CARMEN FLORENCE GAZMURI-CHERNIAK

Escritos literarios – críticos, anuncios de nuevas publicaciones, libros editados. Artista-Pintora. Telas al óleo, gouaches y dibujos

Skip to: Content | Sidebar | Footer

Puede ponerse en contacto con Carmen Gazmuri-Cherniak a través
del formulario de contacto en el sitio.

SACRILEGE – “ILS” ONT “DÉTRUIT L’ORDRE DE LA NATURE”

23 Diciembre, 2023 (10:57) | Non classé

SACRILÈGE

 

SACRILÈGE

 

 

 

 

CES MONSTRES ONT FRANCHI LES LIMITES EN TUANT DES INNOCENTS A GAZA ET EN CISJORDANIE.

MAIS

CE MASSACRE, CE SACRILÈGE IMPUTÉ AUX MORTS, NOUS LAISSE TOUS,  DES ÊTRES HUMAINS SANS DÉFENSE, DÉPOURVUS DE TOUTE POSSIBILITÉ DE DÉCRIRE LEUR CAPACITÉ D’AGIR DANS L’ESSENCE MÊME DU SACRILÈGE.

ILS MONTRENT AU MONDE LEUR CAPACITÉ INFINIE D’INHUMANITÉ.

 

Chers Lecteurs,

Cette fois-ci, je me suis limité à cette brève introduction, parce qu’il faut laisser toute sa place au journaliste qui a écrit et, documenté cet excellent article et reportage au vif du sacrilège perpétré par ces monstres, ils ont saccagé et violé six cimetières à Gaza, avec des bulldozers, ils ont détruit et mélangé les morts dans leurs tombes, lisez ce long article, il nous laisse abasourdis, parce que nous sommes des pauvres êtres humains normaux, pour nous le respect des morts passe avant tout, mais à cette époque la banalisation de la mort, laissera à bon nombre de mes lecteurs indifférents.

Je rappelle ici une citation qui forme partie d’un des chapitres de mon essai : La Mort en France:Politique funéraire de la Terreur.

“L’inhumation: un comportement vital.

L’inhumation des morts est peut-être le phénomène fondamental de l’humanisation […] il ne s’agit pas ici de la religion en des formes séculières, de coutumes, de mœurs et de choses semblables, mais de la constitution fondamentale de l’homme dont dérive le sens particulier de la pratique humaine : il s’agit ici d’un comportement vital qui est comme extrait de l’ordre de la nature.

 

Hans -Georg GADAMER

Qu’est-ce que la pratique ?

In, Langage et Vérité.

 

 

Carmen Florence Gazmuri Cherniak

 

À Gaza, des images montrent la destruction des cimetières palestiniens par Israël

 

Des bulldozers ont creusé à l’intérieur même des tombes, provoquant le mélange de certaines sépultures

« [Ils] n’ont rien laissé en place », témoigne à Middle East Eye Abed Sabah, un journaliste basé à Gaza.

Depuis le cimetière d’al-Faluja à Jabaliya, aujourd’hui rasé, Sabah a déclaré que des bulldozers militaires avaient creusé à l’intérieur des tombes, provoquant le mélange de certaines sépultures.

« Ces tombes sont des lieux qui ont une histoire et abritent les corps d’êtres chers », rappelle le journaliste. « Il est pénible de leur faire subir ces excavations. »

Images satellites du cimetière d’al-Faluja datées du 6 décembre 2023 (à gauche) et du 10 décembre 2023 (à droite) (Planet Labs via Jake Godin/Scripps News) Des tombes rasées lors de l’offensive terrestre israélienne, dans le quartier de Faluja, dans la bande de Gaza, le 13 décembre 2023 (Reuters/Abed Sabah)

Pierres tombales déplacées

Certains habitants ont désespérément tenté de retrouver leurs proches décédés à travers les décombres dans l’espoir de reconstituer leurs tombes.

« Je suis venu visiter les tombes de mon frère et de mon oncle et je n’ai pas pu les trouver », a raconté un habitant à Al Jazeera. 

Selon le New York Times, les forces israéliennes ont endommagé ou détruit au moins six cimetières dans le nord de la bande de Gaza au cours des dernières semaines.


« Cadavres volés »

En plus d’avoir rasé le cimetière, l’organisation de défense des droits de l’homme a déclaré que l’armée israélienne avait vandalisé certaines tombes et « volé des cadavres qui appartiendraient à des militants palestiniens ».

« Israël viole systématiquement le caractère sacré des morts et des cimetières, en violation flagrante des principes du droit international humanitaire et des règles de la guerre en matière de protection des cimetières lors des conflits armés », a souligné le groupe dans un communiqué.

La destruction des cimetières a également bloqué l’accès des Palestiniens aux tombes, obligeant nombre d’entre eux à enterrer leurs proches dans des endroits inhabituels à travers la bande de Gaza.

Des images diffusées par les médias locaux ont montré des habitants utilisant les marchés, les bords des routes et les cours des hôpitaux comme lieux de sépulture.

Les obstacles à l’inhumation sont particulièrement importants dans le nord de Gaza en raison du nombre croissant de morts au cours de la campagne de bombardements par l’armée israélienne. 

Les bombardements incessants ont tué au moins 18 800 Palestiniens en 72 jours, dont la plupart sont des enfants et des femmes. En Israël, environ 1 140 personnes ont été tuées au cours de la même période.

Traduit de l’anglais (original).

Traduction : « Cimetière provisoire. »

Des images satellites montrent, selon l’article, des véhicules blindés opérant au sommet de ce qui était des tombes intactes dans le quartier Shejaiya à Gaza.

Des images prises par des journalistes locaux dans d’autres cimetières montrent des traces apparentes de bulldozers et des pierres tombales déplacées.

Les cimetières endommagés sont situés dans les villes de Beit Lahia, Beit Hanoun et de Gaza.

« Vous pouvez voir de longues traînées de terre ou de la terre poussée », explique-t-il. « Quand vous regardez l’image satellite, vous voyez qu’il n’y a plus de pierres tombales, c’est juste de la terre, des bermes et de la terre poussée, puis des endroits où les véhicules [de l’armée israélienne] peuvent stationner. »

Le cimetière Ben Marwan à Shejaiya, qui a été partiellement vidé par l’armée israélienne comme le montrent les images satellites, a été repéré dans une vidéo publiée par l’armée le 10 décembre.

Les soldats ont été filmés en train de tirer à travers le cimetière et ont même tiré avec un lance-grenades.

L’armée israélienne n’a pas commenté les raisons pour lesquelles elle a ciblé des cimetières et mené des opérations à l’intérieur.

Les attaques intentionnelles contre des cimetières et autres lieux religieux pourraient être considérées comme des crimes de guerre.

Euro-Med Human Rights Monitor a accusé les forces israéliennes de « détruire des dizaines de tombes au mépris total du caractère sacré des morts ».

 

 

Write a comment

You need to login to post comments!