NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK est "Auteur auto édité"
vous pouvez la contacter
par mail : nadezhdagazmuricherniak@gmail.com

VOUS AVEZ DIT SAUVAGERIE?

14 septembre, 2020 (09:20) | Non classé

VOUS AVEZ DIT SAUVAGERIE ?

 

 

Chers Lecteurs,

Tout récemment j’ai lu des nombreux articles sur l’ensauvagement de la société française. Un blogueur affirmait dans l’un d’entre eux que le mot sauvage n’a pas d’équivalant juridique. Et, que finalement cela n’avait pas d’importance !

Son erreur est grave, grandiose, et je vais le démontrer, car c’est précisément là où se trouve l’essence de la gravité de l’ensauvagement de notre société, dans le mépris du juridique, le qualifiant de « sans importance. »

Vous pouvez trouver plusieurs antonymes dans le Larousse, il est utile pour éviter toute confusion de vérifier étymologies, définitions, synonymes, antonymes et à la fin aller chercher le vocabulaire spécialisé.

C’est une fois qu’il sera élucidé l’étymologie et toutes les possibilités de signification de ce mot sauvage, sauvagerie, ensauvagement de la société, que le juridique prend toute sa place et qu’il nous donne les armes pour lutter et l’éradiquer de notre société, mais  à condition que les citoyens le veulent, il paraît qu’ils se complaisent à piétiner dans la boue, puisque personne ne réagit sur le terrain et ne cessent de parler ou d’écrire

Nous nous approchons de sa traduction juridique.

Je dois répondre à tous ceux qui doutent encore de l’existence d’un terrain de lutte contre l’ensauvagement sociétale.

Lutter à titre individuel est de la plus haute importance, c’est déjà le début de ce qui doit être la lutte collective pour se débarrasser de tout acte d’ensauvagement.

Il existe bien un équivalent en termes juridiques, pour le trouver sans aller aux textes spécialisés il faut tout simplement réfléchir sur les effets que l’acte sauvage entraîne, en dehors de toute sémantique et, en dépit que la définition est en elle-même assez explicite et qu’ elle n’a pas besoin de plus d’explications.

La sauvagerie s’est installée à titre individuel et collectif.

Ce sont précisément les effets qui s’ensuivent de tout acte sauvage qui méritent toute notre attention, c’est là que vous trouverez la réponse, la traduction sur le plan strictement juridique.

 C’est dans l’inertie que la sauvagerie triomphe, et dans l’ignorance volontaire ou non, des moyens de combat que le juridique met à la disposition des citoyens, pour entreprendre la lutte sociétale.

C’est parce que la loi nous donne toutes les armes pour combattre la sauvagerie qu’il est idiot de rester dans la critique sociétale. L’ensauvagement de notre société n’est pas une affaire abstraite, tout acte de sauvagerie se déroule au sein de la société, dirigé vers les citoyens à titre individuel et collectif, et c’est un acte factuel qui provoque des préjudices moraux et en l’espèce se traduisent par une atteinte grave à l’individu.

L’équivalent juridique de sauvagerie, d’acte sauvage s’appelle DÉLIT

La sauvagerie n’est que la violation de son contraire : la délicatesse, le respect d’autrui, la bienséance exprimée dans toutes les strates de la vie sociale et ce viol est décliné dans toutes les nuances et degrés de gravité possibles ! « Ils » ont laissé le libre cours à la barbarie, à la cruauté, et au manque de tempérance.

 Ce qu’ils appellent « les incivilités » n’est qu’un faible synonyme pour définir la violation de la loi.

Le peintre Hernán Gazmuri me racontait souvent une anecdote de sa jeunesse…Paris, 1928, un café de Montparnasse où ses amis russes l’enseignèrent à jouer aux échecs, ils s’y se rendaient après les cours dans l’atelier d’André Lhote, rue d’Odessa ; un jour il oublia son parapluie sur le coin de sa table, quelques jours après ; il s’est rendu le chercher, son parapluie l’attendait au même endroit, personne n’y avait touché.

Il est un fait incontestable que  l’ensauvagement sort  des actions délictuelles commises à répétition au sein de la société; action néfaste et volontaire des haineux du beau, bon et juste,  pour effacer volontairement  toutes  les  composantes heureuses qui faisaient de la France un modèle de civilisation raffinée.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

Paris, le 14 septembre 2020

Write a comment

You need to login to post comments!