Vous pouvez contacter Nadezhda Gazmuri-Cherniak
par le formulaire contact du site.

L’AIDE JURIDICTIONNELLE UN MENSONGE D’ETAT QUI DEVRAIT PRENDRE FIN

28 décembre, 2020 (10:12) | Non classé

   

 

Juste avant l’assassinat Nadezhda et sa Maman torturée et tuée.

refus de soins.

 

L’AIDE JURIDICTIONNELLE

 

       UN MENSONGE D’ÉTAT

    QUI   DEVRAIT PRENDRE FIN

EN VUE D’UNE REFORME

 

Chers Lecteurs,

C’est forte d’une expérience des nombreuses années devant les tribunaux que je suis en mesure de donner un compte-rendu de ce mensonge d’Etat qui est « l’aide Juridictionnelle. » J’ai été obligée de mener des procès pour me défendre des injustices, toujours sans le sou,  j’ai été aussi obligée à faire appel à des avocats « gratuits » qui acceptent un dossier avec la fameuse « aide juridictionnelle » qui est selon les autorités de l’Etat, une « grâce  solidaire », qui permet à tout citoyen français de se défendre devant « la justice » avec les mêmes droits que celui ou celle qui jouit des moyens confortables.

Dans la réalité ceci est du pipeau.

L’Etat devrait non seulement payer comme il se doit les avocats, mais surveiller que leur travail soit fait en bonne et due forme!

Je vais vous dire pourquoi. L’Etat paie à l’avocat à la fin du procès des sommes dérisoires et honteuses, certes, ces sommes varient entre 300 et 1000 de quoi démotiver les professionnels qui méritent d’être payés comme si le client était fortuné, cela veut dire que l’Etat qui est chargé de rémunérer l’avocat qui travaille avec « l’Aide Juridictionnelle » devrait lui payer ses honoraires en respectant des barèmes en rapport à la qualité du dossier à charge.

Cet abus de l’État ne justifie pas pour autant que lesdits avocats qui « travaillent » avec l’aide juridictionnelle déchargent leur mécontentement du traitement méprisant de l’Etat sur le client et que lui fassent payer les préjudices en lui faisant subir l’échec du procès dû exclusivement à leur manque de travail sérieux.

Je comprends cette lassitude face à des « clients » presque analphabètes qui doivent être guidés dans toutes les démarches, ils ne savent même pas remplir le formulaire Cerfa, et ne savent quelles sont les pièces à fournir au BAJ pour constituer le dossier, en revanche moi, j’ai toujours donné aux avocats un dossier rempli par me soins, avec les photocopies jointes …Et, avec un Rapport de plaidoirie rédigé entièrement par mes soins, et relié comme un mémoire.

Il ne manquait qu’on me donne la toque au Tribunal et que je prenne la place dudit avocat ou « avocate », s’il avait été cet improbable cas de figure, il est sûr que j’aurais gagné mes procès !

Ils se défendent avec le même argument qu’ils appliquent tous de manière uniforme, « je ne suis pas payé en conséquence par l’Etat », alors je leur ai toujours répondu que je ne suis pas ministre de la justice et garde des sceaux et qu’il ne fallait pas m’accepter pour agir de la sorte, pour faire preuve d’indignité au milieu d’un engagement.

La seule chose qu’ils font est d’assister à la convocation et lire un rapport mal rédigé, parfois il n’y a même pas de lecture ni de plaidoirie ceci est pour les films américains.

La plupart des avocats n’ont fait qu’échanger les rapports de 15 pages avec les avocats des assassins, ils s’entendirent entre eux, tandis que pour moi, ils restaient les défenseurs des assassins de Maman, les adversaires absolus ! tandis que l’avocat leur prend comme des confrères et partent ensemble au café !

Une ignominie insoutenable ! C’est ceci ce que j’ai vécu tout au long de sept années. J’en ai pris fin.

Il faut savoir que les avocats qui ont obtenu de la notoriété, n’acceptent jamais une cliente sans revenus qui leur demande de défendre un cas pénal avec ‘aide juridictionnelle.

Ils disent que les cas pénaux son « compliqués » pour justifier leur refus, or par exemple, un cas comme le mien : « refus de soins, torture qui a entrainé la mort préméditée avec ses circonstance aggravantes sur personne âgée et vulnérable » les chances de réussir et condamner les assassins sont complètes, mais à condition de s’investir et de ne pas faire semblant de travailler en occupant l’honteuse place d’un ventriloque qui parle sur mes commandes et qui calque avec un copier-coller mes écrits !

Ils ont eu l’énorme avantage d’avoir devant eux, « le témoin oculaire » chose unique et très difficile de trouver dans la majorité des cas de crime manifeste, d’autant plus que dans un procès avancé la possibilité de demander un expertise psychiatrique, question que j’avais demandé, résout tout possible doute sur la qualité équilibrée, juste et neutre du « témoin oculaire » que je suis.

Il n’y avait rien de « compliqué » bien au contraire, c’est une aubaine unique pour un avocat que la cliente soit en plus le seul témoin oculaire de la maltraitance médicale, de la torture qui a entrainé la mort !

Et, quelle chance pour tout avocat, de na pas être obligé à guider le client et à perdre du temps pour l’aider à constituer un dossier et qui lui présente un Rapport où l’historique complet du crime est constitué en parfait ordre.

La rédactrice que je suis de ce Rapport juridique, je l’ai rédigé en surmontant le pathos, en respectant chaque épisode de la maltraitance que ces médecins assassins infligèrent à Maman, c’est fut un travail qui m’a demandé des efforts surhumains ; quand j’arrivais devant lesdits avocats, c’était un choc émotionnel et une indignation insoutenable de les observer feuilleter mon travail de m’écouter avec méfiance, et encore, le plus grave était de les écouter à la fin de ce premier entretien que c’était un dossier pénal où il fallait se battre « PAROLE CONTRE PAROLE »

Quels imbéciles !

Alors il faudrait présenter un dossier pénal pour assassinat avant le crime ? Veulent-ils un dossier pénal littéraire de science-fiction ?!

Tout assassinat se juge post mortem, imbéciles !

L’avocat n’a pas assisté au crime comme moi-même qui suis le témoin oculaire, même pas le Juge, il ne sait rien, il ne sait rien de ce que j’ai vécu, et vu ! Il n’a pas assisté au crime, il juge d’après les preuves en l’espèce et, moi je possédais la meilleure preuve, le jour de l’infarctus Maman était en parfait état de santé et non en fin de vie comme le déclarèrent les médecins assassins, pour se défendre avec ce mensonge de l’avoir délaissée et torturée à mort.

La preuve en l’espèce que je possède fut que le jour de l’infarctus nous étions maman et moi-même tout l’après-midi au café avenue de la République !

Je ne pardonnerai jamais ces avocats complices des assassins et qui méprisèrent la souffrance et la mort de Maman.

Mon rapport juridique de 300 Pp.

Je l‘ai rédigé en bonne due forme, il est constitué de 300 Pp. où à la fin se trouvent toutes les preuves en l’espèce.  Mon rapport je l’ai rédigé en solitaire juste après l’assassinat de Maman, je l’ai  remanié et corrigé en 2017 grâce à la lecture et conseils d’un éminent docteur qui s’est donné du mal à me lire en entier et qui m’a apporté des conseils de premier ordre, les avocats auraient dû respecter cet énorme travail, leur indifférence a touché l’indélicatesse la plus absolue et je n’ai pas toléré un tel affront face à la souffrance et mort que ces 4 assassins ont infligé à Maman, c’est pourquoi, j’ai pris fin à l’appel des avocats  et que j’ai compris qu’en France  on ne peut gagner un procès ni rendre justice à un mort que si nous avons des revenus conséquents pour payer les honoraires d’un avocat.

En France, ne dites jamais que vous êtes pauvre, tout est perdu d’avance.

Vivre retiré du monde, en ermite est la meilleure manière de vivre si vous êtes sans revenus, vos mérites, vos diplômes ne vous serviront de rien, c’est pourquoi, j‘appris à vivre en France, trop tardivement, mais ce n’est jamais trop tard pour se défendre des imbéciles !

Mon rapport juridique aurait pu leur leur faciliter à 90% l’a rédaction de leur plaidoirie qu’ils n’ont jamais rédigée.

Ils n’auraient dû que le lire et le remanier en rajoutant les articles de loi dans l’entête de ma rédaction !!,

Ils m’ont réclamé que c’était trop long !

Qu’ils n’avaient le temps de lire tout ça !!!

Je leur ai répondu que la plupart des avocats sont prêts à lire des dossiers bien plus denses.

Je me suis trouvée face à de répliques d’adolescents qui préfèrent faire la fête à préparer leur Bac, je n’ai pas trouvé chez mes étudiants de terminale une telle grossière légèreté !

Et, c’est le comble du mépris et de l’ignominie pour un dossier pénal qui contient la torture et mort de Maman.

Le travail qui revient à l’avocat, c’est moi qui l’ai fait à leur place.

La plupart des avocats ne font que donner un entretien où ils questionnent le client sur les faits, tandis qu’ils prennent des notes et ensuite ce sont eux qui rédigent le rapport juridique ou la plaidoirie ; dans mon cas particulier ce que j’ai vécu c’est un scandale, ils n’ont RIEN TRAVAILLE c’est moi qui ai tout fait et eux se vantés d’être « mes avocats » ?!!! Le BAJ a été convaincu que je suis une pauvre analphabète, pauvre en argent et d’esprit ! qui démunie de tout a demandé l’Aide Juridictionnelle et qui s’est reposée sur l’éminent avocat qui a énormément travaillé !

INDIGNES !

Ils n’ont jamais rien travaillé pour m’aider dans mes procès, jamais, ni en vue de résoudre mes procès civils ni celui-ci pour crime prémédité.

Leur travail aurait dû se traduire dans la rédaction d’un rapport de plusieurs pages, ce qu’ils ne font jamais pour moi en professionnels autonomes, c’est uniquement d’après mon travail consciencieux des centaines de pages, qu’ils se décidèrent à rédiger une rédaction à la va vite, à la dernière minute en ne faisant qu’un « copier-coller » de mon propre travail, le résultat n’a pu être que des plus déplorables.  C’est pourquoi ma dénonciation devant le Conseil du Désordre ut une ignominie ! Et que l’accusatrice que j’étais s’est transformée en accusée, et que je dois payer des amendes pour avoir porté plainte contre ce docteur TRAÎTRE-TANT et ces trois collaborateurs assassins !

Je me suis toujours demandée comment peuvent-ils faire preuve, d’une part d’un manque de respect vis-à-vis d’un cas pénal d’assassinat et d’autre part comment peuvent-ils manquer totalement de déontologie.

C’est assommant.

C’est la conduite indigne que tous les avocats ont eu vis-vis- de moi et qui ont accepté « l’aide Juridictionnelle »

Un conseil ?

Faites de votre mieux pour ne jamais faire appel aux médecins ni aux avocats, deux professions libérales qu’en France sont entourées de dangers !

Pour ce fait, pratiquez de la médecine préventive, ainsi il sera rare qu’une maladie vous arrive par surprise, et restez en dehors de la société, c’est par le contact social que les problèmes avec les gens arrivent et que nous sommes forcés d’aller devant les tribunaux, pour démêler les trahisons !

Plus jamais !

Chez-moi, cette fin d’année 2020 signale la fin de toute sorte d’escroquerie inhumaine. J’ai fermé ma porte à double tour. Je ne paierai plus les frais que le mépris de ces faux professionnels et « hommes sans qualité » m’ont infligé en parfaite lâcheté.

Médecins et avocats, vous ne me verrez plus jamais dans vos bureaux !!!

 

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

 

 

Write a comment

You need to login to post comments!