NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK est "Auteur auto édité"
vous pouvez la contacter
par mail : nadezhdagazmuricherniak@gmail.com

REVOLUCIÓN UNIVERSITARIA DE LA BASURA : VANDALISMO EN ACTO Y EN PALABRA / LA CIÉNAGA UNIVERSITARIA

21 avril, 2018 (20:17) | Dénonciation politique | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

LA REVOLUCIÓN UNIVERSITARIA

DE LA BASURA

LA CIÉNAGA UNIVERSITARIA

VANDALISMO EN ACTO Y EN PALABRA.

Hemons dejado pasar la primera fase de los disturbios y protestaciones surgidas de la pretendida « refoma universitaria francesa» centrada exclusivamente en una selección arbitraria de los postulantes, la que ha sido prevista por el gobierno para filtrar el acceso a los estudios universitarios. Que la dicha selección se decida pour un sorteo es tan aberrante como lo es la política que acuerda la entrada libre a los estudios superiores, como si éste acceso al mas alto nivel de formación intelectual no necesitara de ningun requisito previo.

Hay en esto une desorden de pensamiento incalificable.

El obstinarse en seguir manteniendo à toda costa la universidad de masa, la universidad abierta a todos  es una monstruosidad que deja de manifiesto una falta absoluta de inteleligencia.

Hemos observado con horror el vandalismo provocado contra la universidad de Tolbiac, hemos visto y escuchado el discurso de una estudianta universitaria de ¡segundo año de sicologia ! Su « discurso »nos lo ofrece con tono permptorio y actitud insolente, llena del aplomo que le da su seguridad absoluta de estar en lo cierto, ¿cuál es la causa de su frenético discurso ? Explicarnos lo bien fundado de los actos de vandalismo, provocado por la reforma arbitraria del gobierno, la sordera voluntaria del gobierno les ha obligado a protestar destruyendo. El lenguaje universitario se traduce en inmundicia. Lo inmundo est ahora el retrato de los futuros profesionales. No me sorprende nada el estado catastrófico que nos ofrece Francia en todos los aspectos de la vida social.

Segura está también de que los actos de vandalismo de sus compañeros han tenido como objetivo el provocar MIEDO. La televisión acude a entrevistarla, ella es una de las dirigentes de uno de los sindicatos de estudiantes.

¿Cuál es la demostración de superioridad intelectual que pretenden poseer éstos estudiantes universitarios en oposición a un gobierno inoperante ?

El saqueo, el vandalismo y la inmundicia difundida en actos y en palabras.

Luego del saqueo asqueroso que han perpetrado ultrajando aulas y muros de tags y grafitis, devastando aulas munidos de una fuerza salvaje e impropia de seres humanos, nos dejan frente a una destrucción comparable a un tsunami donde los equipos de informática, computadores y material de proyección que sabemos son de un costo desmesurado, han sido destruidos no por elementos extrajeros, sino por los estudiantes que por su comportamiento se retratan ellos mismos como bandas de irrepresibles bandidos.

Estamos frente a un hecho delictual cometido por nuestros futuros profesionales, esos que usedes encontrarán dentro de algunos años ejerciendo y ganando un sueldo confortable dentro de la sociedad.

Sí, es cierto, ésta estudiante universitaria, futura psicóloga ha logrado su objetivo, ella y su banda han logrado provocarnos los mas aterradores sentimientos de desolación, de impotencia, lo que, contrariamente a sus convicciones desvia sus objetivos. Lo que esta estudiante pretende con sus actos de vandalismo dejará indiferente a éste gobierno que se empecina en transformar la sociedad francesa en una plaza de transacción bancaria donde rigen leyes de sorteos y de ganancias mercantiles.

La sociedad entera no puede más que dar un paso hacia atrás, para tomar una buena perspectiva de observación, estar aptos para analizar y juzgar sin premura ésta conducta que descalifica ipso facto a todo estudiante universitario adepto y actante de vandalismo inmundo.

Le respondemos a esta insolente señorita estudiante y a todos los estudiantes responsables de estos delitos.

Para un profesor, y yo lo soy y lo seré siempre aúnque esté alejada del ejercicio docente, es una obligación de órden ético tan importante como lo es nuestra misión mayor : la de transmitir un saber. No debemos permitir bajo ningún pretexto que se cometan este tipo de atentados salvajes, la falta de respeto a los bienes públicos y a las personas es indecente, indigno de todo ser pensante y responsable.

Me indigna y no tolero que se adjudiquen el derecho de manifestar sus reivindicaciones y hacer pública su rebelión en centro sagrado del pensamiento que es la universidad o en la agora pública por medio de actos de bandidaje.

La falta de educación cívica es flagrante en Francia, en un estudiante universitario es la marca de ser mal nacido, ésto indica simplemente la ausencia de educación de los padres, esa virtud de saber vivir en sociedad no se adquiere más que por herencia y que no se obtiene por medio de ninguna escolaridad.

Que un estudiante universitario nos de pruebas de éstas carencias y deficiencias de orden ético, moral e intelectual es una confrontación on una cruda verdad que nos confirma una realidad gravísima, éste trágico acto de bandidaje. Comprenderán entonces que una selección previa se presenta como une necesidad imperativa que se debe asumir con urgencia desde la enseñanza secundaria.

Los métodos de selección previstos por le gobierno son errados.

A los ya existentes desde hace años se agrega éste error pernicioso e inoperante desde la base. Los dirigentes políticos precedentes han sido incapaces de instaurar una selección de admision inteligente, comenzaron con el « Bachillerato para todos » el que otorga el viático gratuito para acceder facilmente el acceso a la universidad. Banalización absoluta de los estudios secundarios y universitarios, el fracaso escolar no permite ninguna dialéctica, no hay perdón, el fracaso deja las aulas casi vacías en el primer año de facultad. Los más afortunados pasarán raspando con el promedio que los condescendientes profesores altamente politizados, creen que por éste medio, facilitan a sus estudiantes la entrada a una vida profesional idílica. La realidad de la jungla social es bien otra, tendrán un corto tiempo para despertar a la realidad.

Lo que han logrado es un deterioro social abisal, producto de profesionales incompetentes que no merecen sus puestos de privilegio.

Une reforma universitaria inteligente debe basarse úunicamente en la evaluación de las capacidades intelectuales de cada candidato, donde los resultados de los tres últimos años de ensenanza secundaria sean decisivos, en la evaluación que se llevará a cabo considerando los resultados del bachillerato. Esta evaluación no deberá desdeñar un análisis preciso que deje transparentes la presencia de valores éticos y morales, desde hace tiempo perdidos en la sociedad francesa, ésta disciplina aplicada a los criterios de selección deberá estar dotada de la más firme severidad, el destino de los estudiantes está en juego, el destino de la sociedad francesa igualmente, donde la calidad profesional es determinante en toda evaluación social y cultural de un país.

Destruir para hacerse valorar, transformar lo límpido en basura, lo bello en fealdad, la virtud en vicio es la norma de gran parte de la juventud actual.

Ustedes, responsables politicos y responsables académicos son los que han creado ésta juventud. Es tarde para lamentarse o criticar. Ustedes han permitido este giro trágico en la sociedad que ahora se les presenta como incontenible e irreversible.

Esta destrucción del orden social que va paralela a la dirección errada del sistema educacional y de formación profesional, han sido la causa de la mediocridad profesional, y de la carencia de profesionales de alto nivel salidos de gran número de universidades francesas.

En Francia como lo es en todo el mundo, los estudiantes nacidos de padres cultos, tendrán asegurado e el éxito universitario y profesional. Los otros, aquellos desprovistos de herencia cultural, desprovistos de recursos económicos y saliendo de un sistema educacional desfalleciente, se verán obligados a trabajar o a postular a becas miserables, constreñidos a realizar estudios mediocres con los resultados que sufrimos todos.

La ineptitud de gobiernos incapaces ha dado el fruto de éste fracaso nacional en la enseñanza, la que ha demostrado en su esencia misma, la incapacidad de erradicar los multiples vicios y efectos perversos que se han incrustado en la sociedad y en el sistema escolar, donde no ha ganado ni la universidad, ni los estudiantes, ni la sociedad.

Esta recolta funesta es de la responsabilidad de los dirigentes académicos, de los politicos que comparten este fracaso casi irreversible del sistema educacional, el que no es sólo universitario, siéndo la universidad el receptáculo de les dos niveles de enseñanza que la preceden.

Esta decadencia intelectual en el seno de las universidades es latente en todos los estratos de la gerencia académica, a ésta grave cuestión, jamás resuelta, viene a agregarse una serie de problemas prácticos endógenos y exógenos que agravan el buen funcionamiento de las universidades y por consiguiente deterioran la formación de los estudiantes que carecen de recursos.

Los estudiantes meritorios una vez inscritos, deben gozar con toda justicia de los mismos derechos a la formación que los pudientes, éstos impedimentos de orden exclusivamente pragmático son el producto de políticos impostores que con el pretexto de hacer economías, han bloqueado los recursos monetarios destinados à la enseñanza superior. Estas faltas gravísimas nacen de la incapacidad de hacer frente como se debe a la explosión demografica de candidatos que salen del bachillerato cada año sin que se resuelvan sus problemas urgentes.

Estos dirigentes nefastos han despreciado las bibliotecas, las han empobrecido con el eterno pretexto de un deber imperioso de aplicar restricciones económicas, los créditos utilizados en forma desmedida y únicamente en la informática, no debería mutilar por ello las reservas bibliotecarias que deben imperativament enriquecerce y ponerse al día.

Los bibliotecarios no pueden más que acaptarlo y lamentarlo en silencio.

Los libros son el material imprescindible de todo estudiante inserto en su formación universitaria, este empobrecimiento de bibliotecas universitarias es un hecho incontestable, actualemente están casi todas en ruina, las que no disponen más que de un sólo ejemplar para una multitud de estudiantes, dejan un desolante retrato de ellas.

Los directores académicos han caído en la estúpida convicción que los computadores podrían igualarse y peor aún, remplazar los libros.

Las bibliotecas universitarias adolecen de textos imprescindibles y de primer orden, lo reitero y subrayo por haberlo vivido recientemente, cuando algunas bibliotecas universitarias los poseen, éstos son disponibles un único ejemplar dilema insoluble, que sea ese libro dado como lectura obligatoria para clases enteras, esté ausente de la reserva, las listas de espera son inaceptables, generan problemas adyacentes à la formación, perturban la vida entera de los estudiantes, uniéndose a los motivos de fracaso entre los estudiantes pobres.

Para remediar la crisis universitaria en todos sus estratos, matices y niveles sería preciso, un cambio de fondo de la parte de todos los actantes que deben asumir ésta responsabilidad, lo que por el momento no se vislumbra en lo mas mínimo como intencionalidad de cambio en sus programas políticos.

Ha llegado el momento en que los errores que arrastran en un mismo grado responsables políticos y académicos, acompañados de sus retoños, esa mayoria de estudiantes formados por ellos, juntos se afianzarán en su triste trayectoria, con la misma indiferencia y cobardía que les es propia.

La crisis universitaria ha terminado por estallar en una ciénaga imposible de contener.

La crisis de las universidades francesas es sin duda el resultado de años de decadencia venida exclusivamente de un sistema educacional permisivo que ha dejado entre las manos de políticos errados y cobardes ante las exigencias de estudiantes incapaces de asumir un rol para el cual no están aún habilitados y en materias en la cuales el conocimiento les falta.

Se les ha permitido a los políticos, atados a sus programas ideológicos, que lleven a cabo la vergonzosa labor de erradicar del sistema educativo nacional un principio capital que fue el sócalo en el que se cimentó la cultura de todos los países europeos : la toma de conciencia nacional del valor intrínseco que reside en la adquisición del saber y de aquel que lo difunde, el culto del pensamiento concebido como una tarea suprema en la que todo estudiante debe investirse desde la secundaria, el respeto casi religioso por el conocimiento, que es en definitiva el saberse depositario de la cadena eterna de la cultura.

Este privilegio, el de defender este capital humanista ha sido aplastado por dos razones, la primera que se instauró e impuso antes de la invasión de la informática y de la supremacía del Internet, ella es sin duda la más importante: la valoración desmesurada que se ha acordado a los métodos modernos de ensenanza, donde está ausente la estructuración del pensamiento reflexivo y crítico, erradicando el ejercicio pedagógico de la memorización, despreciando la ensenanza que se dirige hacia el desarrollo de un poder personal y autónomo del lenguaje escrito y oral.

Éstas taras pedagógicas comenzaron en la enseñanza secundaria y se han repartido et incrustado como un virus peligroso e incontrolable en el seno mismo de la sociedad, siéndo éste vicio pérfido y mutilante, capaz de ejecutar una ruptura absoluta entre el lenguaje y la sociedad, entre las antiguas generaciones y las nuevas, para terminar por destrozar el sócalo de la cultura.

La mayoría adjudica el fracaso escolar a causas exógenas a las materias pedagógicas, ignorando la fundamental, la ausencia de carreras pedagógicas destinadas a la formación de profesores de la enseñanza media que de existir, estarían obligados a desterrar los concursos inútiles, la desestabilización de jóvenes profesores que perduran con maestría el círculo vicioso.

La ceguera es irremediable. Los diferentes grados de catarata voluntaria lo son igualmente.

¿Qué podriamos proponer ?

Un sólo remedio se presenta como necesario y con urgencia absoluta, él no es otro que la voluntad de crear una carrera universitaria de pedagogia la que formando como corresponde a los profesores, la fallas existentes en los niveles del préuniversitartio cumpliría el rol primero que es el de evitar el fracaso en el primer año de facultad, a ésto debe agregarse una orientación desde la ensenanza media, desmitificando el bachillerato como la única posibilidad de logros, mintiendo en la fórmula grotesca que debe ser « para todos » despreciando con alevosía las carreras técnicas y manuales.

Por último, sería preciso que éste vasto programa de renovación total de la enseñanza francesa, se preocupe al mismo tiempo no sólo de dotar las universidades de medios financieros confortables, los que deben ser confiados a verdaderos administradores, sino además y fundamentalemente el programa de renovación universitaria deberá permitir la toma de conciencia dirigida a toda la sociedad.

La universidad, les estudios superiores deben ser en esencia elitistas, no me refiero al elitismo impuesto por el dinero, ése que ejercen los actuales expertos bancarios, sino el elitismo del pensamiento, ese que valoriza las facultades intelectuales, ellas han sido y serán siempre las que dictarán la verdadera e implacable selección, esa que se escapa a toda consideración ajena a su verdadero objetivo: la excelencia.

La excelencia debe ser la marca de un centro universitario, éste ha sido minado.

Si la universidad francesa tiene aún la intención de salir de su crisis y si sus dirigentes quieren de veras dotarla como lo era antaño, resplandeciente de su título de nobleza acordado por un saber milenario, deberán resolverse a idear nuevas formas de enseñanza secundaria, a implantar una dirección económica y administrativa llenas de buen sentido y de inteligencia. Mientras no se tome conciencia de que la universidad no es el pasaje hacia las empresas o los bancos, y que acceder a la universidad debe ser el privilegio supremo, fruto de una enseñanza secundaria del más alto nivel, impregnada de una orientación individual y de una selección intelectual prealable, el estado catastrófico de las universidades quedarán víctimas de sus administradores. Sin tomar en consideración estos elementos, la crisis perdurará.

Creemos que todo no está perdido, ningún intelectual verdadero, ningún profesor, ningún artista puede rehusarse a mantener viva la esperanza, siempre aguisada por el deseo de absoluto y de perfección.

Si ésta simple condición existe entre aquellos que deben asumir su responsabilidad, si se deciden a hacerla realidad y si nace del fondo de su reflexion, la voluntad de restructurar el sistema preuniversitario y por consiguiente el sistema de la enseñanza superior, podríamos augurar cambios no transitorios como lo pretenden en éste momento, sino benéficos y durables.

Recuerden siempre que la única misión de la universidad es la de formar profesionales de excelencia, el respeto riguroso de esta virtud será la única manera de recuperar y de restaurar en la sociedad francesa sus valores perdidos.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

REQUIEM POUR MAMAN: LA VERITE SUR SON ASSASSINAT

18 avril, 2018 (12:11) | Publication | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

Clara et Nadezhda quelques mois avant l’assassinat 2013

CLARA

RÉQUIEM POUR MAMAN

LA VÉRITÉ SUR SON ASSASSINAT

PROLOGUE

« Partez ! Vous n’avez pas le droit de rester auprès de votre mère, vous devez comprendre qu’elle ne vous appartient plus, maintenant elle est propriété de l’hôpital ! »

Cris de l’équipe médicale du chef de Service assassin
Hôpital semi-privé
Paris, le 15 octobre 2013

A Maman,
la créature la plus belle et
remplie de bonté, lumineuse dans son silence musical
Elle était un océan d’amour éternel
A Maman, la plus talentueuse et
la plus sublime créature que Dieu n’a jamais crée.

NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK

Voici le nouveau livre de Nadezhda.
Ce récit ne donne aucun détail impudique, ne livre pas les noms de ces quatre assassins, ne jette pas en écriture des jérémiades déplacées, Nadezhda n’est pas la pleurnicharde qui demande notre compassion, non, elle ne veut qu’une chose, dénoncer pour faire prendre conscience au monde entier que cet assassinat de sa Maman fut commis avec la protection collégiale la plus abjecte et couvert de l’omerta la plus criminelle, et en même temps, elle veut que cette maltraitance et assassinat de sa Maman soit enfin puni avec les sanctions les plus sévères prévues dans le Code Pénal et que ce délit d’assassinat fasse jurisprudence en vue de changer la loi grâce à son procès devant la Cour d’Assises.
Clara, ancienne pianiste, maman de Nadezhda est la veuve du peintre Hernán Gazmuri, qui avant d’arriver en France en 1982, elle fait don à la France de son héritage pictural, l’œuvre capital du peintre, l’Hommage à André Lhote et Le Nu Jaune, la « Donation Gazmuri», qui entre dans la Patrimoine de la France et arrive compléter les Collections de l’École de Paris au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris.
Ce nouveau livre est le récit de l’ exil volontaire et artistique de Clara et Nadezhda, unies depuis plus d’un demi siècle dans un binôme mère-fille, et par une complicité artistique qui commença dans l’espoir et qui se termine par l’assassinat de Clara en l’année 2013.
Elles se trouvent piégées dans les affres d’une administration qui abrite des médecins assassins qui s’acharnèrent à les séparer dans les derniers années de la vie de sa Maman. Ils provoquèrent sa mort par refus volontaire de soins la martyrisant soumise dans une agonie indicible et barbare, parce que privée du seul sédatif qui s’imposait pour stopper ses souffrances: le sommeil profond.
Les médecins élaborèrent et achevèrent une abominable besogne assassine contre Clara qui s’est vue encerclée et jetée vers l’abîme d’une volonté médicale meurtrière qui la conduisit vers le martyre, l’agonie et la mort.
Clara s’est vue privée de soins, soumise entre les griffes de ces quatre médecins assassins. Elle demeura à leur merci, ils la firent agoniser dans des souffrances barbares qui restèrent cachées dans le silence étanche et criminel de tout le personnel complice de ce sinistre hôpital semi-privé de Paris.
Clara, pianiste d’exception d’origine russe et attachée à la culture française étant elle-même parfaitement bilingue depuis son plus jeune âge, suit sa fille dans son périple parisien pour l’accompagner dans son choix de faire de Paris leur ville d’adoption. C’est ainsi qu’elles fuirent le Chili dans les années 80 pour venir s’installer à Paris. Ce choix existentiel de s’exiler en France leur imposa de quitter leur confort matériel dont elles jouissaient paisiblement grâce au travail de toute sa vie qui leur laissa leur mari et père en héritage.
Mais, Nadezhda amoureuse de Paris, poète, et artiste peintre elle même, décida fuir le Chili après la mort de son père, pour vivre en tant qu’artiste, mais ce désir existentiel se transforma en une quête jamais acquise tout au long de sa traversée parisienne. Diplômée de professeur d’espagnol, optimiste et pleine d’espoir, la société qu’elle rencontre est bien différente de celle qui avait connu le peintre Hernan Gazmuri dans l’atelier de Lhote. Ignorante de ce qu’était devenue la France du vingtième siècle, sans aucun lien spirituel, culturel et artistique avec celui qui rencontra son père à l’époque d’entre les deux guerres, elle n’imagine ni pour une seconde le destin adverse qui les attendait et, moins encore que le pays de la plus fine culture et détenteur des « Droits de l’homme » pouvait abriter de tels assassins au sein même d’une des plus nobles des professions : la médecine.
Nadezhda n’attachait pas d’importance au confort matériel et vendit tous ses biens, pour pouvoir s’installer en France avec sa Maman, elle se déposséda volontairement de l’héritage de toute la vie de travail qui lui laissa son père, et qu’elle le lapida pour réussir cette aventure.
Arrivées en 1980, elles subsistent par la suite de manière difficile et précaire du seul travail de professeur d’espagnol de Nadezhda, qui en dépit d’avoir poursuivi des études supérieures en Sorbonne ne fut jamais titularisée, mais malgré cette adversité pécuniaire, elles restèrent toujours unies dans un binôme mère -fille indestructible qui fut toujours incompréhensible pour la majorité des français, parce qu’il représenta un mode de vie atypique, c’est pour cette unique raison qu’elles furent sanctionnées, critiquées, et c’est leur mode de vie qui se transforma en le seul motif des heurts avec l’administration tout au long de ces treize années qui dura l’invalidité de sa Maman.
Dans ce récit, Nadezhda nous fait le parcours de toute leur vie parisienne marquée par les expériences tragiques que subit sa Maman au sein des hôpitaux, où elle eu deux maltraitances hospitalières dont la deuxième finalisa par la tuer.
Ce furent les médecins, conjointement avec le personnel soignant, ceux qui s’acharnèrent dans le refus de soins, la non assistance à personne vulnérable et en danger, provocant son agonie indicible et sa mort dans des circonstances aggravantes.
Les quatre « médecins  assassins» agirent impunément, en catimini, et se concertèrent collégialement non pour l’apaiser dans ses souffrances, mais pour l’achever dans une abjecte besogne.
Le MOOBING, l’abus de pouvoir est devenu une manière d’agir abominable, parce qu’assermentée, et approuvée par une mafia de médecins qui agit en toute impunité au sein des hôpitaux, et qui restent les gardiens non de la santé et du bien être de patients, mais les gardiens de leur « protocole hospitalier » qui autorise leurs crimes, et qui demeure le meilleur garant de leur impunité, conjointement au Conseil du désordre.
Leurs crimes ils s’exercent avec cruauté et sans la moindre retenue. L’omerta est de mise. Le Moobing fut ici exercé contre la Cible qui était devenue Nadezhda qui exigea toujours pour sa Maman un traitement humain et adaptée à son handicap, car Clara était victime d’une invalidité à 100% et Nadezhda ne la quittait ni pour une seconde, lui consacrant toute sa vie et tout au long de ces treize années, car les handicaps graves sont pour l’heure volontairement ignorés par le « protocole  hospitalier.» Ce « protocole » non seulement il n’est pas pas à même de les prendre en considération du point de vue médical, mais ce qui est le plus alarmant n’est pas qu’il les méconnaisse de fond en comble, cette ignorance sur certains handicaps est susceptible d’être corrigée, le fond de la question et le plus grave est que ce « protocole » veuille l’ignorer volontairement et de manière obtuse. L’admettre ouvrirait la voie vers une tolérance et un humanisme hospitalier qui pour l’heure n’existe point. Cet humanisme qui fait défaut au sein des hôpitaux devrait s’installer ipso facto, il doit se centrer sur la mise en place obligatoire chez le personnel médical d’un savoir faire et d’un savoir vivre indispensable pour que le séjour hospitalier des personnes de grand âge et invalides soit réduit à un minimum de souffrances, tout comme il est autorisé pour les enfants gravement malades, où le séjour hospitalier se passe dans les meilleurs conditions grâce à la présence des parents, c’est l’unique manière d’améliorer les garanties de guérison ou d’adoucir le mieux qu’on le peut la fin de vie.
Contrairement à ce qui s’est mis en place pour l’hospitalisation des enfants, les personnes âgées et invalides sont victimes d’un écart abyssal en matière d’accompagnement familial, ce vide s’accroît et persiste en matière d’hospitalisation et de prise en charge.
Le plus grave en matière médicale est la série d’interdits implacables qui se hissent dangereusement contre les familles, qui privés de continuer à prodiguer leur accompagnement soutenu à un parent âgée et invalide, soutien humain de premier ordre qui leur revient en toute justice, se voient écartées et mutilées dans leur lien familial lors de l’hospitalisation, mettant en danger de mort les personnes invalides de grand âge.
Nadezhda nous donne une grave et percutante leçon de vie, exposée avec des exemples d’ordre médical très pointus, au moment même où il y a des tentatives aussi stériles que inappropriées pour la prise en charge de personnes âgées.
Nous prenons acte de cette dénonciation, des vices dénoncés, des maltraitances répétées qui ne sont pas provoquées par le manque de budget, la mauvaise gérance d’une politique hospitalière néfaste ou par ce manque de personnel criant qui est indéniable.
Le jour où Clara fut victime d’une crise et arriva à l’hôpital, il n’y avait personne aux urgences. Il n’y a pas d’excuse pour admettre le refus de soins d’une personne de grand âge qui arrive souffrante victime d’un infarctus mésentérique.
Les maltraitances subies par Clara furent d’une cruauté indicible et le produit unique d’un abus de pouvoir vis-à-vis de ceux qui sans défense, sans témoins, démunis de lois qui les protègent, et qui osent désormais s’opposer aux diktats et aux protocoles meurtriers. Les dénonciations sont pour l’heure étouffés dans l’omerta imposée par tous ces fonctionnaires mafieux qui gèrent les services hospitaliers et qui sans aucune retenue exercent impunément leur abus de pouvoir aux équipes médicales et aux patients.
Par ce récit sans concessions, nous assistons non seulement à la perfidie criminelle de ces quatre médecins assassins, mais parallèlement aux effets meurtriers et à la cruauté des protocoles hospitaliers qui accroissent le mépris déjà bien installé vis-à-vis vis des personnes âgées.
Nous prenons conscience de ce qui peut devenir le quotidien des vieilles personnes qui vivent à contre courant et sans protection à la fin de leur vie quand le confort financier personnel leur fait défaut.
L’hypocrisie assermentée qui se dégage de ce misérable minimum vieillesse et des aides à la dépendance doit être condamnée avec la plus sévère fermeté, parce que ces « aides » sont inadaptées, inopérantes et ne prennent pas en considération les cas atypiques ni le respect que l’on doit aux cas individuels et à la liberté de tout un chacun de mener sa vie en liberté comme bon lui semble aussi bien en bonne santé comme dans la maladie, laissant libre la personne et sa famille dans la gérance de sa vieillesse, de son handicap et de sa fin de vie.
Dans le cas tout particulier de Clara, Nadezhda assumait la vie de sa Maman seule, tâche qu’elle avait choisi volontairement, mais en même temps elle ne cessa jamais d’écrire et de dénoncer la persécution administrative dont elles étaient l’objet de la part de certains hauts fonctionnaires, il fut témoigné par une longue écriture remplie d’exemples accablants, parus dans son livre Le Dictateur de la ville morte, édité en 2011.
Clara et Nadezhda furent persécutées, et punies de manière implacable pour vouloir rester ensemble en refusant l’APA, leur choix de vie leur imposa la punition administrative, le parcours obligé et sans répit dans la misère pendant 13 années avec le seul RSA, où le choix obligé de ce parcours de misère fut la seule issue possible qui lui garantit la possibilité garder sa maman à la maison et devenir sa seule infirmière jour et nuit tout au long de ces treize années, jusqu’à subir la punition finale du refus de soins et de son assassinat programmé.
Nous regardons ce binôme qui subit ensemble les affres de la pauvreté et du vieillissement dans un crescendo qui débouche dans la torture et la mort préméditées.
Le récit est circonscrit entre années 2000 et 2013, ce sont les treize dernières années de leur parcours parisien. Les faits se déroulent dans un récit construit soigneusement en trois parties.
Une crise subite frappa Clara le 14 octobre 2013 de retour de leur promenade au café, ce rituel que Nadezhda offrit à sa Maman pour la distraire et la sortir de l’enfermement de la maison. Aussi bien par les grands froids d’hiver comme par le temps chaud et ensoleillé de l’été, elle sortit se promener avec Clara tous les après-midi, rien ne laissait penser que ce 14 octobre 2013, pendant la nuit, Clara tomberait malade victime d’un infarctus mésentérique.
C’est le mois d’octobre 2013, la date fatidique où Clara est assassinée en deux temps.

Ier Temps de l’Assassinat.
Le métronome marqua le temps funeste du crime prémédité par « le traître. »
Le premier temps funèbre fut imposé par son médecin traitant qui s’est avéré être un traître.
Il lui refuse l’hospitalisation que Nadezhda lui exigeait de manière pressante pour sa Maman, c’est ainsi que pour des raisons obscures et sinistres, il se refuse à l’hospitaliser et la laisse souffrir deux jours à la maison, restant inactif face à sa crise et sa souffrance, jusqu’à que le 15 soir, Clara subit une perforation intestinale. Clara souffre et son état s’aggrave et devient critique, après deux jours de subir des souffrances indicibles provoquées par le refus de soin de son médecin qui la retient à la maison, deux jours de souffrance et de perte de temps imposé par le médecin traitant avec le seul but de provoquer sa mort.
Nadezhda ne supporta plus la vue de sa Maman souffrante et voyant son état s’aggraver, Nadezhda décida de l’emmener aux urgences, désobéissant les ordres du traître.
Son « médecin traitant » marqua le début de l’assassinat. C’est agissant en flagrante faute médicale qu’il lui refusa les soins et refusa les demandes d’hospitalisation qui lui formule Nadezhda de manière pressante.
Il se refusa farouchement à que Nadezhda l’hospitalise, lui disant : « Elle n’a jamais été mieux que maintenant! Laissez la tranquille, elle est fatiguée par son grand âge ! »

II Temps de l’Assassinat.

L’état de Clara s’aggrave, et meurtrie de subir depuis deux jours les conséquences d’un infarctus mésentérique est arrivée aux urgences presque mourante et là, les amis et complices du « médecin traitant » lui refusent par une deuxième fois les soins d’urgence et l’apaisement qui réclamait de manière criante son état, pour ne recevoir que le martyre d’une agonie sans sédatifs.
Les urgences de l’hôpital parisien semi-privé.
Nadezhda décide de son propre chef l’emmener à l’hôpital désobéissant l’interdiction de l’hospitaliser de son médecin traitant, mais aussitôt arrivées au sein d’un service où à 2 heures du matin il n’y avait personne aux urgences, où seul un clochard en train de dormir, restait dans un coin couché dans un brancard, c’est là qu’elle rencontre trois assassins qui finirent de l’achever au lieu de lui prodiguer les soins que son infarctus réclamait de toute urgence : le sommeil profond.
La maltraitance et refus de soins débuta le 15 et le 18, Clara meurt après subir une agonie indicible privée volontairement des soins où le sommeil profond, était l’unique prise en charge possible pour une perforation intestinale.
Les trois assassins hospitaliers furent les complices parce qu’amis et « confrères » de ce « traître médecin », ils se parlaient au téléphone en permanence, laissant Clara agoniser et Nadezhda isolée dans le rôle de spectatrice ahurie et impuissante face à la maltraitance que subissait sa Maman.
Aucune autorité à qui faire appel en urgence.
Aucun numéro de téléphone vert pour appeler à l’aide.
Aucune autorité policière ou juridique autorisées à recevoir une plainte criminelle pour stopper la maltraitance avant que le crime ne soit accompli.
Rien. L’abîme le plus absolu par un temps sinistre où sa Maman mourait martyrisée entre les griffes de trois assassins. Clara subit la torture et l’agonie les plus indicibles qu’une personne ne peut supporter. Les souffrances qu’ils lui imposèrent ne sont pas dignes des responsables de notre vie, ces souffrances ne doivent rester impunies, de le reste, il reviendrait à accepter que la torture au sein des hôpitaux reste comme un recours institutionnalisé.
Le Chef de service, la responsable des urgences, et le chirurgien qui lui refusa les soins, se concertèrent pour former une équipe criminelle au plus haut degré de perfidie dans l’accomplissement de l’abominable.
Ils continuent à travailler allégrement dans cet hôpital et à l’abri des sanctions, grâce aux mafias collégiales.
Ces quatre assassins en puissance, les plus dangereux médecins qui ne puissent exister en France, prirent Nadezhda comme cible punitive, et tuèrent sa Maman pour la punir, ils savaient où frapper avec la plus absolue des certitudes où pouvaient la détruire : le vie de sa Maman, sa seul raison de vivre.
Pourquoi un tel acharnement criminel ?
Parce qu’ils la connaissaient au sein de cet hôpital et maltraitèrent sauvagement sa Maman avec préméditation, en représailles à leur manière marginale de vie, et par les exigences pressantes de Nadezhda pour continuer seule sa prise en charge de la vie de sa Maman qu’elle menait avec une excellence des soins depuis des nombreuses années, d’une part en assurant le bien être de sa Maman, et d’autre part, avec ses soins exceptionnels d’infirmière et d’aide soignante.
Nadezhda démontrait qu’elle pouvait triompher au jour le jour contre la mort, prolongeant dans des bonnes conditions la vie de sa Maman, et tout sans être « professionnelle »
Nadezhda laissait à la lumière de tous sa réussite aussi bien par ses actes que par l’exemplarité de cette vie d’exception. Toutes les deux laissaient les médecins dans une incontestable défaite.
C’est depuis toujours que l’hôpital se refuse d’assumer une prise en charge adaptée aux personnes de grand âge et invalides, mais le plus incompréhensible est qu’ils se refusent à mettre en place des soins d’ excellence destinés à prévenir l’aggravation des risques qui conduisent à la mort des personnes de grand âge, fragiles et en fin de vie. Leur exemple était pris comme une gifle qui dénonçait de par leur seule présence dans le service leur ignorance et leur incapacité médicale.
Le bien être de Clara était la preuve des bons soins que Nadezhda prodiguait à sa Maman qui était une personne si âgée et si fragile. Cette preuve vivante leur était insupportable.
Ils finirent de l’achever au 5 ème étage de médecine où ils la jetèrent comme un déchet sur un lit dur et froid pour qu’elle se nécrose à vif en attendant sa mort, c’est là, où Clara, seule avec sa fille, martyrisée des douleurs et devenue un squelette de trente kilos, et souffrit l’indicible sur ce lit métamorphosé de force en cercueil ouvert.
La chambre du 5ème étage de cet hôpital fut l’antichambre de la mort, où le corps souffrant de Clara se nécrosait peu à peu sous le regard épouvanté de Nadezhda, et les rires sadiques et obscènes du Chef de Service qui riait devant l’agonie de sa Maman « Ha, ha ,ha, elle n’est pas toute fraîche votre mère, ah ? Ha, ha, ha !!! »
Ces vices, ces fautes, ces maltraitances, ces crimes sont perpétrés au sein même de l’hôpital qui est pour l’heure le lieu où nous sommes livrés à un danger de mort inéluctable. Ces crimes ils doivent être mis à la connaissance de toute la société.
Ce livre n’est pas seulement la dénonciation, c’est un cri lancé à vous tous pour qu’il soit entendu et pour exiger un changement, mais ce changement ne pourra se produire que par la lecture responsable de ce récit de vérité, et par une exigence collective de changement, pour que chacune des fautes hospitalières, celles qui sont pour l’heure cachées et qui doivent être interdites et sanctionnées avec une sévérité implacable, soient à tout jamais éradiquées du pays de droit qui est la France, son honneur en dépend.
Nadezhda dénonce ces fautes qui demeurent comme un vice indestructible.
Ce livre n’est pas seulement le récit de la vie parisienne d’un binôme mère fille qui subit ensemble la descente vers les affres de la misère, de l’abîme du vieillissement, de la maladie, et du crime abjecte de ces quatre médecins assassins, il est en même temps un manifeste médical et juridique qui dénonce l’assassinat de sa Maman, et ce témoignage nous exige de manière impérative et pressante une révolte et une participation collective en vue de provoquer un changement radical des lois hospitalières vis-à-vis de la prise en charge des personnes de grand âge.
Il faut exiger à l’État, aux responsables de la plus haute magistrature, la mise en place, et de toute urgence, d’une série de lois qui interdisent les actes criminels des faux professionnels mafieux qui se sont infiltrés au sein même de nos institutions.
Nadezhda entreprend à présent, en compagnie de son avocat pénaliste, un long procès pénal qui devra aboutir devant la Cour d’Assises pour assassinant prémédité, pour la non assistance personne en danger, pour refus prémédité de soins et assassinat sur personne vulnérable avec des circonstances aggravantes.

Parution restreinte à 5 exemplaires prévue pour le mois d’octobre prochain.

 

 

UNE PAROLE ROBOTISEE UN ATTENTAT A L’INTELLIGENCE

16 avril, 2018 (16:26) | Dénonciation politique, Non classé | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

UNE PAROLE ROBOTISÉE

UN ATTENTAT À L’INTELLIGENCE

Le discours présidentiel

LA RUPTURE ABSOLUE DES VERTUS POLITIQUES

«[…] Pourtant, à travers tous ces débats, la douceur ne cessait de gagner. Écartée d’un domaine, elle s’épanouissait dans un autre. Bientôt les vertus qu’elle inspire devenaient le symbole de la civilisation et le signe même de la Grécité, opposée à la barbarie »

LA DOUCEUR DANS LA PENSÉE GRECQUE
Jacqueline de Romilly
P.4

Il s’avère toujours nécessaire en matière de langage de commencer par l’analyse des mots dans son étymologie, ensuite par sa signification, le champ sémantique, est essentiel, n’oubliant jamais de faire appel aux synonymes et antonymes. Ce fut la première leçon que j’ai reçu de mes professeurs de « Castellano » au lycée. Je n’avais que quatorze ans. Cette pratique était courante à mon époque, elle s’est développée et s’est approfondie en faculté sans plus jamais nous quitter dans l’exercice de notre profession. Je ne peux que déplorer que cette pratique pédagogique, pourtant indispensable, soit si méprisée et que l’influence néfaste du langage virtuel occupe toute la place qui droit être réservée à une riche expression orale et écrite.
Ces lacunes qui sont parfois des océans d’ignorance s’observent chez ceux qui ont la tâche professionnelle de prendre la parole au centre même de la cité. C’est indéniablement un désastre.
Nous constatons non seulement un manque absolu de talent oratoire, s’il n’est pas chez d’aucuns un don naturel, il est possible de s’approprier de ses techniques, surtout si nous avons comme obligation une prise de parole professionnelle.
Faire de l’usage des mots, du langage, soit-il à l’écrit et, ou à l’oral est une responsabilité  immense qui compromet l’être tout entier et son influence transcendante vis-à-vis de la société.
Je me réjouis nonobstant qu’en dépit de toutes les circonstances défavorables de notre époque qui s’acharne dans abâtardissement du langage, tuant ainsi avec les réductions imposées par le langage virtuel l’amour qui existait jadis pour l’expression bien composée, il y a des nombreux citoyens qui non seulement sont capables de se rendre compte quand un discours forme partie du vide et quand celui-ci se fonde sur des principes conformes à un raisonnement attaché à l’intelligence.
Il sont de plus en plus nombreux ceux qui ne tolèrent plus un discours politique vide de signification. Il est certes un attentat à l’intelligence. Un opprobre qui est jeté à leur condition d’hommes.
Je me réjouis aussi que ce vide néfaste qui inonde le discours politique soit appréhendé comme un mépris jeté à autrui, et qu’il soit pour l’heure, fortement sanctionné. Pourquoi surgit-elle cette sanction sociétale ? Parce que d’une part le vide intellectuel dans un discours politique est une forme de mépris vis-à-vis de l’interlocuteur dans ses capacités de compréhension et d’autre part, et le plus grave, le discours vide de sens lui dit qu’il ne mérite pas la vérité et c’est la tromperie, l’escroquerie langagière qui l’emporte.
Il n’y a rien de plus révoltant pour un Homme de bien que l’interlocuteur lui mente.
Le mensonge, et, Ô combien je le subis ! Il est un vice qui nous submerge dans les abîmes de ce qu’il y a de plus abjecte et redoutable, en somme il est l’attentat à l’esprit des plus sauvages que nous puissions subir. Et face à ce piège qui est le mensonge, conçu comme un attentat ontologique, il nous incombera de nous munir d’une force et d’une résistance existentielle proches de l’héroïsme, car non seulement il faudra sauvegarder notre intégrité, mais il nous sera nécessaire d’élaborer des recours et des mots pour détruire les barbelés du mensonge.
En politique, l’héritage de la Grèce antique nous impose la pratique de la douceur.
Mais que des difficultés se présentent, que de pièges peuvent dérouter notre pensée et nous faire dérouter vers des voies trompeuses.
Dans son essai Jacqueline de Romilly nous livre plusieurs acceptions qui nous enseignent la complexité de ce mot douceur en politiquer, l’analyse sémantique s’ouvre pour enrichir le débat.
Elle peut être pitié, tolérance, charité, gentillesse, bienveillance, justice, modération, générosité, indulgence, bienfaisance. Quelle richesse nous est offerte pour une bonne compréhension du mot douceur.
Mais ici, dans cette analyse il ne s’agit aucunement de prendre parti pour un sentimentalisme et une sensiblerie, rien de plus éloigné de cette étude.
Cette douceur a été comparée à des multiples mots, mais aucun d’entre eux ne pourra mieux nous donner l’exactitude de sa signification de la manière la plus fine et pertinente que le mot : humanité par opposition à ce qui est la barbarie.
En politique elle n’est autre chose que tempérance.
Dans un monde bestial et inhumain, si bien nommé l’époque de l’épilogue, c’est à nous, intellectuels et professeurs qui sommes appelés à éduquer la société qui nous revient la responsabilité de pratiquer la douceur contre toute espérance, et de l’exiger avec la plus grande conviction et véhémence à nos dirigeants politiques.
La douceur, la tempérance, n’est pas le laisser faire ni ouvrir grandes nos portes aux ennemis, mais elle doit être comprise comme une pratique des vertus des plus austères, de plus hautes de l’esprit humain qui face à la barbarie, elle saura sauvegarder les principes qui font de l’Homme un être conscient de son honneur et de la grandeur de sa condition humaine.
L’Européen compris comme une identité en dehors de la construction de pacotille de l’UE doit être capable d’assurer pour soi-même et pour l’humanité entière la pratique inébranlable d’une si précieuse vertu : la tempérance.
Que l’on ne vienne pas nous réfuter notre pratique de la douceur en argumentant que la cruauté mérité une réponse d’égale sauvagerie.
Les gouvernants inhumains et robotisés ne seront jamais capables de hisser leurs esprits vers les cimes des vertus telles que la tempérance, ils restent aveuglés dans leur narcissisme, et c’est acharnés dans la imprudence criminelle de leurs actions, menées dans une voie univoque qu’ils nous traînent vers la fin du monde, vers l’abîme.
Ce matin fut diffusé un entretien de l’ancien Chef du FBI, qui qualifie l’actuel président des États Unis de président « inapte moralement » à gouverner. Cette déclaration est des plus vraies et pertinentes qui n’ont jamais été dites publiquement. Il n’est pas seul président « inapte moralement » à gouverner.
Nous sommes gouvernés par des individus où la transgression à la moralité est le fondement même de leur action gouvernementale. La nation proteste sans aller à l’essentiel. Nous sommes encerclés des mafias qui méconnaissent de fond en comble ce qu’est l’éthique et la morale, ce sont des valeurs que non seulement ils méprisent, mais qui sont le fondement même de leur action perfide par une permanente transgression politique, et bien, refusons nous à être détruits par cette manque de moralité.
Quand un Président de la République nous trahit et met en péril nos vies, et celle de l’humanité toute entière, la nation a le devoir de lui exiger sa démission.
Osez crier votre indignation, osez lever votre voix et que du fond même de votre pensée d’hommes libres sorte le cri de résistance qui se transformera en la digue étanche si nécessaire à la sauvegarde de notre humanité.
Nous sommes européens, il est donc urgent de mettre en œuvre une manière intelligente de faire l’Europe, il n’y a qu’une seule manière d’agir, c’est par la force de l’esprit. Il est urgent de nous revendiquer les héritiers de la Grèce antique qui par des temps difficiles, par de temps de guerre, elle a su résister et imposer la douceur comme une vertu absolue d’humanisme et de culture.
La tempérance doit être comprise comme l’Humanité, humanitas, faite parole et acte, en symbiose toujours capable de résister à la barbarie.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak.

« LE PIEGE NARCISSIQUE »

15 avril, 2018 (20:15) | Dénonciation politique, Publication | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

« PIEGE NARCISSIQUE »

 

UNE HONTE NATIONALE 

« L’élitisme est essentiel-mais au sens original du terme : la conscience d’être responsable de ce qu’il y a de mieux dans l’esprit humain. Une élite culturelle doit se sentir responsable de la connaissance et de la sauvegarde des idées et des valeurs les plus importants, des classiques, du sens des mots, de notre noblesse d’esprit. Être élitiste, ainsi que l’expliquait Goethe, c’est faire preuve de respect : respect du divin, de la nature, de nos frères humains et, par conséquence, de notre propre dignité humaine. »

George STEINER
Une certaine idée de l’Europe

Les hôpitaux.

L’enseignement.

La justice.

Voici mes griefs :

Chers Lecteurs,

J’ai fait un rêve…Je ne rêve jamais, mais hier soir ce fût une exception.
J’ai rêvé que la proposition de Monsieur François Asselineau se mettait en exécution, la mise en vigueur par tous les parlementaires de l’Article 68 de la Constitution.
Ce n’était qu’un rêve…du contraire l’écriture de cet article serait vaine.
Que demanderiez vous au Président de la République demandent aux citoyens les journalistes ce matin.
Chacun d’entre eux pose la question motivée par leurs intérêts qui leur sont propres.
Si l’on me posait la question je ne répondrais qu’une seule chose : je fais miennne la proposition de Monsieur Asselineau, je souhaite que l’on mette en exécution l’Article 68 de la Constitution.
Je me fais un devoir de répondre à deux personnes qui m’ont demandé si j’étais inscrite dans un parti politique !
Absolument pas. Je suis indépendante et je me suis toujours refusée de m’insérer et donner ma signature au sein d’un parti qui le lendemain changerait de position sur des sujets qui me sont chers.
J’intitule mon article de ce matin en faisant un emprunt de cette éminente professionnelle qui est Madame Caroline Galactéros, une présentation de ma part est inutile, vous devez sans doute la connaître et vous avez eu l’occasion de la lire et de l’entendre lors de ses nombreuses participations où elle nous laisse convaincus d’une part de la hauteur et pertinence de sa pensée, et d’autre part de la vérité incontestable de ses analyses, d’après ce constat heureux par ces temps troubles et dangereux, nous restons abasourdis que sa parole ne soit prise en considération et mise en valeur comme l’unique voie à adopter dans le conflit actuel.
Il suffira de dire ici qu’elle est Colonel de réserve, Docteur en sciences politiques et qui a été Professeur à l’École de guerre.
Je viens juste de revoir l’entretien qu’elle nous a livré le 12 dernier sur RTL.
Cette dénomination qu’elle fait du Président de la République concernant ses décisions en matière de politique de guerre est des plus pertinentes qu’il ne s’est jamais dite, cette phrase « piège narcissique » fait le portrait exact de celui qui pourrait nous conduire à la catastrophe et qui nous laisse au jour le jours livrés et sans défense dans la violation journalière des Droits de l’Homme. Où sont-ils ?
« Ce piège narcissique » où nous sommes soumis nous invite à méditer. Le piège nous étouffe et menace. Pourquoi nous y sommes ? Que se passe-t-il au moment solennel de voter ?Au moment de voter la bêtise l’emporte, hélas !
On constate en somme un manque total de culture politique, bon nombre de citoyens ne sont pas indépendants dans ses choix, ils ne savent pas penser, le niveau d’exigence éthique et morale qui devrait prévaloir au moment où chacun doit se décider à élire un Président de la République est extrêmement limité, et les phrases les plus vulgaires qui se centrent sur des promesses mercantiles ont l’effet d’un rayonnement de pacotille qui se résout dans le secret de l’isoloir d’une accablante irresponsabilité.
Les promesses de changement furent bien enveloppées dans des paquets cadeaux, faits de promesses de campagne bancaire et distribuées parmi ceux qui adorent entendre les chants se sirènes, ces chants s’entendirent tout au long de la campagne bancaire, quelques mois après, les citoyens électeurs constatent avec une déception enfantine que le cadeau était bien empoisonné.
Je n’ai rien à me reprocher, je fais toujours de mon droit de vote un acte responsable.
Ce soir s’ouvrira devant nous un show politique.
Je préférerais aller au théâtre où avoir l’occasion d’assister à un vrai spectacle de fiction qui a le pouvoir de nous donner un répit de par le pouvoir de catharsis unique qui possède le fictionnel sur notre imaginaire, mais non, inutile de l’envisager.
Pas de répit, pas de place à la fiction. Le problème ici est clair et précis, la politique n’est pas un divertissement, l’heure est grave et difficile, les déclarations de guerre ne se font par par les réseaux sociaux et la vie des personnes est question de plus sérieuses, mais l’entendez vous ainsi ?
Accordez vous à votre vie de la valeur et exigez vous le respect qu’elle mérite ?
Pour ma part, je n’ouvre pas ma porte aux Zuckermann, je ne permets pas le vol de ma vie privée et je me refuse à que ma vie passe en pâture devant quiconque s’octroie le droit à s’immiscer dans ce qui est du privé et non du domaine public.

Il n’y a rien de plus passionnant que d’entendre d’un érudit un discours de vérité, mais ce soir, au lieu de nous réjouir d’un moment de vérité politique, nous serons obligés d’assister à une des déformations du politique des plus perfides : faire de la politique un spectacle. Cette décision gouvernementale est une aberration.
Je crois que par ce temps tragiques il serait de mise un entretien des plus sobres et austères et non ce programme qui s’annonce comme une publicité et une « Com » préparée d’avance.
Les questions qui poseront les français on les connaît d’avance, elles sont déjà posées de manière équivoque. Nous sommes submergés depuis des années dans le gouffre d’une mauvaise gouvernance.
Les questions aux conflits qui nous subissons doivent se poser autrement, ce n’est pas le sujet qui est en cause, mais la manière de les aborder. Ce que je condamne est la manière de poser les questions.
Il va de soi que dans la crise en matière de santé et d’éducation tout est question de « budget » mais si vous ne réfléchissez pas au fond de la question, les problèmes ne seront jamais résolus, les critères qu’adoptent les banques et les entreprises dans leur politique de gestion sont inapplicables dans le domaine de la santé de l’éducation et de la justice.
Les sujets qui seront évoques sont toujours les mêmes…
Les retraites.
Le pouvoir d’achat.

La croissance…
Les impôts.
Les droits à la santé
L’hôpital public.
La justice.
Les réformes promises et celles non évoquées et sorties par surprise.
Les multiples reformes éducationnelles dans le primaire et le secondaire.
L’université et les formations universitaires.
La bioéthique.

Il y a deux domaines dont j’affirme avec autorité qu’ils entrent dans mon champ de compétence, l’un est la santé l’autre l’éducation.
L’hôpital public, nous offre pour l’heure un terrain de dangerosité accrue, mais supposons que dans un monde idyllique où un président de la République se résoudrait enfin à débloquer des fonds instantanément et qu’une fois le problème du budget rétabli et le nombre du personnel doublé à des chiffres satisfaisants, croyez vous que tout serait résolu ?
L’hôpital changerait-il pour le mieux et ses performances en matière de médecine et d’éthique seraient- elles de haut niveau ?
Pour avoir connu pendant des nombreuses années le fonctionnement et « le protocole » des hôpitaux publics et privés, je suis en mesure d’affirmer le contraire.
La question de la crise hospitalière s’est posée ouvertement et en profondeur pour une seule et unique fois, c’est fut au moment où le docteur Schwartzenberg avait voulu réaliser une reforme du fond  en comble en matière de santé, il n’est resté que quelques jours dans son ministère pour être destitué.
Le changement radical qu’il proposa n’était pas uniquement concentré en matière de budget et du personnel, mais il allait à l’essence même des problèmes qui n’ont pas été résolus depuis parce que tous les ministres ne font que travailler en surface optant pour le mensonge et ne faire qu’un changement spéculatif dépourvu d’éthique et d’humanisme.
Je parle de ce mensonge assermenté qui nous oblige à patienter à chaque quinquennat, il a produit les métastases qu’à présent nous conduisent à périr irrémédiablement.
Ce  changement en matière de santé allait dans le bon sens, le sens qui proposera toujours l’intelligence, et qui conduirait vers un changement radical dans la manière d’aborder la politique de santé des français, elle débute dans la formation des médecins, des infirmières et du personnel soignant.
Les programmes de formation des médecins laissent à désirer, l’éthique leur fait défaut, et le manque de sélection, laisse entrer les pires des « profils. » C’est ainsi qu’une avalanche d’arrivistes dépourvus d’éthique seront plus tard sélectionnés pour occuper des postes de privilège, tous ceux à qui nous serons obligés à leur confier notre vie et celle des personnes que nous aimons. Voilà le problème capital. Il va de même dans la formation des infirmières et des équipes soignants.

Deux Professeurs de médecine ont dénoncé en détail les défaillances des CHU qui mettent en péril la vie des patients, la dangerosité qui règne au sein des hôpitaux naît de sa mauvaise gérance administrative, ils la font se ressembler pareillement à la gérance d’une entreprise où c’est le Conseil d’administration le seul responsable de toutes le décisions.
Cette mauvaise gérance laisse la voie libre aux abus les plus abjects au sein même où se joue la vie des malades!
Les Chefs de service agissent en dictateurs dépourvus d’éthique et de morale, et leurs pratiques néfastes et malsaines sont pratiquées sans aucune retenue et en totale impunité au sein des CHU. Ces deux Professeurs de médecine parlent clairement de la cruauté et le l’abus de pouvoir certifié des Chefs de service.
Ces termes ont été employés par l’un des Professeurs de médecine qui exerce à la Pitié Salpêtrière.

LA CRUAUTÉ ET L’ABUS DE POUVOIR RENFORCÉS PAR LE PROTOCOLE.

Certes, la cruauté des médecins en exercice au sein des CHU et aussi des hôpitaux semi-privés que je connais très bien, où s’est produit la maltraitance et assassinant de Maman, est un vice qui doit être dénoncé et connu publiquement, nous commencerons le nettoyage par une dénonciation et une prise de conscience collective. J’ai travaillé en solitaire un rapport avec une série de mesures très simples et d’une facilité toute particulière pour qu’elles soient mises en pratique, dans le cas éventuel où elles puissent être le sujet d’un projet de loi qui aboutirait à leur mise en rigueur elles serviraient je ne peux pas en douter, pour mettre fin à ces maltraitances et crimes impunis au sein des hôpitaux et par la même occasion éradiquer à tout jamais le danger de devenir la cible des abus qui portent atteinte à notre vie.
La cruauté manifeste des Chefs de service qu’ils exercent aussi bien vis-à-vis de ses subalternes comme à l’encontre des malades se renforce encore plus à l’aide d’un autre vice aussi condamnable qu’inadmissible au sein d’un hôpital : l’abus de pouvoir auquel ils s’adonnent impunément.
Le Conseil du désordre à l’appui en permanence qui agira promptement en leur faveur en cas de plainte, laisse le libre arbitre aux criminels qui agissent en totale impunité puisque ils se savent à l’abri des sanctions.
A qui pourrait -on demander de l’aide en cas de torture et de maltraitance qui conduiront inéluctablement à la mort d’un patient ?
Personne n’est habilitée à entendre nos plaintes pour maltraitance ou assassinant au sein d’un service hospitalier.
Je commencerais à avoir de l’espoir le jour où un responsable m’inviterait à lui exposer mes griefs que je renforcerais par les moyen incontestable parce que vrai des preuves accablantes. Je suis dans l’attente depuis cinq années déjà, et je ne peux que constater l’omerta au sein des politiques doués d’une lâcheté pitoyable.
Je poursuis.
Pour l’heure, il n’existe aucune loi mise à notre disposition pour nous protéger des maltraitances et des abus hospitaliers pratiqués par le personnel, vous devez savoir que les maltraitances ne sont pas toujours le produit de manque de budget et du personnel.

Vous avez peur  que j’en parle ?
Je le sais, vous avez une peur terrible d’une parole de vérité.

Tout le monde a peur, les malades et leurs familles victimes des abus hospitaliers qui n’ont aucun rapport avec le manque de budget ou la manque de personnel restera silencieux, tant que la tragédie ne vient pas frapper à leur porte.
Il y a une peur généralisée à entendre la vérité et pire encore, l’omerta sera encore plus sévère s’ils s’aperçoivent que la vérité sera mise en exergue avec des preuves incontestables.
Il n’y a pas d’autre excuse.
La charte de l’hôpital est bien réduite pour que l’on puisse faire appel à une quelconque protection en cas de subir des abus.
L’éventuelle protection auxquelles ont pourrait faire appel sont extrêmement limitées, de ses clauses rien n’est dit sur une possible maltraitance au sein même d’un service où nous serions nous-mêmes hospitalisés ou un membre de notre famille.
Les articles de la charte se centrent sur les droits dont nous disposons pour avoir accès à nos droits sur les diagnostiques, rien n’y est précisé pour nous protéger des maltraitances au sein même su service !
Au moment où nous devrions dénoncer des abus et de faire valoir les protections qu’elle stipule, elle restera lettre morte, et les dispositifs mis en place sont dérisoires face à la gravité des faits que l’on doit dénoncer, car les Médiateurs ne sont là que pour faire de la figuration, non pour protéger les malades, et tout comme le Conseil du désordre, ils agiront en bloque collégial et protégeront les criminels, les usagers de l’hôpital public, les malades, seront manipulés et les crimes étouffés sous le couvercle des plus perfides que je eu l’occasion de subir au sein d’une institution d’État : LE PROTOCOLE.

L’EDUCATION SECONDAIRE ET UNIVERSITAIRE

Ce double sujet qui concerne l’éducation fait appel à une analyse de l’espace précis où se formeront nos futurs professionnels.
Depuis que je suis arrivée en France et que j’ai commencé à travailler dans le seul domaine où je suis compétente, la pédagogie car je suis arrivée formée en tant que Professeur d’espagnol, je n’ai pu jamais comprendre ceci : comment était-il possible que la France puisse offrir un si bas et déplorable niveau de compétences, aussi bien pour ce qui est de la formation des professeurs du secondaire que pour l’université. Enfin ce sujet mérite la diffusion et mise en ligne d’un Rapport que j’ai travaillé dans le passé et qui m’exigerait à présent une publication à part, si dense et longue est sa rédaction d’origine.
Il suffira de dire que la mauvaise formation acquise en université par ceux qui seront les futurs professeurs se fait à la va vite d’après un cursus le Licence rattrapé par une formation inefficace des « formations des maîtres ». L’objectif de réaliser un cursus universitaire en vue de devenir professeur du secondaire, n’est autre qu’être titularisé pour exercer au sein des lycées publics, je ne vois pas d’autre objectif. J’ai étudié pour devenir professeur du secondaire et celle était et reste ma vocation, mais le problème est quel sera le moyen mis à notre disposition pour accéder à la chère « titularisation », pour l’heure elle est une mascarade.
J’ai été titularisée autrement dans mon pays d’origine. J’ai eu la chance de profiter les restes d’une formation d’excellence. Un haut fonctionnaire m’a dit que maintenant ce n’est plus le cas, le nivellement par le bas y est aussi arrivé par les effets néfastes de la mondialisation. Arrivée en France en 1980, j’ai dû refaire le « cursus » en commençant par les équivalences. La suite fut la Maîtrise, le DEA et le doctorat, jamais soutenu. Mais très bien dirigé et très bien fait.
En France, une seule chose comptera pour évaluer le droit à l’exercice professionnel : le succès au concours qui octroiera le droit d’exercer dans l’enseignement public.
C’est évident, n’ayant pas de cursus universitaire de pédagogie ils ont implanté une supercherie, le cursus universitaire manquant, ce n’est pas par le biais des concours que les étudiants sortis de l’université avec une seule Licence, qu’ils seront à même de remplir ce vide abyssal des connaissances en matière de pédagogie.
Les concours sont aussi inutiles qu’inefficaces parce que la plupart du temps, ils sont sans aucun lien avec le domaine de compétences d’un professeur, je parle du concours interne destiné aux professeurs en exercice. Quand l’épreuve du concours a une quelconque pertinence, il n’est pas un catalyseur des compétences précises, car parfois, il ne fait que tester les capacités du professeur pour faire une analyse de texte, et je suppose, bien ou mal ? Que c’est ce qu’il fait depuis des années d’exercice, or vouloir « tester » un professeur est une question de mauvaise foi et et une claire supercherie.
Les concours viennent couronne l’imbécillité la plus grandiose en matière de titularisation des professeurs.
Un véritable cursus de pédagogie au sein même de l’université laisserait inutile parce qu’inefficaces tous les concours existants, les dérives dans l’évaluation des épreuves font l’objet des délits jamais dénoncés, encore l’omerta dans ce domaine, remplis de dictateurs qui agissent pareillement aux mafias des CHU.
Traiter sérieusement ce sujet pour qu’il soit compréhensible, me demanderait un exposé des 200 pages.
Combien des promesses nous furent faites par ce temps de propagande électorale !
Combien des projets faits par d’aucuns qui voulaient instaurer au sein des universités un véritable cursus pour la formation des maîtres.
La mafia de l’Éducation Nationale, une des plus sauvagement fortes et indestructibles leur a certainement interdit de mettre en place du projet, cela va de soi.
On n’a plus entendu parler du dit projet.
L’absence de programmes pédagogiques est une réalité, ce qui existe pour remplir la mauvaise préparation des professeurs est d’une médiocrité insupportable et les matières dispensées nagent dans l’incompétence la plus absolue, celle qui naît des choix des fonctionnaires qui dirigent au sein de l’Éducation Nationale, où la plupart d’entre eux nous font preuve d’une ignorance des plus accablantes, leur incapacité d’exercer une axiologie pertinente dans leurs choix, où s’ajoute une incompétence en matière pédagogique qui les fait perdre la voie de la raison. Elle n’appartient qu’à celui qui est un vrai professionnel et qui peut s’autoriser le droit de choisir entre ce qui est essentiel en matière de pédagogie et ce qui est du superflu.
Ils optent pour les choix les plus déplacés. Tout reste en dehors du cadre universitaire, la malheureuse « formation des maîtres » qui en essence n’a rien d’un cursus pédagogique sérieux, a été la cause de la mauvaise formation des professeurs qui a entraîné irrémédiablement avec elle un double échec scolaire, il faut préciser que les échecs nous les observons d’une part dans le secondaire, et d’autre part, dans la première année de faculté.
Cet double échec scolaire est foudroyant dans les premières années de faculté, à cet échec se greffe la loi du Bac pour tous, a présent tout doit être pour tous, la sélection par les finances est encore une erreur, comme si les capacités intellectuelles, les seules qui doivent rester comme responsables à ouvrir le droit de poursuivre des études supérieures, ce droit devrait être un acquis de par ces capacités elles-mêmes et par les preuves d’une réussite dans les trois dernières années de l’enseignement secondaire. Les capacités intellectuelles ne seront pas favorisées par les pouvoirs d’un compte en banque rayonnant en euros, cependant, des facilités financières doivent être mises à disposition des étudiants méritoires pour que ceux qui ont fait des preuves et qui restent dépourvus de ressources, jouissent des bourses qui les mettent entièrement à l’abri de travailler, et non partiellement, en les obligeant à se voir contraints d’exercer de petits travaux qui deviennent nuisibles parce qu’ils les  éloignent de leurs études. Travailler en même temps que poursuivant leur cursus universitaire est totalement négatif et ne produira que très rarement des professionnels d’excellence. Pour l’heure le taux extrêmement réduit des rares bourses mises à leur disposition, exige aux étudiants une dépense d’énergie qui n’a pas lieu chez un étudiant universitaire.
Ce problème doit être étudié par des experts sérieux, en dehors des fonctionnaires mafieux.
Ils n’ont n’a jamais tenté de faire réalité un tel projet.
L’entrée pour tous et sans sélection à l’université est aussi un leurre qui démontrera aux malheureux candidats que la gratuité elle seule n’est pas le viatique heureux et solide qui assurera la victoire d’un cursus des cinq ou sept années universitaires.
La seule sélection possible serait celle qui mettrait en évidence les aptitudes et les compétences d’un savoir acquis tout au long des trois dernières années du cursus de l’éducation secondaire.
Il devrait avoir des épreuves spécifiques comme requis préalable à l’inscription en faculté, certes, mais uniquement pour les disciplines universitaires qui exigent pour l’entrée des aptitudes et des capacités pointues. Cela va de soi, pour le reste, il est de mise la valorisation d’un contrôle continu des trois derniers années du cursus secondaire, il devrait être un objectif essentiel. Je l’ai connu et pratiqué dans mon pays d’origine. A mon époque de jeune étudiante universitaire, où j’ai poursuivi un cursus de 5 années de pédagogie en espagnol, aucun des étudiants n’avait connu l’échec en première année, ce succès n’est pas le fruit du hasard. Le pourquoi du succès d’une telle mesure ? Il est intrinsèquement lié à l’essence même de la science qui est la pédagogie, elle exige une évaluation des capacités intellectuelles démontrables et mensurables sans faille tout au long d’un cursus qui ne peut être démontré et évalué que dans la durée.
Il va de soi qu’en adoptant des mesures d’intelligence, comme le sont la création d’un véritable cursus universitaire de pédagogie, le succès dans le cursus de formation des professeurs du secondaire serait incontestable et l’échec scolaire, sinon écarté, il serait certainement extrêmement réduit.
Je vous quitte en formant des vœux pour qu’une solution politique mise en œuvre par des personnes d’exception, nous sortent définitivement de ce marécage infecte où nous périssons.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

LA III GUERRE MONDIALE AD PORTAS

13 avril, 2018 (12:44) | Dénonciation politique | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

LA III GUERRE MONDIALE
AD PORTAS

Chers lecteurs,

Je suis devenue insomniaque depuis que ces deux, non, trois dirigeants schizophrènes menacent de nous mener vers la plus atroce catastrophe : la disparition de la plante. Je ne cesse de m’informer des nouvelles sur Internet, le seul moyen d’accéder à la vérité en dehors des journalistes vendus et allègrement soumis au système qui fonctionne régulé par un sévère contrôle d’État.
Il est resté en ligne seulement quelques heures la percutante analyse d’un journaliste et docteur d’économie russe qui met en garde mon Président Poutine sur la ligne politique russe qui est selon ses dires assez douce et permissive par rapport à l’ignoble complot que l’Occident entreprend contre la Russie.
Sera-t-il entendu ?
Je ne peux pas en douter. C’est en catimini que toutes les mesures de défense et de contrainte ont été déjà prises. L’analyse diffusé dans la télévision russe sont sans aucun doute ultérieures.
Un Général allemand à la retraite a fait de même dans un autre registre qualifiant le président que quelques français « d’inexpert ». La qualificatif est faible. Je me garderai bien de vous livrer ce que je crois, les experts que je viens de citer, professionnels d’exception, sont les seuls à qui ont leur droit de cité à nous livrer leurs analyses percutants. Je ne suis pas experte en géo politique, il n’est en rien mon champ de compétence, cependant, pour l’heure nous sommes tous obligés à nous manifester, notre vie en dépend.
Je revendique mon droit à la participation citoyenne active et à exprimer ma voix de résistante en pleine liberté.
Qu’un individu soit qualifié d’inexpert, qu’il pêche par inexpérience c’est s’adonner à faire l’explication des effets et non des causes qui provoquent son déséquilibre.
Cette inconscience face à la réalité, au danger imminent, cela s’appelle manque d’intelligence, le reste est secondaire. Ici il n’y a qu’un seul problème, le président d’une nation doit jouir d’un attribut peu commun de nos jours : la tempérance. Elle est le produit incontestable d’une intelligence hors pair.
L’intelligence est une qualité rarissime parmi l’humanité.
Je la réclame chez ceux qui nous gouvernent, chez ceux qui dirigent le monde, et me refuse à que mon existence, celle de la planète entière que j’aime profondément soit entre les mains d’irresponsables hystériques qui ne font qu’alimenter leur ego monstrueux et courir à la recherche des intérêts mercantiles sous couvert de moralisme et de se vanter d’être les nouveaux professeurs de morale.
Nous ne devons accorder crédit qu’à celui qui mesure ses actions avec un calcul infiniment pointu et inséré dans une fine logistique pour le bien commun de l’humanité.
Une résistance citoyenne massive à l’intervention en Syrie devrait se produire ici et maintenant.
Je forme des vœux pour que mon Président Poutine soit grâce à son intelligence et à sa tempérance le sauveur de l’humanité, je ne peux pas en douter.
Pourvu que les français se mobilisent et que d’une seule voix nous crions haut et fort : Non à l’attaque en Syrie.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

*Dernier minute:

Monsieur François Asselineau demande instamment aux parlementaires d’engager la destitution du Président de la République, en vertu de l’article 68 de la Constitution. Voila ce qui est parler précis.

Seuls trois partis politiques se sont manifestés contre l’intervention en Syrie par des déclarations à la presse depuis tôt ce matin.

Cependant nous avons choisi celle qui vient d’être publiée à l’instant même par l’UPR.

Cette proposition nous semble pleine de sagesse et d’une pertinence qui mérite toute notre adhésion.

L’HYPOCRISIE AU PAROXISME: LE SYSTEME DE SANTE EN FRANCE

12 avril, 2018 (13:33) | Non classé | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

L’HYPOCRISIE AU PAROXISME
LE SYSTÈME DE SANTÉ
EN FRANCE

Chers Lecteurs,

Plusieurs jours me furent nécessaires avant de revenir sur mon blog littéraire, la littérature doit rester en retrait quand le réel nous inonde de ses méfait toxiques, je n’ai jamais été indifférente aux problèmes sociétales, la politique, ce qui se passe dans la cité est une question existentielle majeure qui doit être résolue avec une priorité capitale, l’art doit rester en retrait. Si l’on me donne à choisir entre l’art et la vie, je choisirai toujours la vie, même si de manière absolument symbolique l’artiste dira toujours, pour moi Art et Vie se correspondent et se lient de manière indissoluble, certes, mais sachez que cela est la plupart du temps une boutade ou de la pure littérature. Les artistes de jadis, libres, sans responsabilité aucune que de pratiquer leur art, la devise qui nous fait l’éloge de la symbiose art et vie peut sans aucun doute être préservée.

Dès que l’on a quelqu’un a notre charge, et qui a besoin de nous à plein temps, l’art, la littérature, ils peuvent bien rester en retrait pour ne donner la priorité qu’à la vie, à la personne que nous aimons.
Ce préambule fait, je vais vous parler ce matin de l’entretien qui vient de donner la ministre de la santé dans une chaîne de télévision.
Comme d’habitude, je suis remplie d’indignation, la rage m’envahit, la colère m’inonde et m’oblige à démasquer ces vingt minutes de mensonge d’État très bien étalé.
A qui peut-on tromper ?
A qui est destiné cet étalage de mesures mensongères qui se programment pour « améliorer » le système de santé français ?
A nous bien évidement.

LE CHOIX DANS LA SELECTION DE SOINS
MAIS QUEL CHOIX ?!

Les usagers en situation de difficulté financière seront toujours la caste qui devra accepter non le choix comme ment la ministre, mais accepter sans pouvoir choisir, car le barème est établi d’avance par l’État.

Quel mensonge criminel que de nous dire que « les français  auront le choix dans « une palette de soins »

L’annonce de changement est envisagé d’être mis en exécution d’ici trois années.
Personne n’est dupe.
Mais tout le monde se tait.
C’est depuis de nombreuses années que l’on doit subir un système de santé qui se dégrade, un système de santé qui déborde des méfaits, et l’hypocrisie est un principe établi et accepté, le défaitisme généralisé est le viatique pour que le mensonge s’installe et qu’il soit la pratique journalière des fonctionnaires d’État.

Pour établir la vérité, il n’y a qu’un seul moyen, confronter avec des preuves les deux version d’une même situation.
Il faut démasquer le mensonge d’État point par point, prenons le scalpel et entrons au bloc, la chirurgie s’impose comme une nécessité absolue, la gangrène du mensonge d’État se crie par des haut parleurs.

LES PROTHESES DENTAIRES ET LES LUNETTES

QUALITÉ DES SOINS
INCOMPETANCE PROFESSIONNELLE DES DENTISTES
BARÈME IMPOSÉ PAR L’ÉTAT
MUTUELLES ET PRIX LIBRES

Ici il n’y a pas de littérature, c’est un langage cru et de vérité qui nous oblige a parler bien précisément avec des chiffres, qui démasqueront les menteurs et informeront avec des preuves ce qui me liront, il faut savoir que la plupart des gens ignorent ce qui peut traverser le citoyen français qui a besoin d’urgence soit de prothèses dentaires de lunettes, soit il jeune ou vieux.
Ayant 37 années de vie en France, un de aspects que je connais en profondeur est le domaine de la santé et de l’éducation.
Pour ce qui est des dentistes, je n’ai jamais connu un groupe collégial avec une qualité de professionnels avec un niveau si dangereusement médiocre. Les dentiste de qualité exigent des prix inabordables, restent dans leur secteur aux « honoraires libres » et refusent de manière catégorique les dispositions d’État réserves aux pauvres.

On nous éconduit avec la sempiternelle phrase ministérielle : « l’État vous a donné le choix ! Allez à l’hôpital, aux dispensaire dentaire du coin, ou bien on vous dire, choisissez les dentistes conventionnés à la CMU »
Or il se trouve que la plupart des dentistes qui acceptent la CMU dispensent des soins de qualité redoutable, sont des parfait ignorants, et l’on se demande comment ont-ils pu réussir leur cursus universitaire et devenir dentistes.
Je ne vais pas vous faire l’étalage de mes expériences désastreuses, elles seraient effrayantes et la réponse ultime qui ferait taire les ministres.
Pour avoir eu Maman à ma charge plus de 30 ans et avoir été moi-même obligée à accepter le dispositif CMU 16 années sans interruption pour avoir le droit de la garder et soigner toute seule chez nous, sans l’intervention criminelle de l’État qui ne voit chez les vieux invalides qu’une option pour résorber le chômage, avec les pires mesures de « prise en charge » qui ne sont qu’une brutalité dictatoriale qui sera le motif d’un autre article. Je connais toutes les lois administratives en matière de santé et j’ai eu des années à me battre contre les lois d’État dictatoriales, le mauvais médecins, dentistes et le manque de choix de soins de santé établi par l’État.
Les vieux, qui portent un dentier, après avoir vécu des années avec des « couronnes » des prothèses dentaires qui ont dû être remplacées par un dentier, savent que le dentiste travaille lié aux prothésistes. Il y a des dentistes qui arrivent au comble de l’indignité, et qui travaillent avec deux prothésistes, l’un pour les « clients » aisés, qui n’ont pas de CMU, l’autre destiné aux clients aux revenus confortables qui choisiront les prothèses haut de gamme.
Que le dentiste fasse correctement les « empreintes » est une chose, il faudra attendre que le prothésiste bas de gamme suive dans la chaîné de la production comme il se doit. Un prothésiste bas gamme ne vous rendra jamais une prothèse de qualité.

EXPERIENCES INCONTESTABLES

Il y a une vingtaine d’années et toujours travaillant avec un salaire de misère à l’Éducation Nationale, j’ai dû à maintes reprises me rendre chez des dentistes ignobles qui devaient tous les deux années refaire le dentier de Maman, l’un d’entre eux lui a fait un dentier qui paraissait destiné à un cheval, fait de manière grossière d’une laideur affreuse, était inutilisable et impossible de porter. Il nous fut impossible de réclamer, tant que le dentier entre dans la bouche, aucun droit de protester, la solution est toujours d’entamer un litige. En France tout se règle par des procès devant les tribunaux, mais la justice est un autre cancer d’État qui nous fait attendre des années pour connaître un verdict qui sera toujours en faveur des bases collégiales qui se défendent avec les critères mafieux qui leur sont propres. Les usagers seront toujours perdants.
Ce dentier pour Maman, qui fut fait chez un mauvais dentiste de dispensaire je l’ai jeté à la poubelle.
Afin de le replacer au plus vite et de toute urgence, j’ai dû emprunter de l’argent auprès d’une maison de crédit, nous sous rendîmes chez un dentiste confirmé comme excellent. Le dentier fut réalisé avec une délicatesse suprême, un travail parfait.

Un autre exemple:
Une de mes collègues, dépourvue des ressources se rendit un jour à un dispensaire, le dentiste lui a massacré la mâchoire, l’infection arriva au cerveau, l’hospitalisation et les séquelles endurées restèrent cachées, elle a dû subir des soins intensifs pendant deux années, mais, elle avait le choix !!!! Comme nous disent les ministres successifs, le mensonge se renouvelle tous les cinq ans.
Oui, sans ressources, quel est notre choix ?
L’école dentaire ?
Là, il ne siègent que des incapables qui n’arrivent même pas à faire des soins de base correctement, des soins dont ils s’avèrent incapables de réaliser et même surveillés par le Senior !

Encore un exemple.

Maman perdait ses dents inférieurs, mais elle en gardait la racine.

Très mal conseillé par son « médecin traitant » le premier assassin de Maman, me conseille d’aller voir un « confrère » à l’Ecole dentaire.

Le Senior de l’Ecole dentaire me proposa de l’opérer pour lui extraire le racines.

J’ai vu le danger et son incompétence.

Je l’ai emmenée chez un très bons dentiste.

Le dentiste me dit: » quelle idiotie! Ils casseraient la mâchoire de votre Maman, ils la tueraient, les os de la mâchoire des persones âgées sont si fragiles qui ne supporteraient pas cette opération. Le Senior de l’école dentaire « forme des dentistes » ce sont ces criminels que vos trouverez une fois qu’ils seront des jeunes diplômés!
Les dispensaires ?
Les dispensaires abritent un conglomérat d’ignorants dangereux.
Les hôpitaux ?
Il est peu probable de rencontrer un bon dentiste le jour de votre rendez-vous. Au sein de l’hôpital vous n’avez pas LE CHOIX. Il serait très rare que ce jour là se trouve hasardeusement en service un dentiste compétent. Je parle au nom d’aucuns qui m’ont confié leurs malheurs, pour ma part, je n’ai jamais mis les pieds dans un hôpital seulement dans un dispensaire, l’expérience fut désastreuse. Quand ils ne savent pas soigner, ils décident d’arracher la dent. Parfois ils ne savent même pas extraire une dent dans des bonnes conditions, la plupart sont des incapables qui se savent incompétents et le meilleur lieux pour exercer c’est l’hôpital public, ils savent que le Conseil du Désordre des médecins sera leur meilleur arme de protection pour couvrir leurs crimes assermentés.

LES PRIX DES PROTHÈSES DENTAIRES NON REMBOURSÉES PAR LA SECURITÉ SOCIALE.

Le prix exorbitant d’une prothèse en céramique varie entre 860€ et 1250€
Une personne âgée fixée à une retraite misérable sera une vieille ou un vieux édenté.
Les mutuelles ne remboursent que SI la Sécurité Sociale rembourse l’acte de soins.
Nouveau mensonge, nous n’avons pas le choix de sélection parmi les mutuelles, car aucune d’entre elles, même celles qui se placent comme en étant de plus haut gamme, ne remboursent que deux prothèses par an !!!!
Vous pouvez accepter de payer plus de 200€ mensuels, avec le but de pouvoir vous soigner selon vos besoins urgents, mais il ne vous servira de rein payer des mensualités exorbitantes car arrivé le moment de présenter à votre conseillère mutualiste le devis de votre chirurgien dentiste elle vous bloquera le devis, elle vous dira ne pouvoir vous rembourser qu’en raison d’un maximum de deux prothèses annuelles.
Que fait le patient qui nécessite un dépassement de prothèses ?
La cotisation mensuelle au prix fort ne lui viendra pas p en aide car c’est l’État, encore une fois qui régule non seulement la qualité mais également la quantité.

HORS NOMENCLATURE
DES ACTES DENTAIRES CHIRURGICAUX NON REMBOURSES PAR LA SECURITE SOCIALE.

Expérience vécue, impossibilité absolue de démentir.

Dans la vaste panoplie des soins dentaires, il faut savoir que la sécurité sociale a fait des choix inadmissibles pour laisser hors remboursement, des actes de chirurgie dentaire que pour s’exonérer de rembourser les usagers, a inventé des codes et barèmes pour les laisser « hors nomenclature »
Le patient se demande en quoi diffère un acte chirurgical d’un autre pour que soit précisément celui-là, celui qui vous fait défaut de toute urgence qui se trouve « HORS NOMENCLATURE »
Les dentistes jubilent avec ces codes de lexique langagier qui n’est que le JARGON DU MENSONGE ÉTABLI PAR L’ÉTAT.
Il faut savoir aussi que la spécialité d’une chirurgie dentaire qui de surcroît n’est pas remboursée par le sécurité sociale, n’est pas pratiquée par tous les dentistes.
Ceux qui exercent dans des arrondissements huppés, sont certainement des excellents praticiens et bien évidement que leurs prix seront inabordables. S’assurer la qualité des soins, la finesse du travail du prothésiste et donner notre vie entre les mains d’un dentiste a un prix qui restera toujours inaccessible aux patients aux faibles revenus.
Malheur à celle oui celui pour qui la santé st un bien précieux que l’on ne donne pas à n’importe qui, malheur à celle ou à celui qui exige aussi en contre partie des soins d’excellence.
Je n’ai pas de revenus, mais j’ai tout comme les dentistes et médecins qui se protègent de ne pas donner mon corps ma santé, ma vie entre les mains d’incompétents, et j’exige une qualité de soins d’excellence !

Le système de santé français exclue l’exigence d’absolu et de perfection professionnelle qui doit être établie aussi bien dans la formation que dans l’exercice professionnel des médecins et des dentistes. Cette exigence qui doit aller vers l’excellence devrait débuter dès l’école primaire, mais nous vivons le contraire au sein de l’Éducation Nationale, le nivellement par le bas commence dans l’école primaire pour finir ses méfaits au niveau universitaire, c’est pourquoi, nous sommes remplis des imposteurs et d’incompétents en matière de santé publique.

L’exigence d’absolu et d’excellence en matière de santé qui sont des exigences liées à son essence même, sont et resteront exclues des lois en matière de politique de santé.
La tragédie des usagers français est que contrairement à ce qui disent les ministres, LE CHOIX dans la qualité des soins de santé est exclu, nous sommes obligés à suivre le choix qui ira de pair avec notre compte bancaire !

LES LUNETTES

Tout le corps d’un être humain mérite un soin tout particulier, il est impossible d’établir une hiérarchie sur l’attention qui exige un organe parmi les autres, il suffirait d’un mauvais soin, d’un manque des soins préventifs, d’une inattention pour que qu’une personne se voit irrémédiablement confrontée à une mort certaine, cependant les dents et les yeux comportent une exigence de soins journaliers très spéciaux pour ceux qui nécessitent une surveillance permanente.
Les lunettes par CMU sont toujours de très mauvaise qualité.

Les myopes, les personnes âgées, les personnes qui soufrent des maladies des yeux, sont obligées à dépenser, parfois annuellement des sommes exorbitantes en matière de soins oculaires. Les patients doivent changer en permanence les verres, ici il ne s’agit pas d’esthétique ou comme vient de dire la ministre de la santé que les patients « veulent changer de tête »

Il faut stopper les mensonges.
La catégorie de verres qui sont remboursés entièrement par la CMU sont d’une qualité inacceptable.
Les verres faits par des opticiens qui travaillent à taux plein de remboursement de la mutuelle exclue la CMU.
Les verres seront d’une qualité excellente.

VERRES AMINCIS ET AVEC UN FILTRE POUR LESMALADIES SPECIFIQUES.

Le  saviez vous?

1. Pour les myopes, les verres sont d’une grosseur impossible à supporter. Le travail de l’opticien qui fera le degré d’amincissement des verres à un coût inabordable pour ceux qui comme moi doivent survivre au seuil de pauvreté, viendra encore un barème, imposé par l’État qui viendra vous bloquer les soins.
2. Pour les patients qui dépassent les 550€ mensuels du RSA, et qui changent de statut ais qui continuent au seuil de pauvreté ne serait ce que par une somme de quelques euros, vous entrez dans un autre « dispositif  de santé d’État », vous n’avez plus le droit à la CMU, les dépenses en lunettes sont entièrement à votre charge, vous devez vous payer une mutuelle, mais les mutuelles ne vous rembourseront qu’une seul pair par an, si vous avez besoin de trois pairs, c’est à votre charge. Vous vous direz que vous vous payez la mutuelle pour presque rien, car pour les sons dentaires et pour les lunettes, elle ne vous viendra pas non plus en aide dans la totalité de vos besoins de santé.
3. . La  mutuelle ne rembourse qu’une paire par an. Même les mutuelles haut de gamme.
4. LE FILTRE. Mis à part l’amincissement des verres qui est pour un myope une nécessité absolue, doit s’ajouter le filtre. La Sécurité Sociale nous dit par ordre de l’État que demander un filtre est une question « DE CONFORT »
5. Nouveau mensonge. Ils donnent comme argument que rien n’est prouvé scientifiquement que le filtre viendrait nous protéger des la lumière nocive des écrans des ordinateurs. Mensonge.
6. Le filtre a aussi un coût considérable qui fait monter la facture de l’opticien qui peut aller à 600€ pour les verres de vue de loin et de près, qui sont indispensables pour ceux qui comme moi, ne tolèrent pas les « verres progressifs »
7. LES MONTURES. Ce n’est pas nécessaire de sortir de l’École Polytechnique pour imaginer que les malades des yeux qui devront porter sur leur visage ces béquilles à vie, nécessitent des montures qui aillent de pair avec les verres, nous devons faire une attention toute particulière si nous travaillons en permanence devant un ordinateur. Parfois même amincis lez verres exigent une monture adaptée, qui supporte une manipulation permanente entre les lunettes pour écrire et celles portés en permanence, à ceux là, viendra s’ajouter les lunettes de soleil, qui seront obligatoirement aux verres correcteurs en cas de sortie à l’extérieur. Cela fait trois paires obligatoires. Ceux qui survivent au seuil de pauvreté, qui se paient une mutuelle, qui ne rembourse qu’une seule pair par an, seront comme moi, en train de subir un paiement échelonné étalé en une année, une année de souffrance ou les revenus au seuil de pauvreté sont diminués à un seuil insupportable.
8. La ministre vient de dire que nous avons le choix. Mensonge. Nous, au seuil de pauvreté, retraités soumis à survivre dans la misère, si nous devons faire face à une opération dentaire et à des dépenses inéluctables des lunettes, nous devrons assumer en solitaires à une réduction de notre retraite pendant plus d’une année pour payer le chirurgien dentiste et l’opticien, ils seront payés entièrement à notre charge, ces dépenses nous les ferons sans aide aucune de l’État, elles sortiront exclusivement de notre retraite au seuil de pauvreté, le barème actuel est de 800€ mensuels, je n’ai pas encore reçu l’augmentation de 30€ !, ces dépenses inéluctables de soins de santé nous laisseront avec un reliquat de 200€ pour survivre mensuellement. Est-ce une vie digne ?

Le mensonge d’État arrive à des limites inacceptables.

Rares sont les journalistes qui osent faire des enquêtes parmi les citoyens atteints de maladies des yeux. Vous ignorez certainement que le fléau actuel des accidents oculaires est causé par les ordinateurs.
Tout le monde connaît ce qui est un « décollement de rétine »
Personne ne connaît un accident oculaire très à la mode qui se nomme « décollement du vitré »
Il faudrait alerter la population qui travaille en permanence devant un ordinateur. Jeune ou âgé, le danger est latent, il peut produire un accident oculaire gravissime.
J’en ai été victime l’été dernier. Les effets sont spectaculaires. On prend plus d’une année à récupérer, le suivi et les soins exigés sont des plus délicats.
Mon ancien oculiste ne m’avait jamais mise en garde sur le danger que j’encourrais.
Et sachant que je suis myope, je l’avais bien informé que je travaille des heures devant mon ordinateur, elle ne m’avais jamais averti des mesures d’ergonomie à adopter de manière impérative, elles sont si faciles à adopter, je ne les connaissais point : baisser la luminosité, refaire des verres avec filtre, établir un repos obligatoire entre les heures d’exposition à la lumière devant l’écran.
Une émission de radio a donné l’alerte sur le fléaux qui se repend actuellement des accidents oculaires de « décollement du vitré »
Le corps vitré est un gel qui protège l’œil. Le oculistes disent que les myopes sont plus exposés. Certes. La durée d’exposition devant l’ordinateur est capitale. Le manque de filtre dans nos verres l’est aussi. Alors que les ministres viennent nous parler des verres de confort est inacceptable. Ils doivent être remboursées à 100% sans aucun critère de sélection, car le monde du travail modernisé avec les ordinateurs qui présente un effet nocif prouvé exige que les moyens de protection en matière se santé publique aillent de pair.
L’omerta chez les praticiens doit venir naturellement d’une précaution imposé par l’État qui va dans le sens de ne pas vouloir affoler les travailleurs, il seraient prompts à exiger des mesures urgentes de protection.
Les oculistes préfèrent mentir et dire  que c’est l’âge le seul responsable de cet accident oculaire. Dans ma famille il y a au des myopes, très âgées et qui n’ont jamais eu de décollement du vitré. Aucun d’entre eux ne s’est exposé comme moi, pendant des longues heures et tous les jours devant un ordinateur.
Si la statistique et les cas probants sont une nécessite en médecine, mes exemples sont incontestables.
Pour ce qui est de l’analyse de la situation apocalyptique qui vivent les hôpitaux français, elle nécessite un article à part.
Il suffira de dire que tout ce qui disent les ministres n’est qu’un monstrueux mensonge d’État.
Suffira-t-il de dénoncer de la surpression du personnel, des Services, et le gel du budget pour expliquer la crise hospitalière ?
Certainement pas.
Il sera nécessaire dénoncer l’abus de pouvoir des chefs de service, des individus pernicieux, cruels et incompétents, qui exercent une pression criminelle au sein des services, la dangerosité des hôpitaux publics français est un fait incontestable, à la vue de cet spectacle hospitalier on pourrait dire que nous sommes dans un pays du tiers monde, la mauvaise gérance et le manque de probité des médecins est une situation des plus abominables que les citoyens privés de choix par leurs faibles revenus, il sont obligés à faire face au cas où, par malheur un jour ils devront se confronter à une urgence et à une hospitalisation.
Il y a urgence à nous solidariser pour démasquer les criminels qui siègent au sommet des postes de responsabilité au sein des hôpitaux publics. C’est une responsabilité  qui nous incombe, il est question de notre vie et de ceux que vous aimez.
Il est notre droit d’exiger que les soins de santé dans le cadre de santé publique nous soient prodigués avec sécurité par des professionnels d’excellence et dans un contexte de qualité indéniable.
Il est une question d’éthique et de moralité citoyenne que nous devons exercer et par la même occasion d’exiger de l’État une réponse dans les plus brefs délais.
Celui qui est incompétent dans la direction de notre foyer, la nation, une seule chose s’impose : qu’il démissionne.
Je forme des vœux pour que mon article réveille les consciences.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

  • L’hypocrisie d’Etat continue, nous sommes face à une toile de fond parfaite et combien pertinente! Une salle de classe des petits écoliers! Parfait.
  • L’infantilisme au plus haut degré, sommes nous des petits écoliers obéissants à papa Etat?
  • La politique contrairement à la littérature qui n’est que fiction, transfiguration de la réalité, voire pure mensonge, l’exercice de la politique  n’est que vérité, réflexion sur le réel qui exigera toujours quand elle est exercée par des hommes éminents, des actes adroits pour le bien de la société.
  • Mise en scène honteuse et révoltante.
  • Le vide et l’hypocrisie les plus absolus.
  • C’est unique, pour la première fois face au monde, le vol de notre argent est remercié. Nous n’avons pas donné le code de notre compte en banque misérable.
  • « J’en prends de votre compte, merci infiniment. »
  • Ou se trouve l’héritage politique de la Grèce antique?
  • Où se trouve la tempérance grecque?

GALVAUDER LE NOM D’ARTISTE PEINTRE

29 mars, 2018 (11:39) | Non classé | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

Nu huile sur toile. Nadezhda Gazmuri-Cherniak 1999

LE  PEINTRE HERNAN GAZMURI DANS L’ATELIER D’ANDRE LHOTE PARIS 1928

GALVAUDER LE NOM  D’ARTISTE PEINTRE

Combien il est facile et commode de se auto-qualifier « artiste peintre! »
Cette auto dénomination prestigieuse, car elle est une activité de plus hautes de l’esprit est de nos jours galvaudée car remplie d’incompétence car remplie d’une avalanche de faux artistes peintres qui ne le sont point, et appuyés par une mafia de pseudo jurys venus de nulle part qui se sont installées et dirigent les consciences du haut de leur plus profonde ignorance.
Cette orgueilleuse activité de galeristes, jurys et mécénat de pacotille, ils la pratiquent avec une assurance franchement grotesque.
Ils sont au sommet pour assurer à une avalanche d’artistes peintres qu’ils sont tous doués et leur confirmer cette vaine illusion.
Ce difficile et grave formation d’artiste peintre était jadis le fruit d’une longue et sérieuse formation chez les maîtres qui leur formaient dans leurs ateliers.
Cette banalisation de la formation d’un artiste peintre s’est produite après que Daniel-Henri Kahnweiler a découvert « ses peintres » et crée sa galerie de peinture pour les défendre.
Dans les années 70 se sont mis en scène des faux galeristes qui imitèrent très mal le maître et prostituèrent aussi bien le métier d’artiste peintre que les catalyseurs des talents.
C’est Kahnweiler lui-même qui critiqua très fort la grave déviation qui prenait le monde de l’art parisien instaurant dans les vernissages des cocktails, mercantilisant la production et faisant croire que faire connaître les talents en peinture au sein du monde de l’art sérieux pouvait devenir une activité mondaine, que devenir artiste peintre était aussi facile que chantent les oiseaux, c’est à dire qu’ils pouvaient ÊTRE artistes sans préparation aucune, et c’est ainsi que Paris se vida d’un art pictural sérieux et le métier d’artiste peintre est devenu une des activités des plus banales et vulgaires.
La banalisation et la désacralisation du métier d’artiste était déjà installée à Paris.
Par nécessité, en état de manque, je me suis rendue à l’Académie de la Grande Chaumière que j’ai connu dès mon arrivée en France dans les années 80. A cette époque là elle gardait encore les valeurs de jadis et je suis arrivée profiter de ses dernières années de gloire. Le massier d’Yves Brayer, Pierre Dray nous guidait dans les cours de croquis et l’ambiance était bien différente des horreurs qui pullulent à présent. Que pourrait on demander au sein d’une Académie où il n’y a pas de maître ? Il n’y a que regarder les toiles horribles  qu’ils mettent à sécher sur les étagères, elles démontrent l’incompétence du maître suivie par celle de ses élèves.
Le spectacle est accablant. L’ignorance et le vide remplissent le lieux.
Le modèle vivant se jette par terre sans aucun savoir faire, elle ne sait pas que « faire la pose » est un art, cela se crée dans la tête, le corps n’est pas une masse qui inerte se met en exposition, les élèves doivent d’abord être stimulés par le modèle vivant, ensuite par l’enseignement du maître.
Aucun de élèves n’est en possession d’un minimum de connaissances, de celles qui sont indispensables à quiconque prétend d’abord à « être élève », ils méconnaissent la façon de tenir le crayon et de faire la mise en page.
Dans une si désolante ambiance, je suis rentrée à ma chambre de 15m2 avec une série de croquis que je rêve de passer à la toile…J’ai constaté que je n’ai pas « perdu la main » après tant d’années en suspens, bien au contraire ! Impossible d’être peintre dans un pays vidé de son essence, impossible de poursuivre un travail d’artiste peintre sans aucun revenu, dépourvue d’atelier, le pire dans un pays vidé des véritables connaisseurs qui devraient mettre de l’ordre et un terme à l’ignorance.
Quelle serait la solution ?
Quand j’ai essayée de trouver une subvention et mécénat pour fonder une académie à la manière d’André Lhote, j’ai été éconduite avec des rires !
Quand j’ai suivi la ligne officielle, devant laquelle j’étais fort réticente, j’ai constitué un « dossier » décrivant en détail mon projet, en effet le résultat ne se fut pas attendre, il n’a fait que confirmer mes craintes, car le « protocole » était, Ô folie ! de le présenter devant des « assistantes sociales » !!!!!
Je me réserve le droit de ne pas publier ce que je pense de mon ancienne expérience auprès de cette catégorie « professionnelle »
Un peu de retenue est de rigueur, elle m’interdit tout commentaire.
Mon idée était de trouver un mécène qui m’aide à fonder un atelier à Montparnasse où j’aurais pu enseigner au même temps que peindre avec mes élèves tel que le faisait Lhote, tel que le faisait mon maître Hernan Gazmuri.
Je voulais récréer à Montparnasse l’ambiance de jadis.
Mais, pourrait un professeur lui seul instaurer un esprit disparu, et donner à ce quartier vidé de son esprit un nouveau souffle de vie ?
J’en doute. Les seules connaissances ne suffiraient pas.
L’Académie de la Grande Chaumière n’est plus rien de ce qu’elle était dans son temps de gloire, elle se subventionne grâce aux formations techniques qu’elle dispense, dans ces lieux la place toute entière est réservée aux métiers de publicité artistique aux petits métiers d’arts appliquées qui intéressent les « jeunes » le métier d’artiste peintre a disparu et s’est galvaudé.
Dans l’imaginaire collectif s’est installé la conviction affolante que quiconque veut être artiste peut l’être, ils sont convaincus que quiconque émis un jugement axiologique devant une toile devrait être accepté sur parole.
Le métier d’artiste peintre est un métier exigent, tout comme celui de maître et d’exégète.
Dans ce vide parisien je récolte l’échec foudroyant d’un rêve qui m’a coûté la vie.

Tout récemment j’y suis allée travailler dans l’atelier libre de la Grande Chaumière. Il est impossible d’y se rendre au quotidien, les tickets d’entrée ne sont pas à la portée de quiconque survit avec une retraite de misère. La folie d’y aller ne peut se pratiquer qu’une fois par mois ! Mais j’ai fait l’effort et j’ai dessiné bien à contre courant tout au long d’un après-midi, devant un modèle vivant absolument nulle, j’étais entourée de vide et d’ignorance, mais, mes croquis au fusain, sortis de cette séance, me laissèrent pleine de joie, la joie qui surgit quand on sait qu’on a accompli un travail bien fait, et mes croquis laissent le témoignage de la pérennité des invariants plastiques, oui elles sont bien vivantes, mes croquis laissent le témoignage de l’enseignement de Hernan Gazmuri, et par conséquent de Lhote . Cette voie de l’exercice de la peinture d’élite que je m’efforce de maintenir vivante continue à être méprisée, comment pourrait être autrement ?
La voie picturale de l’excellence est galvaudée. Ils persistent à piétiner sur la vraie peinture avec sadisme parce que remplis de jalousie, le complexe d’infériorité des médiocres qui éprouvent ce complexe inguérissable, parce que né de l’ignorance, et de se rendre compte qu’ils ne seront jamais à la hauteur.
Je leur répond que ces connaissances d’exception et sacrées que j’ai reçu en héritage par mon père et maître sont très bien préservées.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

VOUS AVEZ DIT MECENE?

19 mars, 2018 (09:43) | Non classé | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

Le peintre Hernan GAZMURI dans l’atelier d’André LHOTE Paris 1928

NATURE MORTE HUILE SUR TOILE DE  NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK

135_C

 

Paris 1928

VOUS AVEZ DIT MECENE ?

«  PARLONS PEINTURE »

Traité du paysage

« Un livre à ne pas laisser entre toutes les mains »

André Lhote

P.3

 

[…]Il est amusant de remarquer qu’au contraire, ce qui caractérise le comportement des débutants et des médiocres, c’est une impuissance totale à s’intéresser plusieurs fois de suite au même objet. C’est au point que si je conserve durant deux semaines le même modèle dans la même position, mon atelier se vide de la moitié d’étudiants la seconde semaine.
Explication de ces étranges mœurs est dans ce fait que pour les maîtres, le modèle pose un problème d’ordre plastique dont il est émouvant de chercher les différents solutions, alors que pour le manieur de pinceau, ignorant même qu’il existe un problème pictural, le modèle n’est qu’un objet qui, une fois copié tant bien que mal, n’a aucune raison de demeurer en place »

André LHOTE
Traité de la figure
P. 136

Je peux imaginer ce que pense la plèbe quand vous osez dire : je cherche un mécène…
Qu’a -t-il de risible à formuler un tel souhait en tant qu’artiste ?
Mais qu’est-ce qu’un mécène ?
Nous ne sommes plus à l’époque de Laurent de Médicis, de la papauté ni de riches protecteurs des arts, nous ne verrons plus un nouveau Daniel-Henri Kahnweiler, hélas !
« Le mécène est donc une espèce en voie de disparition et les peintres demandent à l’État de jouer le rôle de protecteur des arts » Herbert Read.
Je suis à la recherche d’un mécène pour continuer mon travail d’artiste peintre, je lui dis face à face et franchement.
Le rire éclate par la disproportion formulée et que je lui ai faite parole pressante, avec la conscience qu’on a peu de temps, tout est question de temps, profiter de ce temps limité qui presse et dont nous disposons pour réaliser nos projets, toujours avec hâte que ce projet pictural se fasse acte au sein d’un monde qui a banni à tout jamais le sérieux.
André Lhote disait qu’il fallait vivre avec son temps, certes, mais ne le prenez pas à la lettre, que dirait-il au constat de le spectacle abominable qui a prit la production picturale de par le monde ? Que voit-on à présent ?
Absence de maîtres, aucune théorie, pseudo artistes sans préparation aucune qui osent barbouiller des merveilleuses toiles blanches en attente de la main d’un expert rêveur de peinture. Sauf de très rares exceptions ici et là, n’attendez pas le génie pictural.
La fraude s’étend de l’abstrait, aux graffitis.
Lui, qui critiquait sévèrement déjà dans les années trente jusqu’à sa mort en 1954 que son atelier se vidait s’il mettait le même modèle deux semaines consécutives ?
L’ignorant, le mauvais élève en peinture, au lieu de penser à mettre en œuvre des différentes solutions plastiques, croit qu’en changeant de modèle il pourra facilement parvenir à une œuvre d’art.
Combien d’années d’enseignement d’atelier et des écrit théoriques a-t-il consacré stoïquement pour essayer de faire comprendre que l’élève ne doit pas penser ni à faire des œuvres magistrales, ni a exposer, mais qu’il doit penser uniquement à apprendre à peindre.
Armée des Invariants plastiques le jeune peintre entreprendra la voie qui le mènera à la maîtrise parfaite de la technique picturale.
Par quels moyens ?
Il nous a donné les Invariants plastiques, la grammaire pictural sans laquelle le peintre moderne ne pourra jamais arriver à être un bon peintre.
Cet ensemble de théories est ce qui est le pentagramme pour le musicien.
La1 variation journalière d’un modèle vivant ou de la nature morte, ne pourra jamais stimuler l’œil de l’apprenti peintre ni rendre à sa main la maîtrise parfaite, sans qu’il fasse la rencontre devant la toile et son modèle, avec préparation et maîtrise parfaite de sa grammaire picturale.
Sans allégation aucune nous acceptons que la peinture est « cosa mentale ».
Le substantif à présent est que il n’existe plus l’intelligence plastique » ils se sont chargés de faire croire que l’on peut peindre sans enseignement, sans théories, sans grammaire picturale.
Laissons de penser que l’enseignement pompier de Beaux Arts, produira des peintres.
L’enseignement de Lhote révolutionna le monde de la peinture française précisément pour avoir été un théoricien de premier ordre, un érudit qui transforma l’enseignement et la critique à l’aide de sa sensibilité infinie. L’enseignement de la peinture s’est vue mise dans une perspective révolutionnaire par l’introduction d’une grammaire picturale qui devint aussi sérieuse qui le furent jadis les ateliers de maîtres qui formèrent école.
C’est à l’élève qui reviendra la tâche de trouver chez le même modèle de solutions plastiques appuyé sur les « invariants plastiques ». Mais ceci qui est l’essence même de l’enseignement de Lhote est depuis plus d’un demi siècle un enseignement méconnu que personne révise et qu’en France a été tragiquement balayé intentionnellement.
Allons par étapes. Pourquoi sommes-nous soumis dans ce désert pictural ?
Pourquoi avoir cru que la France respectueuse et aimante de ses valeurs allait garder et maintenir vivante un si précieux héritage ?
La naïve pensée que la vieille France resterait fidèle à ses valeurs n’est pas « une faute » mais le résultat d’une vie consacrée à l’art, considérée à présent comme équivoque.
Oui, de leur point de vue, je me suis trompée.
Les ventes aux enchères ne peuvent que faire roder à l’infini les Picasso et les Modigliani.
Les galeristes ne peuvent que faire roder la modernité faite de graffitis cotés en bourse.
Les biennales débordent d’ horreurs qui « se vendent bien »
Mais cette confusion esthétique, cette ignorance plastique est couronnée des réussites financières pharamineuses, alors personne n’osera porter un œil critique et le cercle vicieux continuera soumis au roulement infernal des cotes boursières que rien n’arrêtera. Tout va très bien dans le meilleur des mondes.
Quels sont les vices où s’inondent les bonnes volontés des peintres ?
Si vous voulez réussir, n’attendez rien de personne.
L’ignorance et la montée d’un tsunami fait d’ignorance assermentée. Vous serez confrontés aux vices qui se sont assermentés à l’aide des maffias qui ont su s’installer et gagner leur place dans la scène du commerce de l’art français. Essayez de vous faire une place, l’État vous demander de devenir votre propre « entrepreneur »,. La prostitution de l’art s’assoit sur l’ignorance, auparavant ils ne pouvaient pas fructifier, il y avait encore un digue. A présent ces deux vices principaux sont devenus les maîtres, et vous les trouverez où que vous alliez.
L’absence de maîtres et de théorie ont laissé la place de libre pour que s’installe la perversion artistique.
La montée des commerçants mafieux.
L’intervention de l’État dans les Jurys et commissions.
« Le mécénat, en d’autres termes la protection des artistes qui travaillent pour l’État, serait exercé par des agents de la fonction publique, avec le concours de commissions consultatives. Ces administrateurs (même s’ils sont les représentants de musées ou de galeries) ne seront pas nécessairement des hommes de sensibilité et de goût ; ils ont été recrutés pour leur efficacité présumée en matière de gestion »
[…] quels critères mettront-ils en avant quand il s’agira de de l’achat d’un tableau ou de la dotation d’une commission ? N ‘oublions pas qu’il ne s’agit pas de l’art du passé, ou un certain consensus d’opinion peut guider l’administrateur. Il s’agit de prendre une décision qui est, ou devrait être, l’expression d’une réelle sensibilité »
Herbert READ
La philosophie de l’art moderne
P.65

Rester artiste peintre dans une telle société prostituée devient de l’héroïsme.
La réussite n’est pas de voir les tableaux cotés en bourse, mais de réussir à maintenir allumée la flamme de l’espoir, car il nous est nécessaire cette la flamme qui maintient le désir de peindre contre toute espérance de réussite, cette flamme qui n’a été jamais éteinte, elle se rallume au jour le jour mystérieusement, la toile de fond est un devoir de mémoire et la conscience d’être en possession d’une mission inébranlable parce qu’ ancrée précisément dans ces merveilleuses « invariants plastiques » elles sont toujours présentes, elles pourront non seulement ériger la digue nécessaire à défendre la vraie peinture, mais elles serviront aussi à sauvegarder l’esprit et la force qui animera ce désir d’infini, et d’absolu plastique qui est chaque jour renouvelé devant la toile.
Cette exigence est faite de solitude et d’une obstination sans faille.
Le travail continue toujours à contre courant ceci est un fait indiscutable, mais mon maître, le peintre Hernan Gazmuri, n’aurait pas accepté que je démissionne face aux difficultés insurmontables du point de vue financier qui s’érigent devant moi pour m’interdire la poursuite de mon travail, comment ne pas le trahir, de quelle manière se procurer toutes les conditions et les nécessités matérielles dévorantes que la peinture nous exige, voici la question que je me pose et devant laquelle je dois répondre et faire face.
Sans aucune préoccupation de la pensée d’autrui, c’est enfin la maîtrise conquise par des années d’étude et le serment de fidélité à la peinture que j’ai prêté de manière solennelle à mon père, ceux qui me conduiront en silence vers l’unique objectif : à respecter : résoudre à l’infini des problèmes plastiques.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak
Disciple du peintre Hernan GAZMURI
Dernière héritière de l’École de Paris
L’Apatride.

 

76,7% !

18 mars, 2018 (23:18) | Publication | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

76,7%

 

СПАСИБО!
« […] Qui oserait juger de notre vie et de nos mœurs d’après des éloges publics ?
A cela s’ajoute que des témoignages plus abondants resteraient fort difficiles à utiliser. Car il est malaisé de juger un comportement moral dans une société qui n’est pas la notre, et dont seuls certains aspects affleurent »

Jacqueline de Romilly
La douceur dans la pensée grecque
P.7

 

LE MÉDIOCRE ET L’IGNORANT.

L’Occident.

Les grands spécialistes de Sciences Po et de l’E.N.A. ont rempli leurs analyses haineuses sur les médias, et voici quelques lignes pour féliciter mon Président et les russes clairvoyants. Le plus frappant a été d’entendre certains universitaires qui se disent « étonnées » et de ne pas bien comprendre la « réaction » occidentale qui ne cesse de sanctionner et critiquer la Russie.
Mais, c’est précisément des universitaires qui ont la formation et l’obligation de formuler une ordre de pensée que nous attendons une critique posée et c’est à eux qui revient cette responsabilité. Il serait nécessaire qu’ils changent l’étonnement par le sérieux d’une analyse courageuse.
Allez à l’essence des choses, ici l’étude et l’analyse doit se déplacer de la sphère politique vers la sociologie et la psychiatrie.
Que l’Occident est en crise de valeurs est indiscutable, le ridicule, le grotesque ne peut le voir que quelqu’un qui n’est pas de leurs et qui n’a pas de dette avec les médias et dont ses analyses ne sont redevables vis-à-vis d’aucune confrérie.
Une distance est indispensable pour analyser les faits, placez vous dans une perspective telle qui vous donne l’aisance de voir clair sans préjugés, la confrontation des idées pourra alors se faire sans détours.
La confrontation qui a générée l’Occident s’est produite par un complexe d’infériorité monstrueux et gigantesque.
Cachés sous couvert de se prétendre être les vieux missionnaires des leurs Droits de l’homme qu’ils violent au jour le jour, s’affrontent à la Russie sortis d’un Occident où il n’y a pas de vrai philosophe qui n’ait pas fait le consensus des vices sociétales irréversibles de l’Occident.
La société du Mépris analyse pointu et percutant du philosophe Axel Honneth ne peut pas leur laisser sans boussole aux chargés de diriger la pensée de la société, ils prennent la parole en public pour se disqualifier ipso facto ! Ils continuent à nous dire leur surprise intellectuelle.
L’Occident a des formules qui ne seraient pas acceptées dans les milieux où se pratique l’analyse avec les moyens d’honnêteté intellectuelle, mais nous savons que les hauts lieux de la culture ont été les premiers à être envahis par des mafieux qui ont prostitué la pureté de la pensée et que ces lieux jadis prestigieux et soutenus par des esprits sublimes ont été remplacés par des d’imposteurs. Pour les occidentaux l’intelligence sera transformée en « pensée calculatrice » et la tempérance en « esprit manipulateur »
Le mépris s’unit à une grossière manière de tergiverser la vérité, dévier l’analyse philosophique vers une turpitude, et l’intention de ces nouveaux intellectuels et politiques est d’envahir et remplacer le vrai par le faux, le champ de la pensée critique est pollué du vice le plus abominable, car le mensonge intellectuel et un de plus vils des vices qu’ils pratiquent quand ils sont dépourvus d’arguments.
Pour le médiocre et l’ignorant l’intelligence est une vertu impardonnable.
Il ne s’attardera pas à essayer de rétablir son équilibre perdu, pour ce fait le peu d’instruction qu’il aura acquis lui servira pour masquer ces véritables intentions.
C’est si simple l’analyse qu’il ne vaut pas la peine de se donner le mal à entendre leur litanie inutile.
Il y a tant à faire, à vivre, il y a tant à créer et à continuer à parcourir, c’est par les faits et les actions, non par de vains discours remplis d’un verbiage  superflu, que les russes poursuivront leur voie, et ce chemin de perfection qu’ils ont su choisir au profit de leur merveilleux pays et, nous, pauvres spectateurs admiratifs de leur réussite, il ne nous reste qu’assumer le triste rôle des admirateurs lointains, c’est grâce à eux, et au regard que nous porterons sur leur création dans tous les domaines que nous pourrons à notre tour, nous nourrir d’espoir, nous avons bon espoir en leur radieux avenir fait d’un parcours déjà bien assuré et qui se poursuivra dans la consolidation de toutes les réussites d’une humanité remplie de valeurs qui à différence de celle de l’Occident, a su trouver la sève de la vie.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak
L’Apatride

 

C.V ARTISTIQUE DE NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK

16 mars, 2018 (10:25) | Publication | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

Nu Huile sur toile/ Nadezhda Gazmuri-Cherniak  

 

NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK

AUTEUR INDEPENDANT

LIVRES PUBLIES

2006

1. Misha Gdansk Nouveau roman 2005
2. Destinataire Inconnu Poème
3. Concert de silence et de Paroles Récit Lyrique
4. Poèmes Recueil de Poèmes de jeunesse
5. Le peintre Hernan Gazmuri L’héroïsme du peintre victime d’une infamie
6. Le violon vivant Récit Lyrique
7. Temps Accompli Récit Lyrique
8. La Clairière Récit Lyrique et caustique
9. Le Dictateur de la ville morte Témoignage

2014 -2015

10. In Memoriam / Maman le temps ne passe pas.
11. Thanatos.
12. Lettre ouverte au Président de la République. Ce que je crois.
13. Des Mots
14. L’Escargot Invisible.
15. Maman et son clavecin bien tempéré.

2016
16. Feu Follet Lettre à mon dernier amour.
17. Fulgor imaginario Carta a mi ultimo amor
18. Poèmes d’Épines et Chants Orthodoxes. [Édition bilingue Français / Espagnol]
19. Chrysalide blessée Bilingue
2017
20. Poèmes de Mort.
21. Conversations avec mon ami Manuel.
22. Amputation.
23. Madame Y, La hyène de Colmar.
24. Amour Poèmes.
25. Haiku/ France.
26. L’Exil de la Mort/ Nadezhda et sa Maman.
27. Le Fantôme de la mort.
2018
28. Réédition du livre Le peintre Hernan Gazmuri L’héroïsme du peintre victime d’une infamie
29. Les Sources italiennes dans le Tunnel d’Ernesto Sabato et trois études comparatives Essai (Rédigé en 1989)
30. Recueil d’Articles.
31. En écriture : Lettre à Mon père.

FORMATION
Professeur d’Espagnol Cursus de 5 années Université Technique d’État. Institut Pédagogique. (U.T.E) Actuelle Université de Santiago. 1979
Université Paris Sorbonne Paris IV
Maîtrise Littérature Hispano-américaine Mention Bien sous la haute direction du Professeur Claude Couffon. 1986 -1987.
D.E.A. Littérature Générale et Comparée Sorbonne Nouvelle Paris III.

Enseignement

1977-1979 Lectrice Littérature pour les étudiants de première année de Pédagogie Université de Santiago.
Chargée des Ateliers de Poésie 1977.
Correctrice de Manuscrits.

1982 1989

Professeur d’Espagnol Formation Continue. Paris

1989 -2000

Éducation Nationale.
Professeur d’Espagnol enseignement Secondaire. Public.

PEINTURE

1969-1979
Formation d’artiste peintre dans l’Atelier Libre du Peintre Hernan GAZMURI-
Dernière Héritière de l’École de Paris.
Toiles et gouaches.
Activité en suspens par manque de moyens financiers.
A la recherche d’un Mécène.

135_C

 

135_C