NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK est "Auteur auto édité"
vous pouvez la contacter
par mail : nadezhdagazmuricherniak@gmail.com

FAUTE D’ETAT ET CRETINISME

23 avril, 2020 (01:46) | Non classé

      FAUTE D’ÉTAT ET CRETINISME

 

        NOUS SOMMES SANS MASQUES !   PROGRAMME DE DÉCONFINEMENT   CATASTROPHIQUE

 

     LE PAYS EN DANGER DE MORT

           

 

Dernière nouvelle : l’Académie nationale de médecine vient de publier un  communiqué : «  Il est possible dans chaque famille, de confectionner des masques en tissu artisanaux, alternatifs  écrans  ou barrières, lavables et réutilisables à partir de matériaux courants non onéreux »

Cette Académie de Médecine vient de se faire son autoportrait. Déplorable.

Je leur réponds ceci, vos dires sont consternants. Nous n’avons pas besoin de faire l’Ecole de médecine pour savoir qu’il faut porter un masque par temps de pandémie et, en France à tout moment, connaissant les mœurs sociétales fondées dans le socle de l’immondice.

Vient de se faire réalité la pensée de Marsiglio Ficino, la voici :

« L’Homme comme le vase se juge au son… »

 

Chers Lecteurs,

Le programme de déconfinement s’avère une catastrophe nationale, le pays est en danger de mort mais personne ne se rend compte du danger.

Je viens de téléphoner à ma pharmacie et ils n’ont pas de masques à me vendre. J’ai dû entreprendre  le parcours du combattant pour essayer de trouver par Internet un magasin spécialisé qui puisse me vendre par C.B. et me les envoyer par colis, mais les boutiques spécialisées en matériel médical n’ont rien à vendre avant un mois, toutes disent : « masques indisponibles ! »

J’ai acheté 2 masques en coton réutilisable chez Amazon mais toute la distribution est  arrêtée par l’opération judiciaire qui a entrainé la fermeture des magasins, ils m’ont envoyé le message me disant que ma livraison  est programmée entre le 28 et le 7 mai.

En dépit des multiples publicités, nous savons pertinemment que sans se munir de tout le matériel indispensable pour faire un masque, il est impossible d’essayer, même sans machine à coudre. Pour moi, comme pour bien d’autres personnes, il nous est impossible d’envisager de nous mettre à la couture pour fabriquer des masques faits maison, sans posséder aucun don et, le principal obstacle, sans avoir le matériel nécessaire.

Voila interdite de sortie, je ne risque pas ma vie faute de masque !

Les couturières viennent de lancer un appel au secours au docteur HAMON, elles ne disposent plus de matériel, car les merceries sont fermées, elles manquent d’élastiques et de fil à coudre ; pour qu’un objet soit « bien fait » l’on a besoin de matériel et d’un savoir-faire, voici la preuve de ce que je viens de dire, elles sont expertes dans leur métier et se trouvent impossibilités de fabriquer de masques faute de matériel. Il faut savoir que quoi que l’on veuille construire, rien de beau de bien et de juste ne peut se faire dans l’improvisation. C’est ce gouvernement qui dès son arrivée a voulu nous gouverner dans l’improvisation et sans aucun savoir-faire politique cela veut dire en défaut d’organisation de la cité ! Il nous arrive en pleine pandémie, le résultat le plus néfaste de leur incompétence politique maquillée de plusieurs couches d’hypocrisie.

Du point de vue sanitaire nous sommes dans la même situation du début du confinement. Cette prison moyenâgeuse dans laquelle a dû s’enfermer toute la France, n’a servi qu’à aider les hôpitaux à pouvoir accueillir l’avalanche de malades qui devaient être hospitalisés pour être ensuite conduits aux lits de réanimation pour y rester pendant au moins 15 jours avec l’incertitude de sortir vivants.

La « Crise «  de l’hôpital se prolonge depuis des décennies, mais la dernière s’est  aggravée par deux fautes  gouvernementales programmées la fermeture des lits, et la réduction du personnel.

Ce gouvernement de banquiers décida que l’hôpital devait être administré à la manière d’une entreprise, le profit mercantile ne pouvait que donner  l’effet d’un déficit abyssal du point de vue, il a touché toutes les strates de l’hôpital, les réductions budgétaires opérées dans le programme de la recherche fut une œuvre des crétins,  le manque de prévision pour nous protéger avec le matériel nécessaire dans cette pandémie ou d’une autre qui pourrait nous arriver, nous laisse à présent pire qu’un pays du tiers monde. Nous pensons que ce manque de prévision pourrait tuer toute la France si une catastrophe nucléaire venait à nous menacer, il y a quelques années, le gouvernement avait envisagé de munir chaque citoyen de la dose de Iode nécessaire pour se protéger,  mais peu après, ce programme s’est éteint, comme bien d’autres qui devaient se mettre en place au bénéfice de toute la société et rien de bon s’envisage pour notre avenir si nous prenons en considération la mollesse nationale unie à l’indifférence, deux principaux défauts de la société française, qui ne réagit que quand le malheur sonne à sa porte…

À présent, tous les Professeurs de médecine qui sont aussi Chefs de Service dans les hôpitaux publics viennent de dire juste en ce moment  qu’une deuxième vague d’épidémie s’annonce, elle est inéluctable et ne va pas tarder, ils ajoutent, qu’ils vont se confronter à un inconnu concernant la gérance de l’hôpital.

Ce qui m’importe dans l’immédiat est qu’il faut continuer notre « survie » il faut sortir à l’extérieur et nous sommes totalement démunis.

Le port de masque a été annoncé comme obligatoire par l’Académie de médecine, mais l’Etat est le seul à ignorer cette obligation parce qu’il reste inactif pour nous en fournir.

Ce magnifique hôpital français sera prêt à accueillir les malades, il y seront des médecins étrangers, pourtant d’excellent niveau, sont pour l’heure payés au Smic et recalés des concours sans aucune raison académique valable, que celle qui fut  programmée par la « hiérarchie »  afin de les éliminer pour les rabaisser et les laisser toujours à leur disposition en qualité  de « personnel auxiliaire » afin de les utiliser comme s’ils étaient des travailleurs étrangers sans qualification exerçant de sous-métiers ; ils les ont bien servis par temps de pandémie de coronavirus. La lettre envoyée par les chefs de Service au Président de la République est restée sans réponse.

Ce choix du profit a été celui de l’Etat français qui servile aux diktats du mercantilisme a agi en parfaite conscience de son action néfaste au détriment de la santé de la population ; une fois la pandémie de coronavirus bien installée, la « crise » hospitalière ne pouvait  que s’aggraver puisque déjà dégradée au maximum par la série de fautes graves commises par les ministres de la santé successifs et qui se suivirent les unes aux autres dans un hôpital exsangue. Les cris d’alarme des Chefs de Service lancés par les médias bien avant la pandémie du coronavirus, ne furent pas entendus.

Alors, que pouvaient-ils faire pour accueillir l’avalanche de malades ?  L’hôpital fut transformé en hôpital coronavirus, délaissant sa fonction  pluridisciplinaire qui est celle d’accueillir tous les malades sans restriction, or les malades  avec des traitements en cours qui nécessitent  des suivis stricts et ceux qui  auraient dû aller aux urgences ont été ignorés volontairement, laissés en retrait avec les aggravations des maladies et les conséquences prévisibles.

Cette situation catastrophique n’est exposée que par les médecins hospitaliers, les chefs de Service, et les Directeurs des syndicats, qui sont interrogés par les médias, nous les connaissons parce qu’ils interviennent très souvent pour nous dire la vérité de ce qui se passé à l’intérieur des hôpitaux et aussi sur la situation des Cabinets de ville.

Notre situation est très facile à décrire, une seule phrase suffit, nous sommes en manque absolue de protection pour l’ici et maintenant et que dire pour le prochain déconfinement !

Les pharmacies n’ont pas reçu de masques, elles ne peuvent nous vendre même pas de l’alcool, moins encore de solution hydroalcoolique et les laboratoires n’ont pas reçu aucun type de test. Je suis en possession de mes deux ordonnances inutilisables, le laboratoire me fait patienter et me dit : « nous n’avons rien reçu…Appelez-nous la semaine prochaine. »

Nous n’avons que des promesses.

Le gouvernement évite d’en parler dans les médias, ses arguments se réduisent aux promesses  et s’allient aux incertitudes des chercheurs et scientifiques. Nous ne demandons pas de résultats sur les recherches scientifiques  en cours de par le monde pour créer le vaccin, nous savons qu’elles prendront du temps, nous n’exigeons pas non plus  le résultat définitif d’un traitement, tout est incertain, les chercheurs ignorent, tout de ce virus, en revanche la pratique d’intubation va en crescendo au même rythme de la vente de cercueils. Nous savons parfaitement qu’il n’y a pas de traitement à notre disposition, le vaccin sera un jour  validé, mais pas avant 24 mois ! Si nous ne mettons tout en œuvre pour nous protéger de la mort, d’une seule chose nous sommes sûrs, l’écriture de notre testament s’avère une exigence première et disposer bien à l’avance de nos dispositions funéraires. Afin de retarder le plus possible l’inéluctable, ce  dont nous sommes en droit d’exiger à ce gouvernement est simple et se réduit à deux exigences, d’une part, nous l’exhortons à qu’il fournisse le matériel nécessaire aux hôpitaux et aux médecins de ville qui sont pour l’heure aussi démunis que la population pour se défendre et nous accueillir !,et, d’autre part nous exigeons à l’Etat qu’il nous accorde immédiatement les masques et tout ce dont il nous est nécessaire et vital pour nous protéger et ne pas être contaminés !

Cette obligation lui revient, ne venez pas nous dire qu’il ne faut pas tout demander à l’Etat, il y a des pays européens qui ont mis à la disposition de leurs citoyens des distributeurs avec des masques et des gants et flacons de solution hydroalcoolique pour 2€ !

Et, nous sommes en droit de lui exiger cette protection en toute justice ! Car il est de sa responsabilité de tout mettre en œuvre et rapidement pour protéger la nation.

Les promesses n’ont pas été tenues ; la livraison des masques gratuits pour tous les citoyens français doit se faire sans que l’Etat mette en place encore un nouveau PROTOCOLE ! Nous n’acceptons pas que ce protocole soit  fondé sur l’âge, la vulnérabilité individuelle ou les maladies chroniques, car toutes ces restrictions sont fabriquées, arbitraires, toute personne doit sortir à l’extérieur protégée, et la seule solution pour éviter que les français tombent malades est une distribution uniforme et égale pour tous, vous qui faites la propagande du moule de l’égalité, il est grand temps que vous la mettiez en place maintenant et de toute urgence !

 

Si le matériel de protection ne nous est pas distribué dès à présent, la prochaine date de déconfinement sera la porte grande ouverte à une deuxième vague de contamination absolument meurtrière, les hôpitaux seront débordés, je crains une catastrophe sanitaire pire que celle qui est encore bien présente.

La mobilisation  sociétale, si elle se produit, elle ne sera que verbal et elle  ne se produira que quand les citoyens anesthésiés comprendront  qu’aucun hôpital ne pourra les accueillir.

Nous savons pertinemment que cette situation va s’aggraver avec la sortie du confinement prévue pour le 11 mai, cette libération de la prison individuelle où nous sommes en retraite forcée sera indubitablement mettre le pays entier en danger de mort ; la sortie vers l’extérieur même partielle et progressive est une pure folie, parce que le pays n’est pas prêt  ni en possession de tous les éléments de protection, parce que les hôpitaux n’ont pas été équipés en tout le matériel nécessaire qui comprend non seulement la nécessité absolue d’une grande capacité des lits, mais aussi de matériel de réanimation et de protection qui n’ont pas encore été livrés de manière uniforme et égalitaire.

La France n’est pas en mesure d’assumer une nouvelle vague de contamination et la population est aussi démunie qu’au début de la pandémie, cette décision gouvernementale de déconfinement est prématurée, abrupte et totalement désordonnée, par les raisons résumées ci-dessus, je vous avertis qu’elle se réduira à jeter les gens à l’extérieur pour  se contaminer  avec le seul résultat qui nous sera réservé, non la reprise de l’économie mais : la Mort.

A moins que le peuple se résolve à sortir de sa mollesse et sache d’une fois pour toutes devenir responsable et autogestionnaire de sa vie et de son destin.

Des jours meilleurs en France ? J’en doute fort.

 

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

 

Write a comment

You need to login to post comments!