CARMEN FLORENCE GAZMURI-CHERNIAK

Escritos literarios – críticos, anuncios de nuevas publicaciones, libros editados. Artista-Pintora. Telas al óleo, gouaches y dibujos

Skip to: Content | Sidebar | Footer

Puede ponerse en contacto con Carmen Gazmuri-Cherniak a través
del formulario de contacto en el sitio.

“TOUTES LES VIES SE VALENT”

7 Febrero, 2024 (16:21) | Non classé

 

CIMETIÈRE PROFANE LE 23 DÉCEMBRE 2023

 

« TOUTES LES VIES SE VALENT »

JE M’INSURGE ET RÉCLAME DE L’AIDE POUR LES CRÉATURES AMPUTÉES DE GAZA

Chers Lecteurs,

J’écris ce bref article, inspirée dans la phrase du Président de la République française, et je suis française, c’est pourquoi, je crois avoir le droit à la parole publique et parce que sa phrase est inspiratrice d’une réponse.

Je suis née et j’ai été élevée dans un pays lointain dit du tiers monde, le Chili, qui dès le Xxviiᵉ, accueilli des immigrés des trois religions, là-bas, je n’ai jamais connu le racisme, il m’a fallu arriver en France pour connaître les guerres de religion et les détestations.

Je ne reviendrai pas en ce moment à évoquer le crime perpétré contre ma mère, ce sera mon leitmotiv jusqu’à ma mort.

L’assassin, le « médecin Traître-Tant » et ses trois complices formèrent un bouquet des tortionnaires, des véritables terroristes où entrèrent les trois religions bien compactes dans la torture et le crime contre Maman souffrante d’un infarctus, quatre assassins, appartenant aux trois religions monothéistes, lui refusèrent les soins pour me nuire, j’étais leur Cible.

Étant le premier, le vrai coupable, un exemplaire historique parce que biblique.

De toutes les tragédies qui m’a fait subir mon pays d’adoption, celle-ci reste la seule indélébile, les autres, je les ai laissées dans l’oubli ; cependant mon attachement à la vérité, à l’humanisme dans lequel m’éduquèrent mes parents et parce que j’ai une mission en tant que professeur, sont toutes des raisons de taille qui m’obligent à dire ce que je pense, car un vide, une douleur reste béante qui se joignent à une tragique peine abyssale dans l’âme, je ne peux rester en silence.

Les morts aux pogroms et les victimes de la Shoah ont eues, elles ont et auront ad vitam æternam la défense historique, éthique et sensible de l’humanité.

Ceci est incontestable.

D’autres restent en attente, et par « les terroristes » qui empoisonnent leurs vies, une population entière reste victime et méprisée, ceci me révolte, cette injustice qui se cache au jour le jour m’indigne, c’est pourquoi, face au silence, je m’insurge dans ce bref article ou, je dois encore une fois montrer quelques photos si récentes de créatures qui, innocentes furent tuées non comme victimes collatérales, non, mais en vengeance et avec des excuses indignes.

D’autres créatures périrent parce qu’incapables à ces courtes années de vie, d’endurer la douleur d’être amputées sans anesthésie.

Je dois vous rappeler d’un exemple qui a été caché, deux jeunes femmes gazaouies, qui allaient à pied vers hôpital pour accoucher, portant des drapeaux blancs pour se protéger, aucun membre de Hamas n’était dans les lieux, furent repérées par de sadiques et dégénérés soldats de l’occupation qui les abattirent à coup de mitraillettes, et ensuite passèrent leurs bulldozers sur leurs corps, les laissant plates au ras de sol, afin de ne laisser aucune trace de leurs corps, cette image me hante et me persécute depuis.

Pas à vous ?

Le cimetière de gazaouis fut profané, encore une fois les bulldozers accomplirent leur ignominieuse besogne, ils décidèrent de les utiliser non pour abattre le Hamas, mais pour profaner un cimetière à Gaza.

Mes « soldats » remuèrent des tombes pour confondre tous les corps, les familles ahuries ne pouvaient rien réparer ni retrouver les dépouilles de leurs morts. Aucun terroriste n’était caché dans ce cimetière solitaire, mais les occupants, les profanateurs, s’en sortent en faisant appel aux anciens pogroms, au récent, et les abominations se justifient, s’entrecroisent et la société, en moutons obéissants, suivent silencieusement les médias.

Quel intérêt partisan pourrais-je avoir à crier ma révolte ?

Aucun.

Je suis autogestionnaire, libre et ma seule attache inconditionnelle est à THÉMIS, je ne parle au nom d’aucun parti ni religion, c’est ma sensibilité, mon cœur et mes idées humanistes de justice qui m’obligent à poser cette question à Monsieur le Président de la République :

Quand croyez-vous opportun qu’il serait possible d’organiser une aide humanitaire efficace, rapide et utile, pour accueillir dans les hôpitaux français les milliers d’enfants amputés ?

Et, les femmes et les hommes estropiés par une vengeance inutile ?

Je propose que ce programme d’aide véritablement efficace soit mis en œuvre par le Docteur Rony Brauman, le seul médecin expert et homme sensible qui a été courageux pour dire la vérité de ce qui se passe à Gaza et en Cisjordanie, où les bédouins sont pillés, dépouillés de leur seul bien, leurs terres, et assassinés impunément par les Colons assassins, sans que personne leur apporte secours.

Si mon pays d’adoption donne l’exemple d’équité au monde et qui se dit d’être porteur de ce triptyque : LIBERTÉ, ÉGALITÉ ET FRATERNITÉ, je dois vous réclamer de réparer un manque que, s’il perdure, il risque de se métamorphoser en injustice.

Je ne peux supporter cette absence de secours vis-à-vis de ces créatures en souffrance et si injustement abandonnées. Ces petites créatures, submergées dans la boue, la douleur et la famine, n’ont pas les hôpitaux luxueux dont sont réconfortés et soignés les juifs avec les soins médicaux les plus sophistiqués des hôpitaux de Tel-Aviv !

Les hôpitaux de Gaza furent rasés avec ses malades et les Médecins dedans !

Je suis fidèle à mon pays d’adoption, et je me dois de contribuer avec ma parole pour qu’il maintienne sa dignité.

Merci de m’avoir lue.

Carmen Florence Gazmuri Cherniak

 

 

 

 

Write a comment

You need to login to post comments!