Vous pouvez contacter Nadezhda Gazmuri-Cherniak
par le formulaire contact du site.

LA MORT EN FRANCE: POLITIQUE FUNÉRAIRE DE LA TERREUR

14 février, 2021 (17:35) | Non classé

LA MORT EN FRANCE :

 

POLITIQUE FUNÉRAIRE DE LA TERREUR.

 

LA DESTINÉE DE NOS MORTS ?

IL FAUT PAYER !

 

« […] Et mon père a dit un jour : Celui qui n’a pas de patrie, n’a pas de sépulture,

Et il m’interdit de voyager !»

                                                            Mahmoud DARWICH

                                               La terre nous est étroite et autres poèmes

 

Chers Lecteurs,

Le repentir de nos fautes de jeunesse est infructueux, si j’avais lu Mahmoud Darwich avant de choisir la France comme « pays d’adoption » soyez certains que mon billet d’avion aurait eu une autre destination.

Mon livre a retardé sa publication par diverses raisons étrangères à l’écriture, j’espère que tout sera résolu en juin prochain.

Le contenu est « subversif » au plus haut niveau, car il traite d’un sujet terrible, la destinée de nos morts en France.

Vous savez que je parle sans compromis, sans concessions et avec une franchisse absolue.

Je m’insurge depuis des années contre les lois funéraires françaises par essence MERCANTILES qui font de nos morts des objets d’échange pour augmenter les dividendes des caisses de l’État, je parle des prix extravagants, exorbitants et obscènes des concessions funéraires.

Dans mes enquêtes, j’ai découvert avec stupéfaction que la plupart des gens ignorent  absolument tout de ce qui contient comme obligation à respecter, les décrets funéraires français, ou bien ils sont en possession des revenus très confortables et la destinée de leurs morts ne peut pas être inquiétée, ou bien ils sont tous athées et partisans de l’incinération, ni mon combat ni mon livre ne peut être objet de leur intérêt.

Dans ce conflit des lois funéraires il n’y a que deux actants, les politiques et les représentants des trois religions monothéistes.

Il va de soi que ce n’est pas un représentant religieux qui viendrait m’apporter secours et, pourtant je continue croyante.

Les politiques agissent avec hypocrisie et cynisme, et cela est compréhensible.  Que pouvaient-ils faire d’autre pour dénaturer et démolir ce que la vraie politique veut dire !

Le deuxième rôle doit être obligatoirement être assumé par les religieux, mais là, l’évasion d’un quelconque engagement en défense des morts et des familles sans argent est encore plus forte, car la loi de 1905 leur interdit le droit à la parole, de prendre des décisions en vue d’aider leurs fidèles, et l’essence critique de mon sujet sur le lois funéraires est en France une pure question d’argent.

Il suffit d’évoquer le mot ARGENT pourque la distanciation s’accentue encore plus, la peur de se compromettre et faire preuve d’une quelconque critique aux lois funéraires, pourrait se prendre comme une critique à l’État qui est en France SACRÉ, la religion fut remplacée par la suprématie de l’État à qui il faut adorer, rien lui critiquer, se soumettre et accepter ses abus sans la moindre contestation.

Personne n’osera le critiquer sur des questions de fond, les diatribes politiques resteront sur des lieux communs, ils ne sont pas « dangereux » ni transcendantaux.

Quiconque voudrait proposer des changements en matière de lois funéraires sera catalogué comme un « perturbateur » à la laïcité, toute action en défense des morts et des familles démunies seront interprétées par et l’État comme des affronts à la loi républicaine ; pour ce fait l’État persiste  tranquillement dans l’opprobre et en agissant à l’encontre de tous nos valeurs spirituels.

Sacrosainte laïcité.

La République laïque a créé une distanciation abyssale entre les croyances religieuses, et le « vivre ensemble » dans un pays qui impose sa loi de manière dictatoriale.

J’ai essayé en vain de trouver des alliés, des appuis bienveillants, qui ne leur demandaient pas un centime, mais se lier à mon combat signifierai pour eux de s’investir, de faire preuve d’un engagement qui serait très mal vu par les autorités laïques de cette bienheureuse République laïque, fraternelle, et surtout égalitaire, je parle d’une égalité à leur manière, en nivelant par le bas et en appliquant une destruction spirituelle frontale.

Allons à l’essentiel :

  1. Les Décrets funéraires en France en matière de concessions funéraires sont implacables, les achats peuvent se faire seulement pour quelques années ; rares sont les cimetières qui vendent encore des concessions perpétuelles, en fait il s’agit des locations funéraires pour qu’une fois, terminé le délais payé, l’État procède à « la reprise de la concession », pourque le cercueil du mort soit légalement délogé comme un vulgaire locataire d’HLM impayé, alors il est jeté à l’acide, (plus vite sera sa destruction) ou jeté aux flammes, c’est  la bien connue crémation.
  2. Il reste encore de rares cimetières où les concessions peuvent être achetées à titre « perpétuel ».
  3. Parlons des prix, je ne parle pas des caveaux familiaux ; parlons d’un minimum de deux personnes, la concession perpétuelle est pour l’heure d’un prix de 8000€. Le prix augmente tous les ans.
  4. Vous devez savoir que la concession se paie auprès du TRÉSOR PUBLIC. La concession est dans un terrain qui appartient à l’État français, c’est la loi du cadastre, c’est simple à comprendre ; l’État exige qu’on lui paie, c’est la même procédure qu’il applique pour nous réclamer le paiement des impôts sur le revenu.
  5. Il faut que vous sachiez quelle est la loi appliquée pour ce paiement de votre concession : Par chèque banque et en une seule fois.
  6. Le TRÉSOR PUBLIC n’accorde aucun « échelonnement » inutile d’envisager de demander des délais étalés en plusieurs années, car le prix est le même que d’aucuns dépensent pour s’acheter une voiture, les publicités nous parlent des cotisations mensuelles de 170€, or cela est valable en France, pour s’acheter une voiture, mais impossible pour l’achat d’une concession pour vos morts.
  7. La séparation entre la religion et l’État est la loi de l’entonnoir, la connaissez-vous ? Elle est internationale. Mais quand elle va à l’encontre de mes morts, je m’insurge et publiquement.
  8. Voici ma proposition : si les citoyens pauvres paient très peu d’impôts et si d’autres citoyens comme moi, qui survivent au seul de pauvreté et qui en sommes exonérés, le bienheureux État laïque doit modifier les Décrets funéraires et modifier les prix exorbitants qui sont en ce moment en vigueur ; si un citoyen français n’est pas solvable, la loi devrait interdire que l’Etat lui exige de payer une concession funéraire perpétuelle aux prix de 8000et pour tous les citoyens exonérés de l’impôt sur le revenu, il doit impérativement s’appliquer la même loi, il doit être écrit dans les textes de lois funéraires un barème strict, tel qu’il existe pour les impôts sur le revenu, ceux qui sont imposables doivent payer la concession funéraire à taux plein, et se voir acquittés de cette barbarie tous les citoyens qui comme moi-même, nous sommes dans la catégorie de citoyens survivant au seuil de pauvreté.
  9. Si la France change cette escroquerie funéraire pour une nouvelle loi funéraire humaine, juste et équitable, je pourrai cesser de m’insurger et croire à la liberté laïque et fraternelle de ce pays que je suis venue choisir, avec tant d’équivoque comme « pays d’adoption »
  10. Dieu me préserve de cette barbarie funéraire que je méconnaissais totalement en 1980 et que de l’au-delà mes parents me pardonnent de toutes mes fautes de jeunesse.

C’est pour eux, pour Maman, pour la sauver de l’acide français que je mène ce combat funéraire.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

 

Write a comment

You need to login to post comments!