CARMEN FLORENCE GAZMURI-CHERNIAK

Escritos literarios – críticos, anuncios de nuevas publicaciones, libros editados. Artista-Pintora. Telas al óleo, gouaches y dibujos

Skip to: Content | Sidebar | Footer

Puede ponerse en contacto con Carmen Gazmuri-Cherniak a través
del formulario de contacto en el sitio.

SI, J’ÉTAIS ÉLUE MINISTRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE

16 Enero, 2024 (17:16) | Non classé

ttps://actu.fr/societe/enquete-une-inspectrice-de-l-education-nationale-accusee-de-detruire-des-enseignants_60298568.html

MON ATTESTATION DE TRAVAIL AU LYCÉE

 

SI, j’ÉTAIS ÉLUE MINISTRE

DE L’ÉDUCATION NATIONALE

Chers Lecteurs,

Ah ! Je vous vois rire !

Pour qui se prend-elle ?

Je vous entends rire et vous écrier !

Mais, voyons, quelle idée !

Moi, je me marre.

Hier soir, j’eus un rêve, plutôt un cauchemar. Parce qu’il ne se réalisera jamais.

Hier, en fouillant mes dossiers en cartons remplis de paperasse, enfin j’ai trouvé cette attestation d’un de mes nombreux remplacements de Professeur d’espagnol de secondaire, je n’ai jamais refusé aucun remplacement, ceux qui n’ont fait que m’humilier, et m’appauvrir.

Je connais de l’intérieur les nuisances de la mafia du Ministère de l’Ignorance Nationale, le seul avec le ministère de la Culture qui ont détruit la hauteur intellectuelle et le rayonnement de la France de jadis.

Il faut aller à l’essentiel.

Je suis le résultat d’une université d’excellence de Santiago du Chili qui, originairement, lors de sa création, elle n’avait qu’une vocation scientifique, vouée principalement à la formation d’ingénieurs, or, il y a eu un heureux changement en 1942, cette U.T.E. pris une vocation humaniste qui accueilli des Professeurs docteurs sortis des meilleures universités européennes, pour la chaire de philosophie c’est l’Allemagne qui donna nos meilleurs Professeurs, de la France arrivèrent diplômés nos professeurs linguistes, que dire pour notre spécialité ! Le Castellano, la formation de la société et à partir de sa langue nationale, aussi importante que l’est en France le français, avec un échec pour la lecture et l’écriture digne d’un pays du tiers mode d’il y a un demi siècle et si je m’abuse !

C’est l’Espagne qui donna nos meilleurs professeurs dont le Docteur ès Lettres, Madame Raquel Martínez Muñoz qui fut mon Professeur et Directrice de mes travaux.

Il faut aller à l’origine.

En 1942, le peintre et Professeur d’Histoire de l’Art, dessin et peinture Hernán GAZMURI, détenteur de trois chaires universitaires, fut appelé à fonder l’Institut de Pédagogie et de formation des Professeurs de secondaire, il fut attaché à cette Université d’État, la U.T.E.

Avançons dans l’information liminaire.

C’est en qualité de connaissance prouvée et en profondeur de que la pédagogie veut dire comme socle de la formation de Professeurs de secondaire que je m’autorise à donner des leçons et à justifier mon rêve cauchemardesque.

CE QUE JE FERAI DÈS MA NOMINATION DE MINISTRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE.

En premier lieu lui donner une nouvelle direction de fond, qui la ferait sortir de l’indignité dans laquelle elle se noie, mal prépare les corps enseignant et qui effacerait ipso facto la catégorie d’IGNORANCE NATIONALE, parce que d’après de changements peu coûteux en cinq ans, nous obtiendrons les résultats qui redonneraient de la valeur à la profession d’enseignant et nous finirions de manière incontestable avec les vices que traversent depuis des nombreuses années sans aucune issue pour envisager un redressement des vices et tares qui traînent au sein de l’enseignement en France.

Les voici, les changements nécessaires :

1. Un changement de fond en comble de la formation d’un professeur de secondaire, la formation doit être universitaire, constituée d’un double cursus, le premier centré sur les disciplines de la spécialité, le second basé sur les matières du corpus constituant la pédagogie, tels que la philosophie, la psychologie de l’enfant et de l’adolescent, la psychiatrie, la statistique.

2. La durée de ce double cursus doit se poursuivre pour les élèves sur une durée de cinq années, je l’ai déjà dit dans mes anciens articles et je lme redis à nouveau, les cinq années universitaires sont obligatoires, dont la dernière année est divisée en deux semestres, consacrés à la rédaction d’une thèse de Maîtrise, sous la direction d’un Professeur habilité pour diriger des thèses et la pratique au sein d’des lycées public, pratique qui sera guidée observée et conseillée adroitement pour aider non pour nuire l’élève qui sera à la sortie un excellent professeur de secondaire.

3. Une fois que l’élève de la cinquième année universitaire a approuvé avec succès ces U.V. (Unités de valeur) et qu’il a réussi sa pratique de six mois, et que a approuvé avec succès la soutenance de sa thèse, il reçoit son diplôme de Professeur de secondaire et il ne sera plus jamais « inspecté «  ni rabaissé, il obtiendra l’indépendance professionnelle à la manière d’un médecin qui a accompli son délai d’interne des hôpitaux publics, une fois diplômé en médecine, il n’aura plus de contrôles et ouvrira son Cabinet.

Le Professeur de secondaire quand bien même il sera un fonctionnaire payé par l’État, sa qualité de fonctionnaire n’est pas pour autant le rabaissement à celui d’un esclave ni d’un pion, au service d’aucun « supérieur hiérarchique », la compétence ne s’obtient que de par une formation d’excellence, doté d’une exigence sans égale, et interdisant l’entrée en cursus de pédagogie à ceux qu’incapables intellectuellement, s’inscrivent en Pédagogie pour l’échec à l’entrée au cursus de formations qui leur donneront accès aux professions dites « libérales », parce que là, le niveau d’exigences à l’entrée de l’université est d’un très haut niveau ; la tare française est de laisser entrer quiconque est un incapable pour devenir élève d’une université, c’est le même problème qui s’est créé avec « le Bac pour tous », il va de même pour l’université, il est impossible d’accepter « l’université pour tous », ce qui ne doit pas pour autant changer la loi et le statut d’une université gratuite vers une université payante, il s’agit uniquement de bloquer l’entrée aux incapables, d’exiger comme condition préalable dès les trois dernières années du secondaire d’avoir fait preuve de maîtriser une pensée abstraite et il faut développer une orientation vers des cursus de formations qui déboucheront en professions manuelles, qui ont de la valeur ; l’entrée vers les formations manuelles et techniques est belle, ces formations le sont et elles sont aussi importantes que les professions intellectuelles, elles possèdent d’autres savoirs, d’autres exigences et elles ont d’autres mécanismes d’évaluation qui n’ont pas les formations de pensée abstraite.

Tout ceci ne doit pas rester complexe et, doit devenir compréhensible pour tous nos concitoyens qui ont des enfants à éduquer et à former pour réussir leur avenir.

Par ses propres qualités intellectuelles qui sont les siennes, bien acquises et méritoires, un enseignant, il ne doit plus être testé une fois diplômé.

Chez les enseignants, il ne doit pas exister une « hiérarchie » du style propre à l’École militaire ou de surveillance pénitentiaire. Le professeur sera un homme ou une femme libre et doué tous les deux d’une autorité intellectuelle confirmée.

Il n’existera plus jamais « Les Concours » parce que le titre de professeur, ne s’obtient que par l’accomplissement rigoureux de l’acquisition d’une formation d’élite, et d’une certification octroyée par ses véritables Directeurs de recherche qui évalueront les capacités des futurs professeurs de la nation et cela suffira à tout jamais pour assurer leur liberté d’action professionnelle. Un professeur formé de la sorte ne doit plus être « testé » et sera celui qui, doté d’un niveau d’excellence, sera en droit de donner les voies et leçons de vérité à la société, et non le contraire.

Un Professeur sera doué d’autorité intellectuelle donc il jouira d’un respect inébranlable au sein de la société.

Tout mon programme n’est ni de l’idéalisme ni un rêve, il s’agit d’un programme humaniste cohérent qui a pour but, dans un délai de cinq années, les cinq années nécessaires pour la formation d’un professeur, pour que dans la pratique, au sein des lycées puisse s’observer la qualité indéniable de mon programme et de sa réussite.

4. LES RÉMUNÉRATIONS.

Les professeurs formés de la sorte seront rémunérés tous de manière égale en raison de 4 500€ mensuels, avec des primes conséquentes par ancienneté réévaluée toutes les dix années, si le Professeur a fait preuve d’efficacité et d’avoir rempli au mieux ses fonctions de Professeur.

Il sera effacé à tout jamais le désarroi justifié des jeunes professeurs qu’avec une faible Licence qui n’a comme cursus que trois années défaillantes et sans exigences et dépourvu de formation pédagogique intense, pour qu’ils soient préparés et autonomes pour faire face au complexe monde de l’adolescence.

La plus grave des fautes et vices de la France est celle d’avoir entouré l’université de médiocrité et d’ignorer volontairement ce que veut dire “être Professeur» et, d’avoir légué une fausse autorité aux fonctionnaires incapables intellectuellement, sadiques, frustrés, et handicapés mentaux qui lors de la mise en ouvre de leurs inspections, ils poussent les jeunes professeurs vers le suicide et que par leurs fonctions de liberté totale octroyée par l’État, ils déploient les actions les plus perverses pour nuire de manière criminelle des jeunes professeurs, jusqu’à présent, si des erreurs, ils peuvent commettre, il n’est pas leur faute, la France leur interdit les acquis pédagogiques au sein des universités, pour les laisser sans voix, sans droits et soumis ad vitam æternam au service des « inspecteurs », « les fonctionnaires de Interdit.”(G. M.)

Parce que devenir universitaire et de surcroît professeur est une tâche à ne pas laisser en toutes mains.

Carmen Florence Gazmuri Cherniak

PS, bon, j’attends ma nomination !

Mais, grave difficulté, je ne peux pas vous donner l’assurance de “venir d’en bas”, ni d’appartenir à la nouvelle “classe de la méritocratie” bien au contraire.

 

 

Write a comment

You need to login to post comments!