NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK est "Auteur auto édité"
vous pouvez la contacter
par mail : nadezhdagazmuricherniak@gmail.com

SANS AUCUNE AMBIGUÏTÉ

13 septembre, 2020 (08:43) | Non classé

      SANS AUCUNE AMBIGUÏTÉ

 

 

Chers Lecteurs,

L’on sait que l’Art n’a pas de sexe. L’orientation sexuelle des artistes du passé que j’aime, sont la plupart d’entre eux homosexuels, parfois, je ne l’ai su que tardivement, mais si je ne l’avais pas su, l’immersion dans leur art et mon admiration esthétique serait restée immuable, et elle le reste à présent, pour tout ce que leur création artistique transmet de sérieux, d’ampleur en matière du sensible et de grandeur.

Il est utile de savoir qu’aucun d’entre eux ne faisait de l’ostentation de leur particularité sexuelle, ne demandaient aucune extravagance ni au monde entier en général ni à leur société en particulier, élément très important à retenir, des vrais artistes, ils s’occupaient uniquement de leur art, à présent, qu’ils soient pseudo artistes ou quiconque se réclame homosexuel, ils  s’agglutinent dans des « associations » s’agroupent pour former parti, agissent  en avalanches  et avancent comme des bulldozers pour « devenir comme tout le monde » et forcer la nature, les scientifiques, les politiques à s’agenouiller et se mettre leur service. Ils cherchent avidement ce que la nature ne leur a pas donné, mais cette époque leur fournit des outils pour ajouter à leur extravagance la possibilité de le faire au milieu de la place publique et se donner en spectacle. C’est ainsi qu’ils commencèrent leur lutte pour être reconnus comme « normaux » dans leur monstruosité. C’est ça la PMA-GPA, or que la France et bon nombre des pays européens l’aient insérées, en acceptant l’une et laissant en attente l’autre dans leurs textes de loi, ne les rendent pas pour autant des découvertes scientifiques vertueuses ! « Avant », ils savaient que la discrétion est une vertu, or un signe d’intelligence.

L’orientation sexuelle n’a pas d’ingérence dans le domaine de l’art quand il est sérieux, et reste totalement marginale, voire inexistante, aussi bien dans leur création que dans leur interprétation.

Nonobstant, quand l’artiste, ou quiconque s’attribue des droits pour réclamer aux scientifiques et Hommes de loi de se ranger de son côté en lui réclamant que leur savoir se mette à son service personnel pour remédier ce que la nature ne peut pas lui octroyer ! Et, qu’il exige que tous se mettent à genoux pour satisfaire ses manques, que tout le savoir de l’humanité se mette au service de ses intérêts, dans ce cas-là, tout change et nous ne restons pas indifférents.

Une résurgence des articles que je n’ai pas pu éviter de lire, car ils nous prennent d’assaut ; ils ont motivé celui-ci, car ils sont insérés au milieux des nouvelles qui m’intéresse de lire, les journaux les insèrent de contre bande ; on ne peut pas leur échapper !

Les homosexuels ayant déjà obtenu gain de cause dans leur combat, sont plus libres de recommencer leur spectacle festif.

J’ai toujours exprimé ma plus vive opposition à la PMA-GPA, mères porteuses, car toute sorte de procréation pour autrui me paraît pernicieuse au plus haut degré et de tout point de vue, comme l’est toute procréation artificielle et contrenature qui se fait acte aussi bien dans le plan scientifique que juridique. Il s’agit d’une affaire forcée, artificielle, une aberration monstrueuse, qui dépasse la question de l’homosexualité ostentatoire,  qui est un autre sujet.

L’homosexualité a toujours existé, et ce ne sont pas leurs adversaires furibonds, les manifestations ou les critiques journalistiques qui vont les faire disparaître ou les obliger à s’amoindrir.

Ils ont gagné une bataille mondiale inédite, car le monde entier a été muté depuis des décennies et cet ultime coup de force aussi mutilant que tragique comme l’est l’effondrement des glaces, est un changement anthropologique irréversible qui est déjà en route, il ne se tarira pas avec la manif pour tous, ou les déclarations passionnées des Évêques et des grands essayistes laïques. Tout a été dit de la part des porteurs des étendards LGBT comme de nous, qui sommes placés clairement dans le rang si simple du maintien du cours naturel de la vie.

Qu’elle n’est pas toujours adroite, juste, que parfois la Nature porte en elle des maladies, des tares que nous recevons comme une trahison, c’est vrai, mais ces dysfonctionnements, dits « naturels » sont rares, et il serait insensé de se révolter,  aussi fou que se révolter contre la Mort, qui du point de vue purement scientifique elle n’est que l’inexorable déclin de la force « naturelle » que la Vie porte en son essence, et du point de vue philosophique, une insondable tare et incompréhensible défaut que Nature nous apporte indépendamment de notre volonté, et que dès notre naissance coupe de la racine notre libre arbitre, oui, c’est un « véritable inconvénient d’être né »

 Une arme à double tranchant que nous avons et devons savoir utiliser.

Est-ce le mal inhérent à la Nature que nous aimons, un élément qui devrait motiver la volonté de changer son cours à l’aide forcée de la science, ou pire, une raison pour la maudire ?

L’année dernière, les gestionnaires de deux réseaux sociaux fermèrent mes comptes, quand commencèrent les diatribes qui concernaient la mise en vigueur du programme de la loi pour la PMA-GPA, j’ai écrit pour dire ma ferme opposition.

Les gestionnaires et directeurs des dits réseaux, agirent à mon encontre en misérables d’esprit, sans cervelle, et fidèles obéissants aux pétitions des femmes hystériques et des élus d’Etat. Ils ont bien fait, j’étais là en intruse, parce qu’au milieu d’une société française dans laquelle je ne me reconnais point.

C’est fut l’ancienne période de toute l’effervescente sociale pour faire accepter la PMA. La vérité est que toutes les aides que la science a mises en place et que la loi les a suivies obéissante, n’est que pour satisfaire les diktats des homosexuels, pour aider les demandeurs et demanderesses homosexuels, car ce sont eux les seuls qui sont à l’origine de ce changement anthropologique déjà obtenu grâce à la science, et de surcroît leur combat déjà gagné devant le Justice ! Ce grand changement du cours normal de l’humanité et inscrit comme légal dans les textes de loi, il se traduit par une transgression d’ordre scientifique et anthropologique irréversible. L’anormal est devenu normal. À présent c’est nous, des simples gens entièrement normaux dès naissance, qui sommes par le simple fait de parler et d’écrire notre opposition idéologique, faussement placés dans le rang de l’illicite !

J’ai reçu des accusations mensongères et, le pire, de la part des « hommes », (le sont-ils ?) des attaques d’ordre professionnel où sur Linkedin se mettait en doute ma qualité professionnelle. J’ai été presque au point de porter plainte pour diffamation, car il est formellement interdit d’attaquer professionnellement et de mettre en doute publiquement les compétences d’une personne et de surcroit, oh paradoxe ! Sur un site dit professionnel.

Les mensonges publiés furent calomnieux et diffamatoires, une d’entre elles, élue en marche a dit que « j’étais à la limite de l’homophobie », je lui ai répondu, avant la fermeture de mon compte, que j’aimerais bien la traîner en justice pour diffamation. Elle s’est tue. Elle devrait se mettre au travail, et non seulement vociférer contre moi individuellement, mais à titre collectif, elle trouvera du monde qui s’oppose comme moi-même à la PMA…Nous sommes très nombreux à nous opposer à leurs extravagances sexuelles et génétiques et à nous insurger contre les hommes de loi et scientifiques qui décidèrent de se plier et céder à leur diktats avec l’appui inconditionnel des politiques amorphes ; tous partis confondus ; ils sont tellement modernes !!!

Nous sommes des étriqués, détestables hétéros… Quel autre qualificatif nous jettent-ils ? j’en oublie ? Ah ! Fachos ! Quel ridicule ! Conservateurs ! Traditionnalistes ! La Nature que nous défendons n’est ni traditionaliste ni religieuse.  Imbéciles !

Quel conglomérat d’idioties osent-ils prononcer et crier comme des robots dans la place publique, ne savent-ils pas que l’on ne critique pas une idée avec une série de noms ou d’épithètes qui ne sont pas une pensée élaborée. Nous en revanche, nous l’avons et c’est cela qui les irrite.

Nous, les hétérosexuels, en vertu de quel loi devrions-nous taire nos convictions et vivre muselés et interdits d’exprimer notre aversion devant ces transformations génétiques ?

En vertu de quel loi devrions-nous étouffer notre voix de contradiction devant la procréation pour autrui, les enfants sans filiation, les enfants de personne, et ces pauvres êtres qui naissent avec double mère ou père ?! Nous avons notre droit à exprimer notre opposition face à ces nouvelles lois votées de force.

À présent, devant la déferlante vague d’Associations, c’est nous qui devons accepter de devenir des persécutés et réduits au silence, par le seul fait d’être nés en accord parfait et sans trouble ni dysfonctionnement devant la Mère -Nature ?

Leurs acquis sont déjà bien inscrits dans la loi, cela personne ne discute, qu’ils ont gagné ! Quel triomphe ! Ils n’apporteront que des malheurs, vous le verrez bientôt, quand ces pauvres êtres grandiront, l’on sait déjà combien est grave la quantité et l’ampleur des ravages psychologiques qu’ils endurent et qu’ils devront endurer les nouvelles générations des jeunes nés sans filiation.

C’est uniquement une question de temps, les seuls gagnants seront les Cabinets psychiatriques. Et les seuls perdants, le préjudiciés seront les jeunes malades en manque de père, de foyer bien constitué, ensuite, le préjudice sera visible dans les caisses de la S.S. qui rembourse leurs extravagances au lieu de nous rembourser comme il se doit les frais dentaires et d’optique qui sont pour l’heure remboursés à des taux grotesques d’un seule euro pour un verre qui coute 450€ ! « Liberté, égalité, fraternité »

Les préjudiciés artificiels sont tous ceux qui se voient discriminés pour ne pas pouvoir accéder à l’impossible de manière « naturelle » et logiquement interdits d’enfanter, et il faut le dire, ce n’est pas nous qui leur jetons une quelconque discrimination, mais la seule qui les discrimine c’est la Mère-Nature, ils ne peuvent pas porter plainte contre Elle, ni la radier du monde, parce qu’elle a une puissance irrévocable, car chez-elle tout est « naturel ». Le viol perpétré avec la PMA provoquera des dégâts insoupçonnés, il est trop tôt pour faire une évaluation.

Toute cette avalanche de niaiseries indescriptibles sont dites uniquement parce que nous mettons devant leur face un miroir pour qu’ils observent leur image désastreuse, elle est le fruit d’un profond échec personnel, strictement individuel, qui est fondé sur leur désaccord avec la nature, ils n’ont pas eu d’autre solution pour parvenir à leurs fins, que la violer, la muter et la mutiler, déviant le cours naturel de la Vie. Ce viol ne peut qu’engendrer le pire.

Ces gens nous forcent à analyser leurs actions génétiques et juridiques, et nous persévérons dans notre perspective originale, leur orientation sexuelle n’inspire ni ne provoque notre critique, ce sont uniquement leurs exigences motivées par leur sexualité, qui ne sont qu’une profonde ingérence dans l’ordre naturel de la vie, les uniques questions que nous combattons et, celles qui provoquent notre révolte.

Ils obligent le monde entier à se plier à leurs exigences et c’est cette déviation qui nous force à réagir, pour défendre notre perspective de ce qu’est et doit être l’humanité ; les lois de la nature et les lois juridiques ne peuvent être au service d’une seule catégorie de « personnes », mais défendre les intérêts les plus imprescriptibles de tous les êtres humains, sans qu’il y ait une sélection partisane vis-à-vis d’une seule catégorie qui s’est battue pour mettre  à terre l’humanité entière.

Cette catégorie sociétale nie et se révolte contre tout ce qui leur est interdit dès leur naissance, et qui est pour nous un don « naturel. »

Ce n’est pas nous qui sommes les créateurs d’une quelconque discrimination à leur égard, ni par le moyen des écrits ni par nos pensées ; chez nous il n’y a rien de discriminatoire, mais l’expression d’une critique intellectuelle, une lutte d’idées bien fondée.

C’est au sein de leur pensée infirme qui apparaît l’idée délirante d’une « persécution. »

Nous sommes ceux qui nous rangeons du coté de vrais penseurs et scientifiques qui ont défendu sérieusement le cours normal de l’humanité et qui ont écrit de manière splendide contre la PMA.

La Nature quand bien même elle nous apporte parfois des accidents malheureux, des maladies et des tares, elle reste la seule et meilleure forme d’existence qui nous a été donnée. Il faut aimer la Vie contre tout comme moi je l’aime et, en dépit du malheur qu’elle apporte de manière inhérente, pour affirmer ceci, certes.

Avant de fermer cet article, une question est nécessaire de dire : la question sexuelle est devenue un sujet banal qui se discute en toute « transparence », se galvaude et devient le comble de l’obscène.

L’on traîne ce sujet devant les médias, les auteurs de cette infamie sont les jeunes journalistes, starlettes et les jeunes « hommes » qui ne le sont point, car ils se montrent bien amoindris et sans qualités, exempts de virilité, en se déclarant ouvertement défenseurs de féministes ! comme si cela était une vertu !

Et, dès leur qualité de faibles et efféminés qu’ils le sont irrévocablement eux-mêmes, ils nous accablent et salissent l’ensemble de la presse avec leurs publications indécentes où la sexualité, est traitée comme un sujet trivial ; quand la vérité est que tout ce qui concerne la sexualité est une question de l’intime absolu.

Peu de sujets le sont à ce niveau de profondeur, je parle de ceux qui restent dans la catégorie de l’intime absolu comme le sont tous les grands sujets qui traitent de Vie et de Mort, tels que notre choix de vie personnelle, notre choix devant la maladie et devant la Mort.

Ce sont des sujets qui ne se conversent pas à la lumière du jour et dans la place publique.

L’intime absolu refuse « la transparence. »

Ce que les individus font dans leur alcôve m’indiffère et j’exige sans la moindre faiblesse que notre intimité individuelle soit fermement respectée et que ce droit imprescriptible qui nous revient en toute justice soit défendu par la loi, car nous sommes dans un État de droit.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

 

 

Write a comment

You need to login to post comments!