Vous pouvez contacter Nadezhda Gazmuri-Cherniak
par le formulaire contact du site.

LE PARDON JAMAIS!

16 septembre, 2021 (09:00) | Non classé

                          LE PARDON     

                                                    

                          JAMAIS !

 

« L’homme est un misérable ! …Rien n’est plus facile que de dénoncer un être abject, rien n’est plus difficile que de le comprendre »

                                                       Fiodor DOSTOÏEVSKI

                                                           Crime et châtiment

                                                                Chapitre IV

« […]   Comme la pensée en face de la mort, l’amour est en quelque sorte, l’esprit de vie en face du mal, L’esprit de vie est invincible dans un tout autre sens que la mort, car la mort est plutôt inexorable qu’invincible […] C’est pourquoi l’on dit justement

Qu’elle ne « pardonne » pas »

                                                 Vladimir JANKÉLÉVITCH

                                                                Le Pardon

                                                                     P. 212                         

Chers Lecteurs,

Le 18 octobre prochain, s’accompliront 8 années de l’assassinat de Maman par le « docteur Traître-Tant ».

Pour moi, ce temps n’existe pas, c’est toujours maintenant, ou hier, ce  jour fatidique est l’espace de temps qui reste suspendu…une blessure brûlante dans l’âme qui exige ma résilience pour honorer le jour où Maman m’a mise au monde et  qu’elle pleine d’espoir dans ma survie, m’a donné la Vie, et parce que la moitié de moi-même a sa génétique que, penser à ne plus exister m’a paru impossible ; je pense être plus religieuse que ceux qui critiquent ma religiosité exmpte de “pardon”, car je suis fidèle à la vie non par commande, mais par un élan physique qui ne sort pas d’une doctrine ni d’une idéologie, mais d’une nécessité absolue de vivre, et en dépit de difficultés, et de la souffrance,  et honorer nos morts.

Nos morts nous l’exigent, ils n’accordent pas le PARDON.

Ce pardon n’existe pas.

« Tu ne tueras point. »

« Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés »

                                           Mathieux 6-12

Qui d’entre nous, n’a pas pardonné les offenses vénielles que dans la vie d’ici-bas nous rencontrons en permanence ? On les reçoit et ensuite on les oublie facilement.

Nulle part dans les Écritures ne dit, par exemple : « tu pardonneras l’assassin de ta mère. »

Nulle part n’est dit un sacrilège monstrueux qui nos commande un telle absurdité.

Il est dit de pardonner les « offenses », alors, l’assassin de MA MÈRE a -t-il commis la banalité d’une offense en tuant ma mère ?

L’imbécilité prémédité est abominable ; car elle fait acte d’une acceptation du crime ultime par la parole, une parole mensongère et hypocrite.

Celui qui « religieux » m’exige le PARDON de l’assassin de ma mère est hypocrite, il ne le ferait pas s’il vivait ma tragédie et en me condamnant il fait preuve lui-même paradoxalement, de ne pas « me pardonner » de mon refus de pardon ! Alors, il tombe dans son propre piège.

Celui qui me condamne pour n’accorder JAMAIS le pardon à l’assassin de Maman, le « Docteur Traître-Tant » et ses 3 collaborateurs, se couvre d’ignominie pour agir en hypocrite.

La véritable religiosité doit se pratiquer par des actes et non pas des paroles apprises, qi se lancent dans la futilité des commandes religieuses perverties, car la religiosité se pratique dans l’ici et maintenant en honorant nos morts et en condamnant les assassins !

Le souvenir reste vif, brûlant et la douleur éternelle, mais la résilience est nécessaire, un paradoxe qui vient de l’au-delà, c’est cela plus religieux que commandes artificielles et improbables.

Ce médecin Traître-Tant et ses 3 collaborateurs, pourront prier et jeuner, tout leur sera refusé, car ni Maman ni moi nous ne pouvons jamais oublier la souffrance indicible de la douleur infligée.

Nous ne l’oublierons jamais.

Les religieux exigent LE PARDON sur commande, et ceux qui se croient « croyants » pardonnent de façade ; je voudrais bien voir s’ils pratiquaient pour eux-mêmes ces commandes religieuses, si chez eux le malheur suprême frappait leur porte, si un assassin leur tue sa mère ou leurs enfants.

Il pourra jeuner, prier et se frapper la poitrine sa vie durant, tout sera vain.

La douleur et l’agonie de Maman le persécutera dans sa conscience par-delà la vie et la mort.

La douleur qu’il a provoquée avec préméditation contre le corps souffrant de Maman sera son tourment permanent à tout jamais qu’il devra subir comme le pire des fardeaux de sa vie.

Le Conseil du Désordre ne l’a pas laissé indemne de cela…

Ce « médecin Traître-Tant » a commis un crime contre l’humanité.

Les portes du Ciel lui ont été hermétiquement fermées à tout jamais depuis ce 18 octobre 2013.

Les portes de l’Enfer lui ont été réservées pour bientôt, pour toujours à lui et à toute sa descendance, pour les siècles des siècles…

Amín

Nadezhda Carmen F. Gazmuri-Cherniak

 

 

 

 

 

 

Write a comment

You need to login to post comments!