NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK

Escritos literarios – críticos, anuncios de nuevas publicaciones, libros editados

Skip to: Content | Sidebar | Footer

Vous pouvez contacter Nadezhda Gazmuri-Cherniak
par le formulaire contact du site.

ET MON PERE M’ENSEIGNA QUAND J’ÉTAIS PETITE…

27 juin, 2022 (10:55) | Non classé

 

   ET MON PÈRE M’ENSEIGNA

 

 

 

     QUAND J’ÉTAIS PETITE…

 

 

Ô combien précieux fut recevoir des parents artistes et uniques un enseignement hors norme et atypique !

Je vais vous raconter un passage de mon enfance qui m’est si utile à présent dans ma vieillesse et que je me trouve piégée en France.

Quand je suis née, papa lui a offert à Maman une cabane au bord de la mer, dans un magnifique balnéaire qui s’appelle El Quisco, il se trouve à côté de La Isla Negra que vous devez connaître car c’était le lieu de résidence du poète Pablo Neruda.

L’exigence de mon père pour y passer nos vacances, des très longs séjours au bord de la mer, c’était de ne pas avoir le confort de la ville.

Alors, non par manque de mayens, mais par principe, il n’a pas voulu installer l’électricité.

Dès l’arrivée du soir, Maman commençait le rituel de l’allumage des lampes de pétrole, là-bas s’appellent en argot « chonchones », alors, Maman s’affairait à dix-huit heures, avant que nous partions regarder le coucher du soleil, elle commençait son rituel de nettoyage de la mèche, remplissait le réservoir de paraffine, et nettoyait les paravents vitrés, une fois allumé, la puissance de la lumière était aussi forte qu’une ampoule électrique.

J’étais, encore très petite, alors, je ne comprenais pas ce qui avait décidé papa, pour cette création si originale de passer nos vacances sans électricité, nous étions les seuls à y vivre de cette atypique manière, tout le monde avait les mêmes commodités de la ville.

Alors, un jour, je lui ai demandé à Papa, je crois qu’avec un ton un peu réprobateur, quand je me rappelé de sa réponse assez courte et définitive.

« Papa, dis-moi, pourquoi tu n’installes pas l’électricité ici ? »

Alors, il leva ses yeux de son journal et très sérieux, me répondit :

Ecoute, Mozart a écrit toutes ses symphonies sans électricité ! »

 

Je continuais à cet âge-là, sans avancer beaucoup dans la portée si profonde de sa réponse, mais émue, j’ai acquiescé, car ce qui disait papa était toujours vrai.

Ces séjours au bord de la mer, furent décisifs dans ma formation.

A présent résonne la voix de papa, maintenant que je suis forcée à vivre déclassée, et d’ici quelques mois, je vais résilier mon contrat d’électricité, j’ai décidé de vivre sans électricité.

Personne ne pourrait de nos jours s’en priver, car personne n’a reçu comme moi, une éducation si riche, d’un papa artiste qui savait ce qu’il faisait pour l’éducation de « sa petite ».

 

Nadezhda Carmen Gazmuri-Cherniak

 

 

 

Write a comment

You need to login to post comments!