Vous pouvez contacter Nadezhda Gazmuri-Cherniak
par le formulaire contact du site.

EXTRAIS DE L’ESSAI LA MORT EN FRANCE POLITIQUE FUNÉRAIRE DE LA TERREUR

28 juillet, 2021 (15:49) | Non classé

PARLONS DE MORT EN FRANCE

 

 

             PARLONS D’ARGENT

 

 

                        UNE VIOLATION

              DES DROITS DE L’HOMME

                  

              MANIFESTE ET TÉMOIGNAGE MACABRE

 

QUI S’INSURGE CONTRE LA VIOLATION LÉGALE DES  TOMBES PAR L’ÉTAT FRANÇAIS.

EN FRANCE IL Y A TROIS CATÉGORIES DE MORTS. 

DEUX CAS DE FIGURE FUNÉRAIRE DISTINCTES, DEUX CATEGORIES DE MORTS,  MAIS QUI SE REJOIGNENT PAR

LEUR INSOLVABILITÉ : LES FRANÇAIS MORTS INDIGENTS, LES DITS MORTS DE LA RUE ET LES MORTS PAUVRES,

DEUX CATÉGORIES DE MORTS ÉTABLIS PAR L’ÉTAT FRANÇAIS, DÉMOCRATIQUE ET LAÏQUE !!!

 

LES MORTS DE LA RUE.

En France il y a trois catégories des morts, ceux qui jouissent de revenus confortables de leur vivant, ils n’auront aucun problème le moment venu de passer au stade de morts, car leurs revenus aisés résoudront le problème auprès du Trésor Public ; leur situation m’indiffère, ils sont à l’abri et en paix grâce à leur argent. […]

Si vous n’arrivez pas à réunir cette somme le sort de votre tombe sera sa reprise immédiate.

Dans mon langage philosophique et juridique cela s’appelle VIOLATION DE TOMBE.

Mais l’Etat français a rédigé ses Décrets de lois territoriales de telle sorte que la violation se fasse en totale légalité.

Voici le noyau du problème.

Cette loi est inscrite dans les Décrets des lois territoriales, or celui qui subit les préjudices n’est autre que le malheureux propriétaire de la concession qui lors de l’achat de la concession n’a pu que s’acquitter d’une concession décennaire, au bout de la période payée, s’il n’est pas en mesure de la prolonger où, au mieux de la rendre perpétuelle en payant à taux plein à l’Etat, le prix exorbitant de 3900€ pour une seule place et de 8000 pour deux cercueils.

La famille du défunt se verra contraint à subir l’ouverture de la tombe et le délogement brutal du cercueil de son défunt

Les prix des concessions funéraires augmentent annuellement.

Les prix que je vous donne sont ceux de l’année en cours, et les taxes augmentent en raison de 3par mois.  Le devis qui nous est donné par le cimetière aujourd’hui n’a de validité que pour 3 mois.

Le prix pour une concession funéraire pour une seule personne est de 3900€ et pour deux places de 8000€.

Si vous ne disposez que de la somme exigée pour une sépulture décennaire, qui est le minimum, au bout du délai expiré, l’Etat ouvrira la tombe et délogera le mort comme un déchet qui n’aura d’autre destinée que la crémation.

NOUS ALLONS ANALYSER LES PROCÉDURES LÉGALES DE L’ÉTAT DESTINÉES AUX MORTS DONT LA FAMILLE N’EST PAS SOLVABLE.

PREMIER MENSONGE D’ÉTAT : LA REDUCTION

La fameuse « réduction » dont l’Etat fait appel pour se disculper de sa barbarie assermentée, ne leur est pas possible de réaliser qu’au bout de cinq ans et une journée, il reste une énigme cette procédure administrative qui ordonne « une journée » de plus aux cinq années de location funéraire, pour avoir droit à l’ouverture de la tombe, c’est un délai arbitraire dont aucun fonctionnaire de la mairie n’est en mesure d’éclaircir.

« C’est la loi » ! C’est la seul phrase dont ils sont armés pour nous répondre.

L’Etat a pris conseil auprès des médecins légistes.

Ils sont formels, l’on sait qu’au bout de cinq ans, le mort sera réduit aux ossements.

L’Etat démocratique et laïque jubile !

Il est en droit de procéder à l’ouverture de la tombe, aidé par la « loi de la nature »  il pourra ouvrir le cercueil  pour pratiquer une « réduction. »

Pour l’Etat français, c’est une pratique totalement plausible en matière de droit, parce qu’entourée de « pragmatisme scientifique ! »

L’Etat français le fait en vue de libérer la place pour le  prochain mort indigent.

L’Etat français s’en réjouit, il gagne de la place et de l’argent.

La tombe se transforme en une vulgaire HLM en location, le mort est délogé si la famille n’est pas solvable, on le passe au four crématoire, et l’affaire est close.

Ils passent au suivant, et c’est ainsi que la gérance de la mort se fait tous les cinq ans pour les indigents et d’une durée de dix ans pour les défunts qui s’engagent à l’achat des concessions perpétuelles.

L’Etat français se fait de la publicité pour avoir réussi « dignement » à supprimer les fosses communes et d’avoir instauré cette généreuse modalité qui est selon leurs dires : d’assistance aux nécessiteux en deuil !!!

  • MAIS, PARFOIS IL Y A CONFLIT.

Il y a des cas ou le défunt ne s’est pas transformé rapidement en un amas d’os comme le souhaitent les maires et les députés, et je le sais, car je suis le tragique témoin oculaire de cette horreur, je me porte témoin de ce cas de figure macabre, parfois notre mort est entier, et n’obéit pas aux lois de votre chère République religieusement laïque.

  • QUE FAIRE FACE AUX EXIGENCES FUNÉRAIRES MERCANTILES DE L’ÉTAT FRANCAIS ?[…]

[…]

Si le survivant du défunt ne possède point 8000€ pour payer à l’État français en une seule fois, et par chèque banque, le prix de la concession funéraire « perpétuelle », le seul moyen d’octroyer une mise en terre inviolable au mort, le survivant du mort sera obligé de devenir le spectateur horrifié de l’ouverture de la tombe de son être cher et de la crémation de son cadavre, procédure à laquelle il s’est opposé vigoureusement dès le début.

Le citoyen français qui se trouve dans mon cas, ne pourra que crier dans le désert la violation de son intimité, de ce qui est de l’intime absolu, la tombe de ses morts. L’Etat français viole les tréfonds de l’intime personnel absolu auquel tout citoyen européen a le droit d’exiger pour soi-même, sa famille et la société où il vit : le respect éternel de la tombe d’un être cher.

Mais, votre conviction intime, absolue, concernant la destinée de vos morts n’est pas d’intérêt de l’Etat français, pour lui, l’intérêt mercantile est de mise, pour lui, il est légitime d’expulser le défunt comme un vulgaire locataire mauvais payeur et procéder à sa crémation.

La concession revient à l’Etat français.

 Votre tombe, faute d’argent pour la rendre « perpétuelle » passe à la propriété exclusive de l’Etat.

La tombe passe entre les mains d’un meilleur payeur et votre mort au four crématoire.

[…]

Cette préoccupation en l’espèce et dans la pratique quotidienne implique un compromis intime et solide avec des catégories philosophiques profondes, en excluant le religieux, elle est essentiellement éthique et morale, elle s’adresse aux tréfonds de l’humain, ce souci de s’assurer d’une tombe, pour ses êtres chers, et pour soi-même  est le noyau qui fait de l’homme un être civilisé, et depuis des millénaires ce souci funéraire est la raison la plus probante de ce que l’on appelle une « Civilisation ».  Il faut rappeler que c’est le paléolithique, dont les dernières découvertes paléontologiques le confirment, la préoccupation d’enterrer dignement les morts est innée chez l’homme qui fait une séparation entre lui et le barbare, et par ce fait,  cette période  hisse ses hommes aux sommets d‘une spiritualité qui était pourtant sans dieu.

Ces hommes du fait de toutes ses actions funéraires grandioses et ses inventions toutes adressées dans le but d’assurer une dignité pour ses morts, élève cette période à une catégorie de raffinement spirituel supérieur, ce que de nos jours a été anéanti et qui fait de notre époque une société barbare construite dans le néant, et qui se perpétue dans le néant. Tout est construit pour que le mort et le vivant qui doit s’occuper de lui, soient dépossédés de leurs droits, car les droits de défunts sont implicitement ceux des vivants, puisque que nous sommes tous potentiellement morts à tout moment, et parce que faire respecter nos morts au sein de la société où l’on vit est notre obligation d’hommes et des femmes dignes.

[…]

La non-intervention de l’Etat en matière des lois funéraires sera-t-elle permise et capable d’être éligible par tout citoyen français ?

Quelles seraient les barèmes exigibles en question des prix et de taxes des pompes funèbres et des lois de cadastre gérées par les Territoires ?

Il faut savoir que le rôle du Trésor Public n’est que de régisseur et de représentant de l’Etat et n’a aucun pouvoir décideur.

Dans la pratique le Trésor Public exige le paiement de la concession funéraire par chèque banque, et payable dans sa totalité en une seul fois, aucune possibilité d’échelonnement n’est accordée, même pas à titre exceptionnel.

En l’espèce et, tel que nous l’avons dans les textes des lois territoriales, l’Etat français est-il en droit de continuer à être l’Etat souverain, dictatorial qui nous impose sa loi concernant la destinée de nos morts ?

Toutes ses questions sont pour l’heure des interrogations sans réponse, et l’Etat français est le seul pouvoir qui nous a imposé de nous plier à ses lois funéraires. C’est contre cette ignominie que je m‘insurge dans cet écrit.

 C’est contre cette violation de l’humain que cet essai à l’intention idéaliste d’intervenir.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

Publication et dépôt légal le 15 septembre 2021

Write a comment

You need to login to post comments!