NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK

Escritos literarios – críticos, anuncios de nuevas publicaciones, libros editados

Skip to: Content | Sidebar | Footer

Vous pouvez contacter Nadezhda Gazmuri-Cherniak
par le formulaire contact du site.

LETTRE OUVERTE A THÉMIS

23 mai, 2022 (09:29) | Non classé

 

 

 

      LETTRE OUVERTE

         

 

 

    À THÉMIS

 

 

 

 

THÉMIS

Chère Déesse Vénérée,

 

Tu sais combien je t’ai implorée en octobre 2013 quand Maman fut victime d’un infarctus mésentérique et que son « Docteur Traître-Tant « lui refusa les soins d’urgence, se refusa à l’hospitaliser et,  l’a laissée souffrir à la maison et que quand j’ai décidé de l’hospitaliser contre les volontés de ce criminel,  à l’hôpital, ses amis et confrères finirent d’achever ma Maman adorée, encore là-bas ces trois criminels collaborèrent avec le Médecin Traître-Tant,  et lui refusèrent les soins auxquelles Maman avait droit et ne l’assistèrent point, la laissant se nécroser à vif, sans sédatifs, or le seul capable d’abréger ses souffrances, établit dans le protocole mondial de chirurgie dans ce cas-là, était l’entrée au bloc opératoire, leur inertie préméditée  a fait que Maman souffre une agonie indicible et décède dans mes bras, le 18 octobre 2013

Ma plainte ne fut pas défendue comme il se doit devant « Le Conseil du Désordre », par des avocats jeunes, inexpérimentés, mollassons, et le pire, mandatés avec l‘Aide juridictionnelle. Le pire de système de gratuité pour les citoyens pauvres comme moi-même, car les avocats se croient sous-payés par l’Etat, et au lieu de réclamer au Garde des Sceaux, ils entreprennent leur mépris contre le client, ne travaillent pas le dossier sacré qu’on leur  a confié, violant le serment et méprisant leur déontologie et la plus noble de professions

Tu sais chère THEMIS combien je suis attachée à la loi et à la vérité, tu sais qu’en 2017 j’ai été acceptée au sein de 7 universités, dans leur faculté de droit,  par présentation de mon C.V., dossier universitaire devant Parcoursup, je me suis inscrite pour, déjà retraitée, poursuivre un nouveau parcours universitaire, j’ai déjà mon BAC+8, je suis professeur d’espagnol,  je suis en possession de deux  diplômes français et je voulais devenir avocate pour défendre seule le dossier de l’assassinat de Maman.

Mais, en dépit de ce succès, le Doyen de la meilleure université de droit de Paris, refusa ma demande de bourse !!!

Il n’a pas voulu me donner ma chance, car j’étais trop vieille en 2017.

Aujourd’hui, le 23 mai 2022, je serais en train de finir mon cursus de droit, tu vois TEMIS, déesse vénérée, l’ampleur de cette ignominie et la déliquescence des autorités universitaires en France.

J’avais rédigé en solitaire pour « faciliter » l’énorme travail de l’avocat, un Rapport Juridique de 300 Pp. avec toutes les preuves en l’espèce, il faut savoir que j’ai été la seule garde-malade de Maman 13 années durant, et le seul témoin oculaire du refus prémédité de soins et de son agonie à l’hôpital parisien.

Alors, je te pose une question Déesse THEMIS ?

En France, pays de droit comme aucun autre, pourquoi les femmes qui portent plainte pour viol, sans preuves en l’espèce, sont crédibles sur parole et une femme qui a les preuves de la torture et mort préméditées infligés à sa pauvre mère âgée et souffrante n’est pas crédible ?

Pourquoi, j’ai été éconduite d’une si vile manière ?

Pourquoi une vieille personne n’est pas assistée et soignée en France parce qu’elle EST VIEILLE ?

Pourquoi on s’émeut des vieillards morts par temps de guerre en Ukraine et on accable sans pitié une vieille femme en France ?

Je te pose cette question pressante qui m’angoisse, tu dois savoir que depuis ma tragédie, je ne ressens rien pour aucune personne souffrante, rien ne m’émeut, un médecin m’a dit que cette horreur je le porterai jusqu’à la fin de ma vie, c’est la blessure d’un blessé, traumatisé de guerre ; je lui ai répondu, oui, par-delà la vie et la mort !

THEMIS, j’ai voulu t’adresser cette lettre ouverte pour que tout le monde puisse en prendre connaissance de l’état de la JUSRTICE en France.

Tu as mes cordonnées, je t’implore une réponse en dépit de ta surcharge de travail, et qu’en ce moment tu es débordée des dossiers à traiter, mais j’estime que la souffrance de Maman mérite qu’enfin quelqu’un accepte de prendre au sérieux son assassinat. N

Je n’ai jamais demandé qu’on me crois sur parole comme les femmes qui accusent de viol, mais que l’on lise les preuves en l’espèce, pour l’assassinat de Maman, elles sont incontestables et, accablantes.

 

Nadezhda Carmen Gazmuri-Cherniak

 

 

 

 

 

 

 

Write a comment

You need to login to post comments!