Vous pouvez contacter Nadezhda Gazmuri-Cherniak
par le formulaire contact du site.

L’ATELIER D’ANDRÉ LHOTE ET LE PEINTRE HERNÁN GAZMURI: LA DECOUVERTE D’UNE PHOTO

13 août, 2021 (00:46) | Non classé

LE PEINTRE HERNÁN  GAZMURI DANS L’ATELIER DE LHOTE, RUE D’ODESSA

           ‘L’HOMMAGE A ANDRÉ LHOTE 

MUSÉE D’ART MODERNE DE LA VILLE DE PARIS    LA “DONATION GAZMURI”

 

NU A LA GRANDE CHAUMIERE TOILE DE NADEZHDA GAZMURI

   

NU A LA GRANDE CHAUMIERE  TOILE DE NADEZHDA GAZMURI

 

 

 

      L’ATELIER   D’ANDRÉ LHOTE

 

 

   ET LE PEINTRE  HERNÁN GAZMURI

          PARIS 1928

 

Chers Lecteurs,

Le hasard…l’on dit que le hasard n’existe pas… En fait c’est en cherchant des critiques sur l’exposition d’artistes peintres juifs de l’Ecole de Paris, au MahJ que les critiques regroupent comme s’ils avaient été les seuls peintres de ce que l’on nomme l’Ecole de Paris, où le nom du plus grand peintre et théoricien du cubisme que fut André LHOTE reste comme un absent absolu. Et, cette ignorance volontaire n’est pas exclusive de cette exposition, il s’agit d’un silence programmé. Pourquoi ? Les jalousies et les haines dans le milieu de l’art, l’est pareillement dans la peinture, car il y existe un des plus virulents sentiments d’infériorité, les exposants actuels, je les appelle les exposants de la prostitution de l’Art, les exposants du vide.

Bon, vous me direz, André Lhote a été une exception…Il était cubiste, etc., le terme Ecole de Paris a été tergiversé et utilisé au gré des intentions particulières des critiques. Si vous restez sur Wikipédia, vous ne ferez que renforcer l’ambiguïté, les dictionnaires sont utiles, j’en conviens, mais il va falloir approfondir. Qu’en pensez-vous ?

Je m’en vais alors chercher son nom pour vérifier si le désir de cette post modernité française de l’ignorer volontairement persiste et, Ô grand surprise ! et une des meilleures dans cette sombre période, je trouve un

miracle, je rencontre l’Association André Lhote et une photo  de Lhote avec ses élèves dans son académie, où au fond se trouve le peintre Hernan Gazmuri, photo que je n’ai pas, alors pour ceux qui persistent

dans leur haine et mépris, voici une nouvelle preuve, d’une part que je suis la fille du peintre Hernán  Gazmuri www.hernan-gazmuri.com, et d’autre part et le plus important message à la Mairie de Paris : vous devez accepter en dépit de votre mépris que je suis la seule disciple qu’il a formé dans les plus purs principes des Invariants Plastiques d’André Lhote, donc je suis la dernière héritière encore en vie de la plus prestigieuse Ecole de peinture moderne française, appartenance que je revendique, car mon maître, le disciple d’André Lhote, le peintre Hernan Gazmuri, m’a laissé en héritage une formation et une mission que je lui ai promis de prolonger.

Je reste et travaille au jour le jour dans la lignée picturale de cette appartenance que vous ne pourrez jamais effacer et pour maintenir ce lien indissoluble, j’ai fait le sacrifice d’un compromis de vie pour l’art, ce que vos « artefacts » du vide, ne réussiront jamais, ; ils resteront nonobstant comme les exposants du Néant plastique.

Je prépare un article sur les deux principaux tableaux de MODIGLIANI que j’eus la chance d’aller voir hier au MAHJ ; une pure merveille qui laisse un témoignage éternel de la vraie peinture ; détrompez-vous, elle n’a ni religion ni d’autre appartenance que leur attache aux Invariants plastiques.

 

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

Write a comment

You need to login to post comments!