État est incapable de résorber toute cette misère, or cette misère française s’est accrue et s’est répandue en quarante ans avec une rapidité vertigineuse. Je suis en France depuis 43 ans et jamais je n’avais observé une si grande misère.

Les pauvres, vous en aurez toujours parmi vous (Jean 12-8) … Disent les Écritures, mais n’imitez ni ne me sortez pas les Évangiles, je vous en prie ! Vous êtes « Laïcs » vous ne suivez pas ses commandements, vous êtes essentiellement des idéologues, des politiques en puissance, oui, certes, ceci est indiscutable, une évidence laïque française, mais observez votre œuvre, elle est votre « œuvre politique » à la française, la création d’une misère à couper le souffle, cachée et oubliée.

Monsieur le Président, messieurs les ministres, vous nous aviez promis dès votre premier mandat que dès que vous prendrez le pays en main, nous ne verrions plus jamais de SDF par les rues.

Ils ont augmenté.

Aujourd’hui, le maire de la commune du Vaucluse, où est morte dans la rue cette pauvre femme, a déjà donné l’ordre aux fossoyeurs de caver 2 m² dans la place pour des indigents, une tombe en pleine terre et provisoire, elle sera délogée au bout de ces cinq ans et servira pour une autre SDF qui mourra de froid dans la rue en France et n’oubliez pas, ce sera une tombe provisoire tel que le prêt d’une HLM – taudis, car aucun politicard mettra fin à cette horreur.

La durée de cinq ans a été déterminée par les médecins légistes qui se croient des génies de la prédiction mortuaire des cadavres.

Quand le délai de cinq ans sera épuisé, cette dépouille de l’ancienne femme morte de froid parce que SDF, sera jeté comme une ordure à la crémation.

Cette femme qui un jour une mère avec de l’espoir lui a donné la vie, elle a été petite enfant, adolescente, une jeune femme peut-être belle et amoureuse, que savons-nous de sa vie ? Rien ne nous permet de la juger ni ne de spéculer sur son sort, et mon Dieu ! Mais que savons-nous de ses luttes et de son existence en soixante années pour en finir à la rue, le lieu maudit de sa mort?!

Le fait est qu’à ces soixante années, la France de politicards lui a tout refusé et SDF, sans trouver un lieu chaud pour se réfugier et en pleine rue, elle est morte de froid hier soir.

Aujourd’hui, elle sera jetée comme un déchet dans l’espace pour les indigents, terrain « provisoire » tel que fut sa vie, et au bout de ces cinq années, encore une fois, le maire de la commune exercera son pouvoir pour donner des ordres, cela il sait le faire, il appellera encore une fois ses fossoyeurs, pour exhumer cette femme qui selon lui au bout de cinq ans sa dépouille sera prête à partir à la crémation. L’ossuaire ? S’il vous plaît, ne m’en parlez pas, ce serait trop de travail pour un infime taux de respect pur les indigents. L’ossuaire et la dépouille sans témoins, c’est du pipeau. Je connais toutes les lois funéraires de mon cher pays d’adoption.

Parfois, on naît riche et la France donne l’ordre de qu’on meure pauvre, parfois la pauvreté de naissance se prolonge jusqu’à la tombe, mais chers concitoyens, je me fais un devoir humain de vous dire ceci, détrompez-vous, il est rare que les pauvres le soient et le restent par leur faute, parce qu’il n’y a pas de chance ni de malchance, il y a un programme fait « politique » pour donner le bien et la fortune, par favoritisme à leurs seuls « élus » et un autre programme pour déshériter ceux qui n’entrent pas dans leurs cases et qui vont leur faire de l’ombre, une question de purification écologique, comme celle qui oblige à des brutes qui sont aux commandes de la ville, à abattre des magnifiques arbres centenaires pour qu’ils ne soulèvent pas de la force de leurs racines le trottoir bétonné !

La faute de la misère incombe et revient uniquement à l’État et à La société du Mépris .

Carmen Florence Gazmuri Cherniak

Write a comment

You need to login to post comments!