NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK est "Auteur auto édité"
vous pouvez la contacter
par mail : nadezhdagazmuricherniak@gmail.com

LA MORT EN FRANCE

10 juin, 2019 (09:23) | Non classé

LA MORT EN FRANCE

 

 

« Mon père m’a dit un jour : celui qui n’a pas de patrie
N’a pas de sépulture.
Et il m’interdit de voyager.

Mahmoud DARWICH
La terre nous est étroite et autres poèmes

 

Il y a deux mois, la Cour des Comptes a lancé un avertissement au gouvernement sur les prix exorbitants de Pompes Funèbres et des concessions funéraires, laissant dans des difficultés extrêmes les familles à faibles revenus. Nous avons été informés par le journal télévisé de 20 h.
Nous le regardons très rarement, cette fois-ci c’est fut une heureuse coïncidence pour nous motiver à écrire cet article, car le premier qui était assez long, intitulé LAISSEZ EN PAIX NOS MORTS, devait être suivi par une deuxième partie, mais compte tenu de nos multiples démarches et des analyses qui les ont suivies, nous avons décidé d’écrire seulement ce bref compte rendu. La France est finie et ne changera jamais pour le bien. Elle s’enfonce de jour en jour dans le pire.
Les gouvernements successifs se défendent de nos demandes pressantes, en envoyant leurs laquais, les fonctionnaires de l’administration qui nous répondent toutes nos lettres par le moyen des formules administratives vides de sens.
Ils se chargent de nous répéter un enregistrement appris par cœur, il est le même au sein de toute l’administration française, il contient deux raisonnements, c’est une sorte d’excuse assermentée, une capsule de valium verbal : le premier argument essaie de convaincre que le gouvernement français et généreux et conscient des difficultés des familles c’est pourquoi il a mis en place des enterrements bon marché. Ils les appellent « Low-Cost ».
Ensuite, ils lui greffent un raisonnement « ontologique », il faut comprendre que le « cadavre » n’est plus rien, alors il faut s’y faire et ne pas demander trop à l’ État, les pauvres doivent assumer leur pauvreté par-delà la mort, ici l’on doit dire par-delà l’enterrement à bas prix.
Les gouvernements s’excusent de toute responsabilité dans la gérance de cette « Entreprise de la mort » car en ayant supprimé les fosses communes et en ayant mis à leur place les « enterrements à bas prix » pour les pauvres ou les indigents, le cout des obsèques est entièrement assumé par la Mairie.
La question de la mort et des lois funéraires est une question intime dans laquelle personne ne doit intervenir, les choses s’aggravent seulement quand les familles pauvres résident dans une République qui méprise les morts.
Mais, comment est-il possible que nous osions affirmer que l’Etat français méprise les morts, puisqu’il a supprimé les fosses communes et a ouvert ses caisses pour assumer les frais des pompes funèbres des familles dans l’indigence ?
Les français ignorent presque tout des décrets funéraires, d’une part ceux qui s’inquiètent pour ses morts vivent dans l’abondance et le dire français « ce n’est pas mon problème » est ici de mise, et d’autre part ceux qui ne possèdent pas des revenus pour satisfaire les caprices des entreprises et les taxes funéraires de l’Etat, sont entièrement laïques et acceptent de bon gré les diktats de l’Etat.
Vous ignorez totalement en quoi consiste la « générosité » de la France en matière d’aide pour les obsèques aux indigents.
En quoi consiste l’aide de l’Etat pour les familles incapables d’assumer les frais des obsèques ?
LES OBSÈQUES LOW-COST DE LA MAIRIE

 

OBÉISSENT A UNE « FORMULE »

1. Une concession, une tombe en LOCATION, nommée PROVISOIRE.
2. Un cercueil bas prix, de la pire qualité, le bois est pire que les chaises IKEA.
3. La tombe en location est en pleine terre.
4. Pour une durée de seulement dix ans.

 

Oui je sais, les orientaux enterrent leurs morts en pleine terre, mais vous n’avez jamais pensé que quand le cercueil est presque un carton, en pleine terre il se détruit en quelques mois ?
Ne saviez-vous pas que la formule en pleine terre est valide seulement quand la tombe est perpétuelle et non provisoire ?
Non, bien sûr vous ne pensez jamais…Demander à la France de penser, d’exercer l’esprit critique est stupide de notre part.
Ensuite, il faut connaître la totalité des décrets funéraires.
La permission de transfert de la tombe en location, provisoire, vers une tombe dite perpétuelle n’est autorisée qu’après cinq ans et une journée, même si cela n’est qu’une dénomination presque virtuelle, car par manque de place, les décrets funéraires changent au gré des leurs arrangements financiers. Il n’existe plus de concessions perpétuelles, mais ils assurent que pendant 70 ans la tombe ne sera pas ouverte.

L’Etat est très intelligent, leurs responsables se sont concertés avec les scientifiques et médecins légistes, au bout de cinq années ils sont surs que le « cadavre » est réduit à une dépouille facilement réductible, ils appellent cela «faire une réduction » et comme le français adore les « protocoles » et, de surcroît il se croit toujours infaillible, ils l’ont édité comme lettre sacrée dans un « protocole » qui a forme d’Arrêté, il est dans le bureaux des concessions de tous les cimetières de la France. Avant c’était le Préfet l’autorité chargée de les gérer, depuis 2016 c’est la Mairie.

Il se trouve que la science parfois échoue tout comme les prédictions des hommes, parfois le cadavre est entier, et même si l’Etat ordonne de « faire une réduction » la famille, pour l’instant, a encore le droit de s’opposer, à condition de payer bien entendu. Au lieu de faire le transfert de la dépouille vers un reliquaire, il faudra leur payer encore une fois un cercueil neuf.
Nous avons essayé de nous opposer à cette sauvagerie de tombes provisoires en argumentant que tout être humain a le droit au moment de sa mort à un morceaux de terre qui devra être payé en raison de ses revenus et jamais uniformiser les droits à une sépulture où les seuls perdants sont les pauvres.

Nous avons échoué.
Pourquoi ?

Parce que pour faire changer les décrets il faudrait que la société entière accorde de l’importance à la sépulture de ses morts.
La religion n’est d’aucune aide.
Pour les catholiques, la Vatican a autorisé les crémations. Le problème est résolu.
Les athées s’en moquent totalement de la destinée des sépultures de leurs familles. Le mot d’ordre est la crémation et cendres sont dispersées dans la nature.
Les prêtres orthodoxes imposent l’interdiction formelle d’ouvrir les tombes, les tombes provisoires en location n’existent point dans les pays où règne la religion orthodoxe, mais les congrégations d’orthodoxes à l’étranger se plient aux exigences de l’Etat, même si elles vont à l’encontre des fondements de leur religion, du contraire les prières et les messes se verraient compromises. Et, les familles fortunées ne sont pas concernées.

La religion musulmane l’interdit formellement l’ouverture des tombes et les tombes provisoires n’existent pas et, heureux sont les musulmans qui font rapatrier leurs morts dans leur terre de naissance. Le seul moyen qu’ils possèdent ici en France, pour défendre leurs sépultures de la fin des délais, sera grâce à leurs familles nombreuses qui assurent la relève.
D’une chose je suis certaine, car mes nombreuses recherches et démarches ont pris fin ce mois-ci, il n’existe aucun abus ni commerce de la mort dans la religion musulmane.

Un avocat m’a suggéré de créer une association, je lui ai répondu, cela jamais, je ne travaille pas au sein d’un pays qui dans toutes ses lois et décrets, il ne fait qu’anéantir le plus sacré de l’humanité : le respect dû aux morts.

Je ne lutte plus pour éveiller la conscience d’une société inhumaine, imperméable au sens du sacré, qui n’est capable que d’écrire quelques lignes quand les sépultures sont profanées, mais à titre collectif, ces personnes travaillent pour leurs partis politiques, les profanations des tombes peu les incombe, ces actes barbares, ils les utilisent pour leurs fonds de commerce, l’utilisation politique au sein des réseaux sociaux est nauséabonde.
Personne ne se dérangera pour un voisin qui a souffert à titre individuel la profanation d’une tombe.
Il faut que tout le monde sache aussi, que dénoncer une profanation de tombe n’aboutit jamais à aucune mesure de sanction pénale, il n’y aura jamais de procès, les démarches s’arrêteront avec une plainte au commissariat, suivie d’une LRAR au Procureur, et l’enquête s’arrêtera là.
Parce que la justice travaille avec des preuves, ces monstres, les profanateurs de tombes agissent en catimini.
Et, si les profanations de tombes ont à présent une recrudescence, cela se produit uniquement parce que l’Etat français est le premier à mépriser les morts en imposant des décrets funéraires indignes qui nous obligent à accepter, faute de sommes colossales, des tombes en location comme s’il s’agissait de locations de vulgaires HLM, imposant l’ouverture imminente d’une tombe où le délais est dépassé, si la famille ne dispose pas de l’argent pour payer le Trésor Public 8000€ en une seule fois, la tombe sera ouverte, et la dépouille sera sortie en sacs plastiques noirs pour être incinérée.
Et l’Etat français cautionne les Pompes funèbres pour qu’elles s’enrichissent librement, elles facturent pour leurs travaux des sommes qui dépassent tout raisonnement équilibré.

Nous sommes face à un pays qui impose l’ouverture des tombes passé un certain délai.

Il est le signe d’une barbarie institutionalisée. Face à cette barbarie assermentée il faut arrêter tout dialogue avec l’Etat, nous n’avançons pas, car il n’y a pas de dialogue dans une aporie.
Toute personne digne se trouve confrontée devant une urgence existentielle et matérielle, une seule mesure s’impose : fuir le pays avec le cercueil… Si elle le peut…

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

PS : non, l’Etat français ne m’a pas payé un seul euro pour les obsèques de Maman.
Je me suis toujours opposée à ces mesures funéraires d’Etat.
Tout comme pour mon arrivée et mon installation, la France ne m’a pas versée un seul franc de l’époque, je suis arrivée avec l’argent de mon père.
Je n’aurais jamais pu accepter une telle indignité, je me suis battue sans succès pour faire évoluer les décrets funéraires et obtenir que notre sépulture ne soit pas ouverte.
La réponse est inamovible, il faut leur verser 8000€
Ils peuvent rester dans l’ignominie jusqu’à la fin de temps. Et demander des sommes exorbitantes, je n’entre pas dans ces manœuvres indignes.
Je me suis trompé de pays ! Et, je le paie très cher !

Nadezhda Gazmuri-Cherniak
Naïma

Write a comment

You need to login to post comments!