Vous pouvez contacter Nadezhda Gazmuri-Cherniak
par le formulaire contact du site.

SPUTNIK SERÍA LA ÚNICA SOLUCIÓN PARA TERMINAR CON LA PANDEMIA . LAS MAFIAS NOS LO IMPIDEN!

29 mars, 2021 (04:00) | Non classé | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

La vacuna SPUTNIK sería la única solución

para erradicar la pandemia.

 

 

¡MAS LAS MAFIAS ORGANIZADAS NOS LO IMPIDEN!

 

Este país no se da cuenta de que los están matando a fuego lento. Son idiotas o qué? ¡Están todos desvariados en el último grado de demencia generalizada!

Los más culpables son les médicos, ya  sabemos que forman un conglomerado mafioso.

¡Son los médicos los que deberian exigir al gobierno de comprar en urgencia absoluta  suficientes dosis para vacunar toda Francia!ó

Allí se quedan esos vendidos, escribiendo libritos, mostrándose en la televisión como pobres starlettes retardadas.

Lamentable espectáculo cotidiano de médicos incapaces, reclamando otro “confinement” sabiendo perfectamente que no servirá de nada.

No tengo la más mínima piedad  ante el amuento de enfermos, esta es una nación sumisa y estúpida, sin carácter ni espíritu crítico, prefieren morirse a reclamar su derecho de vacunarse con Sputnik, y los gobernantes de pacotilla nos utilizan para hacerle la guerra a mi Presidente PUTIN.

Gobierno de mafiosos y cretinos que nos toman como rehenes en su luchas políticas internas de bajos fondos.

Con razon se dice que cada pueblo tiene en gobierno que se merece.

Aquí en Francia tienen una predilección por las mafias organizadas.

Esas que nos impiden vacunarnos con SPUTNIK!

 

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

 

 

 

 

LOS TREPADORES – PLANTAS ENVENENADAS

26 mars, 2021 (13:58) | Non classé | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

     LOS TREPADORES

 

 

     Plantas envenenadas y una nueva canallada

 

Estimados Lectores de lengua hispana,

Es a ustedes solamente a los que dedico este escrito.

El reposo obligado que la ausencia de conexión Internet me dio y el tsunami que significa el mudarse de casa, superados con gran valentía y esfuerzo, sobre todo cuando hay que vigilar que se sepa lo que es transportar telas de pintor y lo que significa el sustantivo “delicado”- “frágil”, porque generalmente lo delicado es para todos solamente la porcelana, tuve suerte, porque todo lo hicieron con gran cuidado; toda esta organización se vuelve una proeza  de logística, el llegar a término del viaje con las telas  por fin en tierra firme sin ser rasgadas y el ordenador  salvado de que quede bueno para tirar a la basura. Para evitar un desastre apocalíptico, me lo traje todo el trayecto en la falda y abrazándolo cubierto con una frazada de miedo de que una frenada brusca pudiese darle un golpe. ¡Sin ordenador se acaba para siempre la escritura! Y, no tengo para cuando comprarme uno nuevo; a menos que llegue  otro D.H. Kahnweiler

En medio del volcán que significa cargar el camión, descararlo y luego poner de nuevo todo en orden, por fin en ya estamos todos a salvo, “todos” quiero decir mis cuadros, mis libros y este computador que escribe mis pensamientos, él es la prolongación de mi cerebro, magnifico artefacto sin el cual no puedo existir, porque si no escribo ni pinto me muero; ya ven puedo retomar el contacto por el aire virtual, esta vez para contarles mis últimas experiencias con ciertas plantas trepadoras de esas que creyeron que iban a ser los nuevos vegetales venenosos y altamente productivos para agregarme, siempre riéndose de mí,  una espesura nueva a la ya bien cargada salsa envenenada de mis pasadas desgracias.

Son de esos que allá todos llaman “hijos de papá”, a esta categoría se le agrega otra bien distinta, es su contraria, pero los mismos objetivos que las motivan las hacen acercarse y borrar sus diferencias. En lo que voy a contarles  se confunden dos categorías, los que de nacimiento son “hijos de papa”, y que se confunden con los otros que no los son de nacimiento y que gracias a lo que aquí se llama “la ascensión social” comienzan a trepar y por mérito; éstos alcanzan a llegar a las universidades y escuelas que forman para obtener los títulos que les permitirán ejercer las prestigiosas profesiones libres; esos distinguidos trepadores que saben ascender y que su único propósito es  “subir” en la escala social; la codicia del dinero y el prestigio dos elementos vitales en este asunto.

En los primeros “Trepadores”, lo que rige es “instalarse”, juntar dinero para dentro de dos años como máximo: CASARSE, ¡Oh!, pero que logro magnífico, recién recibidos ya están haciendo la búsqueda selectiva, ¡una joven recién salida de Sciences Po!”, de la Facultad de derecho, de la mejor Universidad de medicina, claro…  eso luce bien en sociedad, que bien es decir “y, ¿qué profesión tiene? ¿Es abogada? ¿Es médico?, ¡Oh qué bien!”. La famosa es una niña modosita, con fortuna, padres con influencias, viven el mejor barrio de Paris, una villa  de lujo como “maison secondaire” de vacaciones, reputación  de familia, con o sin partícula de, un nombre de prestigio  asegurado; dentro de poco comenzarán los planes para empezar a organizar el próximo noviazgo, hay que hacerlo saber, que circule la información, lo seguirá  el matrimonio; el primer hijo  no se hará esperar, lucen los hijos como si fuesen “trofeos”,  todo el asunto que se acompaña y termina; no, todo comienza en la maternidad de la mejor clínica de Paris, Ah!   ya los quiero ver, ahora ellos jovencitos estarán encargados de rebajarse como lacayos a empujar la poussette, “ayudar a la jovencita escogida en cuestiones domésticas de las más idiotas y agobiantes, porque la época post moderna hace que “los hombres” (¿?!) ‘participen al obligado “asueto paterno” volviéndose pour orden estatal, mitad hombre, mitad mujer, ¡¡¡ híbridos personajes de los que escapo a mil leguas!!!

Aunque sea en el mejor barrio de Paris, ¡lo ridículo no se borra!

Al final de la semana hay que hacer las compras, aquí se llama “faire le plein”, llenar la despensa, ¿hacer las compras en automóvil? ¡No! ¡Pero qué ocurrencia! ¡qué vulgaridad! Ahora se hacen las compras “vía Internet”, ser hacen despachar los cartones voluminosos con los más diversos y costosos alimentos, hay que verlo, ¡en la alimentación se demuestra también el nivel social!

Las compras de pañales, leche, biberones,  etc, etc, un maravilloso programa del más alto grado intelectual, allí verán cómo se enredarán para toda la vida que les queda de “juventud” esa que los hace vanagloriarse hoy en día; se disipará en un segundo, ya que se verán atrapados en el ejercicio de la domesticidad de las más elaboradas; sin darse cuenta empezarán a ver aparecer las primeras canas, luego la calvicie, y las ojeadas inevitables hacia otros vientos, es lógico, es el comienzo del más profundo de los fastidios, eso que se llama rutina y que  desemboca en como un grandioso aburrimiento existencial; tratando de esquivarlo  aferrándose a los últimos años de la juventud; esa juventud que creían eterna, cuando se creían eternamente jóvenes victoriosos, ¿ven? Se les pasó el tiempo, sin darse cuenta tratando de TREPAR, el castigo de la naturaleza, más poderosa que toda la filosofía del mundo.

 ¡Porque la teoría filosófica más seria y potente no es capaz de evitar lo que la madre natura nos reservará a todos con su fuerza de nivelación avasalladora que se ríe de los Trepadores y de la ascensión social!

Esta nivelación no se hace esperar, ni el más bello barrio de Paris, ni la cuenta bancaria más repleta de dinero, ni las nuevas “Cartas Bancarias de contacto” les impedirán tal vez atrapar un cáncer fulminarte, la muerte, las enfermedades incurables, el envejecimiento, todo llega, nada se puede impedir ni ahorrar.

La naturaleza se vuelve la única maestra niveladora de las diferencias entre los que jamás no hemos preocupado por volvernos en plantas trepadoras, porque para nosotros lo que importa es SER y no TENER.

Los otros tipos de Trepadores no quieren otra cosa que subir al “Ascensor social” para olvidar las penurias de la pobreza y el desprenderse del desprecio social endémico, sin embargo ese afán por escapar de un nacimiento lleno de desventajas, los hace confundirse con los primeros Trepadores; unidos por la misma codicia, fundiéndolos en un miso deseo de TREPAR que les borra las diferencias de nacimiento, origen y pensamiento; en esto los odios mutuos de clase son olvidadas las diferencias políticas y, también las religiosas; porque cuando se encuentran dos colegas del mismo género “trepador” todo lo que los separa abisalmente desde el comienzo desaparece.

Es divertidísimo hacerles el análisis. Hace unos siete años encontré en mi camino una mujercita asiática emocionante; escribí un escrito que se titula Una pequeña mujer asiática”, la encontré en un miserable lugar; se puso a conversarme y me dio su visión de la vida sin haber jamás tomado un libro de Leibniz era capaz de desarrollar una visión de la vida absolutamente extraordinaria de lucidez mental.

Su devisa existencial estaba resumida, al igual que Leibniz en una sola pregunta: “porqué hay algo, más bien que nada?”

Lo que me dijo fue mejor que cien páginas del filósofo alemán, su reflexión filosófica no la olvidaré jamás, porque en el fondo su resumen de la vida es una frase malruciana, dicha por Garine en La condición humana”: se toman setena años para formar un hombre y cuando ya está hecho, él sabe que deberá morir”

Ya sé, los espíritus simples me alegarán, pero que quieres, eso es “la vida”, mas no, ustedes y yo sabemos que “eso” no es la vida, lo importante es la forma en que tomamos ese cortísimo tiempo biológico que se no ha dado, ese tiempo cortísimo que es nuestra vida merece respeto, es en “la manera” como lo utilizamos lo que nos hace diferentes, especiales y que nos salva de la MEDIOCRIDAD de la vida, es eso lo que no saben las plantas trepadoras y envenenadas.

Bueno basta de didascalías, vamos a lo esencial, les estaba contando mis últimas experiencias vegetales con plantas envenenadas.

Son de esos que salen victoriosos con un diploma de “prestigio”, como si las otras profesiones lo fuesen menos, pero hay un consentimiento unánime, general y mundial que han dejado como acuerdo que ciertas profesiones “liberales” otorgan prestigio y dinero y las otras están relegas a la última categoría social. ¿Porqué? Ya lo analizó perfectamente Horkheimer, las profesiones como las de profesor, pagadas por el Estado nos trata como de “Bêtes de Somme”, las otras son libres, los profesionales son Libres, cobran los honorarios según la chequera del cliente; los que no tienen bien aprovisionada la cuenta bancaria, pues manténganse a distancia.

Esos me ven de una manera rotundamente negativa, yo sé perfectamente lo que están pensando…¿Saben cómo me ven?

¡Y, aquí es para morirse de la risa!

Yo soy para esos jovencitos recién titulados; que comienzan a “vivir” a tanteos existenciales y profesionales, puede resumirse en esto: una vieja algo descarriada que sale con extravagancias intelectuales y artísticas que nadie toma en cuenta, “ella dice que…” Ella cuenta que es la hija del pintor Hernán Gazmuri y que su Madre CLARA era pianista y que se la asesinaron aquí en Paris, en el año 2013, primero por su doctor de cabecera, que ella lo llamó “ Docteur Traître-Tant” un  médico Traidor y luego sus tres amigos médicos Colabos, cómplices que terminaron  de matarla como se mata  a un animal en el hospital donde Nadezhda llevó a su Madre contra la orden del Traidor; más ya ven, nadie la tomó de apunte, etc., etc., etc. ¡Nadie le da crédito!” “¡Ya ven, esa no tiene ni un centavo…!” Nada de interesante su caso, vamos a aceptarla para reírnos de ella un poco. En todo caso no cuesta nada engañarla, no corremos ningún riesgo, si se le ocurre denunciarnos por las canalladas que vamos a hacerle, le tomará tiempo en ser creíble y al paso de la justicia francesa, tenemos tiempo suficiente para reírnos de ella”

Sí, eso es lo que piensan de mí esos jovencitos recién diplomados.

“Luego nos cuenta que … Más nadie tampoco le ha creído, porque perdió el juicio delante del Consejo del Desorden” Yo soy tan estupendo, tan elogiado, ahora tengo dinero, ¡me instalé en uno de los mejores distritos de Paris! ¡Mis logros son reconocidos, puedo hacer lo que yo quiero con esta vieja, ahora soy YO el que manda, ya verán, esa no tiene ni un céntimo, no podrá nada contra mí!

Voy a aprovechar bien este período ¡¿me exige trabajo? ¡no pienso hacerlo hasta el último minuto!

¿Me escribe cartas recomendadas?

Que se quede con sus cartas LRAR, YO, porque YO soy YO, no pienso contestarle ninguna, que se espere, que sufra, ya la veo, ¡la voy a cocinar bien!

Si, claro espérate estúpido, espérate nomás que me voy a quedar callada, porque sin un centavo ¡y con Clinutrén llegaré a mi fin!

ESTE TIPO DE PROFESIONAL CRETINO ES LO MÁS CORRIENTE AQUÍ EN FRANCIA:

“A mí venirme con exigencias, ¿quién es ella? ¡Ella tendrá que OBEDECERME! No es ella la que me paga, ella no es nadie ¡y YO seré creíble, porque SOY YO, ¡el profesional más estupendo de Paris!

y ella la que es AYUDADA! Es el Estado el que me pagará, no ella.

¡Y como el Estado no me pagará más que una miseria y sólo al final, YO me siento explotado!

¡Y eso es lo que dicen estas plantas envenenadas!

A todos estos cretinos jovencitos les he dicho siempre: mire usted, vaya a reclamarle al Ministro de la Injusticia y Garde des Sceaux, no a mí, porque yo no soy responsable del movimiento judicial de SU país. Pues si no le va la modalidad, no acepte mi carpeta, pero no me venga con reproches ulteriores, ya que su obligación es la de trabajar la carpeta que se le confió, yo ya trabajé extensamente mi parte, ¡ahora es su turno el trabajar para lo que se le ha mandado señor!

¡¿Y qué es lo que ha trabajado este miserable?!

¡NADA, Señoras y Señores!

“[…] ¡¿Que no sabe la Gazmuri que ella no es NADIE y, que YO soy YO?! ¡Un joven profesional de un distrito reputado donde estoy haciéndome una estupenda clientela hupé del más puro Paris! La aplastaré, porque no me adula, no mes “respeta” se cree importante y no tiene más que Clinutrén para salvar los fines de mes, a mi venirme me con esas, ¡que se espere! ¡Que sufra, la voy a torturar lo más que pueda!”

Eso es lo que comenta con sus amigotes, groseros y trepadores como él.

Pobres miserables monigotes de pacotilla.

Y esos jovencitos recién salidos de la última horneada de privilegiados que se pavonean creyendo que prontito me cocinarán en la gran olla del desprecio, para convertirme en una salsa envenenada como ellos, ¡Riéndose de mí y comentando sus salvajadas en uno de los mejores restaurantes y de los más prestigiosos de París!

 Yo no sé para cuándo ese proyecto, porque al ritmo actual del Covid, ¡Tienen para rato el programar divertirse por mi cuenta!

 ¡Porque al cabo, les corté la respiración de cuajo!

¿En qué consiste el proyecto de vida de estos cretinos?

Primero estudian en excelentes liceos, dar el nombre en sus almuerzos familiares de domingo ya es anunciar en público y con gran regocijo, ¡la vía gloriosa de “hijo menor!”

Luego la entrada en una universidad de prestigio… ¿Assas? ¡Por supuesto!

No saben estos cretinos que hace dos años, en 2018, postulé mi entrada en la facultad de derecho, fui aceptada por currículo.

No, qué van a saber esos; si no pude inscribirme fue porque el ilustre Decano me rehusó la beca, ¿de dónde iba yo a sacar 2000€ para inscribirme en primer año de derecho? ¡Lo importante es que fui seleccionada en 5 universidades, incluyendo Assas!

¡Vale! ¿les sigo contando mi cuento?

Aquí va…

Luego de inscribirse en la mejor Fac, un triunfo nacional será cuando el “chéri” será por fin “diplomado”; un gran porvenir se anuncia para él.

¿Como se logra el volverse una planta trepadora en Francia?

¡No solo en Francia, en Chile es lo mismo! Y en todos los países del mundo ¿Que no lo sabían?

Hay que hacer una copiosa “vida social” para diplomarse de PLANTA TREPADORA.

¿Cuál es el programa?

Cenas y almuerzos con gente de poder, ¡de esas que aquí se llaman “au bras long;” esos cretinos están convencidos de que lo que para ellos es un triunfo, lo es igualmente para mí!

¡Que insulsos, unos perfectos idiotas!

Una vez que se les abre la puerta del ascensor social y que cambian de Gabinete subiendo del Primer distrito  al dieciseisavo o al octavo; evitando cuidadosamente el diecisiete, dieciocho, diecinueve y veinteavos distritos porque aquí son los peores, la primera etapa esta lograda. La Planta Trepadora aterrizó por fin en buen territorio.

El muro de la planta trepadora y envenenada ha sido recorrido y “los jovencitos” que en el fondo no los son verdaderamente, son ellos los que se dan los aires de eternos “ados”, porque están bien situados “in il mezzo camino de la mia vita”.

La clientela se acrecienta en número y en cuentas bancarias, esos sí que, valen la pena, esos son verdaderos CLIENTES, de esos que abren rápido la chequera.

¡A esos se les escriben los informes jurídicos de un tirón y altiro, no hay que hacerlos esperar! ¡A la Gazmuri se la hace esperar, porque ELLA NO ES NADIE! No tiene ni un centavo y nadie que nos controle.

“Si perdemos el juicio, lo más seguro, ¿qué importa? Al cabo para lo que me importan sus juicios, redactaré el informe apoyándome en el de ella, modificaré por aquí, por allá; claro como no es su lengua materna, ¡no sabe expresarlo como YO! Pondré los Artículos de ley que corresponden, haré un “copier-coller” y basta, en unas pocas horas lo terminaré, no más de cuatro páginas, el encabezamiento de MI TÍTULO hará el efecto esperado, ¡el juez o la jueza vera que YO trabajé!

¡La Gazmuri no podrá probar lo contrario!

¡¡¡Porque YO soy YO!!!”

“¡Con este caso Gazmuri hay que esperar el final del juicio para ser pagados de” clopinettes” no vale la pena aceptar clientes como la Gazmuri!”

¡Y lo peor es que ella exige que se la trate como a los otros clientes QUE PAGAN!”, pero, de donde sale ésta?

Bien, el cuento llega hasta aquí.

La ultima parte se las contaré la próxima semana, o el próximo mes.

Este cuento es una historia que se cuenta en varios episodios.

Un tejido que no se acaba nunca. Es así como lo manda Francia; me obliga a recomenzar lo que he tejido en el día y, lo veo deshacerse por la noche. No porque yo lo quiera así, sino porque los cretinos me obligan. Es algo así como el cuento de las mil y una noches, varios métodos de cuentos se mezclan, porque Francia es muy especial y este tipo de plantas Trepadoras y envenenadas son un problema mundial; la mala hierba, nace, crece y se reproduce por todo el mundo, donde ha tierra, sale la mala hierba y estamos obligados a sacarla de cuajo.

¿Pesticidas et insecticidas?

No, yo tengo uno muy eficaz y que no contamina a la que lo emplea, mi pesticida para acabar con las Plantas Trepadoras es LA PALABRA.

Les aseguro que su efecto es asegurado.

 

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

 

 

 

LA DELIVRANCE :LA FIN DE LA PRISON D’UNE CHAMBRE HLM DE 15M2 LA FIN D’UNE INJUSTICE CONTRE UNE ARTISTE PEINTRE HERITIERE DE L’ECOLE DE PARIS

19 mars, 2021 (08:48) | Non classé | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

Le peintre Hernán Gazmuri dans l’Atelier de LHOTE, rue d’Odessa Paris 1928

2013 CLARA la veuve du peintre Hernán Gazmuri avant d’être assassinée juste avant le refus d’HLM de la Mairie de Paris.

DE LA PALETTE A L’ÉCRITOIRE

LA DÉLIVRANCE DE LA PRISON

 

      D’UNE CHAMBRE HLM    DE  15M2

 

      8 ANNÉES D’ATTENTE !!!!!!

 

Chers Lecteurs,

Vous ne verrez pas mes articles pendant dix jours…Non, ce ne sera pas pas piratage ni censure de mon site, ce sera parce que mon serveur me coupera aujourd’hui ma box…Je quitte la prison HLM de 15m2.

Je quitte la réclusion où l’illustre Mairie de Paris décida me laisser depuis 2013 quand il décida de me refuser une HLM pour Maman.

Sa suppléante a prolongé SES CRITÈRES DE REFUS !

En exerçant son abus de pouvoir que les imbéciles de Paris lui octroyèrent en votant pour lui. « DISENT LES IMBÉCILES » (Nathalie Sarraute)

Il décida de laisser Maman sans logement juste de retour de Colmar, invalide et en « fauteuil coquille ». Cet illustre fonctionnaire, insensible à mes demandes pur récupérer notre droit urgent d’une HLM nous laissa livrées aux dangers imminents de devenir SDF ! j’étais prioritaire pour avoir Maman à ma charge et m’occuper seule sans APA de la vie et maintien à domicile de Maman, ils projetaient me l’arracher pour l’interner en EHPAD, ils ignorent qui je suis !!!!!!

Cet illustre fonctionnaire de la Mairie de Paris, resta sourd et aveugle volontaire au fait que c’était la veuve du peintre Hernan Gazmuri, la femme invalide à 100% dont sa fille priait une HLM.

C’est lui qui nous a fait souffrir las préjudices de LA MAFIA DE LA RUE GRISE DE PARIS (Nouvelle)

 

« ELLES SONT COMME TOUT LE MONDE »

CLARA, La veuve du peintre Hernan Gazmuri et sa fille n’entraient pas dans les CRITÈRES DE SÉLECTION DE MONSIEUR LE MAIRE.

IL a étouffé mes suppliques de nous attribuer l’HLM plus rapidement et que nous demandions depuis des années pour Maman et moi-même. Nous étions de retour de Colmar vers Paris.

Maman une fois assassinée, la Mafia récupéra son taudis et je fis un procès DALO.

Encore une fois la Maire de Paris décida de persister dans sa décision de me refuser une habitation.

Là encore une fois l’intelligence brillante de ces décisionnaires Prix Nobel, me jetèrent dans une chambre HLM de 15m2 excellent pour une artiste peintre !

De 2013 à 2021 l’artiste peintre dernière héritière de l’Ecole de Paris que JE SUIS a été privée de peindre !

J’ai dû vivre 8 années en attendant une HLM adaptée pour pouvoir peindre, car on ne peut que rester recluse et immobile jouissant de 3 m2 pour circuler entre livres et toiles enveloppées en papier bulle, sans chauffage et subissant les affres d’une misère accrue, insoutenable et sans répit, la retraite de 830« au seuil de pauvreté » que j‘aurais à vie et qui ne sera jamais augmentée.

En attendant un MÉCÈNE !

J’attends un D. H. Kahnweiler qui vienne me sauver.

 Viendra-t-il un jour ?

Cette HLM je le dois uniquement à une personne SENSIBLE ET INTELLIGENTE deux éléments absolument nécessaires pour statuer avec JUSTICE sur le sort d’un être vivant.

 Cette personne m’attribua une HLM où je pourrai reprendre ma palette !

Je lui dois LA VIE.

 Je lui serai reconnaissante éternellement.

Cette personne a compris ce que les « chargés de l’Art et la Culture française » piétinèrent avec sadisme et perversité, croyant pouvoir m’anéantir.

Encore une fois, ils ne savent pas qui je suis.

Je devrais dire : DE L’ÉCRITOIRE A LA PALETTE.

Car pendant ces 8 années fatidiques, privée de peindre, je n’ai jamais cessé d’écrire mes poèmes et mes essais, mais dorénavant ma chambre-atelier, consacrée uniquement pour peindre sera parfumée d’essence de térébenthine, le parfum que j’aime le plus.

Merci pour votre fidélité dans la lecture de mes articles et je vous dis

A très bientôt.

 

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VOUS AVEZ DIT MECENE?

15 mars, 2021 (13:28) | Non classé | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

HERNÁN GAZMURI – ATELIER LIBRE D’ANDRE LHOTE RUE D’ODESSA PARIS 1928       

HUILE SUR TOILE DE NADEZHDA GAZMURI  “HOMMAGE A HERNÁN GAZMURI”

                     VOUS AVEZ DIT MÉCÈNE ?

 

                                                       « PARLONS PEINTURE »

                                               La vérité, rien que la vérité !

 

[…]Il est amusant de remarquer qu’au contraire, ce qui caractérise le comportement des débutants et des médiocres, c’est une impuissance totale à s’intéresser plusieurs fois de suite au même objet. C’est au point que si je conserve durant deux semaines le même modèle dans la même position, mon atelier se vide de la moitié d’étudiants la seconde semaine.

Explication de ces étranges mœurs est dans ce fait que pour les maîtres, le modèle pose un problème d’ordre plastique dont il est émouvant de chercher les différents solutions, alors que pour le manieur de pinceau, ignorant même qu’il existe un problème pictural, le modèle n’est qu’un objet qui, une fois copié tant bien que mal, n’a aucune raison de demeurer en place »

 

                                                              André LHOTE

                                                             Traité de la figure

                                                                     136 P.

                                                                  

Je peux imaginer ce qu’elle pense, cette Société du Mépris (Axel Honneth) quand vous osez dire : je cherche un mécène…

Qu’a -t-il de risible à formuler un tel souhait en tant qu’artiste ?

Mais qu’est-ce qu’un mécène ?

Nous ne sommes plus à l’époque de Laurent de Médicis, de la papauté ni de riches protecteurs des arts, nous ne verrons plus un nouveau Daniel-Henri Khanweiler, hélas !

« Le mécène est donc une espèce en voie de disparition et les peintres demandent à l’État de jouer le rôle de protecteur des arts » Herbert Read.

Je suis à la recherche d’un mécène pour continuer mon travail d’artiste peintre, je le dis face à face et franchement.

Le rire éclate, par la disproportion formulée et que je l’ai faite parole pressante, avec la conscience lucide qu’on a peu de temps, tout est question de temps, profiter de ce temps limité qui presse et dont nous disposons pour réaliser nos projets, toujours avec hâte que ce projet pictural se fasse acte au sein d’un monde qui a banni à tout jamais le sérieux.

André Lhote disait qu’il fallait vivre avec son temps, certes, mais ne le prenez pas à la lettre, que dirait-il au constat du spectacle abominable qui a pris la production picturale de par le monde ? Que voit-on à présent ?

Absence de maîtres, aucune théorie, pseudo artistes sans préparation aucune qui osent barbouiller des merveilleuses toiles blanches en attente de la main d’un expert rêveur de peinture. Sauf de très rares exceptions ici et là, n’attendez pas le génie pictural.

La fraude s’étend de l’abstrait aux graffitis.

Lui, qui critiquait sévèrement déjà dans les années trente, jusqu’à sa mort en 1954 que son atelier se vidait s’il mettait le même modèle deux semaines consécutives !

L’ignorant, le mauvais élève en peinture, au lieu de penser à mettre en œuvre des différentes solutions plastiques, croit qu’en changeant de modèle il pourra facilement parvenir à une œuvre d’art.

Combien d’années d’enseignement d’atelier et des écrit théoriques a-t-il consacré stoïquement pour essayer de faire comprendre que l’élève ne doit pas penser ni à faire des œuvres magistrales, ni à exposer, mais qu’il doit penser uniquement à apprendre à peindre.

Armée des Invariants plastiques le jeune peintre entreprendra la voie qui le mènera à la maîtrise parfaite de la technique picturale.

Par quels moyens ?

Il nous a donné les Invariants plastiques, la grammaire pictural sans laquelle le peintre moderne ne pourra jamais arriver à être un bon peintre.

Cet ensemble de théories est ce qui est le pentagramme pour le musicien.

La variation journalière d’un modèle vivant ou de la nature morte, ne pourra jamais stimuler l’œil de l’apprenti peintre ni rendre à sa main la maîtrise parfaite, sans qu’il fasse la rencontre devant la toile et son modèle, avec préparation et maîtrise parfaite de sa grammaire picturale.

Sans allégation aucune nous acceptons que la peinture soit « cosa mentale ».

Le substantif à présent est qu’il n’existe plus « l’intelligence plastique » ils se sont chargés de faire croire que l’on peut peindre sans enseignement, sans théories, sans grammaire picturale.

Laissons de penser que l’enseignement pompier de Beaux-Arts, produira des peintres.

L’enseignement de Lhote révolutionna le monde de la peinture française précisément pour avoir été un théoricien de premier ordre, un érudit qui transforma l’enseignement et la critique à l’aide de sa sensibilité infinie.  L’enseignement de la peinture s’est vue mise dans une perspective révolutionnaire par l’introduction d’une grammaire picturale qui devint aussi sérieuse qui le furent jadis les ateliers de maîtres qui formèrent école.

C’est à l’élève qui reviendra la tâche de trouver chez le même modèle de solutions plastiques appuyé sur les « invariants plastiques ». Mais ceci qui est l’essence même de l’enseignement de Lhote est depuis plus d’un demi-siècle un enseignement méconnu que personne ne révise et qu’en France a été tragiquement balayé intentionnellement.

Allons par étapes. Pourquoi sommes-nous soumis dans ce désert pictural ?

Pourquoi avoir cru que la France respectueuse et aimante de ses valeurs allait garder et maintenir vivante un si précieux héritage ?

La naïve pensée que la vieille France resterait fidèle à ses valeurs n’est pas « une faute » mais le résultat d’une vie consacrée à l’art, considérée à présent comme équivoque.

Oui, de leur point de vue, je me suis trompée.

Les ventes aux enchères ne peuvent que faire roder à l’infini les Picasso et les Modigliani.

Les galeristes ne peuvent que faire roder la modernité faite de graffitis cotés en bourse !

Les biennales débordent d’horreurs qui « se vendent bien »

Mais cette confusion esthétique, cette ignorance plastique est couronnée des réussites financières pharamineuses, alors personne n’osera porter un œil critique et le cercle vicieux continuera soumis au roulement infernal des cotes boursières que rien n’arrêtera. Tout va très bien dans le meilleur des mondes.

Quels sont les vices où s’inondent les bonnes volontés des peintres ?

 Si vous voulez réussir, n’attendez rien de personne.

L’ignorance et la montée d’un tsunami fait d’ignorance assermentée.

Vous serez confronté aux vices qui se sont assermentés à l’aide des maffias qui ont su s’installer et gagner leur place dans la scène du commerce de l’art français.

Essayez de vous faire une place, l’État vous demander de devenir votre propre « entrepreneur ! »

La prostitution de l’art s’assoit sur l’ignorance, auparavant ils ne pouvaient pas fructifier, il y avait encore un digue. À présent ces deux vices principaux sont devenus les maîtres, et vous les trouverez où que vous alliez.

L’absence de maîtres et de théorie ont laissé la place de libre pour que s’installe la perversion artistique.

La montée des commerçants mafieux.

L’intervention de l’État dans les Jurys et commissions.

« Le mécénat, en d’autres termes la protection des artistes qui travaillent pour l’État, serait exercé par des agents de la fonction publique, avec le concours de commissions consultatives. Ces administrateurs (même s’ils sont les représentants de musées ou de galeries) ne seront pas nécessairement des hommes de sensibilité et de goût ; ils ont été recrutés pour leur efficacité présumée en matière de gestion »

[…] quels critères mettront-ils en avant quand il s’agira de de l’achat d’un tableau ou de la dotation d’une commission ? N ‘oublions pas qu’il ne s’agit pas de l’art du passé, ou un certain consensus d’opinion peut guider l’administrateur. Il s’agit de prendre une décision qui est, ou devrait être, l’expression d’une réelle sensibilité »

                                                                 Herbert READ

                                                               La philosophie de l’art moderne

                                                                                     P.65

Rester artiste peintre dans une telle société prostituée devient de l’héroïsme.

La réussite n’est pas de voir les tableaux cotés en bourse, mais de réussir à maintenir allumée la flamme de l’espoir, car il nous est nécessaire cette la flamme qui maintient le désir de peindre contre toute espérance de  réussite, cette flamme qui n’a été jamais éteinte, elle se rallume au jour le jour mystérieusement, la toile de fond est un devoir de mémoire et la conscience d’être en possession d’une mission inébranlable parce qu’ancrée précisément dans ces merveilleux « invariants plastiques » de LHOTE, ils sont toujours présents, ils pourront non seulement ériger le digue nécessaire à défendre la vraie peinture, mais ils serviront aussi à sauvegarder l’esprit et la force qui animera ce désir d’infini, et d’absolu plastique qui est  chaque jour renouvelé devant la toile.

 

Cette exigence est faite de solitude et d’une obstination sans faille.

Le travail continue toujours à contre-courant ceci est un fait indiscutable, mais mon maître, le peintre Hernan Gazmuri, n’aurait pas accepté que je démissionne face aux difficultés insurmontables du point de vue financier celles qu’à présent et depuis des nombreuses années s’érigent devant moi pour m’interdire la poursuite de mon travail.

C’est celle-ci la réponse que la France m’a donnée depuis 1980, date où mooi, rêveuse et inconsciente, je suis arrivée en « Mission Artistique » pour faire don au nom de la veuve du peintre CLARA, Maman, la « Donation Gazmuri » www.hernan-gazmuri.com et faire de la France mon « pays d’adoption ».

La France, toute son « officialité » m’a tout refusé, atelier, bourse, galerie pour exposer, achat de mes toiles et ils me répondirent me répondit que j’étais « Apatride » …Et, INVISIBLE…En dépit d’être française depuis 1989 !

 Comment parvenir à ne pas le trahir, de quelle manière me procurer toutes les conditions et les nécessités matérielles dévorantes que la peinture nous exige, ?

Voici la question que je me pose et devant laquelle je dois répondre et faire face.

Sans aucune préoccupation pour la pensée d’autrui, c’est enfin la maîtrise conquise par des années d’étude et le serment de fidélité à la peinture que j’ai prêté de manière solennelle à mon père, seront les force qui me conduiront en silence vers l’unique objectif à respecter : résoudre à l’infini des problèmes plastiques.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

« L’Apatride »

Dernière héritière encore vivante de l’École de Paris.

Disciple du peintre Hernan GAZMURI (1900-1979)

Disciple d’André LHOTE et Peintre de l’Ecole de Paris.

Dans le Patrimoine de la France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DIKÉ? POUR RAPPEL! L’AIDE JURIDICTIONNELLE BAFFOUÉE: 2013-2017

13 mars, 2021 (20:15) | Non classé | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

                                                         

2013 NADEZHDA ET CLARA JUSTE AVANT L’ASSASSINAT

 

                      LA CIGÜE    

 

                         DIKÉ ?

 

       LA VÉRITÉ SUR L’AIDE JURIDICTIONNELLE

 

                     ET L’INJUSTICE EN FRANCE

 

II PARTIE : MA CONDAMNATION EN PREMIÈRE INSTANCE PAR    L’HÉLIÉE DU   DÉSORDRE.

 

 

J’avais déposé ma plainte en 2013, devant le Tribunal Administratif, obligée par le BAJ et en dépit de mon refus de me battre devant l’Administration.

Je voulais présenter ma plainte pénale devant le Juge d’Instruction, mais ce jour-là, le Greffier qui siégeait au BAJ me l’a interdit.

Son argument se basait sur le fait que Maman était décédée à l’hôpital public, même si son premier assassin qui lui refusa les soins et l’hospitalisation était son médecin référent. Médecin « de ville »

La « législation » comme ils disent, ne possède pas « de nuances » pour établir la qualité nominale des crimes de cette nature.

SI vous êtes tué à bout portant, ou si vous entrez dans l’actuelle catégorie de mort par terrorisme, le crime est clair et précis, les assassins facilement identifiables et ils sont arrêtés ipso facto. Bon pas toujours…Les assassinats en catimini, et que de surcroît ont commis leur crime sous couvert de leurs blouses blanches, donc dans l’impunité d’une protection assurée qui leur octroie leur profession libérale, vous, en tant que famille de la victime tuée, vous n’obtiendrez aucune possibilité de voir ces monstres jugés.

 

Mais, cela on le constate « après »

 

Une doctoresse, juste après l’assassinant m’a dit : « ne faites rien. Ils sont tout puissants, ils vont vous détruire ! Vous verrez, ils ne supporteront pas que vous les démasquiez, ils auront toujours raison, même s’ils ont tort »

Mais, un autre haut fonctionnaire de l’Hôpital Saint Louis m’a dit le contraire quand m’a entendu le récit de la torture et mort qu’ils infligèrent à Maman, elle m’a dit horrifiée :

« C’est l’horreur, ce qu’ils ont fait à votre Maman est une barbarie, si vous l’aviez emmenée ici, nous nous serions bien occupés d’elle, ici, nous avons beaucoup des défauts, il nous est difficile de nous battre par exemple pour que les infirmières nous obéissent quand elles ne veulent pas ôter leurs bijoux, sachant qu’il faut absolument lutter contre les maladies nosocomiales, mais nous ne torturons personne, une patiente âgée et en souffrance mérite toute notre attention. Pourquoi vous ne l’avez pas emmenée ici ?

Je lui ai répondu : mais j’ai essayé !  J’ai appelé le médecin de garde des urgences qui m’a dit, ne l’emmenez surtout pas ici, nous sommes débordés, il n’y a pas de chirurgien cette nuit et il n’y a pas de lit, nous ne pourrons pas la prendre en charge comme il se doit, le médecin m’a écouté avec beaucoup d’attention et je pense que celui qui était de garde aux urgences chez vous cette nuit-là il était sincère.

 Battez-vous, n’écoutez personne, s’ils vous disent de laisser tomber c’est parce qu’ils ont peur de vous ! Vous allez gagner avec votre courage et ténacité ! J’en suis certaine !

 

Dans un conflit il y a toujours deux voies à prendre, ou se battre pour la vérité ou bien, prendre la fuite et lâchement tourner le dos et « laisser tomber » surtout si l’on est sûr de perdre.

Mais, quel enfant au monde pourrait laisser impunis les bourreaux de sa mère ?

Quel enfant au monde pourrait laisser le supplice de sa Maman impuni ?

Quelle fille au monde pourrait rester indifférente face à ces faux médecins assassins sans les accuser si elle a été témoin oculaire de la souffrance et mise à mort volontaire où ils firent tomber sa Maman ?

Aucun. À moins d’être un monstre.

Aucun enfant au monde ne pourrait laisser la torture et l’homicide de sa Maman impunis surtout si elle a été le témoin oculaire, avec la certitude absolue des faits, et dont de surcroît elle a dû rester la spectatrice horrifiée de ne pas pouvoir agir pour sauver sa Maman des griffes de ces 4 assassins qui la martyrisèrent au jour le jour pour la faire subir sans sédatif, une agonie lente et insoutenable.

 

LE CRESCENDO DE L’IGNOMINIE

 

En 2013, j’eus deux avocats « commis d’office. »

La première ne savait rien de maladies, protocoles hospitaliers, ni de langage médical.

Le deuxième faisait autant.

J’ai dû leur donner des véritables stages pour leur expliquer le jargon médical, le dossier entier de qui faisait la trajectoire de l’état de santé de Maman, et me fatiguer à leur donner le récit détaillé de la maltraitance qui l’a conduit à la mort.

Seule la troisième avocate qui n’a fait qu’apporter un travail ponctuel, et qui avait « hérité » mon dossier, a travaillé dans la précipitation et l’urgence qui réclamait ledit Héliée de l’Agora administrative des assassins.

Eh bien, étant donné que je suis d’une organisation extrême, mon bureau est une table de travail digne d’un bureau judiciaire, il est impossible que je ne sois pas en mesure de prouver la véracité de ma parole.

Si vous êtes une personne qui subit les affres d’un délit et de surcroît dans la disgrâce de subir le dénouement financier, (du contraire vous ne seriez pas devant ces imposteurs,) munissez-vous de courage.

Si par nature vous êtes faible, sans caractère, ignorant des articles de loi, de vos droits et du fonctionnement judiciaire et administratif, il vaudra mieux que vous décliniez votre A.J.

Un autre cas de figure est le mien, je ne supporte pas la tromperie, je ne tolère pas qu’on me mente, je n’accepte sous aucun prétexte que le dossier qui contient la souffrance et la mort de Maman soit piétiné de mensonges, d’attentats à la loi et souillé d’attaques malveillantes à ma personne qui me suis toujours conduite avec respect vis-à-vis des avocats.

Ce dernier a été le pire.

Il a pris entre ses mains sales un dossier sacré, ils ne sont que des imposteurs de la loi.

 

ARTICLE N° 751 du Code de Procédure Civile.

 

Je viens de rendre visite à un avocat qui ne travaille pas avec l’Aide juridictionnelle, mais qui curieux de mon affaire sans précédents, lui servant fort bien comme expérience, a bien voulu me recevoir pour m’entendre, il m’a dit ceci : dans toute ma vie d’avocat et je vais bientôt prendre ma retraite, je n’avais jamais rencontré un cas comme le vôtre. Il ressemble bien à votre ancien litige avec la fonctionnaire des HLM !

 

 

Il m’a éclairci la situation vécue par le passé et aussi l’actuelle et m’a dit ceci :

C’est votre faute, madame, vous avez perdu ce procès, parce que ce type de plainte pénale ne dois jamais se présenter devant le Tribunal administratif ! Ils ne sont que des médecins qui défendent ses pairs !

Qui vous a dit que vous deviez présenter votre plainte pénale devant l’Héliée ???!!!

Mais, vous ne savez pas qu’ils se défendent solidement et solidairement entre eux ? !!

 Personne ne gagnera de procès contre eux, sachez que l’avocat le plus chevronné perd devant l’Héliée du Désordre, ce n’est qu’une simple chambre collégiale madame, mais qui vous a dit ça !?

Le BAJ Maître, comment aurais-je pu le deviner ? C’est la première fois qu’on me tue Maman non ?!

Je n’ai eu qu’une seule Maman ! J’ai toujours dit au personnel qui me la maltraitait : attention avec Maman, je n’ai pas de Maman de rechange !

Alors, à l’époque, en octobre 20013, encore débutante en matière pénale, inexperte en matière d’homicide, comment aurais-je pu deviner qu’au moment de vouloir déposer ma plainte devant le Juge d’Instruction, c’était celle-ci mon intention, le BAJ allait me la refuser sous prétexte que je devais « d’abord » commencer pour le dépôt d’une plainte devant l’Héliée ? Ceci est faux, l’on peut ouvrir un dossier pénal, se porter partie civile et demander l’enquête au Juge d’Instruction. Les avocats que j’eus, il paraît qu’ils n’ont même pas réussi leur première année de droit, mesdames, Messieurs.

Car en dépit que Maman fut tuée en deux temps, d’abord par son médecin traitant à la maison, et ensuite à l’hôpital, le fait d’avoir été décédée à l’hôpital, le BAJ m’exigeait que la première plainte se fasse devant l’Héliée.

Je ne savais même pas même pas ce que ce nom voulait dire !

Tout comme j’ignorais même le nom et l’existence de la fameuse chambre disciplinaire qui tout comme la nommer Héliée du Désordre, ne sont à la fin que des titres imposants, avec une réminiscence antique certes, pour les ignorants.

Je ne savais pas non plus que les « médecins hospitaliers » avaient le statut de « fonctionnaires » !!!!

J’aurais fui ipso facto et n’aurais jamais déposé ma plainte au BAJ ! !

Je connaissais déjà fort bien la mafia des fonctionnaires de l’éducation, il me fallait connaître ceux du milieu hospitalier !

C’est pourquoi, j’ai été menée de force vers le centre même du mensonge et de l’indignité suprême. Le Désordre le plus absolu.

Les ordres du BAJ concernant le dépôt de mon dossier étaient fermes. Et je ne pouvais que leur obéir !

La plupart des avocats qui acceptent l’Aide Juridictionnelle ou qui sont « commis d’office » sont jeunes, inexperts, maladroits,  malpolis et insolents. J’en ai connu de tous les styles, j’ai acquis une connaissance approfondie des mafias dans le milieu éducationnel, universitaire, médical et judiciaire.

 

 

LES AVOCATS TRAVAILLENT D’ABORD LEURS DOSSIERS PAYANTS ET

 

 LAISSENT POUR LA DERNIÈRE MINUTE CEUX AVEC L’AIDE JURIDICTIONNELLE.

 

D’aucuns, ceux qui possèdent un peu plus d’expérience dans le mensonge assermenté, vous accepteront, mais…vous les connaîtrez au fur et à mesure que les mois d’attente s’écouleront difficilement pour vous en attendant qu’un jour ils se résolvent enfin à rédiger le Rapport qui est indispensable pour sceller le départ de la plainte avec de l’A.J. Et déclencher le début de la procédure pénale qui peut durer entre 5 et dix ans !

 Sachez que vous êtes libre de décliner l’Aide Juridictionnelle et aussi de changer d’avocat. Mais le changer par qui d’autre ?

La changer par un nouvel incompétent qui vous fasse des promesses de travail qui vont durer 12 mois ?

Pour qu’ensuite bien et confortablement assis dans leur incompétence et leur mauvaise foi, ils vous fassent perdre devant l’adversaire avec qui ils entretiennent en catimini une relation de confrérie et qu’ensuite ils la pratiquent en amical et sinistre dialogue de confrères contre vous ? !

Et,  de surcroît ils vous laisseront en retrait et dans l’ignorance de tous les conciliabules qu’ils tricotent à votre encontre en vous donnant une estocade sur votre dos.

Cela : Jamais !

À présent, en parfaite connaissance de cause de leur nature, d’avoir pris connaissance en autodidacte des impositions absurdes du code de procédure civil et pénal, j’ai non seulement décliné l’A.J. Mais parallèlement je me refuse à toute affaire avec des avocats dits commis d’office ou faisant semblant de travailler sous couvert de cette mascarade sinistre qu’est pour eux, l’aide juridictionnelle.

Qu’il y ait des bons avocats, je n’en doute pas, tout comme je connais de très bons médecins et des professeurs de grand qualité, mais ils sont rares, les bons avocats capables de s’investir et de défendre gratuitement le supplice et assassinat de Maman ne sont pas de ce monde ou ils ne sont pas dans mon entourage.

 

 

DÉONTOLOGIE ?

 

Ils utilisent une série d’arguties trompeuses et d’attitudes malsaines qu’ils mettent à exécution contre vous, la cliente sans ressources !

Si ces méthodes se dirigeaient contre l’adversaire, on pourrait le comprendre sans l’excuser évidement, car un dossier qui détient la vérité d’un crime, n’a nul besoin d’aucune argutie devant l’adversaire, mais d’une volonté d’acier pour punir les assassins.

 

Ils sont très courageux les faux avocats, oui, cela va sans dire, mais non devant l’adversaire, mais devant le client qui bénéficie de l’A.J.

Ils feront tout pour vous user votre esprit de résistance, en adoptant des comportements troubles qui sont le commun dénominateur de tous les mauvais professionnels de par le monde, il n’est pas une modalité exclusive de la France or, leur médiocrité, leur fera agir avec tromperie pour cacher  leur ignorance, oui,  ils cacheront leur incompétence par un comportement pervers, et des actions hautement répréhensibles.

Détournez-vous de ces imposteurs. Si vous le pouvez.

Les avocats qui acceptent l’A.J. Son presque toujours des mauvais avocats, ils le sont presque tous, ils sont obligés de travailler par ordre de l’État avec l’aide juridictionnelle, les bons sont bien cachés à l’ombre des grands Cabinets installés dans les immeubles Haussmanniens ! Bien que ces mêmes immeubles Haussmanniens abritent ces mêmes imposteurs qui parfois sont appelés à travailler « commis d’office »

Je n’ai rien contre, bien au contraire ! Je suis élitiste, j’aime fort le boulevard Raspail et la rue du Bac, c’est de la pure beauté citadine, c’est fut mon premier quartier d’arrivée à Paris, un jour d’hiver en 1980. Mais , de loin, regardons uniquement l’esthétique,  ne découvrons pas ce qui vit à l’intérieur !

Ces avocats d’élite n’accepteront jamais une cliente sans argent !

Et, ils ont raison. Tout comme nous, nous ne devions jamais nous laisser assister par des dandys superficiels et menteurs.

Les autres, ceux que j’ai dû rencontrer dans mon combat pénal, faisaient semblant de « travailler »

Le plus grave fut qu’à la fin ils prétendent faire croire par ses déclarations encore mensongères que c’est  le clients qui  avait  été en faute vis-à-vis d’eux !

Le voleur derrière le Juge !

C’est notre proverbe espagnol !

Ils se montrent en « victimes » et vous commencez à vivre dans la réalité, une pure et invraisemblable fiction kafkaïenne, mais il se trouve que moi qui suis littéraire, je n’accepte pas qu’on me fasse vivre dans la vie réelle, la métamorphose de leur fiction de pacotille !

Parce que je détiens un dossier sacré, le supplice, la maltraitance et la mort préméditée qui a dû subir Maman, parce que je mène un combat en solitaire  absolu aussi bien dans le contenu que dans sa forme, parce que depuis 2013, c’est moi seule, celle qui  subit les affres d’une plainte pénale pour l’assassinat de Maman, métamorphosée en travail inexistant d’un avocat mafieux.

 

LES VICES DE L’AIDE JURIDICTIONNELLE, LES FAUTES DES AVOCATS :

Voyons ensemble quelles peuvent être les infractions répréhensibles des avocats qui se porteront en vos accusateurs et non en vos défenseurs et qui changeront les rôles, vous deviendrez leur accusée et, en catimini, ils feront pacte avec le diable, avec leurs confrères de la défense !!!!

En parcourant les avis des internautes qui se plaignent des avocats désignés par l’Aide Juridictionnelle, j’ai acquis une leçon supplémentaire.

Je ne suis pas la seule à être manipulée ni la victime de leurs mensonges, mais la différence entre moi-même et les victimes qui se plaignent sur la toile de l’Internet, est quelles ne savent absolument rien en matière juridique et le plus grave, elles arrivent à fondre en larmes devant leurs avocats ! Accentuant de leur faiblesse, les abus, leur incompétence et leurs fautes de déontologie.

C’est pathétique et pitoyable !

Je suis doublement pénalisée, car je les irrite fort quand je leur réclame :

  1. Le Rapport qu’ils ne rédigent jamais promptement comme il se doit, une fois que l’A.J., leur a été accordée
  2. Quand je leur signale leur inefficacité, leur inertie.
  3. Quand je leur fais acte de leur dose monumentale d’indifférence
  4. Le comble de leur furie se fait visible quand je démasque leurs mensonges.
  5. Et le plus exécrable se produit, quand je reste ferme sans leur donner aucun signe de faiblesse.

Le signe de leur incompétence est une totale désinvolture et légèreté vis-à-vis de mon dossier.

Si vous êtes dans ce cas déplorable, si vous êtes le malheureux client avec l’A.J. Et que vous avez des avocats qui outrepassent les limites de la bienséance, quand ils ont fait outrage et apporté de l’opprobre à la profession, il ne vous restera que les dénoncer avec les preuves devant le Service de déontologie du BAJ et en écrivant au Bâtonnier, la réponse sera probablement positive en votre faveur.

C’est une question non infaillible, mais hasardeuse, alors si vous aimez le hasard, vous serez comblés.

 

Vous aurez devant vous une situation cauchemardesque.

 

L’HÉLIÉE.

 

PREMIÈRE AUDIENCE EN PREMIÈRE INSTANCE.

 

Les deux avocats de présentèrent seuls.

Je ne fus même pas notifiée de la convocation.

Je connaissais fort bien leurs rapports.

C’est moi qui avais rédigé en Word la plainte de façon à que « leur intervention » soit de plus faciles pour faire le « copier-coller » et ajouter les Articles du Code Pénal pour chaque sujet que je développais en chaque paragraphe.

La veille du jour de la date limite pour le dépôt de la plainte, quelques mois avant la convocation, l’avocate m’appelle, c’était un samedi après-midi et de surcroît, un jour férié.

Elle était affolée, et dans la précipitation, m’adressa par mail son « brouillon » pour que je lui donne mon avis et mon « accord »

Je n’avais jamais lu une rédaction pareille, elle était indigne d’une avocate « pénaliste »

Je suppose que les avocats « passent leur Bac de français !

 

Moi je ne suis qu’une autodidacte en français, je n’ai pas fait ma scolarité de lycée en France ni « passé mon Bac » ici, je suis arrivée tard m’installer à Paris et déjà formée comme professeur d’espagnol, on doit être indulgent vis-à-vis de moi si par inadvertance je commets encore de fautes, mais qu’un professionnel français de haut niveau fasse de fautes, c’est franchement le comble !

Le jargon médical était absent.

Elle se mettait alors en position de faiblesse devant ce jury que de médecins n’ont rien d’autre que la manipulation parfaite d’un vocabulaire médical approfondi, ils croient s’en sortir avec ça, c’est leur recours principal pour rédiger des rapports mensongers. Ils l’ont appris par cœur, mais ils ne l’appliquent jamais dans la réalité. Ils l’utilisent ce jargon médical pour impressionner les ignorants et conjointement pour excuser leur crime !

Ensuite, la tonalité du discours était larmoyante, le supplice et assassinat de Maman doit se résumer en actes et en effets sur son corps souffrant, rien d’autre.

 Le lexique et argumentation à choisir doit être binaire et exclusivement clinique-juridique et il doit avoir une absence absolue de pathos, il surgira tout seul à la lecture de la description médicale des effets de la maltraitance qu’ils ont fait subir à Maman.

Les moyens que l’on doit utiliser, non pour convaincre, mais pour démasquer les avocats de ces 4 assassins est très simple, : Un exposé rigoureux et chronologique de la maltraitance avec les pièces à conviction, du début de déroulement de la crise, jusqu’aux actes de maltraitance et de l’absence prémédité de mesures en vue de prendre en charge son infarctus mésentérique, en décrivant les effets causés, le détails de sa torture, faite de souffrance gratuite que ces quatre assassins lui portèrent jusqu’à la soumettre dans une agonie indicible  sans sédatif approprié.

Le paracétamol est-il un sédatif pour une perforation et une hémorragie massive ?

Sachez que ni la morphine n’est un sédatif approprié.

Seul le sommeil profond, est en mesure d’apaiser les douleurs atroces d’une perforation, et tel qu’on apaise les grands brûlés, on est dans l’obligation de laisser le patient souffrant du denier stade d’un infarctus mésentérique qui n’a pas été pris en charge ipso facto, faute du premier « médecin Traître-Tant. »

Je n’ai pas besoin d’avoir parcouru sept années d’études de droit pour faire mon exposé en défense de Maman, soyez certains que je suis capable de me préparer pour une plaidoirie d’excellence.

Je poursuis.

J’ai dû corriger son rapport avec un feutre rouge tel que pour mes corrections des copies de mes élèves.

Il faut savoir qu’elle l’avait rédigé en se basant sur mon Rapport de 300 Pp. Et de mes réponses à ces questions lors de nos entretiens !

Impossible qu’elle comprenne.

La seule solution fut de lui corriger l’écrit en réécrivant mes phrases en mode de première écriture sur sa propre rédaction.

 

J’ai du scanner chaque feuille et les lui ai envoyées corrigées par mail.

Je préfère supposer qu’elle a finalement bien corrigé.

Je n’ai pas vérifié la copie de son Bac.

Ensuite, se passèrent deux années…

Une fois déjà installée à Paris dans mon propre logement royal de 15 m2, que j’ai pu gagner grâce à mon procès DALO, car entre-temps je me battais pour récupérer mon droit au logement, j’avais gagné une HLM F3 qu’on m’avait attribuée, juste avant que l’on me tue Maman, je l’ai perdue tout de suite.

Cette HLM m’est fu usurpée ipso facto après sa mort, et l’administration de la Préfecture m’a retiré l’appartement par cause du décès de Maman, et je dus recommencer la constitution du dossier et la procédure  DALO à nouveau !

 

L’ARRIVÉE DU VERDICT DE L’HÉLIÉE.

 

Finalement installée dans ma petite cellule de 15 m2 deux ans après de l’Audience en Première Instance, en date du mois d’avril 2015, je reçois dans ma boite aux lettres, quatre enveloppes avec le tampon de l’HÉLIÉE.

Il contenait les 4 rapports de la défense des assassins.

 Je ne les ai pas lus.

Ce qui m’intéressais c’était les 4 injonctions de paiement, chacune de 500€ destinées symboliquement aux « frais de procédure.»

J’apprenais au même temps que je faisais mentalement l’addition en euros, que je venais d’être condamnée pour « ACCUSATION ABUSIVE » et prenais conscience en traduisant ma condamnation en termes corrects et en accord avec la sinistre réalité que les assassins me réclamaient 2000€ pour avoir supplicié Maman !

Si je ne payais pas ipso facto, je devais subir une saisie bancaire et mobilière.

De ma banque ils ne pouvaient rien gratter, j’étais eu RSA !

De ma chambre ils seraient partis bredouilles.

Chez moi, il n’y a rien de valeur, rien qui puisse être saisi pour être vendu à leur profit.

Même pas Emmaüs ne leur achèterait pas mes « biens ! »

Les imbéciles imaginent toujours en leur délire que je suis en train de cacher des fortunes ou qu’il y a un tiers qui finance mes dépenses !

Ils se sont bien convaincus, je l’espère pour eux, qu’ils ne pourront plus rien contre moi, ils m’ont tué Maman, elle était mon seul bien, ma seule fortune et mon seul trésor.

Une fois qu’ils me la tuèrent il n’y a plus rien de valeur à me prendre.

Ils devront bien me lire, car ils lisent quotidiennement mon Blog en mode masqué.

Mais, je venais d’être CONDAMNÉE POUR ACCUSATION ABUSIVE !

Mais bien sûr !

Ils ont été des médecins dévoués et exemplaires !

Leurs rapports étaient indignes, pour conclure en deux phrases, si Maman est morte c’était parce qu’elle était vieille, « décès de cause inconnue » !!!!!

Avec des antécédents d’être « en fin de vie »

Ils inventèrent des maladies que Maman n’en avait point, des pathologies qu’elle n’avait jamais eues, et des doléances corporelles qu’elle n’avait jamais souffertes.

Devrions nous acquiescer à ces mensonges monstrueux ?

Tout était pur mensonge, aussi bien les 2 rapports hospitaliers, comme les 4 requêtes de leurs 4 avocats respectifs !

Ce qui démentait de fond en comble leurs mensonges étaient mes pièces à conviction numérotées et qui étaient collées à chaque paragraphe que j’avais rédigé.

La preuve la plus criante était que la veille nous étions en train de prendre le thé au café de la Place de la République !

Je n’ai jamais rencontré une très vieille Maman en fin de vie, cela veut dire « mourante ! » en train de se promener en fauteuil roulant, poussé par sa fille pour aller au café prendre son thé !

Vous en connaissez-vous ?

Et que de retour, juste 5 heures avant de son infarctus mésentérique, elle ait dîné son repas « moulu lisse » comme d’habitude assisse dans son fauteuil devant la télé !

 

Si de fin de vie on doit parler et d’un point de vue philosophique on peut affirmer que passé la soixantaine nous sommes tous « en fin de vie » et, si l’on veut pousser le grotesque au niveau de la démesure, l’on peut affirmer aussi que dès notre naissance nous sommes en danger de mort, les hôpitaux des enfants malades sont pleins, les jeunes meurent d’infarctus et paradoxalement des vieux centenaires sont en bonne santé.

C’est cela la vie.

La vie est un miracle permanent qui se renouvelle chaque matin, un combat de tous les jours pour préserver la santé et vivre le plus longtemps possible.

C’est ainsi que j’ai vécu avec Maman, en la soutenant au jour le jour, tout au long de sa longue vieillesse, c’est avec elle et pour elle que je pris sa vie à ma charge et depuis le décès de mon père.

Ils ajoutèrent que s’ils ne la soignèrent plus (!) cela voulait dire qu’ils ne l’ont  pas soignée, grave lapsus !

 

C’était pour ne pas faire de « l’acharnement thérapeutique »

Ils tombèrent dans leur propre piège lexical !

La riposte n’aurait pas dû se faire attendre de la part des avocats !

C’est ce qu’ils ne surent pas plaider !

Leur « excuse » fut dérisoire et obscène, ils argumentèrent que pratiquer des soins serait inutile ! Et uniquement parce qu’ils ne pratiquent jamais de « l’acharnement thérapeutique ; alors sur Maman c’était inutile ! Parce qu’elle était déjà trop vieille pour continuer en vie !!!!!!!!

Ces assassins s’érigeaient en décideurs de lui donner la  mort.

 

 

 

LA VIE AVANT TOUT !

 

Pour renseignement instructif, à l’Hôpital de Colmar des médecins s’acharnèrent à sauver la vie d’une vielle dame.

Les médecins de l’Hôpital de Colmar opérèrent une vieille dame, âgée de 100 ans et, ils la sauvèrent. Elle était dans le même étage où fut opérée Maman en 2011.

Maman fut opérée en urgence à l’hôpital de Colmar en 2011, ils crurent que c’était une perforation intestinale au vue de la gravité de son état et du résultat de son scanner, mais ce n’était qu’une hernie intestinale avec septicémie, provoquée par un mauvais traitement abrasif.

Et le chirurgien s’est acharné.

Ce docteur des urgences de l’hôpital de Colmar, je ne l’oublierai jamais. Il était jeune et d’une gentillesse extrême vis-à-vis de Maman.

C’était le docteur B.

Il était à l’allure très grave quand il s’approcha de moi avec le scanner à la main, et me dit de lui signer une décharge car il fallait l’emmener au bloc immédiatement, il soupçonnait que Maman était victime d’une « perforation », il me dit : « Nous pensons qu’elle a une perforation intestinal, mais aucun scanner n’est fiable à 100% et cela nous ne le verrons qu’au bloc. En tout cas vous devez nous singer la décharge, car en cas de perforation, il n’y aura aucun sédatif capable de l’apaiser. Le seul sera le « sommeil profond. 

J’ai signé tout de suite.

En leur priant de faire de leur mieux !

Moi je l’ai vu et j’en suis témoin, car tout comme en 2013 je ne laissais jamais seule Maman nulle part.

Ce chirurgien l’a sauvée. Voilà la mauvaise santé de Maman ! Opérée en 2011 d’une doléance gravissime et sauvée de l’intervention.

Voilà l’éthique d’un bon hôpital, l’hôpital de Colmar à cette époque-là l’était tout comme ces médecins de bonne foi et respectueux de la vie, sans aucune discrimination de l’âge, parce qu’ils sont par déontologie et pour avoir prêté serment, les premiers défenseurs de LA VIE et en toute circonstance.

 

LA SUITE :

 

PROCÈS PERDU EN APPEL EN DATE D’AVRIL 2017

 

Demain je posterai mon deuxième volet de cet Article.

Mon Procès perdu en Appel en avril 2017

Et ma condamnation définitive.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

UN POEME M’A ÉTÉ DEDIÉ PAR LE POETE ALBERT GUIGNARD

12 mars, 2021 (00:29) | Non classé | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

Chers Lecteurs,

Aujourd’hui un ami poète, Albert Guignard, m’a fait l’amitié de ce merveilleux poème, le voici, une œuvre d’art poétique, une ode à notre amitié, il a eu l’idée de me me l’envoyer par l’air virtuel, « son  portrait » de moi, il m’a autorisé à le publier, encore une généreuse preuve de son amitié ; ne voyez chez-moi, aucune trace de vanité, ce vice m’est méconnu, voyez ce partage comme le retour inconditionnel d’une nécessité de rendre visible ce qui est dit par celui qui voit ce que d’autres refusent, ce que d’autres détruisent, en somme, ce poème et son auteur, crient au Ciel, une guérison par les mots poétiques, ces mots qui font des pansements dans la pensée, guérissent les plaies faites par les monstres, effacent les bleus dans l’âme, font oublier les gifles invisibles.

Ce cadeau poétique qu’il m’a dédié… Le voici.

Merci.

Amín

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

POEME

Nadezhda Carmen Florence Gazmuri Cherniak

 

Nadezhda Carmen Florence Gazmuri Cherniak :

retenez bien cette identité-là, bureaucrates de tous poils!

 

Nadezhda en choix d’espoir, 

sans le savoir,

retisse un cordon ombilical

à la solidité du minéral.

 

Avant de refermer la tombe sur elle,

Carmen confie l’arbre, son berceau,

au charme du tableau.

 

Et c’est à pointe de racines,

à taille d’enfance,

voluntariosa pour Savonarole

que justicière sans borne

à l’incorruptible indulgence,

Florence défie le noir toute sève descendante ;

à en porter manteau de deuil de l’amour paternel.

 

Eurydice, c’est elle !

Flamboyant bûché des vanités

Eurydice afin que plus personne ne leur jette de pierres.

Car aucune femme n’a jamais fautée.

Eve même était muse pour poètes.

Le serpent, lui-même, me l’a avoué.

Depuis l’Arbre de Vie,

je guide le Rêve d’une Eurydice abandonnée à son enfer administratif.

Dans mon nouveau mythe, 

ni Orphée, ni sa dryade ne sont jamais chassés du Paradis.

 

Nadezhda Carmen Florence Gazmuri Cherniak :

retenez bien cette identité-là, bureaucrates de tous poils !

 

                                             Albert GUIGNARD

 

                                                  Le 11 mars 2021

 

 

 

 

 

 

LA MORT ET LES AVOCATS – PENSÉES CRITIQUES

11 mars, 2021 (09:06) | Non classé | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

    LA MORT ET LES AVOCATS

PENSÉES CRITIQUES

 

Chers Lecteurs,

J’observe que ce déferlement de crimes sadiques et obscènes perpétrés par la nouvelle génération des brutes ne se produit pas ailleurs, est-ce une deS nouvelles identités qui a décidé d’adopter la France post-moderne ?

Les assassins de la petite Alisha ne sont pas « des enfants », il faut écarter l’idée saugrenue, stupide, et béate qui fait dire ça et là : « Ah ! Mais, il n’est qu’un enfant ! »

Dès qu’on prononce le mot « enfant », lié à l’âge chronologique, les esprits se mettent à fondre en mode paroxystique qui fait preuve chez certaines d’une immense empathie maternelle !

Les enfants !

Il faut voir avec lucidité que la nature a fait son choix avant la naissance, tout comme la mauvaise herbe, qui se différencie des plus belles poussées de la terre et l’on peut voir des êtres qui naissent doués d’une mauvaise nature, tous les enfants ne sont pas de chérubins ! Ceux de mauvaise nature dès leur naissance, ils seront le futurs assassins, mafieux, fraudeurs, traîtres, sadiques, mauvais, méchants, pratiquant leurs méfaits dès leur plus jeune âge, jusqu’à la fin de leurs vies.

Ce sont ceux qui nous rencontrons dans notre chemin, ceux qui nous obligent à ouvrir des dossiers juridiques, c’eux qui nous obligent à commencer nos combats faisant le tour des tribunaux.

Ah Thémis ! On la sollicite avec des arguments nauséabonds, ce rôle commercial des avocats, ils inventent à l’aide du Code pénal, les arguties les plus élaborées pour « défendre leurs clients »

Pensent-ils que nous sommes dupes ?

Sans vergogne, je le vois en l’entends dire que « les enfants sont en larmes ! » « Abasourdis ! »

Quand ils torturaient la petite à de coups de pied sur la tête et le corps, ces brutes assassins, ils n’étaient ni en larmes ni abasourdis ; le discours mensonger de cet avocat diabolique est franchement obscène, il ne devrait pas se montrer publiquement, j’eus la nausée.

J’ai entendu pire encore, c’est pourquoi je suis en mesure de comprendre et de le signaler.

Le Juge leur donnera l’absolution, comme celle qui octroie une haute autorité ecclésiastique. Le Pardon, il sert à excuser les assassins et à tuer une deuxième fois la victime. La pure et simple banalisation de la Mort au sein des tribunaux.

Religion et mauvaise justice se donnent la main.

La mère et le père de la petite n’ont qu’à pleurer.

Thémis, aveugle et sollicitée pour rendre une justice, cèdera-t-elle ?

Vous, avocats, en jouant le rôle de mauvais acteurs, vous avez perdu l’honneur et la dignité, votre commerce marche, les victimes périssent à tout jamais dans le Néant et pleurent les survivants.

Ô Thémis, ne cède point !  Aveugle adorée, rend justice !

Fais taire ses minables menteurs et simulateurs !

20 ans de prison ?

Laisse-les périr au fond d’un trou noir… à perpétuité !

Savent-ils, ces minables avocats ce que perdre un enfant signifie pour une mère, un père ?

Non, j’en suis certaine. Ils prennent les Tribunaux comme s’ils étaient en train de jouer leur rôle d’acteurs sur une scène de la Comédie Française. Ils « jouent » la comédie.  Et, lisent leurs rapports comme la lecture d’un fait divers dans le journal, l’air distrait, à la voix monotone, en essayant de finir très vite tout en jetant des œillades rapides sur leur smartphone Apple évidemment ! Pour passer ensuite à une autre affaire qui sera classée et entassée dans la pile poussiéreuse des archives. Ils reçoivent ensuite leur chèque. Ils ont bien fait de choisir la profession d’avocats ! Quel investissement !

Le savent-ils ? Ces imposteurs de la Justice ce qu’un assassinat veut dire pour un enfant à qui des sadiques et traîtres lui ont assassiné sa mère ?

J’ignore quelle motivation leur a fait choisir la « profession » d’avocats. Arrivisme ? Le désir de monter comme des plantes rampantes dans la belle société ? La convoitise de l’argent qui satisfait et qui octroie indubitablement une profession libérale ?

Ces trois éléments ensemble, tout sauf l’amour à Thémis,

Ô Thémis ! Que ta main qui soutient le glaive ne tremble point

Que ta balance s’incline révérencieuse du côté des Morts et des suppliciés, rend leur la paix qu’ils méritent. C’est Toi, la seule appelée à leur rendre le repos éternel.

Amín.

 

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

 

 

LA LAÏCITE FRANCAISE ET NOS MORTS III PARTIE

7 mars, 2021 (11:38) | Non classé | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

    LA LAÏCITÉ FRANÇAISE : TOMBES PROVISOIRES

 

 

ESCROQUERIE FUNÉRAIRE ASSERMENTÉE

 

 

      POUR NOS MORTS

 

« Antigone a déserté. La question de la dignité de nos morts ne se pose plus dans les mêmes termes depuis que le matérialisme et l’hygiénismes, comme une superstition des modernes ont triomphé.

Qu’importe la vue du visage crispé de celui dont la mort a été violenté. Qu’importe la vue de ses yeux froids, qui semblent encore dire quelque chose de ce qu’il a été, puisque nous ne croyons plus à l’âme. Le cadavre aujourd’hui est une carcasse inutile et encombrante, dérangeante, dont on se débarrasse sans trop de forme. Celui qui a trépassé n’est radicalement plus des nôtres. Car « il n’est plus » rien. Son mépris, dans l’indifférence gênée des proches ou dans la barbarie objective des pratiques scientifiques dont il fait l’objet, est un révélateur de la rupture consommée avec une tradition qui, peut-être, rendait la mort acceptable aux vivants. »

 

                                                                          VALENTIN FONTAN-MORE

                                                                                             PHILLIT

                                                                                        Le 29 mai 2017

 

  • LIBERTÉ DE CULTE
  • SÉPARATION ENTRE L’ÉGLISE ET L’ÉTAT
  • INTERDICTION DE PORTER DES SIGNES RELIGIEUX OSTENTATOIRES
  • INTERDICTION DE FINANCEMENT DE CULTES ET D’ÉCOLES RELIGIEUSES

                         MAIS…

LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AUX PLUS RAYONNANTES VERTUS LAÏQUES QUI VOUS OCTROIE LA LIBERTÉ TOTALE DE PRIER VOTRE DIEU, STOPPE SA PERMISSIVITÉ DE CULTE A LA PORTE DU CIMETIÈRE, LÀ, SI VOUS VOULEZ DONNER UNE SÉPULTURE DIGNE A VOTRE MORT ET SI VOUS N’AVEZ PAS D’ARGENT, IL VOUS ARRIVERA CECI :

3 années, 36 mois, 1095 jours, 400e mensuels, ma torture funéraire française.       

LA SOUSSIGNEE NE POSSEDE QUE 830€ DE RETRAITE. NUANCE LAÏQUE!                              

  1. Premier enterrement : Louer une tombe « provisoire » pour 5 ans, en pleine terre, vous trouverez de la boue, et parfois les fossoyeurs en cavant trouveront des ossements vieux des années qui appartinrent à un ancien cadavre placé là en « location provisoire » et qui restèrent oubliés.
  2. Le placement du cercueil de votre etre cher, recevra ipso facto le poids de trois mètres de terre sale et boueuse.
  3. Le prix minime de cette opération funéraire est le suivant : 500€ pour la location, 2500 pour l’enterrement au prix unique, le moins cher.
  4. Terminés les 5 années de location en terrain destinés aux pauvres, tombes provisoires, en pleine terre, et si vous persistez dans votre entêtement de donner une sépulture digne à votre mort, si vous refusez encore une fois de jeter votre mort aux flammes ou à l’acide, 2 rayonnantes mesures laïques pratiquées par la Mairie de Paris, vous devrez : PAYER, PAYER, PAYER ! Vous devrez demander l’autorisation au bureau Central du cimetière du Père Lachaise, pour l’exhumation et un nouvel enterrement.
  5. La nouvelle exhumation et la nouvelle inhumation dans un autre cimetière, seront une fois de plus PAYANTES, il vous faudra acheter un nouveau cercueil 1500€ et 3000 les frais des Pompes funèbres. Le contact direct du cercueil avec la terre pendant les 5 années et une journée de location PROVISOIRE en plein terre, l’aura entièrement abimé, la couvercle sera fondu, et le socle restera inséparable de la terre boueuse et dure. Les dégâts provoqués par les 5 années de location, délai strict et administratif, la mairie de Paris, en parfaite gérante laïque, sait « gérer la mort à sa guise »
  6. Encore une fois, si votre entêtement…comment le définir pour éviter le mot RELIGIEUX ? disons SACRE, et que vous insistez pour donner une sépulture digne à votre mort, dans ce nouveau cimetière, et si vous voulez cette fois-ci lui épargner la terre boueuse, il va falloir prévoir des sommes plus importantes, une nouvelle exhumation prévue dans un délai qui ne doit pas dépasser 6 mois, calcul d’experts pour éviter que le cercueil ne soit entièrement détruit.
  7. Nouvelle demande administrative pour une nouvelle exhumation et dernière inhumation.
  8. Exhumation pour 24h dans une tombe louée au cimetière, prévue pour que la construction du caveau se fasse dans ce délai ; le caveau sera pour 2 personnes, (il faut être prévoyante, à mon âge !!) L’Etat laïque n’aura rien à payer pour moi-même ! Nous sommes presque quittes !
  9. L’achat d’un nouveau cercueil, (le deuxième a été totalement abîmé au bout de 6 mois), et la construction du caveau et placement de la pierre tombale : le coût total des travaux funéraires :630€

 

COMPTABILITÉ FUNÉRAIRE A LA FRANÇAISE

COÛT TOTAL DES FRAIS FUNÉRAIRES EN  3 ANNÉES : 13.400€

Les lecteurs argentés trouveront ce recapitulatif de comptabilité inintéressant, ils ouvrent leur chéquier ou mieux encore, ils paient avec la CB « de contact » Ô le progrès ! et vite fait, le mort enterré et oublié, les fossoyeurs payés et la Mairie et Bercy bien calmés tels que le charognards après leur festin, sauf que la soussignée est désargentée et qu’elle n’a qu’une seule préoccupation dans sa vie : respecter la sépulture de sa mère dans une rayonnante République aux valeurs laïques : aporie ontologique et conflit mercantile insoluble.

Le paiement de 8000 reste pour l’heure en attente, 8000€ nécessaires pour que la concession perpétuelle, payée uniquement pour 10 ans, ne soit pas « reprise » par l’illustre Mairie de Paris.

La soussignée désargentée n’aura jamais ces 8000 pour calmer la convoitise funéraire de l’administration qui dans sa loi de la laïcité qui vous donne l’entière liberté de culte, outrage un de principes les plus sacrés du culte religieux : LES RESPECT DES MORTS.

 LEUR TOMBE EST INVIOLABLE ET LA REPRISE DES CONCESSIONS LEGALE EST UN VIOL, UN DÉLIT PÉNAL QUI NE SE JUSTIFIE POINT POUR INSOLVABILITÉ DU DÉFUNT OU DE SA FAMILLE.

 

AMIN.

 

NADEZHDA GAZMURI-CHERNIAK

 

 

 

 

 

 

LA LAÏCITÉ FRANCAISE ET NOS MORTS II PARTIE

6 mars, 2021 (11:40) | Non classé | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

         QU’EST-CE-QUE C’EST LA LAÏCITÉ FRANÇAISE ?

 

 

NOS MORTS?

 

IL FAUT PAYER, PAYER, PAYER…

 

II ème PARTIE

 

Chers Lecteurs,

Le fond de cet article critique n’est pas adressé aux personnes riches, entièrement détachées des sentiments sacrés, si vos revenus sont confortables et que par des générations familiales le problème funéraire est une affaire résolue dans le noyau familial, ne me lisez point, je vous le recommande bien vivement, allez-vous promener, ne perdez pas votre temps à me lire.

La laïcité, comprise tel que l’Etat nous la présente et nous commande l’obéissance, nous laisse la liberté de pensée, la liberté de culte ; l’Etat dit ne pas s’immiscer dans notre pratique religieuse. Est-ce vrai ?

Absolument pas !

La pratique religieuse n’est pas réduite exclusivement au cultuel, la France avec fort intérêt de préserver ses gains, a convaincu la masse de citoyens ignorants, que les lois françaises sont justes, égalitaires, bonnes et qu’elles nous accordent des garanties inviolables, pour ce qui est de la laïcité, selon la France, nous n’en sommes que les principaux bénéficiaires, l’Etat nous accorde un entière LIBERTÉ DE CULTE. ; or personne n’a pris conscience que l’Etat s’immisce, régule, administre et profite d’une intromission d’une violation directe dans notre espace le plus intime de notre individualité d’Hommes, notre libre choix d’accès aux concessions funéraires, ce morceau de terrée qu’à tout homme doit lui revenir gratuitement et en tout justice tout simplement parce qu’il est un Homme, compris au sens générique. Notre liberté et notre droit de donner une sépulture digne à nos morts. Ma conviction et ce que je propose est de revendiquer d’abord les droits des Morts, ensuite de leur donner le statut qu’ils méritent et que ce droit de la Vie qui passe au stade de la Mort, doit être inscrit dans les droits de l’homme. C’est seulement une fois que la loi sera changée et inscrite dans le droits de l’Homme ; où les morts seront placés dans leur statut de respect absolu, placés comme des ayants droits absouts de marchandage aux fins mercantiles de l’Etat français, que les problèmes de lois funéraires actuelles disparaitront.

Si vous lisez attentivement les Écritures des trois livres appartenant aux religions monothéistes, l’importance qu’elles accordent aux respect funéraires est incontestable. C’est précisément là où l’Etat français non seulement intervient de manière intrusive,  dictatoriale  et le plus grave , il intervient à des fins exclusivement mercantiles.

Dans cette question ne se dégage aucune forme de transcendance, la Loi est claire, précise et sans détours, l’Etat a bien établi ses fondements et les diktats que nous acceptons comme forme inébranlable d’obéissance. Loi de 1905, séparation entre l’église et l’Etat, aucun financement aux cultes, et…Ô le don si généreux de notre liberté de pensée ! Cette chère liberté absolue de pensée et de pratique cultuelle. Certes, la pensée tout comme, nos prières sont silencieuses, appartiennent à l’ordre du plus intime, elles naissent dans ce lieu précis de l’Homme où se loge l’Esprit : le cerveau, il est un lieu des plus secrets, insondables, d’aucuns le confondent avec l’âme, il n’est pas « ostentatoire », vous pouvez penser ce que vous voudrez, aucun fonctionnaire d’Etat ne pourra vous contrôler ni vous demander une amende, soyez rassurés, jusqu’ici tout marche bien, mais attention, garde à vous si vous devez « accomplir » certains commandements religieux. Si vous n’en possédez aucun, il vous restera obligatoirement une vertu innée à l’humain, la décence, le respect, la dignité que vous devez à vos morts, le jour fatidique où vous serez obligé de leur donner un enterrement : la seule source de mes souffrances. Quels sont les Hommes pour lesquels ce dilemme les indiffère ?

Ceux qui formatés dès leur prime âge, choisissent de s’épargner ces conflits ontologiques et FINANCIERS ; éduqués ainsi par leurs parents, ils ont choisi de déterrer l’enterrement de leurs préoccupations et choisissent la crémation  suivie de la dispersion des cendres dans la nature, pour ce genre d’Hommes, la seule importance  que l’on doit accorder au vivant est  réduite uniquement à son existence réelle pour le court lapse de temps où il vit sur terre ; la mort pour eux c’est une fin biologique pas plus importante que  celle du bétail…Pour  ceux qui comme moi aime la Vie des hommes ET qui aime très fort les animaux, cette pensée ne peut que m’être effrayante !

Mais, mes chers lecteurs, l’effroi n’est que du pathos, je le laisse pour les écrits poétiques, je suis ici en train de faire une critique acerbe à une des plus graves attentats et violations à l’Humain de la République française-laïque, et ma critique faite livre, je la ferai circuler pour la donner gratuitement aux responsables politiques et je l’enverrai aux organisations humanitaires pour essayer d’obtenir un changement radical en tout ce qi concerne les lois funéraires ;  prenez acte qu’ ici le mot RADICAL a du sens et qu’il est le bienvenu.

 Je mène un combat individuel et collectif dont tous les citoyens pauvres en bénéficieront, ce combat est essentiellement un combat pour la Vie, pour donner à nos morts le statut qui leur revient en toute justice et que l’Etat français leur a ôté, en leur utilisant comme des objets profitables à des fin mercantiles.

Qu’une chose soit claire, le lien direct des lois funéraires à l’ARGENT qui a pris attache au Trésor Public, exige une modification substantielle, les Impôts qui ont sa loi d’exonération légale et juste, la seule loi juste dont nous les pauvres, nous sommes les plus grands bénéficiaires me semble-t-il et dont bénéficient tous les citoyens pauvres qui se voient graciés de  l’exonération du paiement d’impôts s’ils ne possèdent que très faibles revenus ; (il est mon cas particulier), doivent par une LOI fiscale, devenir pareillement totalement exonérés du paiement des sommes scandaleusement exorbitantes, celles qui exige l’Etat français pour le paiement d’une concession funéraire.

Il faut que vous sachiez, car la plupart de citoyens français l’ignorent, que le prix d’une concession funéraire n’est pas le cimetière qui ne la demande ni ne l’encaisse, ce n’est pas un contrat commercial de vente-achat entre le cimetière et l’acheteur, non, nous allons analyser cette escroquerie funéraire d’Etat, dans l’état où les lois et décrets funéraires sont actuellement en vigueur. Ils exigent une modification urgente.

La Cour de comptes a fait l’analyse et a édité un Rapport extrêmement utile, vous le trouverez sur l’Internet dans son site, publié en 2019, diffusé dans le journal télévisé en forme d’avertissement à l’Etat qui resta sourd, et inactif. Pourrions-nos attendre autre chose d’un gouvernement qui nous administre à la manière des banques ?

Le consensus final est didactique, fait à la manière d’un franc avertissement, la Cour de comptes  dénonce les prix exorbitants des concessions funéraires, et les prix excessifs établis par les Pompes funèbres, les deux obligatoires au moment d’enterrer nos morts, ces prix inadmissibles parce que extravagants, laissent les familles PAUVRES et endeuillés dans un état de difficulté financière accrue et de désarroi  existentiel que je qualifie des plus indignes de la « république laïque » dont ses vertus dont elle se réclame  devient, pour nous les personnes exclues de la société parce qu’indigentes, l’abyssale séparation républicaine et l’impossibilité d’une quelconque et improbable adhésion

Le seul commandement devant lequel personne ne peut s’y soustraire soit-il religieux ou non et qui nous revient obligatoirement à nous tous, sans exception est de donner une sépulture à nos morts.

C’est là que les choses changent, le  strate religieux, ce champ nommé à mi-voix, presque inaudible, où l’Etat français a établi une séparation étanche et inviolable, là où l’Etat affirme l’octroi absolu de la liberté aux citoyens, je vais vous démontrer que ceci est le mensonge le plus flagrant.

Les commandements inscrits dans les Livres, son également silencieux, où se trouve alors le problème alors ?!

Il est mercantile. Je développe en connaissance de cause les 5 points principaux de lois funéraires où s’articule en parfaite laïcité l’escroquerie funéraire de l’Etat français qui profite des morts et des familles pauvres, pour encaisser des fonds destinés à accroitre son budget.

Voici les faits :

  1. La concession funéraire est un morceau de terre pour enterrer un mort. La France l’a conçue  d’après sa laïcité conçue comme une nouvelle religion, il nous faut y adhérer sans dire un mot,  la concession funéraire nous est prêté  à titre d’une « location temporaire ». Les concessions perpétuelles sont de plus en plus rares. Les prix inabordables pour les pauvres. Il faut prévoir pour le minimum de deux places, dans ce cas précis, il faut réserver la somme de 8000€. Prix en vigueur jusqu’à 2019 ; il augmente annuellement.
  2. Les sommes exigées sont inscrites dans les décrets funéraires, elles ne sont pas plausibles d’exonération ni de réduction, dans l’état, actuel, quand bien même cette loi funéraire est une » loi FISCALE, elle n’octroie nullement le droit d’exonération ; elle n’est pas susceptible d’un abattement ni n’est liée comme l’impôt sur le revenu, aux revenus réels du Voici le noyau de l’escroquerie funéraire.
  3. Ces sommes en paiement de la concession funéraire sont exigibles par un paiement unique, par chèque banque EN UNE SEULE FOIS, l’Etat, n‘accorde aucune possibilité d’échelonnement.
  4. Qui encaisse ce chèque ? LE TRÉSOR PUBLIC ! Il faut savoir que le Trésor Public est une institution qui ENCAISSE, il n’est pas un organisme décideur. Inutile de lui écrire des belles lettres pour l’implorer clémence et respect de la tombe d’une mère, elles seront placées dans la corbeille dans le rire général du « Service compétent ! » Nous avançons dans la description de la laïcité française !
  5. Les Mairies ont la tache de surveiller et punir. Le Trésor Public office d’encaisseur aux ordres de l’Etat, et le cimetière reçoit à la fin du parcours mercantile, les gains des familles endeuillées.

 QUE FAIRE?

Ce  conflit qui se transforme en souffrance et qui s’impose à nous pour être résolu est « grave et difficile »( R.M. Rilke) du point de vue ontologique et surtout financier! et  il est celui qui des tréfonds de son essence muette, impérieusement nous interpelle et nous exige une réponse et une solution…comment  allons-nous nous s’acquitter honorablement de cette escroquerie funéraire ? Nous, les pauvres endeuillés à vie ?

Je l’ignore pour moi-même, je suis en plein combat et de fin d’écriture du deuxième volume de mon essai LA MORT EN FRANCE : POLITIQUE FUNÉRAIRE DE LA TERREUR ET

Le volume II : 3 années, 36 mois, 1095 jours, 400€, ma torture funéraire française.

D’une chose vous devez être certains, c’est que mon combat aura bien une fin, je ne conçois pas que les escrocs soient plus forts que le respect que nos MORTS réclament, je ne conçois pas une politique de la Terreur perpétuelle, je ne conçois pas que la déshumanisation arrive au stade invivable où les dirigeants nous ont soumis, oui, soyez certains que mon combat funéraire que je mène en solitaire, je le mènerai jusqu’à obtenir mes fins et comme il est mon habitude, sans l’aide de personne, car les religieux ont déserté  et oublié leurs obligations de veiller  et défendre les Morts : « c’est trop cher ! » La laïcité française accommode les esprits, dégage des responsabilités et elle devient bien arrangeante.

Le catholicisme romain a été le seul qui des trois religions monothéistes, abandonna les Morts, changeant les Écritures et, en accordant plein droit à la crémation. (Admise en 1963, lors du Concile du Vatican II). Ce que la catholicisme orthodoxe, de rite oriental, refuse de manière absolument catégorique.

Ma séparation totale avec la religion de mon enfance, commença quand j’ai pris conscience dans ma chair et mon esprit, de l’ampleur de sa trahison impardonnable.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak

 

 

 

 

 

LA LAÏCITÉ FRANCAISE? CE QUE JE CROIS…

5 mars, 2021 (14:56) | Non classé | By: Nadezhda Gazmuri-Cherniak

          QU’EST CE QUE C’EST, LA LAÏCITÉ FRANÇAISE ?

 

 

            CE QUE JE CROIS.

 

« Les hommes de Néardental n’étaient pas les brutes que l’on a dit.

Ils ont donné des sépultures à leurs morts. »

                                                         Eugène PITTARD

                                           Histoire des premiers hommes.

Chers Lecteurs,

Cette question n’a pas lieu d’être discutée ailleurs qu’ici en France, ce substantif : la laïcité, place la France dans une perspective philosophique, qui sert d’étendard républicain et de sujet à des ennuyeux débats où tous les partis politiques fondent les axes de leurs discours, sondages et révoltes, pour refaire à l’infini de manière statique l’improbable développement d’une fausse critique de l’islamisme, volontairement assimilé à l’islam.

Il faut ajouter que chez d’aucuns vient de sortir une nouvelle nomination, à présent selon les politiques et journalistes, (aucune différence entre eux) il y a sur notre sol des « musulmans modérés » qui aiment et s’assimilent à la République laïque, et les autres, les « musulmans radicaux », qui s’articulent en plusieurs nuances, cela dépendra de qui aura la difficile tâche de traiter leurs dossier d’assassins, si c’est les Services de renseignements, ils seront « des fichés S », si ce sont les politiques ils les appellerons sans détour « des terroristes » et nous sommes déjà installés sur le terrain propice pour répondre à la question :  qu’est-ce que c’est la laïcité ?

Et, bien la réponse dépendra de celui qui osera nous répondre publiquement.

N’avez-vous pas remarqué qu’il n’y a pas un seul député qui avant d’émir la moindre critique de l’islamisme, font une pause solennelle pour que le public prenne acte qu’ils sont conscients que la grande partie des musulmans en France sont des musulmans modérés, surtout par l’approche de  la période des élections, il serait désastreux de perdre des votes, alors soyez sereins, vous ne serez pas dans ce cas-là,  confondus avec la bestialité qui fait exploser des bombes qui égorge quiconque dessine des caricatures du Prophète ou qui décide d’utiliser les caricatures de Charlie comme le « SUPPORT PÉDAGOGIQUE »

Le plus riche,  le plus absolu et criant modèle de la plus parfaite laïcité française est le droit de blasphémer contre les religions et de dire les insanités les plus abjectes car « ici, chez-nous » c’est l’essence même de « notre laïcité française » hérité de » notre Siècle des Lumières ».

Nous, pauvres rétrogrades, professeurs du tiers monde, nous n’avons pas su être des vrais professeurs, nous le payons difficilement à présent, zéros dans les inspections, refus de titularisation.

Nous restâmes en retrait, muets dans le propagation de ce type de laïcité, à l ‘écart des collègues qui savaient dicter ses cours bénéficiant des permis juridiques, pour exercer le rire et le blasphème en totale liberté, sans peur d’offenser, pour y parvenir, leurs « supérieurs hiérarchiques » décidèrent par décret ministériel d’obliger les professeurs à mener le combat au sein de leurs cours. Ce décret qui oblige les professeurs à apporter leur contribution dans la diffusion de « la laïcité » » , de se métamorphoser en haut-parleurs politiques, en porte-parole des « valeurs républicains laïques» cette autre personne qui  doit accomplir cette tâche au sein d’un lycée et chargée de cette mission n’est plus un professeur, il est un fonctionnaire chargé uniquement de transmettre un message politique délaissant son savoir, toujours en retrait, parce que la fin, qui est faussement nommée pédagogique selon le ministère,  justifie tous les moyens.

Voilà, ils m’ont convaincue, au regard de ces deux décennies dans lesquels la situation s’est aggravée devenant incontrôlable que je fus un professeur assez retardée pour les autorités de l’enseignement, je n’ai jamais fait appel à ce type de support pédagogique, ni parlé de politique ou de religion, trois sujets que je me suis interdite moi-même de traiter et même pas d’évoquer au sein de mes cours, parce que « analphabète naturellement » comme disait Georgio Manganelli qui exerça ses années de professeur en Italie entouré d’interdits et mafieux qui lui rendirent sa vie impossible.

Ils m’ont convaincue qu’en dépit de mon cursus universitaire de pédagogie, (car c’est de pédagogie dont on parle) dans celui qui fut mon pays d’origine, le Chili,  placé  à la fin du monde dans la carte géographique, dans ce pays conservateur et  rétrograde, berceau des dictatures, ce type de laïcité est méconnue, en dépit que les codes juridiques sont un calque du code napoléonien, que les « mariages mixtes » ont créé des mœurs et coutumes où les haines religieuses sont entièrement méconnues, là-bas la névrose du foulard n’aurait jamais eu lieu. Et, vous ne pouvez pas m’exiger la pratique de la haine religieuse, car je suis née dans une culture religieuse libre et je sais faire la séparation entre « terrorisme » et islam.

Je les regarde et les entend vociférer dans le plateaux de télévision où s’émeuvent les plus importantes figures du vedettariat politique, juridique et journalistique, ils s’écrient désespérés suivant le torrent provoqué par eux-mêmes, au milieu d’un déferlement des phrases qui pointent le changement de pensées et comportements d’une jeunesse qui ignore les principes les plus basiques de cet héritage rayonnant de la France, cette fois-ci nommée de manière déclamatoire et pompeuse : LA FRANCE AUX VALEURS LAÏQUES !

Ils sont tous unanimes pour dire que, la jeunesse ne sait pas ce que la laïcité française veut dire, ils confondent tous les principes sans rien déceler de cette richesse que la République leur donne pour qu’ils deviennent des citoyens responsables, des serviteurs de la République ; le dernier sondage signale que les jeunes désapprouvent le matériel didactique fait des caricatures du Prophète , et que les jeunes veulent qu’on leur octroie la liberté » de pouvoir s’habiller ou montrer leurs signes religieux librement, ceux qui sont pour l’heure fortement interdits parce que trop OSTENTATOIRES.

Alors, si l’on me pose cette question, ce que c’est pour moi, la laïcité française, je vais vous répondre publiquement, c’est une conclusion à laquelle je me suis vue confrontée et forcée de regarder en face tout en m’opposant férocement à m’y soumettre.

Je vais vous répondre, car le politique, les lois, les décrets et leurs fonctionnaires qui les font respecter m’ont obligée à me documenter d’après des multiples sources, à lire, à réfléchir et, à force des souffrances indicibles, je me vois forcée à développer une réponse, elle n’est pas enseignée dans aucun pamphlet, livre ou archive d’histoire, elle est une conclusion vécue et traînée au cours des années marquée dans ma chair et mon esprit,  comme un châtiment qui s’exécute d’une lame invisible qui me menace à couper le souffle. La laïcité n’est pas la loi de 1905 de séparation entre l’église et l’Etat, les nombreux changements et adaptations qui se sont accumulés pour donner une ligne de conduite sociale adaptée.

La religion écartée de l’espace public, est tolérée et chaque citoyen est entièrement LIBRE de pratiquer son culte comme bon lui semble dans la mesure où sa pratique religieuse, reste invisible dans l’espace public et que ses croyances ne se manifestent jamais de manière « ostentatoire » ni virent vers le prosélytisme. Certes, tout ceci chaque citoyen civilisé le sait et le respecte…Cependant, la version que je vais vous donner est une autre, elle est sous-jacente, elle n’est pas « écrite », oui, ce critère appartient « aux lois non-écrites » mais non à celles pures et nobles qui inspirèrent Antigone, ce sont des lois non écrites parce que sournoises, des lois indignes qui prostituent les plus nobles valeurs morales au nom de la laïcité.

La liberté totale de culte, en privé ou à l’intérieur d ’un temple, ceci dit un édifice destiné à la pratique religieuse des fidèles d’une quelconque religion, quelle qu’elle soit la religion est assurée et respectée par l’Etat français, ils ne s’immisce point dans les détails des commandements qui sont  le socle de votre croyance, votre « sensibilité », et qui forment le corpus exprimé dans les textes de VOTRE religion ; vous pouvez prier et pratiquer sans réserve et sans crainte que quiconque vous l’interdise, tant que l’on ne vous voit pas mesdames, messieurs : priez, respectez votre dogme la République laïque vous laisse en entière liberté !, oui, mais…

La République laïque cesse de faire de la laïcité la séparation entre la religion et l’Etat dans une seule circonstance juridique : LA QUESTION FUNÉRAIRE. La raison ? Les commandements religieux des trois religions monothéistes, à l’exception du catholicisme romain auquel je n’appartiens point, interdisent la violation ASSERMENTÉE ET LÉGALE de tombes, faite par l’Etat français, qui s’articule en quatre modalités inscrites comme totalement légales dans les décrets funéraires, à savoir :

  1. Le mercantilisme funéraire, l’exigence de paiements pour les concessions funéraires par le moyen de sommes exorbitantes et extravagantes pour les pauvres.
  2. Faute de moyens de solvabilité de la famille du défunt, l’Etat menace d’une reprise des concessions. Il y a là preuve de s’immiscer de manière frontale dans la pratique religieuse des citoyens qui s’opposent à que les tombes soient des éléments mercantiles pour l’Etat et que les morts soient traités comme des objets, des marchandises producteurs de gains pour le Ministère de finances.
  3. La crémation.
  4. Le jet de l’acide sur le cercueil du défunt.

Ces trois mesures funéraires LAÏQUES parfaitement légales, appliquées à l’encontre des PAUVRES,( liberté- légalité- fraternité)sont les preuve indubitables et les plus marquantes de ce qu’est la mise en pratique de la laïcité, ce que je crois est que cette loi funéraire, met un terme aux principes  humanistes les plus élémentaires, cette loi funéraire  fait tomber ipso facto tout possible respect et adhésion républicaine pour offrir un désaccord une opposition ontologique majeur au sein même de ces ordres républicaines ; la vérité est que l’État français dans son obstination juridique pour accomplir ses « principes laïques » jusqu’au paroxysme, et fort d’appliquer son principe de laïcité comme un bulldozer qui anéanti la vie de son passage meurtrier ;  il a installé et répandu un monument  désaveu  par ce manque de respect aux morts, permettant qui soit admise comme respectable ce qui fait d’une LOI et des hommes qui la soutiennent un conglomérat des barbares qui a contribué à faire de la France une République laïque certes, mais oublieuse des principes humains, la rabaissant au plus indignes strates de l’inhumain, car ce que fait d’une société une société digne et humaine c’est précisément l’obligation morale et éthique de respect unanime des nos morts.

Voilà mes réflexions et ce que je crois de votre laïcité et de votre République laïque.

Nadezhda Gazmuri-Cherniak